Conflits et guerres actuelles

L'Afghanistan et les perspectives d'un nouvel accord sécuritaire avec les Etats-Unis



Dimanche 31 Août 2008

L'Afghanistan et les perspectives d'un nouvel accord sécuritaire avec les Etats-Unis
Le sang versé d'un enfant a ceci de particulier qu'il ne se lave pas sans prendre au collet celui ou celle qui l'a versé : les enfants d'Azizabad, ce petit village afghan perdu quelque part dans le vaste oasis qu'est Herat ne font pas exception à la règle : la voix d'outre tombe de ces dizaines de petites âmes innocentes qui ont péri dans la cruelle, la barbare attaque de l'aviation américaine à Shindand semble avoir trouvé écho à travers un gouvernement afghan à qui la population exige désormais une révision de fond en comble de l'accord sécuritaire signé avec Washington. C'est le 25 septembre qui aux dires du ministre afghan des A.E., Kaboul s'apprête à engager des négociations qui devraient aboutir, en principe, à des changements substantiels des clauses de l'accord conclu en 2002. Un accord qui rappelons-le, depuis qu'il est en vigueur n'a eu d'autres résultats que la multiplication des attentats, l'intensification de la crise sécuritaire, l'aggravation des conditions de vie déjà extrêmement précaires des Afghans. Dans presque 25 jours, donc, le gouvernement Karzai est censé demander à la coalition occupante de poser de réelles limites à son action, de réduire ses responsabilités et la durée de sa présence, de s'engager à ne plus se lancer dans des raids aveugles contre les zones civiles, à ne plus traiter des afghans comme des bêtes, à ne plus se permettre de s'infiltrer chez eux à toutes les heures de la nuit comme du jour. L'équipe Karzai voudra aussi réclamer un calendrier de retrait des troupes étrangères, et ce, en écho au sénat dont les députés soulignent que leur pays ne peut plus être sous la férule et qu'après des décennies d'aventurisme russo-occidental il est grand temps qu'il soit libéré pour de bon. Dans ces pourparlers, l'armée nationale aura également son mot à dire : elle entend faire entendre aux occidentaux que c'est à elle, en qualité de corps défensif, de gérer les affaires sécuritaires du pays et que par conséquent les Américains n'ont d'autres choix que de coordonner avec elle leurs démarches. Tout ceci pour dire que le vase de la légendaire patience des Afghans commence à être débordé et qu'au regard de l'expérience passée, il vaudrait mieux y faire vraiment attention!

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Dimanche 31 Août 2008

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires