Politique Nationale/Internationale

KATRINA : QUEL EST LE SECRET DE CASTRO ?


Ce n'est pas de la bouche de Monsieur Menard, -l'enragé anti-Castriste et Président de « Reporters Sans Frontières » officine -courroie de transmission du Département US et de tous les Neo-Cons- que sortiront ces propos .

Ils nous viennent de Marjorie Cohn, Professeur à en Droit de la Jefferson School, Vice President du Syndicat National Des Juristes et Représentante Du Comité Exécutif de L'Association Américaine des Juristes .

Dans un texte Publié sur le site http://www.informationclearinghouse.info/article10112.htm

et intitulé LES DEUX AMÉRIQUES :


Mercredi 7 Septembre 2005

Marjorie Cohn pose la question

QUEL EST LE SECRET DU PRÉSIDENT FIDEL CASTRO ?

Le texte commence par le rappel :

"En Septembre dernier un typhon de catégorie 5 a frappé la petite ile de Cuba avec des vents de de 290 Km à l'heure . Plus d'un million et demi de Cubains ont été évacués sur des hauteurs . Bien que le cyclone ait détruit 20 000 habitations pas un seul Cubain n'est mort .

Quel est le secret de Fidel Castro ? Selon le Dr Valdes , professeur de Sociologie à l'Université de New Mexico et spécialiste de l'Amérique Latine « toute la société civile de défense est engagée dans la communauté pour travailler de concert. La population sait d'avance où elle doit aller ».

Le dirigeant cubain intervient d'avance à la Télé. Cela contraste avec la réaction de Bush au Cyclone Katrina . Le jour après que Katrina ait atteint la cote Mexique Bush jouait au golf. Il attendit 3 jours avant d'apparaître à la Télé et 5 jours avant de visiter les lieues du désastre. Dans un éditorial cinglant de Jeudi le New York Times disait « rien dans le comportement d'hier du Président- qui semblait désinvolte au point d'en être imprudent- rien ne témoignait qu'il comprenait la gravité de la crise en cours » .

« Coincer simplement des gens dans un stade est à Cuba impensable » dit Valdes . « Tous les abris sont pouvus en personnel médical de voisinage. Ils ont à Cuba des médecins de famille qui sont évacués en même temps que leurs voisins et savent d'emblée par exemple qui nécessite de l'insuline ».

« Ils évacuent aussi les animaux et les vétérinaires , les télés et les réfrigérateurs « ainsi la population n'est pas réticente à partir craignant que ses biens ne soient volés » remarque Valdes.

Après le cyclone Ivan , le Secrétaire Nations-Unis pour la Réduction des Catastrophes a cité Cuba comme modèle de prévention face aux cyclones. Son Directeur a affirmé « La voie Cubaine pourrait facilement être appliquée à d'autre pays ayant des conditions économiques semblables et même dans des pays ayant de plus grandes ressources qui n'hésitent pas à protéger leur population comme le fait Cuba ».

Notre gouvernement fédéral et local avait plus qu'il ne faut d'amples avertissememts sur les cyclones, qui s'amplifiant du fait du réchauffement étaient en mesure de détruire la Nouvelle Orléans. Or, au lieu d'en tenir compte Bush entreprit d'empêcher les états de controller le réchauffement global, affaiblit la FEMA, fit des coupes de 71,2 millions de dollars dans les crédits destinées à la construction des digues par les Ingénieurs du Génie Militaire dont le budget les diminuant ainsi de 44 %.

Bush a envoyé presque la moitié de notre Garde Nationale et des amphibies Humvees dans les combats inutiles de la guerre en Irak. Walter Maestri chef des Sevices d'Urgences pour Jefferson Paris à la Nouvelle-Orléans notait, il y a un an : »Il s'avère que l'argent a été transféré sur le budget Présidentiel vers les services de sécurité et vers la guerre en Irak ».

Un article de Mercredi nous apprenait que le Corps des Ingénieurs de l'Armée « n'a jamais essayé de cacher le fait que les pressions budgétaires au profit de la guerre en Irak et de la sécurité intérieure -venant en même temps que la réduction des impots fédéraux était la cause des restrictions » qui ont causé le ralentissement des travaux pour controler les inondations et et la fragilté des digues .

« Cet ouragan était bien plus fort que la protection que nous étions autorisée à assurer »nous dit Alfred Naomi , Directeur Principal du Projet concernant la protection du district de la Nouvelle -Orléans.

A la différence de Cuba, quand la sécurité nationale a consisté à assurer la sécurité face à de mortels désastres naturels ou à des invasions étrangères Bush s'est révèlé en faillite quand à la protection de son peuple. ». « A un niveau fondamental » écrivait hier Paul Krugman dans le New York Times « nos leader manquent simplement de sérieux sur la question de certaines fonctions gouvernementales essentielles. Ils aiment faire la guerre mais n'aiment pas assurer la sécurité, secourir ceux qui le nécessitent, ou dépenser en mesures préventives. Et jamais ils ne partagent les sacrifices quand il les demandent aux autres ».

Pendant la campagne électorale de 2004 le candidat à la vice-présidence John Edwards parla des « deux Amériques ». Il semble incompréhensible que des gens puissent tirer sur des sauveteurs. Déjà , après la diffusion nationale à la télé du tabassage de Rodney King, les pauvres, les désespérés, les affamés de Watts ont assailli leurs voisins, brulant et pillant. Leur colère , longtemps bouillonnante au dessous de la surface fit irruption. C'est ce qui arrive à la Nouvelle-Orléans. Et nous, blanc pour la plupart, peuple de privilégiés, ce n'est que rarement que nous lançons un coup d'œil sur cette autre Amérique

« Je pense que beaucoup de tout celà tient à la race, à la classe » affirme le Révèrend Calvin O. ButtsI III, pasteur de l'Eglise Baptiste assyrienne à Harlem. « Le peuple touché a été en majorité le peuple des pauvres. Le pauvre peuple des Noirs.

Le Maire de la Nouvelle-Orléans Ray Nagin a atteint Jeudi soir le point de rupture. « Vous voulez me dire qu'un endroit où vous avez probablement des milliers de gens qui sont morts et des milliers qui sont en train de mourir tous les jours, que nous ne pouvons trouver un moyen pour autoriser l'attribution des ressources dont nous avons besoin ? Allons donc ! ».

Le Secrétaire d'Etat à la Sécurité Michael Chertoff s'est vanté , tot dans la journée, que la FEMA et les autres agence fédérales ont fait « un job magnifique »étant donné les circonstances.

Mais, remarque Nagin « Ils nourrissent les gens de conneries, ils virevoltent et le peuple se meurt. Remballez vos aneries et laissez nous faire quelque chose »

Quand on l'a interrogé sur les pillages le maire a répondu qu'à part quelques « têtes dures » c'est la conséquence de gens désespérés cherchant un peu d'eau et quelque nourriture pour survivre.

Nagin a condamné l'éruption de la violence et du crime chez des drogués privés de leurs provisions et errant dans la ville « songeant à décoller avec leur joints ».

Quand le Cyclone Ivan a touché Cuba aucun couvre feu ne fut imposé et même aucun pillage ni aucune violence n'eut lieu. Tous étaient dans le même bateau.

Fidel Castro, comparant la préparation de son gouvernement pour le Cyclone Ivan et la longue préparation de son ile pour une invasion par les USA put dire « Nous nous sommes préparé à cela pendant 45 ans ».

Jeudi , l'Assemblée Nationale de Cuba a envoyé un message aux victimes du Cyclone Katrina. Elle affirma que le Peuple de Cuba avait suivi de près les nouvelles concernant les dégats du cyclone en Louisiane, au Mississipi, en Alabama et que les nouvelles lui ont causé beaucoup de peine et de tristesse. Le message note que les coups les plus durs ont touché les Afro-Américains et les travailleurs Latinos ainsi que les pauvres qui attendent encore d'être secouru et emmenés vers des endroits plus surs - ce sont eux qui sont morts en plus grand nombre et perdu leurs maisons. Le message se terminait par la conclusion que le monde entier devait sentir cette tragédie comme la sienne" .

Sources : INDYMEDIA PARIS

Posté par Adriana Evangelizt



Samedi 17 Septembre 2005


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires