Palestine occupée

L’AIEA en Syrie : 'Nous avons réalisé ce que nous voulions lors de ce premier voyage'



Vendredi 27 Juin 2008

La mission des inspecteurs de l’AIEA qui cherchent à vérifier les accusations américaines sur un supposé réacteur nucléaire construit en secret par la Syrie n’a pas donné de résultats concluants et des vérifications supplémentaires sont nécessaires, a confié mercredi Olli Heinonen, le directeur général adjoint de l’Agence internationale pour l’énergie atomique.

De retour d’une visite de quatre jours en Syrie, il s’est dit satisfait de ce qui avait pu être réalisé. Mais "il reste du travail à faire", a-t-il dit devant la presse à Vienne.

De son côté, le vice-président syrien Farouk al-Chareh a expliqué sur la chaîne du mouvement libanais pro-syrien du Hezbollah, Al Manar, que Damas avait autorisé les inspecteurs à visiter le site concerné dans le désert pour prouver que les accusations de Washington sont fausses.

Lors de sa visite, Olli Heinonen a rencontré à Damas les responsables chargés du programme nucléaire syrien ainsi que des généraux syriens qui affirme que le bâtiment détruit en septembre dernier par l’aviation israélienne, n’était pas un site militaire nucléaire. D’après le renseignement américain, il aurait au contraire abrité un réacteur nucléaire capable de produire du plutonium à des fins militaires.

Les autorités syriennes ont permis à une équipe de trois inspecteurs de visiter le site d’Al-Kibar visé en septembre. Olli Heinonen n’a pas voulu donner de précisions sur ce que son équipe et lui avaient pu voir ou faire, se contentant de préciser qu’ils avaient prélevé des échantillons environnementaux dans le secteur.

"Nous avons réalisé ce que nous voulions lors de ce premier voyage", a-t-il dit. "Nous continuons nos discussions, nous avons prélevé les échantillons dont nous avions besoin et maintenant il est temps de les analyser et d’examiner les informations que nous avons obtenues de la Syrie".

"Nous verrons dans les jours et les semaines qui viennent ce qui se passera ensuite", a-t-il répondu alors qu’on l’interrogeait sur la possibilité d’une visite de suivi de l’AIEA en Syrie.

La Syrie avait accepté d’autoriser les inspecteurs de l’AIEA à visiter le site début juin, après des mois de retard. Et avant même le départ de l’équipe pour Damas, le week-end dernier, le régime de Bachar el-Assad avait fait savoir que trois autres sites soupçonnés d’abriter peut-être des activités nucléaires secrètes ne seraient pas accessibles.

Les responsables de l’AIEA s’étaient efforcé de minimiser les attentes avant leur visite à Syrie. L’AIEA n’a que peu de droits aux inspections en Syrie, qui ne possède qu’un programme nucléaire déclaré rudimentaire.

http://www.aloufok.net http://www.aloufok.net



Vendredi 27 Juin 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires