Palestine occupée

Khaled Meshaal, le leader du Hamas : Les Palestiniens ne mettront jamais fin à l'Intifada


Khaled Mashaal, le responsable politique le plus influent du Hamas, a déclaré à McClatchy Newspapers que son organisation islamiste n'avait pas l'intention de faire des concessions significatives à Israel ou à ses rivaux palestiniens du Fatah pour reprendre les discussions de paix interrompues au Moyen-Orient.

Par Dion Nissenbaum


Dion Nissenbaum
Samedi 25 Août 2007

Dans une rare interview de 90 minutes avec un journaliste américain accordée au début de cette semaine, Mashaal a écarté toute suggestion que le Hamas reconnaitrait ou accepterait des élections anticipées en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza.

Il a déclaré que le Hamas ne libérerait pas le soldat israélien capturé l'été dernier dans la bande de Gaza à moins qu'Israel libère des centaines de prisonniers palestiniens

Et il a averti que les Palestiniens pourraient lancer un troisième soulèvement violent, connu sous le nom d'Intifada, si Israel n'abandonne pas le contrôle de la Cisjordanie.

"Les Palestiniens n'arrêteront jamais l'Intifada", dit Mashaal. "Peut-être qu'ils se calmeront. Parfois ils pourraient arrêter pour reprendre leur souffle. Mais la seule chose qui arrêtera la résistance c'est la fin de l'occupation."

Mashaal a accepté une interview dans son bureau très sécurisé situé dans un quartier tranquille à l'extérieur du centre de Damas après que les Etats-Unis et Israel se soient engagés à renforcer le Fatah et le gouvernement intérimaire désigné par le Président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, dans leur affrontement avec le Hamas.

Ni Israel, ni les Etats-Unis ne parleront au Hamas, et il est certain qu'aucun représentant du groupe n'assistera la Conférence sur le Moyen-Orient que l'administration Bush espère tenir cet automne.

Mais de nombreux diplomates pensent que toute solution à long terme au conflit Israelo-Palestinien aura besoin de l'approbation de Mashaal, qui en tant que chef politique du Hamas est devenu un acteur central dans la région au cours des 10 dernières années depuis que des agents israéliens ont tenté de le tuer avec du poison en Jordanie.

"L'Administration Américaine devrait savoir que le temps n'est pas en sa faveur dans la région", dit Mashaal. "Le seul usage de la force n'est pas l'option finale."

Le mois prochain, ce sera l'anniversaire de la tentative d'assassinat ratée. Les prétendus assassins de Mashaal ont été capturés et sont retournés en Israel après qu'Israel ait accepté de libérer de prison le fondateur du Hamas, le Sheik Ahmed Yassine, qui a été assassiné en 2004 par une attaque aérienne israélienne.

La tentative échouée a influencé les perspectives et la vie de Mashaal.
Une équipe de gardes restent à observer à tour de rôle l'extérieur des bureaux du Hamas.
Les visiteurs sont escortés dans une voiture avec chauffeur et sont priés d'éteindre leurs téléphones portables. Ils ne sont pas autorisés à téléphoner dans le bâtiment.

Les gardes de Mashaal inspectent soigneusement les appareils-photos et des enregistreurs à l'aide d'une machine à rayon X, et les visiteurs doivent passer par un détecteur de métaux.

Mashaal, qui par le passé enseignait la Physique, a indiqué que la tentative d'assassinat lui avait ôté toute peur de la mort et l'avait aidé à mesurer le rôle qu'il jouait en tant que chef du Hamas.

"L'expérience que j'ai eue avec la mort m'a aidé à ne pas en avoir peur," dit-il. "Je n'ai plus jamais d'inquiétudes au sujet de la mort. La mort est une fin naturelle pour tout le monde, et mourir en défendant votre nation est un martyre. Et c'est une gloire et un honneur pour chacun."

Le regard fixe et une soif intense de discussion, Mashaal est l'un des chefs les plus éloquents du groupe. Bien qu'il comprenne bien l'anglais, il a préféré répondre en sarabe pendant l'interview de mardi.

Mashaal a été fondamental dans la prise de décision du Hamas à participer aux élections palestiniennes de l'année dernière et à accepter de se joindre au Fatah dans un gouvernement de coalition bref et raté, qui s'est terminé en des mois de confrontations intestines mortelles.

Il dit qu'il avait toujours l'intention de combler le fossé avec le Fatah créé par la prise de pouvoir militaire de la Bande de Gaza par le Hamas en juin, et il a critiqué Abbas, qui est largement connue sous le nom d'Abu Mazen

"Je n'ai pas dit que je ne voulais pas traiter avec Abu Mazen", a-t'il dit à un moment. "Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je traite avec Abu Mazen. Je traite avec le Fatah. Je traite avec toutes les parties palestiniennes."

Mais il a dit que le Hamas ne s'excuserait pour ses actions à Gaza - une condition préalable qu'Abbas a fixée pour toute discussion avec le Hamas.

"Peut-être que nous devrions demander qui est celui qui devrait s'excuser," a déclaré Mashaal, en critiquant le Fatah pour sa coopération avec les Etats-Unis et Israel qui ont refusé de traiter avec le Hamas après qu'il ait remporté les élections l'année dernière.

"Qui devrait s'excuser : la victime ou l'agresseur ?" a demandé Mashaal.

"Qui devrait s'excuser ? Celui qui a gagné les élections et a été assiégé, ou les gens qui coopèrent avec les ennemis des Palestiniens ?"

Mashaal a déclaré que le Hamas ne coopérerait pas même si Abbas et ses partisans réussissaient à changer les lois palestiniennes pour appeler à des élections législatives anticipées. Non seulement le Hamas boycottera les élections mais il contrecarrera les tentatives de vote dans la Bande de Gaza.

"Ceux qui pratiquent la démocratie par la dictature : ce n'est pas une démocratie ; c'est une ruse," dit-il. "C'est une tromperie. Et le Hamas ne l'acceptera pas."
Mashaal a également écarté les rumeurs de reconnaissance explicite d'Israel. Il a critiqué le défunt leader palestinien Yasser Arafat et Abbas pour l'avoir fait, en disant que les concessions n'avaient rien apporté aux deux responsables politiques.

À un moment, Mashaal a pris un morceau de papier blanc et a commencé à esquisser une route bloquée, et il a expliqué que c'était le chemin des négociations politiques échouées avec Israel.

Il a alors ajouté des flèches autour de l'obstacle pour indiquer la route de la résistance du Hamas, qu'il a décrite comme était le seul chemin qui mènera à un Etat palestinien.

"Quand une série de responsables palestiniens a essayé une route - la voie du dialogue politique - et qu'ils sont alors tombés sur un obstacle, pensez-vous qu'il soit réaliste de continuer à prendre le même chemin ?" a demandé Mashaal

Mashaal, qui est né à l'extérieur de Ramallah en Cisjordanie, a indiqué qu'il gardait toujours l'espoir de retourner un jour dans la maison de sa famille.

"Si je n'y retourne pas, je suis sûr que mon fils ou mon petit-fils le fera," a-t'il ajouté. "Je n'ai aucun doute là-dessus."

 Khaled Meshaal, le leader du Hamas : Les Palestiniens ne mettront jamais fin à l'Intifada
Source : http://www.mcclatchydc.com/
Traduction : MG pour ISM


Samedi 25 Août 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires