Politique Nationale/Internationale

John MacCain, un patriote à vendre



Grete Mautner
Dimanche 9 Juillet 2017


    Il a été souvent noté que le sénateur US John McCain a la réputation d’être fin connaisseur en matière de politique étrangère. Personne ne peut soutenir qu'il s’intéresse à autre chose. Au cours de sa campagne présidentielle de 2008, quand la crise financière faisait rage, il a reconnu ne pas se soucier beaucoup de l'économie, et c’est ce qui a aidé à faire échouer sa candidature. Il y a des signes qui montrent qu'il n'est malheureusement pas mieux loti en ce qui concerne son sujet préféré, la géopolitique.


    En fait, ce qu’il préconise systématiquement revient à sacrifier les intérêts US. Il a poussé à la confrontation et même à la guerre contre une ribambelle de pays : Serbie, Afghanistan, Irak, Libye, Syrie, Iran, Corée du Nord et contre le pire de tous pour lui, la Russie. Il est rare qu’il ne veuille pas voir les USA se mêler d’un conflit et qu’il ne veuille pas rendre un déploiement militaire permanent. Quel que soit le problème international, il n’envisage qu’une solution, le recours à l’armée.


    Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que The National Interest ait maintes fois critiqué la myopie de sa vision géopolitique. The National Interest est le seul à remarquer cette tare, qui est pourtant évidente depuis pas mal de temps pour la plupart des analystes géopolitiques.


    En avril dernier, Fox News a publié un sondage de Morning Consult, sur la cote de popularité des politiciens US. D’après les résultats, avec 43% de désapprobation, John McCain est le moins apprécié.


    The American Thinker soutient à son tour qu’il serait temps que McCain quitte la carrière politique, et constate qu'il pourrait encore travailler pour MSNBC ou dans les shows politiques du dimanche, où, de toute façon, il passe le gros de son temps. Mais The American Thinker va plus loin. Il dit que McCain devrait démissionner et, à la retraite, incarner le rôle du général Buck Turgidson dans un remake de Docteur Folamour. Il n'a pas besoin de jouer la comédie, il lui suffit d’être lui-même.


    Depuis mi-juin, McCain est au centre d'un scandale financier et politique faisant que beaucoup commencent douter, non seulement sa moralité, qui a toujours été douteuse, mais aussi de son fameux patriotisme.


    Le scandale a éclaté quand de grands médias se sont mis à examiner la légalité du financement des sponsors de l'Institut McCain for International Leadership.


    En 2008, le journal britannique Guardian a dénoncé le sénateur McCain pour ses liens étroits avec les Rothschild. En violation directe des lois US, il va jusqu'à accepter les subventions de ces oligarques. En plus de ces oligarques occidentaux, l'institut de McCain a aussi été sponsorisé par une compagnie d'extraction de phosphate appartenant à l'État marocain (pour 100 000 dollars), par des lobbyistes iraniens du National Iranian-American Council (NIAC) (pour 205 000 dollars), et enfin, par son sponsor le plus généreux, l’Arabie Saoudite, qui a investi un million de dollars en 2014.


    Il est officiellement interdit que des intérêts étrangers sponsorisent des élus US, mais McCain a encore été tranquillement élu au sénat, pour son sixième mandat, en novembre 2016, grâce justement à ses sponsors.


    Le fait le plus singulier de la carrière politique de McCain s'est produit lors de sa campagne présidentielle en 2008. À l'époque, son quartier général avait envoyé par la poste une lettre officielle à la mission russe à l'ONU, lui demandant un soutien financier ; de sorte que Moscou aurait aussi pu l'aider à se faire élire. Malgré les demandes répétées d'enquête sur la soi-disant « piste russe » lors des dernières élections US, pour quelque raison, il a désespérément cherché à cacher le désir qu'il avait autrefois de créer des « liens plus étroits » avec la Russie, pour faire progresser sa carrière politique.


    Pourquoi l'ambassade saoudienne a-t-elle donné un million de dollars à l'institut de McCain et qu'attendait-elle en échange de cette exceptionnelle générosité ? Elle avait besoin de McCain pour convaincre les anciens combattants des guerres US d'aller occuper la capitale pour protester contre la loi JASTA.


    La manifestation à Washington des anciens combattants convaincus par McCain, n'était qu'une petite partie de la campagne pour laquelle l'Arabie saoudite a gaspillé plus de 8,4 millions de dollars au total. Pendant deux ans, d’après les documents déposés au Département d'État US sur le lobbying étranger, 14 entreprises ont gaspillé de l'argent pour faire paraître dans les médias, des articles sur le prétendu danger de la loi JASTA pour les soldats et même pour les diplomates à l'étranger. L’unique but de toute cette campagne de propagande était d’empêcher l'adoption de la loi JASTA.


    Seulement, les parents des victimes des attentats du 11 septembre espéraient cette loi afin de pouvoir saisir les tribunaux US afin d’être indemnisés pour la mort de leurs proches, en demandant des milliards de dollars de dommages-intérêts à l'Arabie saoudite pour ses nombreux parrainages de terrorisme. Mais toutes leurs demandes ont été rejetées par les juges sous prétexte qu’étant un État souverain, l'Arabie saoudite est à l’abri de la justice et, en vertu de la législation US, il est impossible de l'obliger à payer les sommes demandées.


    Il y a pourtant aux USA un groupe qui lutte bec et ongles pour le droit qu’ont les gens à savoir comment McCain et d'autres élus ont trompé les victimes du 11 septembre, et comment ils les ont privés de justice. Cette organisation s'appelle 28 pages et se compose principalement de proches des victimes des attentats du 11 septembre. Cette organisation a fait remarquer maintes fois qu’en acceptant l’argent saoudien, le sénateur McCain, et les autres intéressés par le lobbying de l’Arabie saoudite, ont empêché de demander des réparations à Riyad. Elle a aussi signalé la fureur des anciens combattants US quand ils ont appris qu'ils avaient été trompés par l'Arabie saoudite et John McCain, le « patriote à vendre », en s'opposant aux meilleurs intérêts des Étasuniens.


    Grete Mautner est allemande, chercheuse et journaliste indépendante, exclusivement pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.


NEO, Grete Mautner, 6 juillet 2017

Original : journal-neo.org/2017/07/06/john-maccain-the-patriotic-fighter-for-sale/
Traduction Petrus Lombard




Dimanche 9 Juillet 2017


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires