Palestine occupée

L’Autorité Palestinienne veut cesser de financer la bande de Gaza


Dans la même rubrique:
< >

Des sources faisant autorité au sein du mouvement Fatah ont affirmé à Asharq Al-Awsat que la direction palestinienne avait décidé d’arrêter de verser des fonds du budget de l'Autorité Palestinienne à la bande de Gaza, à part les salaires de ses propres employés.
Selon ces sources, cette décision a été prise dans la nuit d’avant-hier lors d'une réunion extraordinaire de la direction palestinienne convoquée par le président Mahmoud Abbas.


Kifah Zaboun
Jeudi 6 Août 2009

L’Autorité Palestinienne veut cesser de financer la bande de Gaza
Les sources ont déclaré que l'Autorité Palestinienne avait financé le coup d'Etat dans la bande de Gaza et payé l'électricité, l'eau et le carburant aux Israéliens, tandis que les dirigeants du Hamas attendaient que ces approvisionnements leur soient livrés.

Les dirigeants du Fatah ont tenté de garder ces décisions secrètes et quand Asharq Al-Awsat a posé la question à certains d'entre eux qui se trouvaient dans les hôtels de Bethléem, ils ont répondu que ces décisions seraient annoncées à la fin du 6ème Congrès du mouvement.
Abdullah Abdullah, le chef du département politique au Conseil législatif, a répondu : "Des mesures auxquelles le Hamas ne s’attend pas seront prises au plus haut niveau et nous serons attentifs à ce que ce ne soit pas les citoyens de Gaza qui en paient le prix."

Abbas Zaki, l'ambassadeur de l'Autorité Palestinienne à Beyrouth, qui est un candidat au Comité central du Fatah, a laissé entendre qu'une telle décision serait prise en disant à la télévision officielle palestinienne que «l'Autorité Palestinienne aurait pu naïvement financer le coup d’état. N'oubliez pas que nous payons les salaires de 77.000 employés et que nous donnons 58% du budget de l'Autorité Palestinienne à la Bande de Gaza. Cela ne peut pas continuer puisque le Hamas ne comprend pas les règles du jeu et de l'action nationale», et il a ajouté : «Je dis au Hamas ‘Si vous voyez le lion montrer les dents, ne pensez pas qu’il sourit."

Les sources ont déclaré : "Nous payons un lourd tribut aux Israéliens pour tout ce qui entre dans la bande de Gaza et dont le Hamas s’empare, et ensuite nous sommes accusés de participer au blocus. Nous pensons que cette mascarade doit se terminer et que le Hamas doit assumer ses responsabilités envers les personnes auxquelles il s’est imposé."

La réponse de l’Autorité Palestinienne est attendue à la fin du Congrès du Fatah - qui débute aujourd'hui et se terminera jeudi et élira une nouvelle direction du mouvement qui devra notamment s’occuper du contrôle de la bande de Gaza par le Hamas - et sera une réponse aux mesures prises par le Hamas qui a empêché les membres du Fatah de quitter la bande de Gaza pour participer au congrès à Bethléem. Parmi les autres mesures que pourrait prendre l'Autorité Palestinienne, il y a l'arrestation et le jugement de la direction politique du Hamas en Cisjordanie.

Le Conseil Révolutionnaire du Fatah était censé se rencontrer hier en fin de soirée, après avoir reporté sa réunion de dimanche afin de donner une chance aux efforts de médiation syriens, mais le Fatah a officiellement annoncé l'échec de ces efforts. Le porte-parole officiel du Fatah, Ahmad Abdul-Rahman, a affirmé que la réunion du Conseil pourrait apporter les touches finales et approuver les mécanismes pour la tenue du congrès.

La question la plus importante à l'ordre du jour est celui de l'interdiction de sortie à ses membres de Gaza. Asharq Al-Awsat a appris que le Comité central avait autorisé le Conseil révolutionnaire à trouver des mécanismes pour résoudre le problème de Gaza.

L’une des propositions les plus débattues est de maintenir le quota de six membres de la bande de Gaza au Comité central et de 30 dans le Conseil Révolutionnaire sans élection et de les élire plus tard quand les conditions le permettront. C'est ce que la direction de Gaza a proposé au président palestinien comme un compromis après avoir menacé de boycotter le congrès.

Fahmi al-Za'arir, le porte-parole du Fatah, a affirmé à Asharq Al-Awsat que le Conseil Révolutionnaire déciderait des autres questions qui seraient débattues par les membres du congrès.

Ibrahim Abou al-Naja, le chef du Fatah et membre du Conseil Révolutionnaire, est retourné dans la bande de Gaza hier, en solidarité avec les dirigeants du Fatah dans la bande de Gaza qui avaient été empêchés par le Hamas de participer au congrès. Abou al-Naja a dit qu'il ne participerait pas au 6ème Congrès sans les 400 membres du Fatah de la bande de Gaza, en ajoutant qu'il s’attendait à ce que la majorité des membres du mouvement de Gaza qui sont en Cisjordanie prennent la même décision.

Le Hamas a insisté sur la libération de tous les détenus politiques et l’obtention de sa part de passeports avant d’autoriser les membres du Fatah à voyager. Abdullah a déclaré : "Ils veulent obtenir une légitimité pour leur coup d’état en obtenant des passeports qui soient reconnus. Cela ne se produira jamais."

Des sources bien informées du Fatah et du bureau de la présidence ont dévoilé à Asharq Al-Awsat "que l’envoyé des Etats-Unis, George Mitchell, était intervenu auprès des Syriens pour convaincre le Hamas d’autoriser la sortie des membres du Fatah, suite à la demande du [président palestinien] Abou Mazen.

Les sources ont déclaré : Mitchell est intervenu et le président syrien a répondu positivement. Khalid Mishaal a promis aux Syriens d’autoriser la sortie des membres du Fatah. Nous avons reçu un message à cet effet. Mais nous avons appris plus tard que Meshaal avait été incapable de tenir sa promesse parce que la ligne dure du Hamas (dans les territoires) avait refusé d'obéir à ses ordres.

La source a ajouté : "(Ahmad) Al-Jabari (le responsable des Brigades Al-Qassam) a dit à Khalid Meshaal qu’il tirerait sur les membres du Fatah qui partiraient et qu’il ne devrait pas se mettre dans l’embarras en faisant des promesses. "

Source : http://www.aawsat.com/  
  Traduction : MG pour ISM



Jeudi 6 Août 2009


Commentaires

1.Posté par unsimplecitoyen le 06/08/2009 21:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

N'est-il pas temps de dire au hamas qu'il va trop loin et que la population palestinienne va de plus en plus se (re)tourner ver le Fatah, malgré tous ses défauts?

Ai début j'étais un partisan du hamas mais la paix est-elle possible avec eux au pouvoir, voilà ce que je me demande.

Ainsi, " "Les attaques à la roquette du Hamas visant des civils israéliens sont illégales et injustifiables, et assimilables à des crimes de guerre", selon un rapport de Human Rights Watch." ( http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/proche_moyenorient/20090806.OBS6657/human_rights_watch__le_tir_de_roquette_est_un_crime_de_.html )

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires