Palestine occupée

Jérusalem, et le jour J d’Israël !


Dans la même rubrique:
< >

Le sabotage israélien mené contre les lieux sacrés musulmans et chrétiens se poursuit nuit et jour, parallèlement à une colonisation juive intense.

Ahmad Y. Al-Qarei - Al-Ahram/hebdo


Mercredi 10 Septembre 2008

Jérusalem, et le jour J d’Israël !
Jamais le plan de judaïsation de Jérusalem n’a été une menace aussi grande pour l’avenir de la ville sainte. Alors que les pays arabes se préparent à désigner la ville dès le début de l’année prochaine capitale de la culture arabe. Cependant, un grand doute plane sur ce projet à cause de la situation historique actuelle que vit Jérusalem avec ses lieux sacrés, ses territoires, son patrimoine, son architecture et tout son poids historique pris en otage à l’intérieur du mur de séparation raciste, totalement à l’écart de son environnement arabe. Le sabotage israélien mené contre les lieux sacrés musulmans et chrétiens se poursuit nuit et jour, parallèlement à une colonisation juive intense. A tel point qu’un temple similaire au modèle de Salomon est en train d’être construit, comme prélude à la destruction des fondations de la Mosquée d’Al-Aqsa. Israël tend à mettre en place un nombre de temples juifs dans les différents coins de Jérusalem afin de conférer un aspect juif à la ville et ne cesse de transgresser la liberté de culte en empêchant les fidèles des autres religions de parvenir aux lieux sacrés pour prier ou pour pratiquer les cultes religieux en toute liberté, sans contraintes.

Le statu quo de Jérusalem affecte négativement l’arabité de la ville ainsi que la sécurité arabe et musulmane. Des violations israéliennes qui vont à l’encontre du droit international, de la légitimité internationale et des droits de l’homme.

Alors que le plan de judaïsation de Jérusalem est accéléré, nous trouvons qu’Olmert, le Premier ministre israélien, refuse d’inscrire la cause de Jérusalem dans le calendrier de toute réunion bilatérale ou multipartite avec l’Autorité palestinienne revendiquant son report de un à cinq ans.

En réalité, le report des négociations autour de Jérusalem, qui se succèdent depuis Oslo 1993, suscite actuellement des craintes plus qu’auparavant pour de nombreuses raisons avec d’abord l’absence du parrain du processus de paix, à savoir le président américain, discrédité totalement depuis le discours qu’il a prononcé devant la Knesset en mai dernier. Les Arabes craignent qu’Israël et les Etats-Unis se soient entendus sur l’heure de la proclamation officielle de Jérusalem comme capitale d’Israël. D’ailleurs, cette reconnaissance des Etats-Unis de Jérusalem comme capitale officielle était reportée depuis 1995 lorsque le Congrès américain a décrété une loi reconnaissant Jérusalem comme capitale éternelle d’Israël. A cette époque, le président américain en exercice, Clinton, avait préféré reporter l’application de cette loi pour 6 mois pour qu’elle n’affecte pas le rôle américain au Moyen-Orient en tant que parrain du processus de paix.

Il n’y a rien d’étonnant à l’idée que Washington et Tel-Aviv se soient préalablement entendus sur la date de la proclamation de Jérusalem comme capitale d’Israël. A ce moment-là, les Etats-Unis s’empresseront d’inaugurer l’ambassade américaine qui avait été installée sur un territoire qui était la propriété d’un waqf islamo-chrétien à Jérusalem. Les Etats-Unis n’avaient-ils pas été les premiers à reconnaître l’Etat d’Israël le soir du 15 mai 1948, quelques minutes après l’annonce par Ben Gourion de l’indépendance d’Israël ?

Dans ce contexte, une question s’impose : qu’adviendra-t-il si le président américain George Bush décide, avant son départ de la Maison Blanche, de ne pas promulguer la décision américaine traditionnelle concernant le report du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem pour 6 mois ? Qu’adviendra-t-il si le candidat démocrate ou républicain se trouve amené dans la surenchère électorale à promettre catégoriquement l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem pour gagner le soutien du lobby juif américain aux élections.

La réplique arabe et musulmane à ces deux interrogations se fait de la sorte : que la Ligue arabe et l’Organisation de la conférence islamique s’engagent à adopter un discours arabo-musulman unifié devant la nouvelle session de l’Assemblée générale de l’Onu le 16 septembre, c’est-à-dire à quelques semaines de la bataille électorale américaine, prévue en novembre prochain.

La majorité écrasante des membres de l’Assemblée générale de l’Onu appartiennent aux continents du Sud - ceux du tiers monde - l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine. Les gouvernements et peuples de ces trois continents sympathisent avec la cause palestinienne, tout en étant conscients de sa justesse. Ils ont soutenu toutes les décisions qui ont confirmé les droits du peuple palestinien et surtout celui de la mise en place d’un Etat palestinien avec pour capitale Jérusalem. Il est temps que les différentes délégations devant l’Assemblée générale de l’Onu se prononcent sur un nouveau projet de résolution pour le futur Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale. Le président palestinien Mahmoud Abbass, Abou-Mazen, quant à lui, est amené à répéter la même scène où Arafat était le principal acteur en 1974, lorsqu’il a prononcé son discours sur l’estrade des Nations-Unies, avec à la main le rameau de l’olivier qui l’a accompagné jusqu’au dernier souffle.

L’Assemblée générale des Nations-Unies est actuellement la meilleure tribune internationale pour défendre les droits du peuple palestinien, à un moment où les activités du Conseil de sécurité ont été gelées dans le cadre des intérêts américains.

L’auteur est spécialiste des questions de Jérusalem

Al-Ahram/hebdo - Semaine du 10 au 16 Septembre 2008, numéro 731 (Opinion)

http://www.info-palestine.net http://www.info-palestine.net



Mercredi 10 Septembre 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires