Economie et pouvoir financier

L’Equateur résout l’équation de la dette illégitime


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 22 Juin 2019 - 00:45 Le pacte faustien des banques centrales



Dimanche 14 Décembre 2008

L’Equateur résout l’équation de la dette illégitime
Le Président de l’Equateur, Rafael Correa, a aujourd’hui annoncé que son gouvernement n’honorera pas le remboursement de 3,8 milliards de dollars d’obligations d’Etat, détenues par des institutions financières étrangères. Il s’agit de 39% de la dette extérieure totale du pays. Cette dernière est aussi composée de 1,5 milliards de dettes bilatérales envers certains pays et 4,3 milliards de dollars dus à des agences multilatérales, qui ne sont pas concernés aujourd’hui.

« Je viens d’ordonner de ne pas payer les intérêts de la dette. Le pays est donc en état de défaut de paiement vis-à-vis de la dette extérieure, » déclara Correa. « Nous assumons entièrement la responsabilité de cet acte. »

Correa avait déjà prévenu le 20 novembre qu’il comptait ne pas payer cette partie de la dette, considérée comme « illégitime, malhonnête et illégale, » comme l’affirmaient les conclusions publiées ce jour là par la Commission pour l’audit complet du crédit public (CAIC), Commission que le gouvernement avait constituée en juillet 2007.

Composée d’experts juridiques et d’économistes internationaux de renom, la CAIC avait estimé que la dette commerciale extérieure avait servi de mécanisme illégitime et illégal de pillage entre 1976 et 2006, la dette passant de 16 millions de dollars en 1976 à 4,2 milliards en 2006, malgré un remboursement net, sur un période de trente ans, de 7,1 milliards de dollars sur le principal et les intérêts cumulés.

La revue fondée par Lyndon LaRouche, l’EIR (Executive Intelligence Review), a souvent dénoncé ce schéma de pillage comme l’« arithmétique des banquiers ». Dans ce cas-ci : 16 millions moins 7 milliards = 4 milliards !

L’étude bien documentée de la CAIC démontre également que la hausse des taux d’intérêts américains, portés à 21% par Paul Volcker en 1981, a conduit l’Equateur à faire défaut sur sa dette. Initialement contractée à 6%, le pays a dû réemprunter, ne serait-ce que pour rembourser les intérêts de sa dette, à des taux toujours plus élevés. Résultat des courses : une montagne de nouvelle dette impayable.

L’étude de la CAIC montre que si les taux d’intérêts étaient restés à 6%, l’Equateur aurait complètement remboursé sa dette dès 1995, au lieu de payer 5,4 milliards supplémentaires depuis cette date. Aujourd’hui encore, l’Equateur est censé rembourser 4,2 milliards de dollars.

Le moratoire sur la dette de l’Equateur est la seconde mesure de ce type depuis celui de l’Argentine en décembre 2001, lorsque le Président Nestor Kirchner refusa fermement de céder aux « fonds vautours ». Dans le cas de l’Equateur, les prédateurs financiers internationaux ont déjà commencé à lancer des menaces, comme on le constate dans une dépêche de Reuters qui discute des « scénarios possibles auxquels l’Equateur pourrait être confronté, » dont la saisie d’actifs équatoriens ou carrément le gel des comptes bancaires à l’étranger. Les compagnies pétrolières et autres investisseurs étrangers pourraient interrompre leurs investissements, et conduire « audéclenchement d’une instabilité politique dans un pays où les trois derniers Présidents ont été renversés par la rue et par les intrigues du Congrès ».

Dans une interview exclusive à l’EIR le 22 novembre, le ministre de la Coordination des politiques économiques, Pedro Paez, expliqua la pensée de son gouvernement : « Il est nécessaire que les institutions financières multilatérales des Nations unies, le Club de Paris, et les gouvernements des pays du nord eux-mêmes, exigent des audits des dettes extérieures de tous les pays… S’ils n’ont rien fait de mal, que craignent-ils ? Tout le monde devrait faire la même chose. Il est possible de découvrir le même genre de choses dans d’autres cas. Parce que ce sont les mêmes genres d’acteurs, dans les mêmes circonstances, avec les mêmes instruments financiers. »

Pour creuser le sujet : focus



Dimanche 14 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par rachi le 14/12/2008 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Rafael ! Tous les pays étranglés par la dette et son taux d'usure devrait suivre ton exemple. Pour 16 millions empruntés, il faut rembourser 4,2 milliards , c'est une vraie escroquerie.

2.Posté par claudio le 14/12/2008 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pire rachi : pour 16 millions empruntés l'Equateur devra rembourser 11,3 milliards ! 1415,9% ! Fabuleux !
Connaissez vous un pays pauvre qui aurait besoin de 1000 euros ? Je suis prêt à les lui prêter sur 5 ans à un taux de seulement 1400 % ! Intéressant non ?
Je ne fais pas ça dans un but lucratif puisque je ne pourrais récupérer que 75100 euros, mais si je peux aider les malheureux à se procurer un morceau de pain sec ....

3.Posté par rachi le 14/12/2008 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel monde d'hypocrites! Parce qu'en plus on dit qu'on les aide en leur accordant ces prêts. J'ai des envies de révolutionnaires parfois...

4.Posté par Igoun le 14/12/2008 20:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'est-ce que les pays d'Afrique attendent pour faire de même. Thomas Sankara a été assassiné pour avoir décidé de ne pas payer cette dette inique. Mais on ne pourra pas assassiner tous les chefs d'Etat africains en même temps.

C'est le moment de d'agir.

Bravo Monsieur Correa. Respect.

5.Posté par Igoun le 14/12/2008 20:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et j'ajoute que si les sionistes-illuminati-banquiers peuvent aller massacrer des peuples entiers pour arrondir leur fins de mois au mépris de la vie humaine, les chefs d'Etat qui se respectent peuvent, eux, décider de ne pas payer une dette inique au mépris des profits de ces criminels !!!

6.Posté par Marie- Th鲨se le 14/12/2008 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

un bon livre a été écrit a ce sujet "le tueur économique " ou l'assassin économique " bravo

au Président Correa et chapeau bas . Mais au fait parlons de la fabuleuse dette française ,celle dont le JT il y a un an , les Pujadat ,Pernaud et les autres ,en se pourlèchant les babines nous
montraient les chiffres astronomiques qui auguementaient de secondes en secondes ,ou en est on ?
C'est sur le site alterinfo ,l'exellente intervention a ce sujet de J.J. CHAVIGNE (en 2007 )
j'avais imprimer son intervention tant elle etait bonne ,avez vous remarquer ,on en parle plus
n'a plus de dette la Frrrance ? C'est une dette type EQUATEUR ?






7.Posté par Nangala le 15/12/2008 00:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo ! Ce que Lula n'a pas osé faire, Correa l'a fait. Et les autres pays suivront, car sans le poids de la dette, ils pourront enfin construire des hopitaux, des écoles, des routes, des ports : en bref, des instruments d'émancipation et de souverainté.

8.Posté par ProPeace le 15/12/2008 00:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a un documentaire très récent, qui explique particulièrement bien ce problème d'asphyxie par la dette, et surtout, pour qui...

http://video.google.com/videoplay?docid=-3962070356288160346

2H d'explications, en sous-titré FR, pas évident, mais très instructif à regarder. Ne vous fiez pas forcément aux 10/15 premières minutes, un peu rébarbative, c'est juste l'explication du système financier mondial, après, ça devient très, mais alors très intéressant...

;O)

9.Posté par rick le 15/12/2008 08:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rachid

prépare toi et les autres ignare la révolution sera de 2009 à 2016

10.Posté par Andre Sivrissarian le 12/12/2011 18:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Équateur , juste équilibre du partage entre deux mondes où tout est souvent mal partagé.
Équilibre juste .Le monde à nouveau , peut tourner à l'endroit

11.Posté par Jacques Lafond le 21/01/2013 00:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Typique d'un pays sous développé du tier monde. Dire qu'il y a des gens ici au Québec qui admire ce genre d'attitude d'un pays. C'est simplement pitoyable ... JL


12.Posté par BD le 21/01/2013 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@jacques lafond

je suis d'accord avec vous ...car ce sont ceux qui parlent le plus ,qui font le moins......
il faut toujours se mefier des paroles de populistes egocentriques comme chavez ..
chavez il est contre l'imperialisme americain mais ce qui est bizarre c'est que beaucoup d'entreprises americaines travaillent au venezuela dans le secteur des energie et que le venezuela est le premier fourniseur de petrole aux etats unis ...
d'ailleurs si vous posez reellement probleme ,on vous envoie des chars et des avions pour vous deloger comme en irak etc


13.Posté par ricardo rodriguez le 21/01/2013 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je voudrais dire que n'importe qui sait faire des additions et des soustractions peut voir la voracité du système bancaire, donc ceux qui parlent de pays sous-developpés et autres âneries devraient retourner a l'école

14.Posté par Fred Duss le 21/01/2013 22:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Monsieur Lafond: votre raisonnement est d'un simplisme effrayant ! comme d'ailleurs un grand nombre de raisonnements de gens se croyant bien pensant de penser que les gens de gauche sont des populistes. Sachez que si les pays pauvres sont pauvres c'est que les pays riches sont riches de piller les richesses des pays pauvres, pour quelques dollards ou s'ils ne sont pas d'accord par des guerres.... quand ce n'est pas pire... c'est d'ailleurs ce que n'a pas compris BD qui vient vous seconder qui croit la propagande impérialiste. l'irak ne posait pas de problème, on a créé inventé le problème pour avoir une bonne raison de faire fonctionner la machine de guerre et faire du profit avec la mort et continuer à utiliser leur pétrole pour peau de balle... hé oui messieurs les bien pensants, quand vous cramez de l'essence ou du gazole avec vos gros véhicules vous avez du sang sur les mains... pauvres diables !

15.Posté par Guillaume Parent - Ruest le 22/01/2013 01:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Jacque Lafond: Il m'est vraiment difficile de croire que vous êtes fier d'avoir écrit un texte de la sorte sur l'UQAM quand le département des sciences économiques de l'UQAM a été le premier à signaler le dérapage des recteurs de cette dite université vers leur glouttonnerie financière. Les étudiants ont étés beaucoup plus lucides que les grands bonzes de UQAM inc. J'aimerais aussi que vous prendriez conscience d'autres scandales financier comme celui de l'ïle anticosti ou l'ancien gouvernement libéral à tout fait pour enlever le contrôle de l'état, avec les résultats que l'on connait aujourd'hui...

Je me permets de reprendre vos mots: ... Quel terrible détournement de fonds, Quel terrible vol du trésor Québécois...".

Et cette histoire d'opérateur de machine... vous pensez convaincre qui avec ça? Une personne qui veut monter les échelons plus vite peut le faire: Il éxiste des programmes et des cours du soir pour cela. Cette même personne peut aussi partir à son compte comme entrepreneur. Voulez-vous vraiment essayer de nous faire croire que notre société québécoise ne permet pas à quelqu'un d'élever son statut social?

Mais revenons au cas de l'équateur si vous voulez bien: Vous n'approuvez pas que l'Équateur ne paie pas ses dettes parce que les banques savent mieux compter qu'eux et donc ils sont ils méritent de crouler sous les dettes. Avez-vous réalisé une seconde que M.Correa n'était pas Président lorsque l'Équateur a contracté cette dette et qu'il est peut-être le premier à vouloir vraiment arrêter l'hémorragie? Il est évident que cette décision risque d'entraîner à court terme une dépression économique sans précédent dans le pays mais si le gouvernement est capable de sortir son épingle du jeu, elle pourra en ressortir encore plus fort. La pire erreur serait de s'asseoir et de laisser les banques continuer de faire la pluie et le beau temps.

Des grands hommes d'affaires qui carburent au capitalisme sauvage ont eu à faire des faillites et en sont ressortis gagnants. Je suis certain que même un "pays sous développé du tiers monde" comme vous le dites avec votre arrogance peut réussir et vous faire un pied de nez par la même occasion.

À bon entendeur, salut!

16.Posté par Jacques Lafond le 22/01/2013 02:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Monsieur, l’université McGill construit sans arrêts, et c’est l’une des meilleures universités de la planète. L’hôpital de McGill, en construction à côté du métro Vendome, est un projet d’envergure incroyable, qui fait ressembler le projet de l’hôpital du CHUM, en construction au métro Champ de Mars, à une chiotte.

Voyez-vous Monsieur, je n’en ai strictement rien à fouttre que le département de sciences économiques de l’UQÀM ait arrêté le projet de l’ilot Voyageur. En fait, s’ils ne l’avaient pas arrêté, l’îlot voyageur n’aurait pas été un lamentable échec, et il appartiendrait encore à l’UQÀM.

Vous savez, Monsieur, il est utile d’être un peu intelligent dans la vie. Les anglais l’ont très bien compris.

Pour mon opérateur de machines apprenti, je ne conteste pas le fait qu’il peut devenir un chef d’entreprise. Ça, je suis certain qu’il le peut. Je que je conteste, c’est que des gens comme lui, au Québec, essayent de régler les problèmes de macroéconomie de la planète, quand ils sont opérateurs de machines apprentis, au lieu d’essayer de devenir le chef des opérateurs et éventuellement le propriétaire de l’entreprise.

Ça, ça manque cruellement au Québec, et ça je le conteste vigoureusement.

Tant qu’aux pays du tiers monde, ils ont ma sympathie, mais, je vous avouerai que j’ai comme priorité d’essayer à ce que le Québec n’en devienne pas un (pays du tiers monde). Avec la mentalité de go-gauche de plus en plus répandu chez les individus ici, qui carburent de plus en plus au ‘’gros bon sens’’, j’ai bien peur que j’ai pas mal de pain sur la planche …
‘’ Des grands hommes d'affaires qui carburent au capitalisme sauvage ont eu à faire des faillites et en sont ressortis gagnants. ‘’

Ça, je suis parfaitement d’accord, Monsieur.

Je suis fatigué d’entendre parler des méchants drettes, et d’entendre parler de capitalisme sauvage. J’ai hâte que l’on parle de méchants go-gauches, et de socialisme sauvage. …

Si cela peut vous intéresser, voici un autre petit texte …

Michel Archambault de l'UQÀM, comme l'UQÀM elle-même est 25 ans en retard avec son article. Nous avions un aéroport international flambant neuf à Mirabel qui a été fermé par Toronto.

Une première mondiale, s’il en est une. Un aéroport flambant neuf fermé. En plus, fermé sans aucune contestation de qui que ce soit. Au contraire. Au Québec, on est contre la pollution, vous aurez bien compris; donc, fermer un aéroport ‘’c’est bon pour le moral …’’

Mirabel, se devait d’être la plaque tournante de l’Est du Canada; pour ne pas dire l’Est de l’Amérique du Nord.

Toronto l’a bien compris, évidemment.

Ils ont donc fermés Mirabel, et le plus dangereusement du monde, centralisé tout à Pearson’s. L’aéroport de Pearson, totalement incapable de prendre tout ce trafic, a risqué, et risque encore aujourd’hui la catastrophe.

Mais, le risque en vaut la chandelle. Toronto l’a bien compris.

Alors, notre brillant Monsieur Archambault de l’UQÀM se réveille aujourd’hui. Il a probablement eu une grosse subvention du gouvernement pour faire une recherche, et il nous sort ça. Aujourd’hui.

Bravo. Mais trop tard. Beaucoup trop tard. Mirabel est fermé, et va rester fermer. Et Dorval va devenir de plus en plus un aéroport local.

Trop tard, Monsieur Archambault …




17.Posté par Jacques Lafond le 22/01/2013 04:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eh bien, Martin, le moins que l’on puisse dire, c’est que vous êtes capable d’écrire une lettre. Bravo. Belle plume. En plus, vous faites du sens. Ce qui est très rare de nos jours. Oui, monsieur. Nous avons les mêmes objectifs pour un monde meilleur, et pour un Québec meilleur.

Eh, oui, c’est dans la façon d’obtenir le résultat que nous différons totalement.

Moi, je pense que votre méthode va tuer notre Nation. La tuer. Donc, vous aurez compris mon objection insistante, ma panique, devant des gens comme vous.

Les anglais du Québec et les immigrés anglais du Québec, a tous les jours, deviennent individuellement de plus en plus les riches, les propriétaires, les employeurs, les commerçants, les décideurs, sur notre territoire, tandis que les francophones deviennent de plus en plus la classe moyenne, les locataires, les banlieusards, les employés, les clients, les exécutants, sur notre territoire.

Ce phénomène s’explique, à mon avis très simplement. L’anglophone est un capitaliste, qui croit que le mieux qu’il peut faire pour lui, pour sa famille, et pour son pays, est de devenir lui-même une personne financièrement riche.

Le francophone est un socialiste, qui croit que devenir riche est égoïste, parce que si tu deviens riche, tu en enlève aux autres. Donc, le francophone vise une centralisation de l’économie, et une distribution centralisée et équitable de la richesse.

Dans un tel contexte, Monsieur, vous ne trouvez pas que ça saute aux yeux que l’anglophone va survivre et que le francophone va mourir ?

Vous ne trouvez pas qu’il est d’une évidence criante qu’aucun anglophone, aucun immigré, et même presqu’aucun francophone va suivre le québécois dans cette histoire; et que le québécois francophone va mourir rapidement, avec sa langue, de sa belle mort ?

Allez, sur mon facebook, Monsieur. Allez lire les choses que j’ai écrites pour essayer de ‘’sauver’’ notre nation. Ma Nation. …

Écoutez, Monsieur. Je dois partir demain aux État-Unis. Je serai donc pas mal mois disponible pour des discussions comme celle-là pour quelques semaines. Donc, si vous n’avez pas de réponse de ma part, c’est à cause de ça. …


18.Posté par Jacques Lafond le 22/01/2013 04:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eh bien, Martin, le moins que l’on puisse dire, c’est que vous êtes capable d’écrire une lettre. Bravo. Belle plume. En plus, vous faites du sens. Ce qui est très rare de nos jours. Oui, monsieur. Nous avons les mêmes objectifs pour un monde meilleur, et pour un Québec meilleur.

Eh, oui, c’est dans la façon d’obtenir le résultat que nous différons totalement.

Moi, je pense que votre méthode va tuer notre Nation. La tuer. Donc, vous aurez compris mon objection insistante, ma panique, devant des gens comme vous.

Les anglais du Québec et les immigrés anglais du Québec, a tous les jours, deviennent individuellement de plus en plus les riches, les propriétaires, les employeurs, les commerçants, les décideurs, sur notre territoire, tandis que les francophones deviennent de plus en plus la classe moyenne, les locataires, les banlieusards, les employés, les clients, les exécutants, sur notre territoire.

Ce phénomène s’explique, à mon avis très simplement. L’anglophone est un capitaliste, qui croit que le mieux qu’il peut faire pour lui, pour sa famille, et pour son pays, est de devenir lui-même une personne financièrement riche.

Le francophone est un socialiste, qui croit que devenir riche est égoïste, parce que si tu deviens riche, tu en enlève aux autres. Donc, le francophone vise une centralisation de l’économie, et une distribution centralisée et équitable de la richesse.

Dans un tel contexte, Monsieur, vous ne trouvez pas que ça saute aux yeux que l’anglophone va survivre et que le francophone va mourir ?

Vous ne trouvez pas qu’il est d’une évidence criante qu’aucun anglophone, aucun immigré, et même presqu’aucun francophone va suivre le québécois dans cette histoire; et que le québécois francophone va mourir rapidement, avec sa langue, de sa belle mort ?

Allez, sur mon facebook, Monsieur. Allez lire les choses que j’ai écrites pour essayer de ‘’sauver’’ notre nation. Ma Nation. …

Écoutez, Monsieur. Je dois partir demain aux État-Unis. Je serai donc pas mal mois disponible pour des discussions comme celle-là pour quelques semaines. Donc, si vous n’avez pas de réponse de ma part, c’est à cause de ça. …

19.Posté par Martin le 22/01/2013 06:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vos compliments me touchent, je suis ravi de voir que vous pouvez aussi être très courtois !



"Dans un tel contexte, Monsieur, vous ne trouvez pas que ça saute aux yeux que l’anglophone va survivre et que le francophone va mourir ?"

Vous touchez ici pour moi un point important : le contexte.
Effectivement, un contexte tel qu'on le connaît de nos jours ne peut être favorable qu'au capitaliste, à celui qui aspire à être riche d'argent, à le garder précieusement. Il ne faut pas oublier qu'ils ont des siècles de règne et que les lois sont faites par et pour eux.
Prenez l'exemple du Venezuela où, en peu de temps, avec des méthodes que certains critiquent, que d'autres vantent, Chavez réussit à redresser l'économie doucement, par le biais notamment de nationalisations etc...
Il faut prendre le temps, afin de repartir sur des bases plus saines, de repenser les fondations de notre société.
Ces règles ont été établies en total conflit d'intérêt et ne contribuent qu'à asseoir la domination du pouvoir en place, celui d'une oligarchie ultra riche, servie par des moins riches, servis par des moins riches, servis par des moins riches, etc...
Je n'arrive pas à concevoir, en fait, que les maux de notre société ne sont dus qu'à des "socialistes" qui n'ont envie de rien faire d'autre que de râler et que le meilleur moyen de les régler c'est de se tuer au travail pour avoir de l'argent. Vous ne présentez vous-même l'argent que comme un moyen de maintenir votre culture à flots. Alors, pourquoi le valoriser autant ? Pourquoi penser qu'il est celui qui nous sortira de l'abîme ?

Je ne sais pas quelle est la finalité de la vie humaine sur Terre, si tant est qu'il y en ait une, mais je suis à peu près sûr que ce n'est pas de mourir riche.

J'aimerais vous inviter à regarder les vidéos du professeur Etienne Chouard sur youtube par exemple. Un professeur d'université française qui a réalisé un grand travail sur le thème de la constitution. Il s'est attelé à "chercher la cause des causes" des maux de notre société. Je ne dis pas que tout ce qu'il expose est à prendre et utiliser tel quel, mais certains principes qu'il défend sont vraiment intéressants. Par exemple, l'amateurisme politique par tirage au sort.


L'argent conduit (aujourd'hui) au pouvoir, avoir trop d'argent donne trop de pouvoir, avoir trop de pouvoir trop longtemps rend fou.
Ca fait longtemps que ça dure, la conclusion de ce syllogisme semble s'imposer : Avoir trop d'argent trop longtemps rend fou. Et dire que ce sont eux qui fixent nos règles ! ;)

20.Posté par ltrobat le 23/01/2013 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ne pas honorer une dette "inique" ça peut paraître une solution mais cela risque de vite créer un problème;
Soit l'Equateur est bourré de richesses minières et autres ressources auquel cas il est autosuffisant et n'a pas besoin d'emprunter sur les marchés financiers. No problem...
Soit ce n'est pas le cas. Il ne rembourse pas sa dette (ou une partie de celle-ci). Ses créanciers et les autres institutions financières vont cesser de lui prêter (logique, il ne sont pas fous tout de même). Et à terme, comment son président compte-t-il financer ses hôpitaux, ses écoles et les salaires de ses fonctionnaires, etc... avec de l'argent qu'il n'a pas et des marchés qui ne lui prêteront plus?

21.Posté par Fred Duss le 23/01/2013 17:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est incroyable comme vous êtes conditionnés à croire qu'il n'y a pas d'autre alternative que le "marché" et sa loi !!! Ne croyez vous pas que le problème est déjà là et que c'est ce système corrompu par la maffieuse haute finance qui nous impose sa loi, les crises de son système et l'austérité qui suit et les guerres qu'elle gère pour maintenir son système en état de "fonctionner" ? non, vous ne le voyez pas, ou cela vous arrange de ne pas le voir... Sachez que l'Islande a refusé de payer la dette en 2011 et qu'elle a fait 3 fois + de croissance que l'UE en 2012.

22.Posté par Fred Duss le 23/01/2013 17:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sachez que l'Islande a refusé de payer la dette en 2011 et qu'elle a fait 3 fois + de croissance que l'UE en 2012.
et qu'elle a mis les banquiers maffieux en prison...
...Mais de cela, les médias aux ordres des financiers, n'en parlent pas !
Comment financer hôpitaux écoles fonctionnaires ?... Avec l'argent des impôts que les banquiers vont cesser de nous voler avec cette arnaque de dette illégitime, exactement comme cela se faisait avant la loi de 1973 !

23.Posté par pgm le 23/01/2013 19:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour BD, Chavez vend peut-être du pétrole aux états unis et alors ? Avant Chavez les richesses du Venezuela étaient aux mains de quelques uns, il les a nationalisées et maintenant les bénéfices vont aux populations : construction de routes, d’hôpitaux, l'électricité et internet arrivent dans les coins les plus reculés du pays, programme de santé public... c'est dommage non ? alors que tout ce bel argent pourrai profiter à juste quelques uns, dont je ne doute pas que vous souhaiteriez faire parti

24.Posté par ltrobat le 23/01/2013 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En ce qui concerne Chavez, il y a un excellent article dans le n° de Novembre-décembre de la RDL (qui n'est pas connue pour être de droite ni même soc-dem) qui apporte un point de vue critique sur l'exercice du pouvoir par Chavez et les réalisations sociales qui sont surtout des "missions" soit des actions ponctuelles situées dans l'en-dehors de l'action gouvernementale.
Lisez donc: http://www.revuedeslivres.fr/venezuela-une-revolution-sans-revolution/

En ce qui concerne l'Islande, je me permets de souligner ceci: il s'agit d'un pays de 300 000 habitants, c'est à dire une grande ville française. Difficile d'en faire un modèle reproductible à des pays de plusieurs millions, voire dizaine de millions d'habitants.
Je ne suis pas un fanatique des marchés, mais je voudrais juste que vous m'expliquiez comment un pays qui n'a pas de ressources naturelles et qui renonce à emprunter sur les marchés internationaux (puisqu'il ne rembourse plus sa dette) va pouvoir financer une politique ambitieuse en terme de social et de services publics.
Les impôts me direz-vous? Mais à supposer que l'Équateur ait assez de riches pour subvenir à ses finances, s'il n'a pas des frontières aussi étanches que celles de la Corée du Nord, ceux-ci ne tarderont pas à émigrer sous des cieux fiscalement plus cléments. Et ce n'est pas ce qui manque actuellement!

Je sais que ce qui je dis est moins fun que de lancer des proclamations "révolutionnaires" qui, à des milliers de kilomètres de Quito, ne mangent pas de pain et ne prennent pas en compte toutes les variables d'un problème autrement plus complexe...

25.Posté par THOMAS le 25/01/2013 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bretton WOODS !!!

26.Posté par Dornach le 26/01/2013 00:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Twitter
La crise des dettes en Europe et aux USA, un complot politico-financier : http://wp.me/p1WnGr-3X


Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires