Palestine occupée

"Jérusalem est la capitale éternelle de l'Etat de Palestine et n'est pas à vendre pour de l'or ou des milliards"


La présidence palestinienne a déclaré mercredi à l’AFP que Jérusalem n’était “pas à vendre”, en réaction à la menace de Donald Trump de supprimer l’aide financière américaine de 300 millions de dollars si les Palestiniens refusent de négocier avec Israël.


MF
Mercredi 3 Janvier 2018

“Jérusalem est la capitale éternelle de l’Etat de Palestine et n’est pas à vendre pour de l’or ou des milliards”, a affirmé à l’AFP Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence, en référence au refus palestinien de reprendre des négociations après la reconnaissance par Washington de la Ville sainte comme capitale d’Israël.

"Nous ne sommes pas opposés à reprendre des négociations, mais elles doivent être fondées sur le droit international et les résolutions (de l'ONU) qui ont reconnu un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem-est comme capitale", a insisté le porte-parole.

La présidence palestinienne a ainsi riposté à la menace proférée la veille par le président américain, Donald Trump, de suspendre l'aide financière fournie aux Palestiniens qui ne l'auraient, selon Trump, "appréciée, ni respecté".

"Nous payons les Palestiniens des CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS par an et n'obtenons aucune appréciation ni respect", a déclaré Trump mardi sur Twitter.

Les Etats-Unis ont versé, en 2016, 319 millions de dollars (264 millions d'euros) d'aide aux Palestiniens via leur agence de développement (USAID), selon des chiffres disponibles sur le site de l'agence.

A cela s'ajoutent 304 millions de dollars d'assistance versés par Washington aux programmes de l'ONU dans les Territoires palestiniens. Ces subsides sont vitaux pour l'Autorité palestinienne, dont le budget est lourdement dépendant de l'aide internationale.

En septembre 2016 un accord américano-israélien sur une aide militaire de 38 milliards de dollars sur dix ans avait été signé à Washington.

"Ils ne veulent même pas négocier un traité de paix tant attendu avec Israël, nous avons enlevé Jérusalem, la partie la plus difficile de la négociation, mais Israël, pour cela, aurait dû payer davantage", a jugé Trump, avant de s’interroger : "Mais avec les Palestiniens ne voulant plus parler de paix, pourquoi devrions-nous leur verser ces énormes paiements à l’avenir?"

A cet égard, plusieurs parties palestiniennes ont qualifié le tweet de Trump comme un chantage imposé au Palestiniens, visant à les obliger à accepter la soi-disant "affaire du siècle".

Des observateurs appellent "affaire du siècle" le plan que l'Administration américaine prévoit de lancer pour régler le conflit israélo-palestinien.

De leur côté, deux ministres israéliens se sont félicités des propos du président américain. "Nous avons affaire à un président qui dit ce qu'il pense de façon claire et nette", a affirmé à la radio militaire Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports. "On ne peut pas d'un côté obtenir 300 millions de dollars d'aide américaine et en même temps fermer la porte à des négociations", a poursuivi cette proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le ministre de l'Education Naftali Bennett, du parti nationaliste Foyer juif, a lui félicité M. Trump "qui ne craint pas de dire la vérité même quand elle n'est pas populaire". "La vérité est que les Etats-Unis n'ont pas de raisons de financer ceux qui agissent contre leurs intérêts", a déclaré M. Bennett dans un communiqué.

Les négociations entre les parties palestinienne et israélienne sont suspendues depuis avril 2014, à la suite du refus de Tel-Aviv d'arrêter la colonisation, de libérer les anciens détenus et d'accepter la solution à deux Etats sur la base d'un Etat palestinien aux frontières de 1967, avec comme capitale Jérusalem-Est.

Le Mouvement de résistance islamique (Hamas) a appelé l'Autorité palestinienne (AP) à prendre quatre mesures concrètes en réponse à l'adoption du projet de loi israélien de la Knesset désignant "Jérusalem unifiée" sous la souveraineté de l'occupation.

Le Hamas a expliqué dans un communiqué de presse dont notre CPI a reçu une copie mardi, que l'adoption de la Knesset israélienne de la loi de "Jérusalem unifiée "et son annexion à l'entité occupante est une continuation de la série d'attaques sur la ville sainte, un ciblage de la présence palestinienne et une falsification de l'histoire et de la réalité.

"Cette étape est un prélude à la déclaration de l'entité sioniste de son Etat juif raciste, qui représente un danger non seulement pour le peuple palestinien, mais aussi pour toute la région à la suite de la Déclaration de Trump", a-t-il déclaré.

Le Hamas a appelé le président de l'AP à la lumière de cette étape dangereuse, le silence ferme de la communauté internationale, les conspirations des Etats-Unis et leur parti pri à côté de l'occupation israélienne à adopter quatre mesures concrètes pour contrer l'arrogance et les crimes israéliens:

1- Le retrait total de l'accord d'Oslo.

2-Arrêt immédiat de la coopération de sécurité avec l'ennemi occupant.

3-Rejet de la reconnaissance de l'occupation.

4- Inviter le cadre de leadership intérimaire de l'OLP à s'unir sur un programme national global basé sur l'option de la résistance pour défendre nos droits et contrer les agendas de l'occupation.
Le Hamas a aussi appelé à la poursuite du soulèvement global et de l'intensifier dans tous les territoires occupés afin de protéger la ville sainte et les lieux saints islamiques, insistant sur le soutien arabo-islamique au monde entier pour faire échouer la Déclaration du président américain Donald Trump visant la sainteté de Jérusalem en tant que capitale de l'entité sioniste.




https://www.tsa-algerie.com/la-palestine-repond-a-trump-jerusalem-nest-pas-a-vendre/
http://anadoluagency.com/fr/monde/j%C3%A9rusalem-n-est-pas-%C3%A0-vendre-ni-pour-de-lor-ni-pour-de-largent-pr%C3%A9sidence-palestinienne-/1021471
https://www.lorientlejour.com/article/1092290/menaces-de-trump-jerusalem-nest-pas-a-vendre-repond-la-presidence-palestinienne.html
http://www.ipreunion.com/france-monde/reportage/2018/01/03/les-palestiniens-outres-par-les-menaces-de-trump-de-couper-l-aide-americaine,74775.html
https://french.palinfo.com/news/2018/1/2/Le-Hamas-appelle-l-AP-prendre-quatre-mesures-en-r-ponse-l-adoption-de-la-loi-de-J-rusalem


Mercredi 3 Janvier 2018


Commentaires

1.Posté par YYY le 03/01/2018 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ces aides Américaine sont du venin. Ça fait 70 ans qu'ils sont entrain de tuer les Palestiniens en prétendant les aider.

D'autre part l'Amérique est en faillite donc elle n'a plus les possibilités de verser quoique ce soit à qui que ce soit. C'est pourquoi Trump s'empresse d'avoir une base à Jérusalem afin d'être au plus près des gisements pétro-gaz Arabes. Pour ce faire, Trump cherche à affaiblir l'axe Turque / Russe / Iran / Chine qui sont en réalité bien plus fort que les Américains ruinés. Le four du boulanger n'aurait pas dû être déplacé et oui, le boulanger a changé. L'Amérique mange du pain importé car la boulangerie est en Asie.
Salmonelle devrait convertir le pétro-dollar en or ou en Euros et éviter de faire la guerre à sa porte.
Trump trahira Putin par Orgueil.
C'est tous des Taghut mais c'est le moindre mal...

Boycottez Amarika et IsraEl.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires