RELIGIONS ET CROYANCES

L'Eglise contre le christianisme sioniste


Dans la même rubrique:
< >


En dépit de vaste influence dont jouissent les chrétiens –sionistes aux Etats Unis, ils ont leurs opposants. Il existe au sein de l'Eglise américaine de nombreux courants qui dénoncent leur excès et mettent en garde la classe dirigeante contre leur hégémonie politique et religiueuse.


Parsnews
Samedi 14 Avril 2007

" Les Juifs n'ont aucun droit de souvraineté sur la terre sainte (Palestine), écrivait en 1917 le Pape Bénédict XV, dans une note en marge de la déclaration de Belfort. En dépit de vaste influence dont jouissent les chrétiens –sionistes aux Etats Unis, ils ont leurs opposants. Il existe au sein de l'Eglise américaine de nombreux courants qui dénoncent leur excès et mettent en garde la classe dirigeante contre leur hégémonie politique et religiueuse.



L'Eglise évangélique et le christianisme sioniste

L'Eglise évangélique américaine n'est pas contente et elle le fait régulièrement savoir. Pour cette Eglise, le courant "Christianisme sioniste" n'a aucun fondement religieux. L'Eglise évangélique s'en est même plainte auprès du Conseil national des Eglises composé de 34 groupes et qui compte près de 40 millions de membres.

La stratégie du Conseil national des Eglises pour face face au péril des chrétiens sionistes consiste à convaincre les évangelistes libérales opposés à la lecture littérale des Evangiles d'adhérer ses rangs. Il cherche, via des périodiques dont certaines des plus célèbres s'intitulent, "Siècle chrétien", "le christianisme et les crise", "le chantre de paix", à entrer en contacte avec ces dit évangélistes. Ceci dit ce Conseil n'a pas perdu de vue d'autres églises (eglise épiscopale, méthodique...) qui partagent les mêmes convictions et les mêmes inquiétudes qu'elle au sujet du christianisme sioniste. Elle tente de renforcer ses liens avec ces dernière en vue d'adopter une stratégie commune pour contrer les menaces du christianisme version sioniste.



L'Eglise catholique et le christianimse sioniste

L'Eglise catholique des Etats Unis est sans doute l'une des premières institutions religieuses du pays à s'être opposée aux chrétiens sionistes, opposition qui remonte à plus d'un siècle. En mai 1897, les dirigeants de l'Eglise catholique ont compris que les chrétiens sionistes cherchaient des justificatifs religieux à l'occupation de la Palestine, ce qui les a forcés à publier une déclartion où ils affirment : "La reconstruction de Qods pour en faire le centre politique d'un etat juif contredit de façon explicite la parole du Christ car ce dernier a clairement dit : ''Qods est cette terre où demeurera jusqu'à la fin des temps le commun des mortels (non juif , non chrétien)".



A l'époque, la position du Vatican vis-à vis de ce courant fut identique. Le Vatican ne cessait de rejeter les visions des chrétiens sionistes et d'opposer aux efforts politiques de ces derniers et de leurs alliés efforts censés créer un état juif sur des bases éthnico-religuieuses. Pour le Saint Siège, les prétentions des chrétiens sionsites allaient à l'encontre de l'esprit même du christianisme et des enseignements des Evangiles. L'existance d'un etat juif en Palestine allait nuir aux chrétiens d'Orient, selon le Vatican qui des 1922 la contestait dans une lettre officielle adressée à l'ONU. "Il est impossible que le Souvrain pontif (Bénédict XV) fasse des concessions à ce sujet car un état juif en Palestine n'a aucun lieu d'être", lit-on dans cette lettre dont les termes ont été respéctés à la lettre par le successeur du Pape Bénédict XV, Pius XII.



Cette opposition ouverte s'est poursuivie jusqu'à 1948, année de la création d'Israel. Après cette date, l'Eglise catholique a changé littéralement de position influencée par des personnalités juives qui ont réussi à convaincre les dignitaires chrétiens de la nécessité d'une présence juive au Moyen Orient pour affronter le communisme et les risques de son extension.



Cette prise de position a marqué les politiques de la Maison Blanche sous Kennedy. Le président américain recevait le soutien inconditionnel de l'archeveque Kashing, l'un des opposants les plus fervants du communisme. Ce fut cette meme personnalité qui préscrit l'alliance Etats Unis –Juifs contre le peril communiste au détriment des liens entre l'Amérique et le monde musulman. Après ce tournant, le front chrétien contre Israel s'est fissuré mais une opposition larvée a continué d'exister au sein de l'Eglise qui n'a cessé de mettre en cause la la création de l'entité sioniste et le retour des juifs en Palestine. A coté d'elle, est apparu un autre courant plus conciliateur qui prone la coexistance pacifique des juifs et des palestiniens.



L'Eglise orthodox et le christianimse sioniste

Les Orthodoxes s'opposent également aux chrétiens juifs dans la mesure où ces derniers cherchent à détourner les réalités de la réligion chrétienne. Pour l'Eglise orthodoxe il ne fait l'ombre d'un doute que le christiansime sionsite est une pensée politqiue et non religieuse et qu'en ce sens, il sert surtout les intérets des gouvernements et des états.



Le Conseil des Eglises du Moyen Orient

Pour ce Conseil, ce sont surtout des considérations poltiques, religieuses et humanitaires qui motivent l'hostilité à l'égard ce couranat délétere au sein du christianimse. Le consiel des eglises du Moyen Orient accuse les chrétiens sionsites d'avoir instrumentalisé les evangiles et joué avec les sentimenst religieux dans le sens d'une sacralisation d'Israel et de ses politiques. La déclaration de 1986 de ce conseil reflète ce point de vue : "Le christianisme sionsite n'a aucun rapport avec le christianlsie car il est issu d'une lecture falsifiée des Evangiles. Le christianisme sioniste relève d'un mouvement conspirationnsite contre tous les chrétiens et surtoiut les arabes chrétiens avec pour objectif de faire échouer le dialogue entre l'Islam et le christianisme et de rouvrir l'ére des croisades et des conflits inter civilisationnels. Le projet de créer Isreal ne vise qu'à saboter le processus de coexistance des chrétiens et des musulmanes arabes et à semer la discorde entre eux.


Samedi 14 Avril 2007


Commentaires

1.Posté par kousko le 25/07/2008 23:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est normal,la concurence est rude,surtout en amerique latine.Les evangeliste ils convertissent à coup de millions de dollards meme au magrhebe et surtout en algerie.Partout ils sont entrain de prendre les moutons de l'eglise meme en france.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires