PRESSE ET MEDIAS

Khatami sur CNN : 'les politiques américaines au Moyen Orient attise l'extrémisme'.

Les extraits de l'interview de l'ex président iranien avec le journaliste de CNN.


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective





" Le recours à l'arme nucléaire n'a jamais affleuré l'esprit des responsables iraniens ni dans le passé et ni actuellement, a affirmé Seyyed Mohammad Khatami, Président de l'Organisme internationale du dialogue des cultures et des civilisations. "La fabrication des Adms n'a jamais figuré à l'ordre des travaux de nos gouvernements ; ce que cherche l'Iran à obtenir, ce n'est pas la bombe atomique mais son droit à maitriser le nucléaire à des fins civiles ainis que le prévoit le TNP, a-t-il poursuivi.


irib
Dimanche 10 Septembre 2006

 Khatami sur CNN : 'les politiques américaines au Moyen Orient attise l'extrémisme'.


www.Entekhab.Ir


Pour l'Ancien président, la RII est, en qualité de signataire du TNP, en droit de bénéficier du savoir nucléiare sous la supervision de l'AIEA. "L'Agence viennoise dispose d'un éventail de dispositifs pour veiller aux acrivités de ses membres et empêcher toute éventuelle dérive. C'est à elle donc de lever les ambiguités via le dialogue et à rassurer le monde de la nature inodine des programmes des états qui en font partie. Quant à l'Iran, c'est le volet civil de l'énergie fissile qui l'intéresse. Les inspections onusiennes l'ont d'ailleurs bien attesté. Les Iraniens ne cherchent pas à se doter de la bombe atomique et aucune activité ne se déroule en ce sens dans nos centres de recherche et d'investigation".



"Comme tout autre état souverain, l'Iran désire de préserver son indépendance en matière d'énergie pour les années à venir. Aucune discrimination énergetique n'est admissible dans un monde en quête constante de diversifier ses ressources. La porte de l'énergie nucléaire est ouverte à tous les pays, ce qui ne dissipe pas forcément, je l'admets, les inquiétudes liées à la prolifération. La luttre anti proliférante, ainis que je l'avait proposé à l'ONU, demande le démentelement et la détrustruction de tous les arsenaux d'armes probibées dans le monde".



" Trois puissances nucléaire et non signataires du TNP se trouvent dans notre région (ndlr : Moyen Orient). Si les Etats Unis souhaitent couper court aux critiques que soulèvent son double langage nucléaire, autant forcer ces trois pays à adhérer au Traité de non prolifération . Les Etats Unis se devront aussi d'accorder leur violon avec des états qui ne veulent pas faire de l'atome un usage autre que pacifique et qui plaident en faveur de l'élimination des adms.Il est impératif que le monde fasse confiance en ces états et qu'il s'assure que ces pays ne cherchent pas à fabriquer la bombe".



Plus loins dans ses propos, Khatami a énergiquement démenti les allégations concernant l'existance d'un programme nucléaire iranien clandestin à vocation guerrière. "Ces allégations évidemment infondées sont souvent diffusées sur fond d'informations eronnées et diffusée dans les enceintes internationales".



Khatami a ainsi évoqué les cinq années d'intense coopération de l'Iran avec l'AIEA alors qu'"il n'avait même pas signé le protocole additionnelle". "Cette coopération a attesté de la foi que nous mettions à créer un climat de confiance à notre égard. J'affirme avec certitude que l'Iran a résolu toute les questions sujettes à l'inquiétude et qu'il est toujours prêt à en faire autant. En dépit des allégations qui l'accuse d'avoir manqué à son devoir de tenir informé l'AIEA, l'Iran n'a cessé depuis ces 5 dernières années à rapporter ses moindres progrès dans le domaine du nucléaire".



"Si nous assistons aujourd'hui à une escalade autour du dossier nucléiare iranien, ce n'est pas parce que ce dossier est complexe. C'est plutôt en raison des pressions hostiles que nous subissons pour renoncer à nos droits, a ajouté Khatami. "A mon sens, le dialogue constitue le meilleur garant et l'unique voie pour créer la confiance. Je crois en la capacité de l'entente et de l'échange d'idées à resoudres les diffcultés et je refuse d'accorder un quelconque crédit au langage de menace et d'intimidation".



"Que les dirigeants de la région commettent des erreurs, est un fait indéniable ; mais que leurs erreurs fournissent le prétexte à l'ingérence des puissances étrangères, cela me semble abérrant ; sans une vision multilatéraliste des choses, les différends ne feront que s'amplifier au dépens de la sécurité de tous. La crise israelo- palestinienne a d'ailleurs prouvé les limites et les nuisances d'une approche basée sur l'unilatéralisme".



Pour l'Ancien président iranien, l'établissement de la sécurité au Proche et au Moyen orient demande comme préalable la participation des nations et des etats qui en font partie. "C'est seulement à la faveur d'un réel partenariat avec ces pays que les Etats Unis sauront jeter les bases d'une politique nouvelle qui sache garantir la justice et la paix durable".



" Le règlement équitable de la crise au Proche Orient , a affirmé Khatami, passe forcément par la restitution de l'integralité des droits des palestiniens, par le retour des réfugiés, et par la création d'un Etat indépendant. Ce cas de figure me semble le seul à être viable, le seul à assurer la coexistance pacifique des juifs des chrétiens et des musulmans en terre sainte".



S'agissant l'Irak, Khatami a fermement recusé l'hypothèse tant évoquée d'une ingérence iranienne et du soutien de Téhéran au terrorisme. " Ceux qui sèment la terreur en Irak ne cessent de proclamer leur animoisité à l'égard de l'Iran et des Chiites". " La plupart des criminels qui agissaient dans le temps en Afghanistan, ont déplacé le centre de leur action vers l'Irak ; le nombre des victimes chiites des attentats dépasse largement celui des soldats américains tués. Dans ce contexte comment pourrions- nous chercher à nuir à la stabilité et à la sécurité irakienne?



"Non seulement l'Iran n'attise pas les tensions interreligieuses en Irak mais encore il déploie tous ses efforts pour renforcer le dialogue et l'entente nationals ; on en voudra pour preuve l'initiative iranienne de reconnaitre bien avant tous ses homologues arabes, la légitimité du gouvernement et de l'assemblée elus irakien. Il va sans dire que la poursuite de la violence ne pourra que comproemttre la stabilité de ses voisins ".



L'Ancien président iarnien a démenti la thèse défendue par ceratins qui accuse Téhéran de "pêcher en eaux troubles" et de "profiter de l'insécurité sévissant en Irak". "Je dis avec fermeté que la violence ne nous profite pas. Notre plus grand ennemi en Irak (ndlr : Saddam) qui nous a imposé huit de guerre n'est plus là et à sa place, il s'est formé un gouvernement qui entretient d'étroits liens avec nous sans nous demander des concessions".



Interrogé sur la possibilité d'une guerre civile en Irak, Khatami a rendu hommage à la vigilence et à l'intelligenace du Grand Ayatolloh Sistani qui "a su contourner la menace et calmer l'esprit de vengeance chez les chiites, principales victimes des attentats terroristes". "Si ce n'était pas l'adresse et la sagesse des dignitaires religieux et politiques, l'Irak se serait depuis longtemps enfoncé dans les affres de la guerre civile ; nous espérons qu'un tel état ne se produise jamais, a jouté Khatami.



Le président de l'Organisme international du dialogue des cultures et des civilisations a critiqué ensuite les Etats Unis pour leurs politiques dans la région . " Certaines politiques de l'administration américaines qui s'appliquent au bout de longue réflexion, s'avèrent en pratique contre productives. Les orientations de Washington au Moyen Orient a ravivé l'extrémisme. Cet extrémisme porte préjudice non seulement aux populations de la région mais à celles des autres pays du monde dont les Américains eux même. C'est l'argent du contribuanble américain qui finance les politiques erronés de ses dirigeants au Moyen Orient".



Khatami a démenti ensuite le prétendu soutien irano-syrien à l'extrémisme. " Les Talibans, l'une des sources du fanatisme et de l'extrémisme, ont combattu avec une égale ignominie l'Iran et les Etats Unis ; l'Iran a aidé au renversement des Talibans et à la formation du nouveau gouvernement afghan, et il entretient actuellement de solides relations avec Kaboul et est l'un de ses créanciers.



Plus loin, M. Khatami a évoqué l'opposition de l'Iran à l'invasion de l'Irak. " Notre position s'est justifiée peu après l'occupation ; il va sans dire que la chute de Saddam nous a réjoui mais nous croyons qu'il y a d'autres moyens, moins radicaux, moins aptes à attiser l'extremisme pour oboutir aux mêmes résultats".



"Vous voyez que les terroristes qui opèrent en Irak sont les ennemis jurés de la RII et que notre pays est l'un des piliers de la sécurité de la région et de l'Irak. Ie crois qu'on n'est en droit de taxer tous les opposants à l'occupation étrangère de terrorisme quoique le terrorisme soit condamnable sous toutes ses formes".



L'Ancien président iranien a également démenti l'accusation du soutien au terrorisme formulée contre l'Iran par Bush. "Un pays qui a fait une grande révolution pour obtenir la démocratie ne peut être partisan de la violenec et de la terreur. Tenez, moi je suis là en qualité d'un ancien président élu au suffrage universel. Vous le savez sans doute que le présidents est élu démocratqiuement en Iran, alors que dans la pluspart des états de la région, le pouvoir est entre les mains des gens non élu qui, de ce fait, soutiennent la répression et la violence.



"Je ne sais pas comment le Président Bush pourrait accuser l'Iran, pays à une longue tradition pacifiste, de soutenir le terrorisme!".


Dimanche 10 Septembre 2006

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires