Propagande médiatique, politique, idéologique

L’INSÉCURITÉ, LA VRAIE …


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 23 Juin 2017 - 07:16 Tu battras ta coulpe jusqu'à la LICRA

Mardi 6 Juin 2017 - 22:00 Affrontement au Bilderberg 2017



2ccr
Lundi 8 Décembre 2014

L’INSÉCURITÉ, LA VRAIE …
L’insécurité n’est pas un sentiment, mais des conditions de vie précaires qui paraissent insurmontables au point de risquer sa peau pour aller voir s’il est possible d’avoir un avenir plus stable ailleurs. Cette insécurité générée par les guerres et le pillage économique perpétrés par les pays occidentaux pousse des hommes, des femmes et des enfants à traverser la mer pour atteindre les rives du côté confortable de l’injustice. En chemin, nombre d’entre eux périssent .

Une fois sur place, l’insécurité continue pour les migrants. Loin de prendre en considération le parcours et les raisons qui ont amené des populations sur leur territoire, les autorités multiplient les agressions et les humiliation en France ou ailleurs. Cette ligne de conduite légitime des comportements individuels d’une rare violence et d’un mépris total pour la personne humaine. Permettant à des « opinionistes » comme Soral et Zemmour de faire leurs choux gras du racisme et de la xénophobie en reprenant en chœur les arguments de Manuel Valls and Co – « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Il faut fermer les frontières, et chasser les gens qui viennent manger le pain des français. Pour produire un consensus, il faut taper sur les plus démuni.e.s et inciter les minorités mieux logées à se joindre aux dominants. C’est ainsi que Rroms et Sans-Papiers deviennent les cibles de toutes les attaques les plus délirantes:

« On a un afflux massif, je dirais, de la pire racaille que l’humanité ait porté, c’est-à-dire les roms de l’est, albano-roumano-etc, qui sont les spécialistes de la traite humaine, de la mutilation d’enfants, etc, et on a ça qui déferle partout, on en a même à Saint-Germain-des-Prés qui mendient dans la rue. Et on est face à une déferlante de ces roms qui viennent là pour spolier, qui viennent là pour parasiter, j’espère que ça aidera la France et les Français à comprendre qu’il faut qu’on reprenne le contrôle de nos frontières, le destin de ces gens-là est de rentrer dans leur pays d’origine, qui est la Roumanie, la Hongrie, la Bulgarie et le je-sais-pas-quoi, l’Albanie… »

Alain Soral, le 19 septembre 2013

Quand on regarde de près les conditions de vie des Roms, il n’y a pas de richesses spoliées dans leurs bidonvilles. Lors d’un démantèlement de camp, il n’y a que de la misère à disperser. Cette misère, ou celle de la vie d’un sans-papiers c’est l’insécurité, la vraie. L’insécurité c’est dormir dehors et ne pas pouvoir se soigner. Ce n’est pas un « sentiment ».

Le sentiment d’insécurité dont on nous parle sans cesse dans les médias, c’est ce qui pousse à avoir la peur et la haine de plus pauvre que soi. La peur d’être dépouillé du peu qu’on a réussi à mettre de côté. Cette angoisse est légitime, parce qu’il n’est pas certain que d’ici 20 ans les retraites ne soient pas plus qu’un lointain souvenir ou un luxe. Il n’est pas sûr qu’on puisse avoir accès aux soins, à la scolarisation, à des logements sociaux : des marchés potentiels à offrir à des puissances économiques privées.

Mais cette peur, elle n’est pas du fait des pauvres. Ce ne sont pas les Roms qui sont à l’origine du chômage, ou les sans-papiers qui génèrent le dérèglement du marché du travail. Les vrais enjeux de l’insécurité se situent à ce niveau. Et ni les Roms, ni les immigrés avec ou sans papiers, ni les Musulmans, les Juifs ou tout autre minorité n’est responsable par nature ou par sa fonction de ce processus économique.

La captation des biens publics par des intérêts privés, la reproduction d’un schéma de domination économique et culturel, l’individualisation des rapports sociaux touchent le monde entier. Les personnalités politiques, les « idéologues » qui présentent les plus pauvres ou une minorité comme responsables de leur misère et comme des parasites n’ont pour seul but que la préservation de leurs privilèges économiques et le bon fonctionnement du système.

Lorsqu’ils expliquent que la vie des migrants est facile, leur démonstration tourne au ridicule ou à l’expédition punitive comme en Grèce ou en Italie Leurs homologues français sont moins téméraires ou plus conscients des mensonges qu’ils racontent. C’est pourquoi ils sévissent généralement sur internet, les plus fougueux dérivent dans le métro aux heures de pointe ciré jaune sur le dos pour rassurer les usagés des transports.

Si c’est la belle vie d’être dans une baraque, pourquoi Soral et Zemmour ne souhaitent-ils pas y habiter ? Ils n’ont pas les moyens d’habiter ailleurs qu’à Paris ?L’insécurité la vraie, c’est de ne pas savoir de quoi demain sera fait. Le sentiment de peur pour l’avenir est compréhensible. Ceux qui exploitent cette crainte et poussent les différentes composantes des classes populaires à se regarder en chiens de faïence sont les ennemis des pauvres.

http://2ccr.unblog.fr/2014/06/07/linsecurite-la-vraie/

lire aussi : LE DISCOURS SECURITAIRE

http://2ccr.wordpress.com/2014/01/20/le-discourt-securitaire/


Lundi 8 Décembre 2014


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires