PRESSE ET MEDIAS

Je suis inquiet, très, très inquiet...


Vendredi dernier, à titre de solidarité avec mes collègues enseignants de l'Université de Paris 8 engagés, en tant que titulaires et chercheurs de l'Education Nationale, dans une opposition difficile à Valérie Pécresse, j'ai décidé de tenir mon cours sur la biodiversité et l'origine de la protection des espèces et des espaces, que je donne habituellement dans les locaux du département de Géographie (où j'enseigne depuis 20 ans), dans l'espace du Jardin des Plantes (Muséum National d'Histoire Naturelle), là où fut inventée la protection de la nature. Une façon, avec ce «cours hors les murs», de faire découvrir ces lieux aux étudiants et d'être solidaire avec la grogne actuelle mais sans les pénaliser avant leurs partiels.


Mercredi 15 Avril 2009

www.tortue-dodue.com/inquiet2.jpg
www.tortue-dodue.com/inquiet2.jpg
par Claude-Marie Vadrot, journaliste à Politis et chargé de cours à Paris 8


Mardi, arrivé à 14 h 30, avant les étudiants, j'ai eu la surprise de me voir interpeller dés l'entrée franchie par le chef du service de sécurité, tout en constatant que les deux portes du 36 rue Geoffroy Saint Hilaire était gardées par des vigiles...


« Monsieur Vadrot ?
- euh...oui
- Je suis chargé de vous signifier que l'accès du Jardin des Plantes vous est interdit.
- Pourquoi ?
- Je n'ai pas à vous donner d'explication....
- Pouvez vous me remettre un papier me signifiant cette interdiction ?
- Non, les manifestations sont interdites dans le Muséum.
- Il ne s'agit pas d'une manifestation, mais d'un cours en plein air, sans la moindre pancarte.
- C'est non ! »



Les étudiants, qui se baladent déjà dans le jardin, reviennent vers l'entrée, le lieu du rendez vous. Le cours se fait donc, pendant une heure et demie, dans la rue, devant l'entrée du Muséum. Un cours qui porte sur l'histoire du Muséum, l'histoire de la protection de la nature, sur Buffon. A la fin du cours, je demande à nouveau à entrer pour effectuer une visite commentée du jardin. Nouveau refus, seuls les étudiants peuvent entrer, pas leur enseignant. Ils entrent et, je décide de tenter ma chance par une autre grille, rue de Buffon. Où je retrouve des membres du service de sécurité qui, possédant manifestement mon signalement, comme les premiers, m'interdisent à nouveau l'entrée.


Evidemment, je finis pas le fâcher et exige, sous peine de bousculer les vigiles, la présence du Directeur de la surveillance du Jardin des Plantes. Comme le scandale menace il finit par arriver. D'abord parfaitement méprisant, il finit pas me réciter mon CV et le contenu de mon blog. Cela commence à ressembler à un procès politique, avec descriptions de mes opinions, faits et gestes. D'autres enseignants du département de Géographie, dont le Directeur Olivier Archambeau, président du Club des Explorateurs, Alain Bué et Christian Weiss, insistent et menacent d'un scandale.


Le directeur de la Surveillance, qui me dit agir au nom du Directeur du Muséum (où je pensais être honorablement connu), commençant sans doute à discerner le ridicule de sa situation, finit par nous faire une proposition incroyable, du genre de celle que j'ai pu entendre autrefois, comme journaliste, en Union soviétique?:


"Ecoutez, si vous me promettez de ne pas parler de politique à vos étudiants et aux autres professeurs, je vous laisse entrer et rejoindre les étudiants"


Je promets et, évidemment, ne tiendrai pas cette promesse, tant le propos est absurde.

J'entre donc avec l'horrible certitude que, d'ordre du directeur et probablement du ministère de l'Education Nationale, je viens de faire l'objet d'une « interdiction politique ». Pour la première fois de mon existence, en France.


Je n'ai réalisé que plus tard, après la fin de la visite se terminant au labyrinthe du Jardin des Plantes, à quel point cet incident était extra-ordinaire et révélateur d'un glissement angoissant de notre société.

Rétrospectivement, j'ai eu peur, très peur...


Claude-Marie Vadrot,
journaliste à Politis et chargé de cours à Paris 8 souhaite diffuser largement ce message.

http://www.politis.fr/Ne-parlez-pas-politique.html http://www.politis.fr/Ne-parlez-pas-politique.html



Mercredi 15 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par mega le 15/04/2009 16:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

glissement vers une dictature silencieuse...........

2.Posté par revol le 15/04/2009 17:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi aussi je suis inquiet.
Ca devien du n'importe quoi.

3.Posté par simon le 15/04/2009 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est que le début !!!! attendons juin 2009...........................

4.Posté par manous le 15/04/2009 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ca commence par trop se faire voir, c'est un début . soyons vigilent

5.Posté par Neshi le 15/04/2009 19:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est plutôt vers la "dictamolle" avec une censure qui dit pas son nom et des interdictions qui se lèvent petit à petit...
Et c'est pas avec les élections européennes que ça va changer quoi que ce soit...

6.Posté par Larguet le 15/04/2009 20:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toute réunion qui se tienne, en dehors des endroits désignés officiellement à cet effet leur fait peur. Ces interdits prouvent qu’ils ont la frousse de toute manifestation ou mécontentement populaire quelconque. Il suffise que dans la rue, un groupe d’individus innocents d’apparence, se regroupent pour discuter de quelque chose que des policiers sont à côté à scruter ce qui se passe. C’est la hantise, et l’obsession du soulèvement populaire. Même dans les écoles et les universités vous en subissez les conséquences de cette peur..

7.Posté par Tumoi le 15/04/2009 20:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr Nicola Sarkosy devrait être félicité pour ces nouvelles règles de démocratie

8.Posté par Tumoi le 15/04/2009 20:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

qui ne font que la dégradée

9.Posté par Nicole le 15/04/2009 22:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils en font trop, beaucoup trop, ce qui signe une inquiétude. Pour que les journaux tunisiens parlent du "cas" Dieudonné, c'est quand même signe, après le papier d'El Watan sur les purge de RFI et France 24 qu'ils ne sont pas si tranquilles.

Le cas Dieudo

Les purges

Plus ancien. Perso, je trouve ça bon signe, ils vont monter les gens contre eux.

10.Posté par kabbala le 16/04/2009 01:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils savent qu'ils sont entrain de démanteler la république qu'ils on juré de défendre c'est cela la source de leur inquiétudes

11.Posté par Liberté je chante ton nom le 16/04/2009 09:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si vous me permettez, contrairement au post 1, je trouve que ce glissement vers la dictature n’est pas silencieux du tout. D’ailleurs il ne s’agit plus d’un simple glissement comme c’était encore le cas ces dernières années, nous sommes à la croisée de l’histoire. Chaque semaine en effet nous avons en France de multiples exemples patents d’éléments qui sont constitutifs des régimes autoritaires :
- Les déplacements du chef de l’Etat sous protection policière digne des régimes dictatoriaux ; il ne faudrait surtout pas que le mauvais peuple puisse s’approcher d’un centimètre du monarque et lui signifier ses griefs. Sans oublier le limonage du Préfet par le « fureur » Sarkozy.
- Les décisions gravissimes en termes de conséquence pour la Nation française prises par le chef de l’Etat sans qu’il y ait au préalable consultation, ni des citoyens ni du Parlement…. le cas de la réintégration de la France au sein de l’Otan est tout de même à méditer…
- L’intrusion d’éléments subversifs au sein des manifestations afin de décrédibiliser les manifestants et de rendre impossible les dites manifestations sont le signe d’une privation d’un droit essentiel qu’est le droit de manifester ; le cas de Strasbourg est très révélateur…
- Les nominations … présidentielles (qui ne semblent pas vouloir s’arrêter) de personnes à la tête des médias qui représentent sans aucun doute possible une insulte à l’intelligence et à la culture, sont le signe d’une main mise absolue du pouvoir sur les moyens d’information ; le cas Val étant le dernier exemple de cette grave dérive.
- La réforme des Universités qui vise à vider l’enseignement universitaire de toute sa substance ; il faut produire des sujets dociles afin que le savoir n’ait plus le droit de citer dans le pays mais qu’il soit seulement détenu par une infime caste...
- L’exemple de ce chercheur qui nous conte son histoire est extrêmement révélateur de la surveillance qu’exerce le pouvoir sur les individus. Je le cite : « la présence du Directeur de la surveillance du Jardin des Plantes (…) D'abord parfaitement méprisant, il finit pas me réciter mon CV et le contenu de mon blog. C’est quoi cette dérive fascisante ! Vous tenez un blog, vous vous exprimez en tant que citoyen libre dans un Etat dit démocratique et on vous rappelle que vous êtes un élément subversif de la Nation qui mérite d’être interdit d’entrée au Jardin des Plantes. « Ecoutez, si vous me promettez de ne pas parler de politique à vos étudiants et aux autres professeurs, je vous laisse entrer et rejoindre les étudiants" C’est tout simplement digne des régimes staliniens et effectivement comme il le dit lui-même « très inquiétant… »
Je pourrais citer encore de multiples exemples cela n’argumenterait pas plus mon propos ; l’essentiel est là, bien visible car ils ont tous en commun d’être des signes constitutifs d’une avancée vers un régime non démocratique. Et je dis cela avec beaucoup de gravité…Cette situation que nous décrit ce chercheur est à méditer avec beaucoup plus que du sérieux car ce n’est pas une banale information de plus qu’il nous révèle c’est L’INFORMATION qui montre exactement là où nous sommes déjà et non pas là où on va.
Je pense que Mr Claude-MarieVadrot qu’il faut remercier pour nous avoir conté cet incroyable évènement doit la diffuser au maximum. Je m’engage à prendre le relai s’il me donne l’autorisation de reproduire ses propos. Je pense même qu’il a la charge morale et la responsabilité politique de diffuser cette information à tous ses collègues d’universités.
Nous découvrons avec cette histoire la vraie rupture que promettait Mr Sarkozy ; en réalité il a décidé de rompre avec la démocratie tout simplement. Evidemment que ceci puisse avoir lieu est du domaine de l’inquiétant, mais ce qui l’est surement encore davantage c’est l’anesthésie avec laquelle le peuple laisse faire cette dictature ; cela rappelle les premiers jours de la dictature soviétique…
Il y a un élément commun à tous les articles visibles sur Alter info ; c’est cette avancée à grand pas de la dictature mondiale sans réaction des peuples… Cela fait froid dans le dos…Il devient urgent et salutaire d’organiser une contestation à la hauteur de l’évènement sur le lieu « du délit ». Le Jardin des Plantes doit devenir le symbole de la décapitation de la démocratie!

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires