Conflits et guerres actuelles

Jacques Vergès : « En Syrie, il faut défendre l’Etat actuel ! »


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 21 Septembre 2019 - 00:30 Le Venezuela qui résiste



Louis Denghien
Samedi 11 Juin 2011

Jacques Vergès : « En Syrie, il faut défendre l’Etat actuel ! »
Infatigable défenseur, judiciaire et politique, des résistants au Nouvel Ordre mondial, Jacques Vergès, qu’on a vu récemment aux côtés de Roland Dumas dans Tripoli bombardée, a bien voulu nous recevoir pour nous donner son sentiment sur ce qui se passe ou pourrait se passer en Syrie. Une analyse sans complaisance de la dérive morale et géopolitique de l’Occident américano-centré et un optimisme raisonné sur l’évolution de la situation, en Syrie et ailleurs.
-Tout d’abord, quelle est votre analyse de la situation en Syrie ?
-Jacques Vergès : Il y a très clairement une tentative de déstabilisation extérieure de la Syrie. Dans ce pays l’Arabie saoudite est à la manoeuvre, via les groupes salafistes qu’elle inspire et finance. Et, bien sûr, les Etats-Unis supervisent cette ébauche de guerre civile. Israël, Etat frontalier et ennemi de la Syrie, et qui dispose de services de renseignements et d’action assez performants, est selon moi directement impliqué aussi. Et je n’aurai garde d’oublier le rôle moteur que, joue, sur le plan diplomatique, la France pour discréditer et isoler le régime syrien.
Je ne nie pas pour autant qu’il existe des problèmes sociaux en Syrie. La France aussi connait de graves problèmes sociaux et l’on peut même dire que la société française est confrontée à un certain nombre de blocages. Mais les ennemis intérieurs et extérieurs de la Syrie baasiste font tout pour jeter de l’huile sur le feu. Quant à moi, je suis très clairement un ami de la Syrie telle qu’elle est.
-Quel est selon vous le – ou les – ressort de l’attitude de Nicolas Sarkozy dans cette affaire ?
-J.V. : Sur un plan strictement idéologique, il y a l’incontestable philosionisme et philo-américanisme de ce président, qui rêve d’être le meilleur élève européen, ou le premier ex-aequo avec le Britannique David Cameron, de la « classe OTAN ». Et l’on touche là à un aspect plus personnel et psychologique du personnage : son désir pathétique de se hisser à ce statut d’homme d’Etat qui joue dans la « cour des grands » de ce monde, statut qu’une large majorité de l’opinion française semble lui dénier aujourd’hui. Et puis il y a tous ces échecs intérieurs – économiques ou sécuritaires – qu’on essaye de faire oublier aux électeurs par des roulements de mécanique guerrière ; c’est un procédé vieux comme le monde politique.
Enfin il y a le lourd passif de la diplomatie française vis-à-vis du printemps arabe, tunisien et égyptien : de Fillon passant ses vacances aux frais de Moubarak à « M.A.M. » proposant à Ben Ali l’expertise française en matière de répression policière, il y à là pas mal de choses à faire oublier, le plus vite possible. Et celà donne notamment cette guerre non avouée contre Kadhafi, décidée dans la précipitation et sans objectif politique clair sur simple injonction de Bernard-Henri Lévy, par dessus l’épaule d’Alain Juppé et de Gérard Longuet. Une politique aventureuse, qui ne pourra déboucher que sur le chaos, et le gâchis de vies humaine et de richesses. Et qui est déjà un échec, commer la guerre d’Afghanistan : Kadhafi résiste, moins à cause de son armement supérieur que du soutien dont il continue de bénéficier dans une large part de la population libyenne, et aussi parce que les opposants soutenus à prix d’or par les Occidentaux font chaque jour la preuve de leur vacuité, non seulement militaire mais politique. Face à cette résistance, les médias ressortent les bons vieux bobards de la guerre psychologique : est-ce que vous avez entendu cette pittoresque « information » diffusée sur nos télévisions ?  Kadhafi aurait distribué du viagra à ses soldats pour les inciter à violer les femmes des rebelles ! Quand on en est réduit à ce type de propagande, c’est vraiment que ça va mal !
-Pour vous, l’action occidentale, en Libye comme en Syrie, est, en quelque sorte, improvisée, mal pensée, vouée à l’échec. On s’attendrait cependant à moins d’amateurisme de la part de l’administration américaine et de l’OTAN…
-J.V. : Mais voyez le gâchis inepte perpétré par les Américains en Irak depuis près de dix ans : ils ont lancé une guerre sous des prétextes bidons pour abattre Saddam Hussein, un « dur » du camp arabe face à Israël. Et après d’innombrables victimes et de gigantesques dégâts, ils ont donné le pouvoir à la majorité chiite, autrement dit à l’Iran, leur ennemi public n°1. C’est de la grande géopolitique, ça ? N’importe quel analyste ou connaisseur de la région aurait pu prédire ce résultat à Bush et à sa clique néo-conservatrice ! Cette situation ubuesque a inspiré au grand intellectuel américain Noam Chomsky cette boutade un rien désabusée : « Je croyais qu’on était allé en Irak pour lutter contre le fanatisme islamiste et on les a mis au pouvoir ! » Eh bien, c’est la même chose en Libye : on fait donner la grosse artillerie contre Kadhafi, qui s’était cependant rapproché de l’Occident – et que Sarkozy, naguère, avait reçu avec les égards qu’on sait – et on n’a comme solution de rechange que des « bras cassés » impuissants et infiltrés d’ailleurs par des islamistes radicaux, qui ne représentent au mieux que la province de Cyrénaïque – et même là leur représentativité m’apparaît pour le moins fragile. Et est-ce que la « détermination » française – ou anglaise – résistera au premier hélicoptère, ou aux premiers commandos terrestres, abattus ?
Et quant à la Syrie, si les Américains et leurs amis saoudiens parvenaient à renverser le régime de Bachar al-Assad, ils livreraient le pays  ipso facto à des sectaires sunnites qui mettraient ce pays moderne à l’heure de Ryad, ce qui à terme sera lourd de conséquences pour Israël et ses protecteurs américains. Cela dit, je reste optimiste, pour la Syrie et même la Libye. La majorité du peuple syrien sait que c’est la guerre civile et la destruction de leur pays que leur apporteraient les opposants officiels plus ou moins fantoches des Américains et les groupes armés infiltrés sur le terrain. Les Syriens ne veulent pas que leur pays devienne un nouvel Irak.
-Et si le but de guerre des Américains et de leurs auxiliaires européens et arabes c’était justement, à défaut de contrôler la Syrie, de la détruire, de la faire revenir un demi-siècle ou plus en arrière, comme certains stratèges d’Outre-Atlantique s’en sont vantés pour l’Irak ?
-J.V. : Mais précisément l’exemple irakien montre que c’est une politique à courte vue, et dangereuse pour les intérêts géostratégiques de Washington : l’Irak aujourd’hui n’a jamais été aussi proche de l’Iran. Et la création de fait d’un Etat autonome kurde dans le nord du pays a contribué à éloigner la Turquie des Etats-Unis. On ne gagne rien à créer des situations incontrôlables, le chaos que vous avez créé vous reviendra dans la figure tel un boomerang géopolitique ! Et qu’aura gagné Miss Clinton quand des djihadistes paraderont dans les rues de Tripoli, après celles de Benghazi ? Pour ce qui est de la Syrie, je crois que l’appui dont continue de bénéficier le pouvoir de Bachar al-Assad demeure l’obstacle le plus efficace contre les manoeuvres américano-israélo-saoudiennes.
-Donc, en Syrie comme ailleurs, l’Occident pratique la fuite en avant, la poitique de la canonnière au jour le jour ?
-J.V. : Exactement. Parce que l’Occident est malade. Economiquement. Politiquement. Et surtout moralement. Pour moi, ces coûteuses gesticulations militaires, de Kaboul à Tripoli en passant par Bagdad sinon Damas, sont comparables aux spasmes d’un agonisant. L’Amérique notamment est très malade, de son économie ruinée, de sa dette colossale, de son dollar devenu une monnaie de Monopoly, de ses escroqueries géantes à la Madoff. Et aussi de l’arrivée sur le « marché géopolitique » de puissances émergentes, ou ré-émergentes comme la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil. Pour garder un semblant de légitimité morale et politique, et donc un leadership mondial, on se fabrique un ennemi, un « Grand Satan » comme dirait les Iraniens, qui fasse oublier aux opinions internes la faillite imminente. Mais quel crédit moral accorder à des puissances qui pratiquent en permanence le « deux poids, deux mesures » ? Pour nous en tenir au Proche-Orient, on bombarde Tripoli et on menace Damas, quand on laisse Israël poursuivre, en dépit de résolutions répétées de l’ONU,  la colonisation et la répression sanglante, quand on laisse les troupes saoudiennes réprimer au Bahrein, autre pion américain dans le Golfe, un mouvement populaire de contestation. On stigmatise le fanatisme iranien, quand on s’appuie sur l’Arabie Saoudite théocratique pratiquant la forme la plus sectaire et obscurantisme de l’Islam. Je pourrais aussi vous parler longuement de la Côte d’Ivoire, où la France, exauçant ainsi le choix américain, a décrété qu’Alassane Ouattara était le gentil démocrate du film, et Laurent Gbagbo le méchant, alors que l’ONU a fait la preuve des nombreuses exactions des troupes de Ouattara contre la population civile, et du climat de terreur qu’elles ont instauré dans leur fief du nord, pendant ces fameuses élections présidentielles. Et si on nous explique que M. Ouattara ne contrôle pas ses troupes, c’est tout simplement un incapable !
Je le répète, ces expéditions coloniales en Afrique et au Proche-Orient – après tout les deux anciennes puissances coloniales, française et britannique, sont en première ligne militaire et diplomatique en Afrique du Nord comme dans l’ancien Levant – sont la preuve de la mauvaise santé de leurs instigateurs. L’Amérique est malade ? Et la France donc ! L’affaire DSK illustre pour moi, la faillite morale et politique des élites social-libérales, usées et corrompues ; et cette faillite morale s’ajoute à la faillite des institutions et à celle de l’économie, sans oublier l’insécurité : chacun voit que l’Etat français, qui bombarde Tripoli, est incapable de faire entendre raison aux caïds de banlieue ! Qu’on s’étonne ensuite qu’un président comme Sarkozy, dernier avatar de cette caste gouvernante, cherche à se refaire une virginité et une stature sur le dos des Libyens et des Syriens ! Imposture ! Imposture et spasmes de mourant ! L’Occident risque bien de crever de son cynisme et de sa faillite morale !
-Pour finir, vous vous montrez plutôt optimistes quant à l’évolution de la situation dans ces pays de la « ligne de front » ?
-J.V. : Oui. Les Américains et leurs séides peuvent faire pas mal de dégâts – on le voit en Libye, et en Afghanistan, ou encore au Soudan, on l’a vu en Irak et en ex-Yougoslavie. Je ne crois pas qu’ils pourront avoir raison contre des peuples et des nations : on le voit ou on le verra en Syrie, en Libye, en Egypte, au Liban et en Palestine. En Syrie, il faut être vigilant face aux manoeuvres de déstabilisation et aux opérations de de désinformation.
-Maître Vergès, merci beaucoup !
source: infosyrie.fr/


Samedi 11 Juin 2011


Commentaires

1.Posté par joszik le 11/06/2011 21:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Verges est bien gentil, mais des fois il vaut mieux se taire que de raconter n'importe quoi.
Personnellement j'ai du mal à croire que c'est Vergès qui ait répondu ces inepties.
La guerre en Libye n'est pas une improvisation.
Car un navire de guerre américain est venu sur place avec d'autre navire de l'Otan pour exterminerles Libyens à petit feu et non pas pour libérer la Libye d'une quelconque dictature.

2.Posté par dik le 11/06/2011 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis plein d'admiration pour Me Vergès, mais, dans cette affaire de la Syrie, voire de la Libye, je doute énormément que le pouvoir absolu, en place depuis des lustres, puisse avoir un quelconque mérite. Les Ben Ali, Moubarak, Assad, Kaddafi, Saleh et un tas d'autres, un gros tas, sont du pareil au même! Riches, très riches en slogans, voyous avec leurs peuples dans les faits. Aucun espoir de les voir partir d'eux-mêmes sans des sacrifices suprêmes en âmes et en biens de la nation, certainement plus que n'exigerait un quelconque ennemi tiers.

Trêve de somnifères SVP. !

3.Posté par Djazaïri le 11/06/2011 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ joszik
A mon avis tu n'as rien compris à cette interview, ou tu l'as compris de travers.
Trouves-moi dans le contexte actuel, fait de profit et de vente au plus offrant, un homme qui mette autant son service pour des causes diabolisées par tous. Non, je crois que ce Monsieur, contrairement à ce que tu avances est on ne peut mieux renseigné sur l'état du monde actuel, et il y réponds d'une façon on ne peut plus admirable.
Il est à l'image de sa famille, un vrai résistant. Ce Monsieur, par ses moyens nous donne une grande leçon de ce qu'est la bravoure et le courage, c'est un héros vivant.
La sympathie et l'admiration que j'ai pour cet homme, n'ont jamais étés contrarié par un quelconque faux pas de sa part s'agissant de la défense des plus faibles contre les puissants.
Que Dieu vous bénisse Monsieur Vérgès.

4.Posté par Majestic 12 le 12/06/2011 11:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@dik

Ce qui se passe en Syrie est strictement une opération de services secrets étrangers avec poyr objectif la déstabilisation des Assad, l\'un des principaux axes de la resistance Iran/Hezbollah/Syrie.

Il est très important de s\'instruire sur le sujet avant d\'en parler. Nous n\'avons plus ni le temps ni le loisir de se faire mystifier.

5.Posté par Majestic 12 le 12/06/2011 11:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@dik

Ce qui se passe en Syrie est strictement une opération de services secrets étrangers avec pour objectif la déstabilisation des Assad, l\\\\\\\'un des principaux axes de la resistance Iran/Hezbollah/Syrie.

Il est très important de s\\\\\\\'instruire sur le sujet avant d\\\\\\\'en parler. Nous n\\\\\\\'avons plus ni le temps ni le loisir de se faire mystifier.

6.Posté par UNjourVIENDRA le 12/06/2011 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

assalamou alaykoum!! QUE 'l' occident,arrette son ingerence, et qu'elle nettoie ses résiduts d'escrement qu'il lui reste entre les f..... et,pour ca elle devrait faire ses ablutions et, demander repentance car,l'heure de la fin de la tyrannie va bientot sonner !!!!! tic tac tic tac tic tac............YA MOUSLIMOUNE!!! LE DELIVRANCE N EST QUE DANS LE RETOUR AU SOURCES ( AL COUR'AN WA SOUNNAH); SE REFORMER SOI-MEME AVANT DE VOULOIR REFORMER LA SOCIETE. CAR ALLAH LE TRES HAUT A DIT:......JE ne change pas un peule tant que celui -ci ne sait pas changer lui meme....... A MéDITER!!!!! MOI JE DIT CA MAIS EN MEME TEMP JE DIT RIEN!!!..... :=) =....... ...... A LA FIN C EST LES GENTILS QUI GAGNENT..................ASSALAMOU ALAYKOUM....................

7.Posté par dik le 12/06/2011 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Majestic 12

Vous prêchez un convaincu. Je suis bien au fait que les terribles taupes sionisardes dont vous parlez existent et agissent par la force en toute liberté et en toute impunité. Que peuvent leur opposer les peuples "tranquilles" si ce n'est une démocratie sans faille pour une unité parfaite et un Etat de droits où tous sont pour un et un pour tous. C'est la seule arme qui résiste le plus. Or, c'est tout le contraire qui est infligé aux peuples arabes martyrs depuis des décennies et par leurs propres frères ainés! Ces derniers ne peuvent être chassés ni par l'action pacifique, ni par les armes localement. Ils ne craignent pas du tout d'offrir à l'ennemi les occasions propices pour fourrer son nez et, non pas taper mais saper tout le monde sans le moindre scrupule.

Voir, pour vous instruire vous aussi : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=25225.

Faire semblant de lutter sans le moindre résultat en martyrisant son propre peuple est inqualifiable! Et ceux qui persistent dans leur aveuglement et cèdent si promptement aux sirènes n'ont que ce qu'ils méritent!

8.Posté par yemahoum le 12/06/2011 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bien sur que verges est un grand homme .Les petits merdeux d' haujourd' hui ne le connaissent pas .Quand
il a pris le defense depuis 1957 des resistants algeriens notamment djamila bouhired . Cela remonte a 54 ans en arriere ces petits merdeux du verbe et de la critique facile parcequ'il ne connaissent ni l' histoire ni la
personne elle meme . Si il est clair que ce qui interesse la france et la grande bretagne ,le petrole et l'uranium en libye , et que ces derniers ont trouvés des corrompus libyens pour les aider a agresser un pays souverain , il faut dire que le meme scenario est en application pour la syrie qui bien entendu n' a pas pour objectifs le petrole et l' uranium parcequ'ils n'existent pas , mais vise les territoires du golan qui sont selon loi toujours syrien et que israel ne veut pas rendre . Alors ,renversé Bachar pour installer des larbin comme Maliki et Karzaii ,peut eventuelement arangé israél pour negocier le golan et l' acheter . Oui les enjeux economiques
et strategiques de part et d'autre sont le mobile des criminel israelo-americains , francais et de la GB

9.Posté par dik le 12/06/2011 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ceux qui offrent le territoire de leur peuple en échange de leur "trône" usurpé (Kaddafi par un coup d'Etat militaire et Bachar par héritage après falsification forcée de la constitution) sont ceux-là même qui ont annoncé tout de go, dès les premières manifestations, que la stabilité d'Israël dépendait de la leur, juste pour tranquilliser l'ennemi et rester en place. Facile pour eux de savoir tout ce que fait ou tout ce que dit leur citoyen, mais tellement difficile de surveiller les frontières du pays, de sorte qu'ils puissent toujours attribuer leurs propres crimes à...des intrus!!

10.Posté par dik le 12/06/2011 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ajoute : Dommage que l'auteur ne pipe pas mot de Bahreïn où le pire du pire est en train de se produire avec l'aide des charmants frères du Golfe.

11.Posté par serggio le 12/06/2011 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il est necssaire de soutenir bachar al assad comme il est necessaire de soutenir le frére kadhafi
ils sont actuellement les deux obstacles majeurs à la realisation du projet sioniste

12.Posté par bibi le 13/06/2011 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

a jozik ,
vous auriez du lire plus attentivement l'interview ainsi le sens general des propos de ce monsieur ne vous aurait pas echappé ,vergez ne discute pas le detail des choses ou le court terme ,mais le long terme ,il dit que tout ce que font les usa et leurs allies ont pour resultat le contraire des objectifs annoncés ,il cite l'irak . il dennonce le 2 poids 2
mesures de ceux qui pretendent combattre l'islamisme radical alors qu'ils sont alliés avec l'arabie saoudite reserve inepuisable de mercenaires et caricature des precepts du coran . a dik vous aussi relisez ,vergez parle de ce qui se passe au barhein . c'est pas la premiere fois que je lis dans les commentaires ,le repproche fait a la syrie de ne pas attaquer israel ?????? qu'elle est la source pernicieuse de cet argument ? a ce compte ,pourquoi ne pas reprocher aux palestiniens de ne pas reussir a chasser les sionistes de leurs terres

13.Posté par dik le 13/06/2011 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bibi

Ne jouez pas au naïf. Personne ici, du moins si j'ai bien compris, ne demande d'attaquer le Sionistan en l'absence d'armes requises mais de s'en défendre en faisant valoir ses droits sur les scènes internationales. Exemple : Bachar n'a absolument rien fait pour le retour du Golan, pas une parole, comme s'il y avait entente en sourdine avec le Sionistan (?) tandis que H. Nasrallah a pu libérer le Sud Liban et continue dans sa lancée, autant se peut, pour libérer Chabâa. Bien sûr l'Iran lui donne le coup de main à travers la Syrie, mais cela n'empêche pas le piètre régime de Béchar de se battre à tous les niveaux diplomatiques et humanitaires.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires