RELIGIONS ET CROYANCES

L'Arabie saoudite va réviser les recueils de hadiths et Sahih Al Boukhari


C’est un événement considérable et peut-être historique. L’Arabie saoudite a annoncé en octobre, sans trop de tapage, la création d’un Centre des hadiths du Prophète. Ce centre devra “expurger les compilations des faux hadiths, de ceux qui sont en contradiction avec le Coran ou de ceux qui sont utilisés pour justifier et alimenter le terrorisme“.


N. E.
Dimanche 3 Décembre 2017

Cette décision a pris la forme d’un décret du Roi Salmane http://www.spa.gov.sa/1678298. Pour en saisir la portée, il faut savoir :

-que l’Arabie saoudite est la gardienne de l’Islam sunnite le plus orthodoxe;

-qu’elle est la gardienne des Lieux saints;

-que de nombreux hadiths sont le fondement du wahhabisme;

-que le wahhabisme et le pacte de Najd sont le fondement de l’Etat saoudien actuel, depuis environ trois siècles;

-que les hadiths et ce qu’on appelle plus largement la Tradition, sont la seconde source de législation chez la majorité des musulmans orthodoxes, après le Coran et avant l’analogie et le consensus de “ceux qui lient et délient“.

Pour tout résumer, les recueils des hadiths (paroles ou actes du Prophète, collectés plus de deux siècles après sa mort) sont souvent sacralisés au point que de nombreux critiques ont subi les foudres de leurs contemporains.

Comme le disait Mohamed Arkoune, “la charia est œuvre humaine“, et elle a utilisé pour cela des hadiths dont l’authenticité n’est pas toujours garantie, loin de là, ainsi que le consensus des théologiens (ceux qui lient et délient, اهل الحل و العقد) et l’analogie, de sorte à fermer toute porte à l’Ijtihad (effort d’interprétation).

Le nouveau Centre sera basé à Médine. Sa direction a été confiée à un membre connu de la famille Al Cheikh, descendant de Mohamed Ibn Abdelwahab, fondateur du wahhabisme. Un “conseil scientifique international“ sera constitué pour mener ce travail de purge.

Le décret royal saoudien est daté du 18 octobre. Il a été peu médiatisé. L’objectif assigné au centre est de “contribuer à diffuser la pensée modérée, l’Islam modéré“.

Depuis deux ans et de plus en plus fort, MbS annonce un retour au “vrai Islam“ en Arabie saoudite et une ouverture de la société vers le monde et vers la culture. Il autorise les femmes à conduire.

Des cinémas, festivals, concerts de musique sont organisés publiquement. Un séisme, accueilli favorablement par la jeunesse saoudienne et une grande partie de la société, selon les témoignages concordants rapportés de sources médiatiques crédibles. Un séisme qui referme la parenthèse de la Sahwa (littéralement l’éveil), qui a duré plus de trente ans à partir de 1979, date de la “révolution iranienne“, et qui avait redonné les clés de la société aux théologiens les plus conservateurs.

“Nous allons détruire immédiatement les pensées extrémistes“

Plus récemment, dans des interviews https://www.theguardian.com/world/2017/oct/24/i-will-return-saudi-arabia-moderate-islam-crown-prince notamment, il a annoncé le retour définitif au “vrai Islam“.

MbS s’attaque donc frontalement à un fondement de l’Etat saoudien, le wahhabisme et à ce positionnement saoudien qui veut que ce pays soit le plus orthodoxe d’entre tous les pays musulmans.

Le projet de MbS est ambitieux et global: lutte contre les extrémismes au nom de la religion, transformation sociale et culturelle, ouverture de la société, création d’une économie qui s’affranchit de la rentre pétrolière, lutte contre la corruption, davantage de pouvoir aux citoyens… Bref, le début d’un cheminement vers un Etat moderne.

Le futur Roi saoudien, âgé seulement de 32 ans, ouvre toutefois de nombreux fronts en même temps: Yémen, Iran, Syrie, Qatar, Liban, lutte anti-corruption, attaque frontale contre les conservateurs et le wahhabisme. Est-il pressé de faire évoluer son pays? Ou bien ne mesure-t-il pas les dangers de cette démarche? L’avenir le dira.

Les recueils de hadiths dans de nombreux milieux musulmans sont sacralisés. Les travaux et prises de position critiques existent, de la part de penseurs ou parfois des théologiens, à l’instar de Sobhi Mansour, Hassan Farhane Maliki ou Mohamed Abdallah Nasr.

La dernière révision en date, celle-là acceptée par la plus grande partie des milieux conservateurs, est celle d’Al Albani. L’étude critique de la genèse des hadiths montre clairement l’existence de nombreux (voire d’une majorité) de hadiths “posés“ ou faux hadiths, inventés pour servir une ethnie, une confession, un pouvoir politique… Le recueil officiel saoudien de Sahih Al-Bukhari est consultable ici en format numérique http://bukhari-pedia.net/.

La décision saoudienne, si elle est exécutée de la manière dont elle a été annoncée, fait tomber un mur, une muraille même et ouvrira une brèche vers un début de rationalité dans l’étude des corpus islamiques.

Une brèche qui ouvre la voie à toutes les éventualités, car les idéologies extrêmes ne résistent que dans la fermeture la plus totale.



Dimanche 3 Décembre 2017


Commentaires

1.Posté par 3bdkrim le 03/12/2017 11:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voila, nous y sommes . le vatican 2 de l islam commence

2.Posté par bob le 03/12/2017 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est quoi la prochaine étape ?

3.Posté par Vildavia le 03/12/2017 12:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dieu proclame qu'Il est Clément et Miséricordieux (1:1), et que le Coran est pleinement détaillé (7:52, 6:114, 10:37) : C’est pourquoi l'Islam est une religion de paix, d'amour et de miséricorde, et c'est pourquoi tous nos rituels et interprétations proviennent exclusivement du Coran.

S12 v 111Dans leurs récits il y a certes une leçon pour les gens doués d’intelligence. Ce n’est point là un récit fabriqué(14). C’est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde pour des gens qui croient

4.Posté par Vildavia le 03/12/2017 12:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

À ceux qui demandent avec perplexité : « Pourquoi Dieu nous a-t-Il créés ? Pourquoi nous a-t-Il mis en ce monde ? 2 est la sagesse sous-jacente aux tourments qui nous affligent ? », le Coran dans son entier répond : Dieu a créé l’homme ici-bas en le dotant d’une curiosité inscrite dans sa nature pour qu’il cherche à connaître ce que recèle ce monde de richesses ignorées, pour qu’il cherche également à se connaître lui-même. Se connaissant lui-même, l’homme connaît son Seigneur. Il perçoit la dignité suprême de ce Seigneur de Gloire. Il Lui exprime sa soumission et son amour. Ainsi devient-il apte à recevoir l’Amour et les Bienfaits divins.
C’est pour cela, pour ce but ultime, que Dieu nous a créés, pour nous manifester son Amour et sa Bonté. S’Il nous fait souffrir, c’est pour nous réveiller de notre torpeur et qu’ainsi, nous devenions aptes à recevoir son Amour et ses Bienfaits.
Dieu a créé par Amour.
Dieu a créé pour Aimer.
C’est par Amour qu’Il fait souffrir.

La chimie, les sciences naturelles et l’électronique sont des sciences mineures.

La religion est la science majeure qui englobe toutes les autres sciences.

Il n’existe aucune contradiction entre religion et sciences, car la religion, par sa nature même, est la science suprême.


Loué et exalté dans les cieux soit Celui qui nous a créés par Amour et Miséricorde !

5.Posté par Vildavia le 03/12/2017 15:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ceci est un avis personnel je ne veux nullement induire les gens en erreurs afin de ne pas créé la colère d Allah. À mon humble avis malheureusement beaucoup d humain s écartent des lois divine tout en mettant en avant les hadiths ce qui écrase le nectar des nectars el Koran Les hadiths et la sounna font-ils réellement partie de l’Islam ou sont-ils des traditions sans fondement qui dénaturent et défigurent profondément l’Islam ?
Le terme « hadiths » désigne les paroles attribuées au prophète Mohammed et le terme sounna les traditions religieuses qui lui sont attribuées, et sont authentifiées grâce à un consensus de ses compagnons.
Contrairement au Coran qui a été intégralement retranscrit du vivant du prophète, les hadiths et la sounna sont des traditions qui ont été, selon les autorités religieuses retransmises oralement sur une période allant de deux à plusieurs siècles (après la mort du prophète en 632) avant d’être finalement mises par écrit.
Bien que le Coran proclame qu’il est pleinement détaillé (7:52, 6:114. 10:37), une immense majorité de musulmans croient que les hadiths et la sounna sont nécessaires pour clarifier des passages du Coran ou même révéler certains aspects de la religion qui sont purement absents du texte coranique, quand bien même ces derniers en contredisent souvent l’esprit et la lettre. Il est Un unique sans associé, une religion islam sans racine wahabite sunnisme alaouite etc...et les Al Saoud menteur transgresseurs manipulent les Muslims et voilà le désordre...

6.Posté par oh-daz le 03/12/2017 17:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

.... ou de ceux qui sont utilisés pour justifier et alimenter le terrorisme“........
Dites moi,,, c'est sur les bases de quels hadiths que vous avez participé aux destructions de pays tels : IRAK,
Libye, Syrie.....??? entre autres...

7.Posté par Saber le 03/12/2017 18:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un loup qui parle le langage humain.

8.Posté par Saber le 03/12/2017 18:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A ceux qui croient que les kouffars n'entrent jamais aux alentours de la Mecque, qu'ils sachent que le GIGN y est déjà entré

9.Posté par YYY le 03/12/2017 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et Voila, Les Hadith Vrais, vont être falsifiés voire supprimés à nouveau pour égarer d'avantage. Et préserver leurs trônes.

Chii'a = chiites dont les wahhabites et hadithistes.

Le pacte des Qoraich est le Pacte fait avec Allah. Ceux qui préservent l'Islam ne sont pas les Saoud clairement, c'est les Qoreich, les Ansar et les Musulmans ainsi que la Récitation du Qor'an, c' est ce qui préserve par la puissance d' Al-Lah.
La mémoire et Vocalise/Lecture et la pratique selon Qor'an, Soubhane Allah.

Sourate Al Nissa S4 V82

أَفَلَا يَتَدَبَّرُونَ ٱلْقُرْءَانَ ۚ وَلَوْ كَانَ مِنْ عِندِ غَيْرِ ٱللَّهِ لَوَجَدُوا۟ فِيهِ ٱخْتِلَـٰفًۭا كَثِيرًۭا

Ne méditent-ils donc pas sur le Coran? S'il provenait d'un autre qu'Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions!

http://www.lechemindroit.webs.com/Premier%20et%20dernier%20verset%20du%20coran.pdf

10.Posté par le mouton noir le 03/12/2017 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

eh! voila la verite commence a emmerger et ce n'est pas par compassion envers la race humaine que les saouds en viennent a agir ainsi c'est parcequ'ils savent que la fin pour eux et leurs associes du nouvel ordre mondial est proche,toute les revelations actuels sur le harcellement sexuel la pedophilie et bientot les sacrifices d'etres humains a satan par ces elites mondial le confirme et meme des hauts membres de la mafia khazar ce sont enfuits en antarctique avec le sous marin argentin soi disant disparu(dont tout l'equipage doit etre mort actuellement,ils se savent perduent donc certain essaient de tourner la veste(comme estrosi dernierement qui declare regretter son passe politique,mais il n'echappera pas au future proces "nuremberg mondial" qui jugera tout les criminels du genre humain)donc il est interressant de noter que ces hadiths etaient ecrit par des manipulateurs qui ont comploter pour s'octroyer des pouvoirs et de la puissance et asservir des peuples entiers et cela n'a jamais ete en aucun cas la parole de dieu et pour vous reprendre 3bdkrim vous ne croyez pas si bien dire a propos du vatican car il se trouive que ce sont les superieurs des saouds(la noblesse noire italienne sataniste et meurtriere de masse de l'humanite!!!!

11.Posté par L arabe le 03/12/2017 20:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les autres pays musulmans vont suivre la voix de l arabie. C est vrai qu' il y a des hadiths qui se contredisent.

12.Posté par Vildavia le 04/12/2017 07:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L’Islam traditionnel prétend qu’un musulman qui rejette les hadiths et la sounna est un « kafir » (infidèle) et le lecteur aura matière à juger si quelqu‘un qui rejette l’intégralité des hadiths et de la sounna est un infidèle ou au contraire un vrai croyantf qui s’élève pour défendre l’Islam

17:46) Et Nous avons placé des voiles sur leurs cœurs afin qu’ils ne le comprennent pas (c'est-à-dire le coran), ainsi que la surdité dans leurs oreilles, et quand tu mentionnes ton Seigneur dans le coran exclusivement, ils tournent leurs dos par dégoût.
Quand les sunnites chiites ou autres rencontrent des musulmans qui mentionnent Dieu en respectant strictement la façon dont les versets du coran sont écris (par exemple, aucun nom, même celui du prophète, n’est jamais mentionné à coté de Dieu dans le coran), et qui refusent toute mention de « hadiths autres que Dieu et Ses versets », leurs cœurs se couvrent d’un voile et ils tournent leurs dos de dégoût, incapables de saisir la pureté, la beauté et la vérité du coran. Pire, ils traitent de surcroît les croyants d’infidèles en oubliant d’aller se regarder dans la glace.
3. Le coran est pleinement détaillé, de quoi d’autre ont-ils besoin ?
Seule la parole de Dieu est digne d’être suivie, car le Coran est parfait et pleinement détaillé (6:114, 7:52, 10:37) :
أَفَغَيْرَ اللَّهِ أَبْتَغِي حَكَمًا وَهُوَ الَّذِي أَنزَلَ إِلَيْكُمُ الْكِتَابَ مُفَصَّلًا وَالَّذِينَ آتَيْنَاهُمُ الْكِتَابَ يَعْلَمُونَ أَنَّهُ مُنَزَّلٌ مِّن رَّبِّكَ بِالْحَقِّ فَلَا تَكُونَنَّ مِنَ الْمُمْتَرِينَ
(6:114) Devrais-je chercher autre que Dieu comme juge, alors qu’Il est celui qui a révélé le livre pleinement détaillé ?! Et ceux à qui Il a donné le livre savent qu’il a été révélé par ton seigneur en toute vérité ; alors ne soit pas du nombre de ceux qui doutent. (6:115) La parole de ton Seigneur s’est accomplie à force de vérité et de justice. Rien ne peut abroger Ses paroles, Il est l’Audient, l’Omniscient.
وَلَقَدْ جِئْنَاهُم بِكِتَابٍ فَصَّلْنَاهُ عَلَىٰ عِلْمٍ هُدًى وَرَحْمَةً لِّقَوْمٍ يُؤْمِنُونَ
(7:52) Et, assurément, Nous leur avons apporté un livre que Nous avons détaillé en toute science : [Il est] un guide et une miséricorde pour un peuple qui croit.
وَمَا كَانَ هَٰذَا الْقُرْآنُ أَن يُفْتَرَىٰ مِن دُونِ اللَّهِ وَلَٰكِن تَصْدِيقَ الَّذِي بَيْنَ
يَدَيْهِ وَتَفْصِيلَ الْكِتَابِ لَا رَيْبَ فِيهِ مِن رَّبِّ الْعَالَمِينَ

Si vous connaissiez un tueur en série qui tuent des gens à coups de pierres, exécute toute personne qui change de religion ou ne fait pas la prière, mutile sexuellement les femmes, confiriez-vous à un tel monstre l’interprétation de la loi et des pratiques religieuses dans votre société ? Y aurait-il quelque sombre raison après sa mort de sauvegarder tout ou partie des lois qu’il a inventées et qui ont justifiées ses crimes, en plus du fait que ces lois aient été inspirées de traditions orales plus que contestables retranscrites des siècles après la mort du prophète et qui contredisent le Coran?
Les hadiths et la sounna défigurent l’Islam et c’est la raison pour laquelle beaucoup de soi-disant pays musulman doivent revenir au coran afin de ne pas troqué la parole de Dieu au profit « d’hadiths autres que Dieu et Ses versets » (45:6),
Ceux qui refusent de purifier leur foi en abandonnant complètement les hadiths et la sounna, ou cherchent à faire des compromis, ne feront jamais qu’enlever le cancer partiellement. La maladie continuera de se propager et leur religion demeurera, tant qu’elle subsistera, une religion corrompue en phase terminale. L’Islam sunnite, shiite etc...ne représente pas l islam. Cela n’affectera jamais l’extraordinaire beauté du message de paix de l’Islam tel qu’il est décrit directement dans le Saint Coran.

13.Posté par Vildavia le 04/12/2017 07:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Est-il vrai que certains hadiths abrogent le coran?

Pleinement conscients que les hadiths contredisent régulièrement le coran, les oulémas sunnites n’ont d’autre choix pour tenter de se convaincre de la véracité des hadiths que de prétendre que certains abrogent certaines lois coraniques. C’est par exemple le cas lorsqu’ils tentent de justifier la loi de la lapidation (c.a.d., tuer à coups de pierre) pour adultère, laquelle provient de plusieurs « hadiths sahih » (hadiths forts), ce qui contredit bien évidemment la loi coranique comme on l’a étudié en détail plus tôt.
وَاللَّاتِي يَأْتِينَ الْفَاحِشَةَ مِن نِّسَائِكُمْ فَاسْتَشْهِدُوا عَلَيْهِنَّ أَرْبَعَةً مِّنكُمْ فَإِن شَهِدُوا
فَأَمْسِكُوهُنَّ فِي الْبُيُوتِ حَتَّىٰ يَتَوَفَّاهُنَّ الْمَوْتُ أَوْ يَجْعَلَ اللَّهُ لَهُنَّ سَبِيلًا
(4:15) Celles de vos femmes qui commettent l’immoralité, alors appelez quatre témoins contre elles, et s’ils témoignent [contre elles], confinez les dans leurs maisons jusqu'à leur mort, ou jusqu'à ce que Dieu trouve une issue pour elles.
Commentaire du verset 4:15 du Coran, nouvelle traduction du sens de ses versets, par Mohammed Chiadmi (en rouge ci-dessous):
« Dieu leur offre une autre issue : ce verset a été abrogé par la sunna dans un hadith sahîh rapporté par Muslim (sahih Muslim bi sharh an-Nawâwî, tome 11, p. 154). D’après ce hadith, la fornication est punie par la peine citee dans la sourat 24/2 ; et l’adultère, par la lapidation, et non par la peine prévue initialement dans ce verset. »
Le grand malheur pour ceux qui prétendent que certains hadiths abrogent le coran est que Dieu proclame en personne dans le coran que rien ne peut l’abroger :
وَلَقَدْ كُذِّبَتْ رُسُلٌ مِّن قَبْلِكَ فَصَبَرُوا عَلَىٰ مَا كُذِّبُوا وَأُوذُوا حَتَّىٰ
أَتَاهُمْ نَصْرُنَا وَلَا مُبَدِّلَ لِكَلِمَاتِ اللَّهِ وَلَقَدْ جَاءَكَ مِن نَّبَإِ الْمُرْسَلِينَ
(6:34) Certes, des messagers ont été rejeté avant toi (Ô Mohammed) ; mais ils furent patients au sujet des raisons pour lesquelles ils étaient rejetés et persécutés jusqu'à ce que notre secours ne leur parvienne. Rien ne peut abroger les paroles de Dieu ; et assurément, certaines nouvelles des messagers te sont déjà parvenues.
أَفَغَيْرَ اللَّهِ أَبْتَغِي حَكَمًا وَهُوَ الَّذِي أَنزَلَ إِلَيْكُمُ الْكِتَابَ مُفَصَّلًا وَالَّذِينَ آتَيْنَاهُمُ الْكِتَابَ يَعْلَمُونَ أَنَّهُ مُنَزَّلٌ مِّن رَّبِّكَ بِالْحَقِّ فَلَا تَكُونَنَّ مِنَ الْمُمْتَرِينَ




14.Posté par franck le 04/12/2017 08:32 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour la semaine dernière sur le sujet de ibn sur l esclavage en islam
Et du dt ezzat impossible de mettre un message!!!
sinon le lien sur le decret donner si dessus et introuvables !!!! Sujet a surveillé

15.Posté par Zaheer le 04/12/2017 08:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Est ce Boukhari et Muslim qui ont nommé leur recueil "sahih" ou le suivisme aveugle de personnes bien ou mal intentionnées ? Ceux qui craignaient Allah disaient qu'ils ne fallaient prendre de leur science qu'une fois vérifiée. Ce qui pourrait être détestable ce n'est donc pas de révisez et corriger ces recueils de ahadith, mais de quelle manière cette révision se fera. Sous quel filtre, celui du Quran véridique ou non ?

16.Posté par mohamed ayoub le 04/12/2017 12:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce travail de purification des hadiths a deja ete fait par BOUKHARI ET MUSLIM et bien d autre,le nouveau roi celui la meme qui veut installer l alcool et des femmes nues dans la peninsule arabique dans des stations balneaires veut suprimer des ahadiths qui le derange,sur ordre de son maitre americain.
je fait plus confiance a nos savants BOUKHARI ,MUSLIM,IMAM MALIK ,AL SHAFIHI ETC...qui ont voué leur vie a L ISLAM QUE SES miserables chiens de gouverneurs saoudiens qui combattent la oumma et L ISLAM qui ne sont que des valets des americains.
A ceux qui ne reconnaissent pas les hadiths rapporter par une chaine de transmission sur, rejettent de fait 80 pour cent de l ISLAM, c est ce que veulent de vous les mecreants.
Car dans ce cas expliquer moi comment vous faite la priere,le jeune du mois de ramadan,le pelerinage a la Mecque,la relation intime de l homme avec son epouse etc ... et bien d autre.tout ceci n est pas expliquer dans le CORAN mais detailler dans les hadiths.

17.Posté par mohamed ayoub le 04/12/2017 13:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

POUR CEUX QUI NE COMPRENNENT PAS NOTRE RELIGION ET A VOIRE LES REACTION ILS Y EN A BEAUCOUPS VOILA UN ARTICLE ECRIT PAR DES FRERES SUR LE FIQH C EST UN PEU LONG MAIS CEUX QUI RECHERCHENT LA VERITEE PRENDRONT LE TEMPS.

Introduction aux sciences du droit et aux fondements du droit PDF Imprimer Envoyer
Au nom de Dieu, Clément et Miséricordieux

1. DEFINITIONS

Les oulémas, toutes écoles juridiques confondues, s'accordent à dire que les prescriptions de la charia (ou Loi islamique) déterminent les moindres actes et propos de l'homme, qu'il s'agisse de la pratique du culte, des échanges, des affaires criminelles, du statut personnel ou de n'importe quel genre de contrat ou de comportement. Certaines de ces prescriptions sont clairement définies par les textes du Coran et de la Sunna ; d'autres ne sont pas expressément mentionnées par ces deux sources, mais la charia fournit des preuves et des indices au moyen desquels le spécialiste de l'interprétation juridique (mudjtahid) peut systématiquement y accéder et les appréhender. L'ensemble des prescriptions de la Loi islamique portant sur les actes et propos de l'homme, qu'elles soient directement issues des textes du Coran et de la Sunna ou déduites à partir des autres preuves légales à défaut de textes, constitue le droit (fiqh).

Le droit se définit ainsi, dans la terminologie juridique islamique, comme étant la science qui traite des prescriptions légales pratiques émanant de la somme de leurs arguments, ou comme l'ensemble des prescriptions légales pratiques issues de la somme de leurs arguments. En procédant par induction, les oulémas en sont arrivés à la conclusion que les arguments dont sont issues les prescriptions légales pratiques se ramènent à quatre (4) : le Coran, la Sunna, le consensus (idjma') et le raisonnement par analogie (qiyâs), la base de ces arguments et la première source de loi étant le Coran, puis la Sunna qui le définit et le complète en en expliquant ce qui est indéterminé, en spécifiant ce qui est général et en restreignant ce qui est absolu.

C'est pourquoi ils en ont étudié chacun de ces arguments en démontrant en quoi il constitue pour les hommes une autorité en matière de législation et une source de loi dont les prescriptions s'imposent à tous.

C'est pour cela aussi qu'ils ont analysé les modalités d'argumentation, les catégories globales et ce que chacune de celle-ci indique comme prescriptions légales globales.

Les oulémas ont également étudié les prescriptions légales globales déductibles de ces arguments ainsi que les moyens permettant de les dégager des textes, ou de les déduire à partir de références autres que les textes telles que les règles grammaticales et législatives. Ils ont enfin traité de celui qui possède la compétence de puiser les prescriptions de la Loi aux arguments mêmes, c'est-à-dire du spécialiste de l'interprétation juridique ou déduction des lois (idjtihâd) ainsi que les conditions requises pour sa pratique, de même que l'adoption de l'opinion juridique d'autrui (taqlîd) et la loi qui s'y applique.

L'ensemble de ces règles et recherches portant sur les arguments légaux en temps que sources de prescriptions de la Loi, et sur les prescriptions elles-mêmes en tant que résultantes de ces arguments ainsi que tout ce qui se rapporte à ces deux points, constituent les fondements du droit (usûl al fiqh). Les fondements du droit se définissent donc, dans la terminologie juridique islamique, comme étant la science qui traite des règles et des recherches au moyen desquelles on arrive à déduire les prescriptions légales pratiques à partir de la somme de leurs arguments, ou comme l'ensemble des règles et des recherches au moyen desquelles on arrive à dégager les prescriptions légales pratiques à partir de la somme de leurs arguments.

2. OBJET

La science du droit a pour objet l'étude des actes de l'individu responsable en droit (mukallaf) par rapport aux prescriptions légales qu'ils nécessitent; l'homme de loi (faqîh) étudie les actes émanant de l'individu responsable en droit tels que la vente, la location, le gage, la procuration, la prière, le jeûne, le pèlerinage, l'homicide, la diffamation, le vol, l'aveu, le legs pieux ou autres, en vue de déterminer la loi correspondante à chacun d'eux.

La science des fondements du droit, elle, a pour objet l'étude de l'argument légal global par rapport aux prescriptions globales qui le nécessitent; le fondamentaliste (usûlî) étudie le raisonnement par analogie et sa valeur d'autorité, la portée générale des textes et ses restrictions, l'ordre reçu et sa signification, et ainsi de suite.

Pour y voir plus clair, examinons l'exemple suivant. Le Coran est le premier argument légal en matière de loi. Or, ses textes de lois ne s'énoncent pas de la même manière. Certains se présentent en effet comme une formule d'ordre, d'autres comme une formule de défense, d'autres encore comme une formule de généralité ou une formule d'absoluité. Ces différentes formules d'ordre, de défense, de généralité et d'absoluité représentent certaines des catégories globales de l'argument légal général qu'est le Coran.

Le fondamentaliste étudie donc chacune de ces catégories en vue d'aboutir au genre de prescription globale qu'elle indique ; ce faisant, il recourt à une démarche inductive portant sur l'emploi de la langue arabe et sur l'usage légal. S'il s'avère, à l'issue de cette recherche, que la formule d'ordre indique l'obligation, la formule de défense l'interdiction, la formule de généralité la totalité des individus que la portée générale des textes englobe à coup sûr, et la formule d'absoluité l'affirmation de la loi dans l'absolu, le fondamentaliste posera alors les règles suivantes : l'ordre implique l'obligation ; la défense implique l'interdiction ; la portée générale des textes englobe à coup sûr la totalité des individus qui participent de la généralité ; la portée absolue des textes se réfère à l'individu commun sans limitation.

Ces règles globales et toutes celles que le fondamentaliste arrive à établir au travers de son étude sont admises par l'homme de loi, qui les applique aux différentes parties de l'argument global en vue d'aboutir, par leur intermédiaire, à la prescription légale pratique dans ses détails. Il appliquera ainsi la règle l'ordre implique l'obligation au verset [5:1] :
«Croyants ! Respectez vos engagements»,
et jugera que le respect des engagements est obligatoire ; il mettra en application la règle la défense implique l'interdictionpar rapport au verset [49:11]
« Croyants! Ne vous criblez pas de railleries mutuelles »,
pour conclure que la raillerie est interdite ; il appliquera la règle la portée générale des textes englobe à coup sûr la totalité des individus qui participent de la généralité au verset [4:23]
« il vous est interdit d'épouser vos mères »
pour considérer que toute mère est interdite de mariage (par rapport à son fils) ; il appliquera la règle la portée absolue des textes se réfère à l'individu commun sans limitation au verset [58:3]
« Ceux qui jurent affranchiront un esclave »
se rapporte à l'expiation du serment du dos (1), et soutiendra que, pour expier une faute, il suffit d'affranchir n'importe quel esclave, musulman ou non.

La différence entre l'argument global et l'argument partiel d'une part, et la prescription globale et la prescription partielle d'autre part apparaît ainsi clairement.

L'argument global est la catégorie générale d'arguments qui englobe plusieurs parties, exemples : l'ordre, la défense, la portée générale des textes, leur portée absolue, le consensus explicite, le consensus tacite, le raisonnement par analogie dont la cause est stipulée par les textes, le raisonnement par analogie dont la cause est déduite, etc. Ainsi, l'ordre comprend, dans sa totalité, toutes les formules qui s'énoncent comme un ordre ; la défense comprend, dans sa totalité, toutes les formules qui s'énoncent comme une défense et ainsi de suite. L'ordre est donc un argument global et le texte se présentant comme une formule d'ordre un argument partiel ; la défense est un argument global et le texte se présentant comme une formule de défense un argument partiel.

La prescription globale, elle, est la catégorie générale de lois qui englobe plusieurs parties, exemples : l'obligation, l'interdiction, la validité, l'invalidité, etc. Ainsi, l'obligation est une prescription globale qui comprend l'obligation de respecter ses engagements, de constituer les témoins du mariage, ou de satisfaire à tout autre devoir ; l'interdiction est une prescription globale qui comprend la prohibition de la fornication, du vol, ou de tout autre interdit ; il en va ainsi de la validité et de l'invalidité.

L'obligation est donc une prescription globale et l'obligation d'un acte déterminé une prescription partielle ; l'interdiction est une prescription globale et l'interdiction d'un acte précis une prescription partielle. Le fondamentaliste n'étudie ni les arguments partiels, ni les prescriptions partielles qu'ils dénotent. Sa recherche porte uniquement sur les arguments globaux et ce qu'ils indiquent comme prescriptions globales; ce, afin de poser des règles globales applicables pour la déduction de la Loi à partir des arguments de sorte que l'homme de loi puisse les appliquer aux différentes parties de ces arguments en vue d'en dégager la loi dans tous ses détails. L'homme de loi, lui, n'étudie ni les arguments globaux, ni les prescriptions globales qu'ils indiquent. Sa recherche porte exclusivement sur les arguments partiels et ce qu'ils indiquent comme prescriptions partielles.

3. FINALITE

La science du droit a pour finalité l'application des prescriptions légales aux actes et propos des hommes. En effet, le droit est la référence du juge pour son verdict et du mufti pour sa pratique de la consultation juridique ; c'est aussi la référence permettant à tout individu responsable en droit de connaître les prescriptions de la Loi qui s'appliquent à ses actes et propos. Telle est d'ailleurs la finalité de toute loi, chez n'importe quelle nation : les dispositions juridiques ne visent qu'à codifier les actes et propos des hommes et à informer l'individu responsable en droit sur ce qu'il doit faire et ce qu'il lui est interdit de faire.

La science des fondements du droit, elle, a pour finalité l'application de ses règles et théories à la somme des arguments en vue d'aboutir aux prescriptions légales qu'ils indiquent. En effet, c'est au moyen de ces règles et études que l'on arrive à comprendre les textes du Coran et de la Sunna et à appréhender les lois qu'ils indiquent. C'est aussi grâce à elles que l'on arrive à en dégager le sens caché et à en privilégier certains en cas de divergence de textes. C'est encore grâce à elles que l'on peut déduire, à travers le raisonnement par analogie, la préférence juridique, la présomption de continuité ou autres, la loi qui s'applique à un événement non prévu par les textes.

En outre, ces règles et études des fondements du droit permettent de comprendre parfaitement les lois qui ont été déduites par les fondateurs des écoles juridiques et d'établir un parallèle entre leurs doctrines respectives s'agissant d'un même événement. En effet, pour pouvoir bien comprendre une loi et mettre en parallèle deux différentes façons de la concevoir, il faut nécessairement connaître l'argument auquel on se réfère et la manière dont la loi en a été déduite, ce qui ne peut être réalisé sans la science des fondements du droit sur laquelle repose le droit comparé.

4. NAISSANCE ET EVOLUTION

Les règles de droit ont vu le jour en même temps que l'islam. En effet, l'islam est un ensemble de credos, de préceptes moraux et de prescriptions pratiques. A l'époque du Prophète, les prescriptions pratiques étaient constituées des lois contenues dans le Coran et de celles promulguées par le Prophète sous forme de remède à un évènement, de règlement d'un litige ou de réponse à une question.

A cette première période, les règles de droit étaient donc constituées des lois émanant de Dieu et de son Prophète et avaient pour sources le Coran et la Sunna.

A l'époque des Compagnons du Prophète, les musulmans furent confrontés à des événements et des nouveautés qu'ils n'avaient jamais connus du vivant du Prophète. Les Compagnons qualifiés pour l'interprétation juridique prononcèrent alors des jugements en tranchant les différends, en donnant des avis juridiques et en élaborant des lois. Ils enrichirent ainsi, par leurs déductions, la première série de règles juridiques. A cette deuxième période, les règles de droit étaient donc constituées des lois émanant de Dieu et de son Prophète ainsi que des opinions des Compagnons du Prophète et avaient pour sources le Coran, la Sunna et l'interprétation juridique des Compagnons.

Durant ces deux périodes, les règles de droit n'étaient point consignées. On n'établissait pas non plus de lois hypothétiques ; seules étaient élaborées les lois nécessitées par des événements réellement vécus. Les lois ainsi élaborées ne revêtaient aucun caractère scientifique : elles n'étaient que des solutions partielles pour remédier à des événements réels. D'ailleurs, cet ensemble de règles juridiques n'était pas désigné par le terme de science du droit, et les Compagnons qui les élaborèrent n'étaient pas appelés des hommes de loi. A l'époque des deux générations suivantes (tâbi'un et tâbi'u-t-tâbi'in) et de celle des fondateurs des écoles juridiques (vers le 2ème et le 3ème siècle de l'Hégire), l'Etat islamique s'étendit et de nombreux peuples embrassèrent l'islam.

Les musulmans furent confrontés à des problèmes nouveaux, des théories diverses et une activité culturelle et intellectuelle qui poussèrent les spécialistes de l'interprétation juridique à entreprendre des recherches fécondes et à déduire des lois pour bon nombre d'événements ; des horizons nouveaux s'ouvrirent alors devant eux pour l'investigation et la recherche et c'est ainsi que s'élargit le domaine de la législation.

[1] le serment du dos ou zihar consiste, pour le mari, à jurer, dans le dessein de la répudier, que sa femme lui est aussi sacrée que sa propre mère.

18.Posté par Saber le 04/12/2017 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aucun hadith rapporté n'a autorité pour abroger quoi que ce soit dans le noble coran.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires