FRANCE

L'Etat-UMP islamophobe : l'insupportable vautrage dans le caniveau xénophobe



Olivier Bonnet
Mardi 5 Avril 2011

L'Etat-UMP islamophobe : l'insupportable vautrage dans le caniveau xénophobe
A propos de la dernière sortie du ministre de l’Intérieur Claude Guéant, un commentaire terrible de Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiquessur sa page Facebook : « L’administration préfectorale avait fourni Jean Moulin à la résistance mais aussi Maurice Papon à la collaboration avant qu’il ne se spécialise ensuite dans les ratonades pendant la guerre d’Algérie. C’est à croire que Claude Guéant tient absolument à montrer qu’il est tout à fait digne de prendre sa succession… » Guéant, héritier de Papon ?  Sûr que Duval y va fort, mais comment lui donner tort, même si la persécution physique des musulmans n’est pas (encore ?) à l’ordre du jour en Sarkozie, quand on constate pareille surenchère xénophobe ? Florilège. Guéant a estimé que « les Français à force d’immigration incontrôlée ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux » (ce qui lui avait valu, sur le Kiosque permanent, l’un de nos désormais célèbres Ferme ta gueule !) et il a aussi jugé que « Les agents des services publics évidemment ne doivent pas porter de signes religieux, manifester une quelconque préférence religieuse, mais les usagers du service public ne doivent pas non plus. » Jamais deux sans trois : « La question interpelle nos concitoyens : nombreux sont ceux qui pensent qu’il y a des entorses à la laïcité. En 1905, il y a avait très peu de musulmans en France, aujourd’hui il y en a entre 5 et 6 millions. Cet accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème », assène-t-il aujourd’hui. Il y a donc trop de musulmans en France, d’après le ministre de l’Intérieur (et des Cultes, détail piquant). Guéant devrait lire Le Figaro, qui nous a appris le 16 mars dernier, en 8 petites lignes pages 12 comme le relevait Guy Birenbaum, qu’il y en a en réalité trois fois moins ! Mais peu importent les faits, il faut agiter le péril islamique.
Notez qu’un autre membre du gouvernement, le sinistre Thierry « plus FN que moi tu meurs » Mariani avait déjà osé : « Les autres religions ne posent pas de problèmes. Ce ne sont pas le catholicisme, le protestantisme ou le judaïsme qui posent des problèmes… » Le même a aussi asséné« Par définition, pour bâtir un islam de France, le français doit être la langue employée dans les mosquées ». Et Jean-François « l’ami des musulmans » Copé, patron du parti au pouvoir, a confirmé : « Je vais prendre un exemple : les prêches des imams. En quelle langue ces prêches doivent-ils être faits ? On peut peut-être postuler que ces prêches devraient l’être exclusivement en français ». Ces Tartuffe de faux défenseurs de la laïcité songent-ils à interdire l’hébreu dans les synagogues ? Peu importe qu’Amar Lasfar, président du conseil du culte musulman et recteur de la mosquée de Lille, lui réponde : « Cela fait vingt ans qu’on prêche en français dans les mosquées, vingt ans que nous avons ouvert le centre de formation des imams à Château-Chinon. Copé le sait ! »
On a d’abord envie de s’exclamer, avec Jean-Luc Mélenchon, « Qu’on fiche la paix aux musulmans ! » Et puis on va plus loin, pour se poser la question : la croisade anti-islam de l’UMP est-elle bien laïque ? Nous vous renvoyons en réponse, dès que vous aurez fini de vomir, à la remarquable contribution de la sociologue et féministe Christine Delphy sur Contretemps (à lire en intégralité en suivant le lien, ça vaut vraiment le coup). En voici de larges extraits : « cette «idée» de M. Guéant [que les usagers des services publics ne devraient pas afficher leur religion, NdA], comme l’idée de M. Chatel d’interdire aux mères dites «voilées», en fait portant un foulard, d’accompagner leurs enfants dans les sorties scolaires, comme l’idée de M. Copé d’imposer que les prêches dans les mosquées soient dit en français, toutes ces idées reposent sur une interprétation tendancieuse et fausse du mot «public», qui a plusieurs sens en France. Et derrière la confusion entretenue par certains entre ses différents sens, se profile une attitude qui réclame pour l’Etat le droit de vider subrepticement la loi de 1905 de son contenu, et aussi d’exercer un pouvoir absolu sur les pratiques et les consciences. Or cette attitude est contraire tant à nos lois qu’aux conventions internationales qui protègent les libertés individuelles, et d’abord la liberté de conscience. Ou, pour le dire autrement, aucune de ces propositions n’est légale, et elles ne peuvent avoir l’apparence de la raison que parce que ceux qui les émettent, et probablement une partie de ceux qui les écoutent, jouent sur le mot «public», d’une part, et d’autre part voient sans déplaisir le contrôle de la société civile par l’Etat s’agrandir de jour en jour. Mais d’abord en poussant toute une partie de la population française, les Musulman.es, hors de la loi commune, hors de la vie commune ; en les déclarant fautifs, voire criminels, en leur retirant les protections et les droits usuels. (…) La religion pour n’être évidemment pas d’Etat, n’est pas pour autant «privée» au sens de «privée d’expression publique» : car la liberté de conscience garantie par la loi implique la liberté d’expression, et parce que l’espace public n’appartient pas à l’Etat. (…) C’est qu’il existe une confusion extraordinaire entre «public : du ressort de l’Etat», et «public  : ouvert au public». (…) Le deuxième sens de «public», c’est en effet ce qui appartient au public : à tout le monde. Et c’est bien dans cet espace que tout le monde doit pouvoir exprimer ses opinions et défendre ses convictions. Car s’exprimer en «privé», nous le pouvons toujours ; c’est s’exprimer en public qui est un droit que l’Etat doit protéger, et d’abord respecter lui-même. Présenter les croyances religieuses comme relevant ou devant relever du «privé» et de l’ «intime», et interdites d’espace public, cela revient à attaquer la liberté d’expression qui est la traduction concrète de la liberté de conscience. (…) Renouant avec la tradition de l’Eglise «gallicane», aujourd’hui l’Etat veut intervenir dans la religion musulmane, tentant de créer un «Islam de France», et prétend lui dicter même sa langue de culte. Ceci aussi est contraire à la loi de 1905, qui protège l’Etat de l’ingérence ecclésiastique, mais réciproquement protège les religions de l’ingérence étatique. La loi de 1905 est bafouée sans cesse depuis plusieurs années ; la liberté de conscience, la liberté d’expression, la liberté de culte n’existent plus. Aujourd’hui, le doute n’est plus permis : le gouvernement procède, en quelques jours et par des voix différentes (Chatel, Copé, Guéant) à un tir groupé ; si leurs recommandations deviennent lois, il deviendra illégal de manifester sa religion de façon publique. Mais peut-on interdire une religion ? Peut-on interdire les religions ? Non, toutes les croyances, et l’athéisme est aussi une croyance – contrairement à l’opinion qui est devenue dominante en quelques années, selon laquelle la laïcité devrait favoriser l’athéisme – doivent être traitées à égalité. Peut-on interdire que les religions soient visibles ? Non, leur visibilité est protégée par la loi de 1905. Peut-on assimiler les usagers à des représentants de l’Etat ? Non. Peut-on assimiler les lieux publics à des lieux étatiques ? Non encore. Toutes ces nouvelles lois, et toutes ces lois en projets ne bafouent pas seulement la loi de 1905 ; elles sont contraires à notre constitution, et elles sont contraires aux conventions internationales ratifiées par la France. Et ces manœuvres ne tendent pas seulement à mettre hors la loi les religions : ce faisant elles instaurent une mainmise de l’Etat sur les consciences, et dessinent les contours d’une religion d’Etat, d’une seule croyance qui sera imposée, tandis que les autres seront interdites. »
« Une seule religion, une seule population en ligne de mire »
« Si le but de ces lois était vraiment la mise hors la loi des religions, si seul l’athéisme était permis, l’athéisme deviendrait la religion d’Etat de la France, qui serait ainsi un état peut-être totalitaire, et en tous les cas non-laïc, poursuit Delphy. Mais leur but est-il celui-là ? L’islam est visé, sous prétexte que sa visibilité, à l’école, dans la rue, serait contraire à la laïcité, ce qui, on l’a vu, est faux. Et les autres religions ? On argue beaucoup, pour se défier de l’islam, qu’il ne connaîtrait pas et serait incapable de respecter la séparation entre l’église et la politique. Cette séparation est-elle exigée des autres religions ? Notre pays compte un parti officiellement appelé chrétien–démocrate. Quand Christine Boutin l’a fondé en 2009, pas un sourcil ne s’est levé – imaginons la fondation d’un parti «musulman-démocrate». D’autres hommes politiques font état de leur foi catholique devant les caméras de télévision, comme Bayrou, sans que nul ne s’en offusque. L’UMP est affiliée au Parti populaire européen, le regroupement des partis démocrates chrétiens, et le plus grand parti européen. Le président de la république, Nicolas Sarkozy, visite régulièrement, de façon officielle et privée, le Pape. Il est Chanoine de Latran. (…) On assiste à une restriction constante des droits des Musulman.es dans l’espace public. Depuis 2004 des écoles et des lycées interdisent aux mères portant un foulard d’accompagner leurs enfants dans les sorties scolaires. Il y a eu des recours : les tribunaux, quand il ont été saisi par les parents, la Halde ensuite, ont confirmé que la loi ne s’appliquait qu’aux élèves. Mais l’offensive continue, et le nouveau ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, annonce un décret qui affirmerait, au contraire de cette jurisprudence, une interdiction à l’encontre des mères. Entre 2009 et 2010 une commission parlementaire a siégé pendant 6 mois pour discuter de l’interdiction de la «burqa» (en fait le niqab, ou voile intégral). Tous les avis juridiques qu’elle a recueillis ont été unanimes : professeurs de droit, Conseil d’Etat, Cour européenne des droits humains de Strasbourg ont dit qu’une telle loi était contraire aux principes régissant les libertés individuelles. La France a cependant persisté, et le Conseil constitutionnel s’est fait complice de la volonté politique de la majorité gouvernementale. Même si cette loi est abrogée dans quelques années, à la suite d’un recours devant la Cour de Strasbourg, elle aura eu le temps de faire son travail d’intimidation. Car il s’agit d’instiller la peur dans les esprits des Musulman.es, et l’audace dans les autres. (…) Ainsi, l’islam et les fidèles de cette religion, mais aussi toutes les personnes qui sont attachées sentimentalement et culturellement à cette religion, sont-ils peu à peu privés des bénéfices de la loi commune : la liberté religieuse n’est plus pour eux. Et poussés hors la loi : l’islam, ses fidèles et toute la communauté de tradition musulmane sont soupçonnés d’être «quelque part» contraires aux lois, et contraires en tous les cas à la loi sur la laïcité. Car cette persécution prétend s’appuyer sur la loi de 1905. Or, c’est le contraire : c’est cette persécution qui est contraire à la loi de 1905. Il faut maintenant qu’elle CESSE. Que le gouvernement en dise les vraies raisons n’est pas nécessaire. On les connaît : il s’agit de faire comprendre à une partie stigmatisée et discriminée de la population française que la religion à laquelle elle est attachée est quasi criminelle, et que ceci justifie la stigmatisation et la discrimination dont elle est victime. Ce qui est urgent maintenant c’est de mettre un coup d’arrêt à ces atteintes aux libertés : ce sont elles qui sont hors la loi et criminelles. Contre la tentative de condamner à un régime dérogatoire au droit commun, à un statut d’exception toute une partie de la population, pour laquelle il ne restait plus qu’à ressusciter – et l’UMP vient de le faire – le nom colonial de «Français Musulmans» ; contre cette persécution, il existe un rempart : nos lois en général, et particulièrement la loi de 1905. Il est urgent d’exiger son rétablissement et son application pleine et entière. »


Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !




Mardi 5 Avril 2011


Commentaires

1.Posté par nina le 05/04/2011 17:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si j'avais un seul conseil à donner aux musulmans et d'une manière plus générale aux arabes qui vivent en France, ce serait d'anticiper les choses en préparant de l'argent de côté, d'avoir un passeport valide, pour pouvoir à tout moment, si la situation se dégrade complétement en France, quitter le pays vers d'autres contrées. Ces élites restent et resteront impunies et leurs déclarations vont crescendo à propos de l'Islam. Ce qui les irrite, ces incapables au pouvoir, c'est que ce n'est pas la totalité des français qui adhèrent à leur idéologie, pour l'instant. Leur idéologie progresse petit à petit, il suffit de voir le score du FN aux cantonales, et l'on peut d'ores et déjà prévoir leur présence au 2nd tour en 2012. La bête immonde peut ressurgir : la société n'est pas encore totalement réceptive à leurs déclarations, pour l'instant. J'ose espérer que cela n'arrivera pas. L'Histoire peut se répéter : l'être humain est toujours aussi mauvais. Reprenons l'Histoire : il y a eu plusieurs années avant que les Juifs soient persécutés et subissent des pogroms, puis à la terreur. On n'est jamais trop prudents, ce n'est pas exagéré de le penser. Soyons vigilants.

2.Posté par KLIF le 05/04/2011 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quoi qu'il arrive se sera la volonté d'ALLAH le tout puissant… Mais nous ne devons pas avoir peur de ces gens là, mais seulement de DIEU… Car c'est lui que nous devons craindre… il y aura surement des martyrs mais eux seront aux parardis alors qu'eux seront en enfer…

3.Posté par Mouhamed le 05/04/2011 23:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

semer la peur, ce n'est pas la solution,

l'islamophobie plonge ses racines dans la guerre d'Algérie,
et les séquelles vont continuer, les enfants des pieds noir, n'ont jamais accepter
l'indépendance de l'Algérie, et ils essayent de se venger des Français d'origine Algérienne,
qui sont la majorité des musulmans en France,

je pense que c'est une question de génération, les choses vont bouger en France pays trop conservateur,
et qui commence à marquer les pas, par rapport à l'évolution mondiale,
c'est un pays en crise, qui cherche des bouc émissaire pour ses problèmes,
et le plus facile c'est de mettre tous sur les dos des musulmans,

la France est un pays qui se renferme sur soi-même, et c'est un signe de déprime politique, et socile
c'est aussi l'échec de la politique de la droit et de la gauche, d'adapter le France au changement dans le monde,

la France évolue vers un Vatican laïque, un pays fermer et conservateur, et xénophobe, et qui n'arrive pas a assumé son passé colonial, et qui a échoué dans l'intégration de sa diversité,

et France essaye d'assimiler sa diversité par des lois policières, fascistes, qui mettront l'huile sur le feu, et vont attiser la haine entre les Français, et on s'oriente vers un état colonialiste, fasciste et totalitaire pour les étrangers,

mais le paradoxe c'est à l'intérieur de la France, que cette tension sociale est palpable en France,
et si comme si la France au 21 siècle, retourne et fait un demi tour dans ces pratiques politiques et administratives, vis à vis de ses propres citoyens d'origine Maghrébine au 18 siècle à l'époque coloniale de l'Algérie Française, mais cette fois ci cet 'Algérie, n'est pas un territoire à l’extérieure de la France, mais elle est à l'intérieur de la France,
le problème de l'Algérie Française est rester tel qu'il est, figé, mais il est devenu un problème propre à la politique intérieure de la France, qui utilise des méthodes coloniales vétustes, et qui ne s'adaptent pas avec l'évolution sociale et générationnelle des Français d'origine Arabes,

et les gouvernements Français qui se sont succédés, se comportent vis à vis des citoyens Français d'origines Maghrébines, comme des indigènes, et n'ont pas comme des citoyens Français qui ont des droits comme tous le reste des Français,

donc la mentalité des Français résiste au changement, et lorsqu'il s'agit des Français d'origines Arabes ou des musulmans Français, les méthodes changent, et on fait appel aux méthodes coloniales du 18 et 19 siècles,
l'utilisation abusive de la force, policière, ou bien par le durcissement des lois anti musulman, ou Arabe,

l'utilisation de la force brutale et soft pour humilier et faire stopper leurs revendications, d'être citoyens qui ont des droit, et la France ne veut pas reconnaître leur droit d'exister d'avoir le droit d'être différent,

et la France par ses débats pense que les musulmans ne sont pas majeur pour choisir leur propre modèle de vie en France, et la France pense à leur place et leur impose des lois, qui entravent et contraignante, à leur liberté,

la négation des droits des Français d'origines Maghrébines et les musulmans Français, qui pose problème pour les décideurs Français,

c'est un apartheid déguisé sous forme de lois de discrimination, au logement à l'embauche, et à l’accès des sois sous prétexte de l'islam et la culture musulmane, qui n'est pas conforme aux lois de république laïque,

donc on essaye de créer un faux problème, pour ne rein faire pour ces citoyens Français, de demi droit, et légiférer des lois afin de marginaliser d'avantage ces citoyens d'origine non contrôlé,

donc c'est la France qui a besoin de transformation profonde, et se ne sont pas les musulmans Français, qui doivent s'adapter au recule colonial de la France,

le débat doit être quelle sont les mesures que la France doit adapter pour donner du travail et de dignité pour sa diversité au 21 siècle, pour renforcer et donner un coup de fouet pour son économie et sa cohésion sociale,

et quelle sont les pratiques a bannir pour apaiser la tension sociale, afin de bâtir un pays fort et juste, multi-confessionnel dans la tolérance et le respect, pour atteindre l'objectif final à savoir un état de justice et d'égalité,

oui c'est un rêve, mais il faut commencer par un rêve,
le rêve peut devenir réalité par la force du travail, et la persévérance
dans l'objectif de faire concrétiser ce rêve sur le terrain en réalité,


4.Posté par Saber le 05/04/2011 23:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


De quel droit s'agit-il ?

Si on pouvait parler tout en résidant en france...

5.Posté par gjingis le 06/04/2011 00:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

1.Posté par nina le 05/04/2011 17:08

Lá vous venez de confirmer mon préssentiment .
-------------------------------------------------
4.Posté par Saber le 05/04/2011 23:20

De quel droit s'agit-il ?
Si on pouvait parler tout en résidant en france...
-----------------------------------------------------------------
Frere saber!!!! une jambe en Algerie ou ailleur, une autre légèrement en France
tout ce qui se passe en France ce n est que sur un papier qui ne vaut rien .

mes pressentiment ne sont pas dutout roses ,
si jamais la situation se dégenere en France ca risque de devenir une impasse ,aux musulmans en premier lieu .
Je pense meme au camps de concentration !!!fil faut garder les yeux ouverts matin et soir

j aurais souhaité etre optimiste mais ce n est malheureusement pas le cas.

Ce grand suspens ne reflete q un sale carnage qui risque d embraser l Europe toute entiere
sommes nous devant les années 38-45 ? avec cette étoile verte ,á mon avis OUI






6.Posté par Saber le 06/04/2011 00:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

5.Posté par gjingis le 06/04/2011 00:16

Mon frère, je vois des choses terriblement triste pour nous musulmans venant des juifs sionistes comme une sensation de vengeance contre l'islam.

Pour les choses cachées, invisibles ou imprévisibles , j'ai subi un développement de visions comme des songes qui me torturent terriblement jusqu'à ce qu'elles se réalisent pour trouver un repos relatif et ça reprend le lendemain de plus belle,

Un moment on me disait que c'est elghorba qui me fait ça mais une voix intérieure me dit non, écoute moi et je veux que tu n'écoutes que moi et sois disponible comme quelqu'un qui attend une annonce ou un message ainsi plus tard tu vas me remercier .

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires