RELIGIONS ET CROYANCES

L’Aid El Kébir et l'Islam


Dans la même rubrique:
< >

La non-violence active est connaissance de l'autre, de ses traditions, ses croyances. L'apprentissage du fait religieux participe de cette approche non-violente de nos semblables.


Lundi 1 Décembre 2008

Origne de la fête sa signification

L’Aid El Kébir et l'Islam
Appelée fête du sacrifice, selon le Coran, l’Aid El Kébir est une fête musulmane qui commémore chaque année l’acte de soumission à Dieu du prophète Abraham. Abraham fut mis à l’épreuve par Dieu qui lui demanda de sacrifier son fils Ismaël qu’il avait eu à un âge avancé de son union avec sa seconde épouse Hadjer. Abraham aimait son fils et Dieu éprouva donc cet amour par une vision. Abraham se vit dans cette vision égorgeant son fils bien-aimé. Il en parla à son fils qui lui dit d’exécuter ce qui lui avait été ordonné. Abraham était prêt à immoler son fils, mais Dieu intervint et pour le sacrifice l’enfant fut remplacé par un bélier, d’où l’origine du nom, « la fête du sacrifice » et de la tradition de sacrifier et manger en le partageant un mouton.





Cette fête a lieu tous les ans à cette époque de l’année qui coïncide avec le 10e jour du mois de l’Hégire, Dhou El Hidja et la fin du pèlerinage à la Mecque. Elle est l’occasion pour chaque musulman de renouveler sa foi et sa soumission à Dieu, d’être meilleur en donnant, en partageant une partie de sa fortune à travers le don. C’est aussi un acte par lequel il réalise son propre besoin d’entretenir et de renforcer ses liens entre les membres de sa famille, ses proches, ses voisins, ses amis, en oubliant les divergences, et en se pardonnant mutuellement. C'est l'une des deux fêtes canoniques de l'islam l'autre étant la fête cloturant la fin du jêune du Ramadan.





Fête du partage et de la solidarité, en donnant chaque musulman réalise que l’entraide entre personnes est une nécessité et que cela permet de créer des liens aussi bien spirituels que sociaux avec tous les êtres humains qu’ils soient musulmans ou non.














L’Islam religion monothéiste révélée







L’Islam revendique l’unicité absolue de Dieu appelé Allah, sa nature transcendante et immatérielle, au-delà de toute perception physique, mais aussi son omniprésence. Ses prescriptions (rituels, prières) n’admettent aucune image ni symbole considéré comme des restes d’idolâtrie. Les rapports entre l'homme et Dieu sont directs et personnels, sans besoin d'intermédiaire (pas de clergé, pas d’institution, mais des docteurs de la loi). C'est à l'individu de faire son choix : il est responsable directement devant Dieu. Dans l’islam pas de péché originel, la faute d’Adam le premier homme a été pardonnée, chacun est appelé à rendre des comptes personnellement.





L’Islam est une religion révélée. Selon la perspective islamique, chaque fois que Dieu a envoyé un nouveau prophète, il n'a pas envoyé au monde des vérités chaque fois différentes, mais différentes formes et différentes expressions de la même vérité fondamentale qui est celle de l'Unité. Ainsi, l'Islam est la réaffirmation de cette vérité primordiale qui fut affirmée autrefois par tous les autres prophètes, et avec le prophète Mohamed le cycle prophétique serait arrivé à son terme selon cette religion. La preuve qu'elle en donne c’est que Mohamed a lui-même annoncé qu’il n'y aurait plus de prophète après lui, et qu’elle est la dernière religion monothéiste révélée. La profession de foi de l’Islam c’est : « Il n'y a qu'un Dieu et Mohamed est son envoyé »











L’islam son prophète Mohamed ses textes sacrés







Mouhammed Ibn Abdallah est né le 12 Rabi Al Aoual de l’année dite de l’Eléphant concordant avec le 25 avril 571 de l’ère chrétienne dans les déserts d’Arabie à Mekka (la Mecque) de parents arabes de la tribu de Koreïch. Le fondateur de l’Islam Mouhammad, (celui qui est louangé) Mohamed en français, eut vers 610 une vision, « un rêve dans le sommeil » disent les documents, repris ensuite à l’état de veille. Un Ange (l’archange Gabriel selon la tradition) l’appelait « Envoyé de Dieu » et le chargeait de répéter un texte sacré. De 612 à 632, il continua de proclamer des textes dits révélés selon lui et la tradition. En 622, devant l’hostilité et les violences des Koreichites, Mohamed avec un petit groupe de fidèles émigre à Médine où il rallie une grande partie des arabes païens qui se convertissent à l’Islam.





Le calendrier musulman utilise cette date d’émigration (l’Hegire) comme l’an 1 de l’ère musulmane. Ils retournent à la Mecque en 630, les païens de cette ville et de l’Arabie se rallient en masse. Mouhammad meurt à Médine le 8 juin 632 (le 13 du mois de Rabi' premier, selon le calendrier arabe). Il a 62 ans. Selon la tradition il aurait été emporté de Medine à Jérusalem (à l’emplacement du Dôme du Rocher où se trouve la mosquée Al Quds) par un cheval ailé, Borak, et de là hissé jusqu'au ciel au côté de Dieu. Jérusalem est devenue la troisième ville sainte de l’Islam avec la Mecque et Médine. L’Islam a dimension universaliste et va s’installer un peu partout dans le monde parfois de façon pacifique, parfois à la faveur de conquêtes guerrières. Actuellement on compte plus d’un milliard de personnes de confession musulmane.





Les textes révélés ont été rassemblés dans le livre qu’on appelle en arabe al-Qor’an, (Qour’aane), le Coran c’est à dire « le Livre des Lectures » – au sens de « lectures liturgiques ». Il donne des instructions sur la manière dont les croyants doivent mener leur vie, et met l'accent sur la solidarité à l'intérieur de la communauté. Il est composé de 114 sections ou sourates. Il a été constitué sous sa forme actuelle vers 650, sous le califat d'Othman, par les proches disciples de Mahomet. La Sunna (conduite, règle, comportement) est l’ensemble des traditions qui rapportent ce que le prophète a dit, fait ou approuvé. L'idjmas (consensus) exprime l’accord unanime des érudits sur les points importants conformes à la chari'a, c'est-à-dire la partie que les musulmans considèrent fondamentale en tant que Loi qui discipline toute activité privée ou publique. C'est la troisième source du droit islamique, la quatrième étant le qiyas (analogie). L’Islam comporte différents courants, l’unité se faisant autour des textes sacrés et des obligations religieuses.











L’islam ses pratiques religieuses (les cinq piliers de l’islam) et autres rituels (manger halal et circoncision)






 L’Aid El Kébir et l'Islam -






Proclamation de l’unité de Dieu et du caractère prophétique de Mohamed (la shahâda)


Le musulman est tenu d’affirmer cette croyance mais aussi d’en témoigner, de le proclamer (l’islam est une religion à caractère universaliste et missionnaire)







La prière (salat)





L’islam a prescrit aux musulmans chaque jour cinq prières à cinq moments : à l'aube, au moment où le soleil quitte le zénith et décline, au milieu de l’après-midi, au crépuscule, et au début de la nuit, et prononçées en direction de la Mecque. En dehors des cinq prières quotidiennes le vendredi au moment où le soleil décline du zénith est accomplie une prière qui possède un sens communautaire ; elle revêt le caractère d'un office solennel dans un lieu de rassemblement attitré des musulmans le masjid (mosquée) . Il y a aussi la prière des deux fêtes canoniques marquant l'une la rupture du jeûne du Ramadan et l'autre les sacrifice du pèlerinage. A cotés de ces prières, il y a celles dites sur les dépouilles mortelles et celles qui sont facultatives.





Le Jeûne (sawn)






Il incombe pendant tout un mois chaque année à tout musulman, homme ou femme, doué de raison, juridiquement capable et physiquement en état de l'accomplir. En sont dispensés les enfants impubères, les malades mentaux. Peuvent en reporter leur accomplissement à une date à leur convenance, les malades, les femmes en couches ou ayant leurs règles, celles qui sont enceintes ou qui allaitent et les voyageurs. Cette obligation débute à la vue du croissant de la nouvelle lune du mois de Ramadan (9ème mois) et prend fin à sa vue, le mois suivant. Le mois comporte ainsi 29 ou 30 jours. Le jeûne commence peu avant l'aube et prend fin au coucher du soleil. Il exclut toute nourriture, toute boisson, le tabac, etc. Le fidèle après avoir accompli normalement le jeûne doit, au crépuscule, le rompre en prenant quelque chose de léger (la tradition conseille quelques dattes) avant de s'acquitter de la prière du crépuscule et dîner ensuite.





L’aumône obligatoire (zaka)





C’est une obligation à tout musulman qui possède un niveau imposable. Pour l'Islam cette aumône apparaît à la fois comme un acte de foi en Dieu, de charité, de contribution sociale, un geste de bienfaisance et un devoir de solidarité. Ses objectifs sont de purifier l'âme humaine de l'avarice, de l'avidité, et de la convoitise, de secourir les pauvres et pourvoir aux besoins des nécessiteux et des déshérités, d’instaurer des œuvres d’utilité publique.



Le pèlerinage ( hadg)





Il est obligatoire pour tout adulte, homme ou femme, de se rendre une fois dans sa vie à la Mecque à une époque déterminée de l’année (le douzième mois de l’année lunaire) pour y accomplir tout les rites du pèlerinage. Ceux qui ne disposent pas des moyens matériels du voyage en sont dispensés. Il se fait selon des conditions de pureté légale, un habit spécial, des interdits (sexuels ou du système pileux, ne pas tuer de vie animale ou humaine, etc…), sept fois le tour de la Kaaba, sept courses (quatre allers, trois retours) un rassemblement commun de tous les pèlerins le 9 du mois de Dhul Hijja dans le désert du mont Arafat, puis à Mouna, près de la Mecque, deux jours de stationnement avec les sacrifices (en souvenir du bélier sacrifié par Abraham à la place de son fils). Le pèlerinage est présenté aux fidèles comme le grand « Pardon » qui remet tous les péchés s’il est bien fait.





Autres rituels






Viande halal (licite)





Selon le Coran, dans la sourate "La Table Servie", Dieu interdit aux musulmans «de consommer la bête morte, le sang, la viande de porc, les bête immolées à d’autres divinités qu’à Dieu, les bête étouffées, assommées, mortes à la suite d’une chute ou d’un coup de corne, ou celles qu’un fauve a dévorées, à moins d’avoir été au préalable égorgées à temps». Est interdite notamment la consommation de sanglier, phacochère (cousin africain du sanglier), autruche, fauves et carnivores pourvus de crocs, singe, rapaces, oiseaux dépourvus de gésier, etc. Plus globalement, les animaux se nourrissant de souillure ou d’excréments sont interdits. A l’inverse, les ovins, bovins et caprins sont licites, de même que la volaille (sauf le paon), le lièvre, le lapin ou le gibier. A noter encore que la consommation de viande de cheval est autorisée ou non selon les différentes écoles juridiques de l’Islam.





Manger halal (licite) est une obligation. Pour qu'une viande soit halal, l'animal dont la consommation est autorisée doit être égorgé vivant et vidé de son sang (interdiction de consommer le sang), et purifié par le nom d'Allah (prière accompagnant l'abattage rituel). Dans certains pays on pratique l'étourdissement sous forme d'electronarcose pour reduire la souffrance de l'animal selon des fatwas (décisions religieuses) de Jad-al-Haq, Grand Sheikh de l'Azhar, et d'Ibn-Baz, la plus haute autorité religieuse musulmane de l'Arabie Saoudite.






Circoncision





La circoncision, pour le musulman, définit un rapport d'appartenance à la communauté islamique. Elle ne bénéficie d'aucun caractère obligatoire (ne figure pas dans le Coran) c'est une recommandation tres suivie et vécue par les musulmans comme un devoir religieux; aucune prière ne l'accompagne. Elle s'accomplit entre 1 et 16 ans, de 5 à 8 ans en Algérie; de 9 à 10 ans en Égypte méridionale; quelques semaines après la naissance en Arabie et de 10 à 15 ans chez les Sénégalais.























L’islam son calendrier lunaire (Hijri)







C'est à l'époque du Califat de Oumar (634-644) que l'ère islamique fut établit définitivement à partir de l'Hégire (622 l’an 1 musulman). Le calendrier islamique fixé dans le Coran se compose de douze mois : Moharram, Safar, Rabioul Hawwar, Rabioul Akhar, Djamadioul Hawwar, Zil Quardah, Radjab, Chaban, Ramadan, Shawwal, Djamadioul Akhar, Zil Hadjah. Les noms de chaque mois rappellent un événement ou un fait qui s’est produit: Moharram qui signifie sacré, fut appelé ainsi car les pillages et les guerres étaient interdits pendant ce mois, Ramadan qui signifie chaleur, correspondait à la période de l'année où la chaleur était si torride que la terre se desséchait, Zil-Hadjah qui signifie pèlerinage fut appelé ainsi pour la simple raison que c'était durant cette période qu'on accomplissait le pèlerinage.





Durée moyenne d’une année dans le calendrier lunaire musulman : 354,37 jours, avec des mois de 29 ou 30 jours. Le semaine est de 7 jours, le jour de repos et de prière est le vendredi (Youm el Djouma) et le premier jour de la semaine est dimanche (Youm el Ahad).Le jour commence au coucher de soleil






Il n'existe que deux fêtes canoniques dans l’Islam après le mois de jêune de ramadan (mois de la première révélation au prophète Mohamed): Idoul Fitr (fin du jeûne 1er jour du mois de Shawwal) et Idoul adhâ (fête du sacrifice du 10ème au 13ème jour de Shawwal fête qui dure 3 jours).Le nouvel an quant à lui n’est pas fêté.

http://www.planetenonviolence.org http://www.planetenonviolence.org



Lundi 1 Décembre 2008


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires