Politique Nationale/Internationale

Justifications de l'existence illégale de Guantánamo


L'article 7 de la Déclaration des Droits Humains affirme très clairement qu'aucune personne ne peut subir de mauvais traitements, de tortures ni de punitions cruelles ou inhumaines, et, malgré cette évidence, ceux qui prônent la défense des droits de l’Homme, comme par exemple les USA mettent en place des prisons comme Guantanamo après l'invasion de l'Afghanistan en 2002 pour y emprisonner des centaines de personnes suspectés sans aucune preuve d’être des « terroristes» ou d'être « des partisans des talibans ou d'Al Qaïda ».


IRNA
Mardi 27 Juin 2006

 Justifications de l'existence illégale de Guantánamo


Aujourd’hui des rapports dévoilent qu’entre 490 et 520 personnes sont confinées dans cette prison de Guantánamo où l’on torture et qui s’est ouverte en janvier 2002 ; jusqu’à présent environ 167 personnes emprisonnées ont été libérées tandis que tandis que 67 autres ont été transférées vers d'autres pays.


Les prisonniers qui collaborent avec leurs gardiens de prison portent des uniformes de couleur blanche, et, ceux qui ne collaborent pas, des uniformes de couleur jaune et sont confinés à l’isolement, dans des cellules individuelles.


Les conditions dans lesquelles vivent ces prisonniers, présumés coupables mais jugés devant aucun tribunal, n'ont pas soulevé de tollés ou de protestations de la Communauté internationale, et ils nous demandent de gagner la cause démocratique soit disant défendue par Bush et ses acolytes, ceux la mêmes qui respectent les droits de l’homme les plus élémentaires.


Pour le quatrième anniversaire de l'existence de Guantánamo, Amnistie Internationale a exigé des USA la fermeture de cette prison, et le président de cette organisation a dénoncé l’attitude de la présidence tournante de l'UE c'est-à-dire l’Autriche qui a choisi de se taire devant cette ignominie, et notamment quand on a découvert que des choses semblables à ce qui s’était produit à Abou Ghraïb se produisait également à la prison de Guantánamo.


Amnistie Internationale a dénoncé également les abus sexuels pratiqués à l’encontre des prisonniers par des soldats américains.


Le mutisme de l'Europe devant ces abus est quelque chose de très grave, mais plus encore la découverte par Amnistie Internationale de la complicité de sept pays européens qui ont collaboré avec les USA dans le transfert illégaux de prisonniers illégaux jusqu’à des prisons clandestines situées dans des pays tiers. Ce silence s’apparente désormais à de la complicité.


La seule chose que la Communauté internationale attend et exige c’est que Washington cesse d'agir de cette manière unilatérale et démontre que les Etats-Unis prennent beaucoup plus au sérieux que ce qu’ils ont fait jusqu’à présent en vue de résoudre les problèmes liés aux droits de l’Homme dans ses propres frontières.



Mardi 27 Juin 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires