EUROPE

Jacques Sapir : vers une sortie de l’euro ?


Dans la même rubrique:
< >


Christine Bierre
Samedi 24 Octobre 2009

La fessée pédagogique donnée par l’économiste Jacques Sapir, Directeur à l’EHESS, à Benoit Hamon, dans son article « Benoit Hamon n’a rien compris » publié par Marianne, a beaucoup fait jaser sur Internet. Jacques Sapir s’en prend vertement aux déclarations du dirigeant socialistele27 septembre, qui suite à l’annonce d’un budget pour 2010 avec un déficit record de 8,5% du PIB, s’était insurgé sur l’état de « ruine » de la France.



Est-il idiot pour faire de telles déclarations, demande Sapir ? S’apprête-il à rejoindre le camp de ceux qui sont favorables à la rigueur budgétaire pour réduire l’endettement ? Chiffres à l’appui, l’économiste prouve en effet que l’endettement de la France, public et privé, est plutôt dans la moyenne et parfois même en-dessous, des principales puissances du monde.

« La France n’est pas particulièrement ruinée », dit-il, « elle se trouve même légèrement au-dessous de la moyenne de la zone Euro avec 81,5% prévu pour 2010 contre une moyenne pondérée de 83,6%. ». A titre de comparaison, le déficit américain pourrait atteindre 91%, celui de l’Italie, 116,1%, celui de l’Allemagne, 78,7% et celui de la Belgique 100,9%.



La dette ne s’accroît pas plus vite en France qu’ailleurs, souligne Sapir. Son taux d’accroissement entre 2007 et 2010, est estimé à 27.7 % pour la France, alors que la moyenne de toute la zone euro est de 26.7%. Mais c’est chez les ex-« bons élèves » que furent les Pays-Bas, la Finlande, l’Irlande, et l’Espagne, qu’elle explose avec 218,8 % pour l’Irlande, 72,1% pour l’Espagne, 38,4% pour les Pays Bas, et 36,8% pour la Finlande.



Surprise encore lorsqu’on se penche sur la dette des ménages et des entreprises. « En 2006, la France était la moins endettée de tous les grands pays d’Europe. Ceci était dû à la relative faiblesse de l’endettement des ménages. Les deux champions de l’endettement étaient l’Espagne et la Grande-Bretagne. Quant aux États-Unis, avec plus de 240% de dette globale, ils apparaissaient bien comme les champions toutes catégories. »



Ces statistiques étant accessibles au public, et donc à Benoit Hamon qui n’est pas un idiot, Sapir conclut que c’est plutôt l’opportunisme politique – l’anti-Sarko devenu seul programme au PS – ainsi que son amnésie sur toute la responsabilité du Parti socialiste dans l’état lamentable de l’économie française actuellement, qui le rendent idiot. La colère de M. Sapir est d’autant plus justifiée que c’est lui, avec Bernard Maris et Fréderic Lordon, qui aurait travaillé avec Benoit Hamon à la rédaction de son programme pour la présidence du Parti socialiste, un programme qui était, en effet, d’un autre calibre que celui de ses adversaires.



Sortir de l’Euro

Mais la vraie leçon d’économie n’arrive qu’à la fin de l’article, lorsque l’économiste ébauche un plan de sortie de crise qui ne ferait pas pour autant exploser la dette publique. Comment obtenir de la BCE du crédit à bon marché pour relancer l’économie sans toutefois gonfler l’endettement, demande Sapir, qui souligne le scandale de la BCE qui prête aux banques à un taux de 1% alors qu’elle fait payer 3,51 %aux gouvernements ? Impossible d’organiser une vraie relance avec des taux aussi élevés, mais la BCE refusera de les baisser, se retranchant derrière sa mission de lutte contre l’inflation.

Dans ces conditions, Jacques Sapir propose une stratégie pour obliger la BCE à réduire ses taux en brandissant la menace d’une sortie de la France de l’euro, suivie d’une dévaluation de 20% à 25% du Franc. « Mieux vaudrait ne pas avoir à le faire », dit Sapir. Mais « prévoir le plus mauvais des scenarii relève d’une politique réaliste » dans la crise financière gravissime que nous vivons.

Que les intérêts financiers qui contrôlent la BCE se laissent ou non forcer la main de la sorte c’est difficile à dire, mais cette proposition a le mérite de commencer déjà a envisager tous les problèmes que posera la sortie de l’Euro, sortie à laquelle nous devrons avoir recours, tôt ou tard, au fur et à mesure de l’aggravation de cette crise systémique. En se lançant dans une telle reforme, la France pourrait, en inspirant les autres, catalyser des réformes similaires dans les autres pays.



La Banque centrale européenne, indépendante des pouvoirs publics et supranationale, est l’aboutissement d’un très long processus qui remonte au point de départ de la Communauté économique européenne en 1957. C’est à cette époque que débute la bataille rangée menée par l’oligarchie financière de la City de Londres et de Wall Street, pour obliger les pays européens à céder leur souveraineté sur les processus d’émission monétaire à une institution bancaire indépendante et arrimée aux marchés financiers. Sous l’impulsion des politiques de Charles de Gaulle et de Konrad Adenauer, l’Europe a fait obstacle à cette offensive pendant longtemps. C’est le Traité de l’Union monétaire européenne (Traité de Maastricht, Amsterdam et la suite), imposé par Thatcher, Mitterrand et Bush en 1989, qui a consacré la victoire de ces intérêts financiers.



En dernière analyse, seule une volonté politique forte, exprimée de façon déterminée par les populations, pourra venir à bout de cette institution. Il faudra alors, dans le contexte d’une réforme globale du système, remplacer entièrement la BCE par un système européen de banques nationales, celles-ci détenant le pouvoir souverain d’émission monétaire sous contrôle public et émettant du crédit productif public pour nourrir de grands projets d’infrastructures capables d’entraîner l’ensemble de l’économie.



L’article de Jacques Sapir en entier sur le site de Marianne

http://www.solidariteetprogres.org/ http://www.solidariteetprogres.org/



Samedi 24 Octobre 2009


Commentaires

1.Posté par kairouan le 24/10/2009 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C' est une betise de parler de sortir de l' euro . La france , l' allemagne, l' italie et peut etre un peu l' espagne vont retrouver pour un momment seulement une petite santé economique que se fera au detriment des 23 autres pays .Mais je dis bien pour seulement pour un momment parceque que les 23 pays reagiront rapidement et se jetteront dans les bras du dollars et c' est justement çà qu' attendent les USA et les monarchies petrodollars .Ce qui aussi arrangera la Chine parcequ' elle se sent vraiment penaliser par la chute du dollar et cela sera une vaine inespérer pour les USA . Ce qui ne serait etonnant d'apprendre que c'est encore du travail organiser par la multitude de bureaux d'experts americains qui travaillent pour les commissions europeennes. Tout cà c'est de l' intox pour affaiblir les adversaires
economiques des USA . ET C' est pour cà quand parle d'un espace economique
transatlantique ., par consequent le retour aux monnaies nationales est un terrain deblayer pour réimplanter le dollar non seulement comme monnaie de eserve ,mais
comme la monnaie internationale .

2.Posté par UN RÉVOLTÉ le 24/10/2009 19:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce problème n'est que la conséquence d'une loi votée au début des années 1970. Quelques explications:

La loi du 3 janvier 1973, loi voulue par Pompidou, alors président de la République pour un an encore, et Giscard d'Estaing, ministre des finances, opérait un changement révolutionnaire ou plutôt contre-révolutionnaire dans le finances publiques.

Son article 25 stipulait en effet que désormais «Le trésor public ne peut-être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France». Cet article interdisait désormais, dans un langage propre à ne pas être compris au commun des mortels (y compris sans nul doute des députés de gauche de l'époque qui ne déclenchèrent pas une tempête de protestations avec manifestations géantes dans la rue), à l'État français, de s'avancer à lui-même les fonds nécessaires pour combler son déficit budgétaire éventuel (lequel serait réduit d'autant en fin d'exercice par l'inflation) mais d'avoir recours pour ses besoins de crédit, comme un particulier, aux banques privées qui lui feraient payer bien sûr des intérêts!

La France emprunte des sommes énormes pour rembourser les intérêts de ses emprunts précédents et essaye, ainsi, de stabiliser la descente aux enfers. Et cela, juste pour enrichir le système financier!!!

Imaginez tout ce qui pourrait être financé avec tout les intérêts payés par l'État français!

3.Posté par Kzimir le 25/10/2009 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au contraire la reprise en main par l'Etat de la monnaie par le biais de banques nationales est une excellent chose à condition de l'injecter vers le crédit productif axé sur les besoin de la population et il y a du taf en ce domaine, avec à la clé bien sûr le rétablissement du contrôle des changes afin d'en terminer avec la spéculation monétaire, car depuis La décision de Nixon le 15 Août 1971fin des accords de Bretton Wood qui rend caduque la convertibilité du dollar en or, les vautours spéculent également à la hausse ou à la baisse sur les monnaies rendant difficile les marges de manoeuvre et les politiques économique sur le long terme.
Le contrôle des changes et la reprise en main de la monnaie c'est 1SOLUTION , bien évidemment ce genre d'argument déplait aux libéraux et autres internationalistes qui n'ont pas encore compris dans leur tête que l'Etat Nation est une protection pour les citoyens, en revanche "l'espace" c'est juste un espace à exploiter pour les banquiers apatrides et les libéraux.
J'en veux pour preuve que lorsque on s'est détourné de l'Etat nation et qu'on s'est ouvert de plus en plus à la finance internationale le peuple s'est affaiblit, des 30 glorieuses on s'est dirigé vers les 35 piteuses et chômage de masse avec à la clé l'apothéose du passage du franc à l'Euro les prix ont triplés si ça ne suffit pas c'est que les zombifiés n'en n'ont pas assez ramassés sur la figure.
Il ne s'agit pas de fascisme il s'agit simplement d'être patriote et d'aimer son pays c'est une honte ? il y a t'il un nationalisme bien et autre illégitime ?
Chavez est un Nationaliste tout comme F Castro et d'autres.

4.Posté par Kzimir le 25/10/2009 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@UN RÉVOLTÉ
La France d'en bas paye, la France d'en haut c'est son intérêt que nous soyons le plus endetté possible !
Car ils n'en subissent aucunes conséquence "pour le moment" d'où les cris d'un B Hamon car lui il ne subit aucunes conséquences des politiques d'ajustement et de privatisation O rien du tout, de plus rien de constructif dans sa diatribe sur la dette.
On sait que le PS n'est pas un parti d'opposition c'est vrai ça m'enfin, c'est l'aile gauche de la droite libérale!

5.Posté par kairouan le 28/10/2009 15:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tes remarques sont justes mais desormais ne peuvent pas s'appliquer a la situation monetaire internationale actuelle . Le dollar a acquit une force structurelle dans l' economie mondiale et dans ses echanges internationaux ,seule sa disparition et son remplacement par un panier de monnaie peut permettre peut etre un retour facile et benefique aux monnaies nationales sans oublier de rappeller que cela causera beaucoup de tord aux economies de tous les anciens pays de l' EST voir de 23 pays qui pour se venger d' avoir etaient abandonner vont accepter que leur economie et leur monnaie soit sceller au dollar comme l' est maintenant le YUAN .
Cela favorisera le retour des speculateurs comme SORROS , qui vont remettre la main sur la finance mondiale . on a vu qu' avec l' apparition de l' euro ce genre de trafic
a pcompletement disparu pour laisser la place auix produits derivés encore plus nefaste . Il faut savoir que la masse monnetaire d' un pays comme la france peut facilement etre detrute par des inflations causer par une injection massive de dollar .Cette pratique les USA l' ont mis a l' epreuve dans pluieurs pays qu' ils ont par ailleurs reussi a detrure , la Yougoslavie , l' Algerie un peu la Russie , mais les Chinois etaient tres au fait de leur methode , ils ont pu dejouer les tentatives des USA en 2004 ,2005 et 2006 jusqu' a ce que le boommerang retourne a son e"xpediteur. Dans la crise actuelle il y a beaucoup de cà.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires