ALTER INFO

JACQUES VERGES: « la condamnation à mort de Saddam Hussein n’était pas légale »


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Quel est à votre avis le sens du procès de Saddam Hussein ?

Jacques Vergès : Le procès de Saddam Hussein était du point de vue américain nécessaire puisqu’à défaut de la possession d’armes de destruction massive, ses « crimes » (essentiellement l’usage présumé d’armes chimiques contre les kurdes et les « massacres » présumés de Chiites au lendemain de la guerre du Golfe) devraient justifier à posteriori l’agression contre l’Irak.


Jacques VERGES
Samedi 20 Janvier 2007

  JACQUES VERGES: «  la condamnation à mort de Saddam Hussein n’était pas légale »
JACQUES VERGES S :

« la condamnation à mort

de Saddam Hussein n’était pas légale »

Quel est à votre avis le sens du procès de Saddam Hussein ?

Jacques Vergès : Le procès de Saddam Hussein était du point de vue américain nécessaire puisqu’à défaut de la possession d’armes de destruction massive, ses « crimes » (essentiellement l’usage présumé d’armes chimiques contre les kurdes et les « massacres » présumés de Chiites au lendemain de la guerre du Golfe) devraient justifier à posteriori l’agression contre l’Irak.

Mais il n’en a pas été question…

J.V : C’est normal puisque les deux procès réclamés par les Chiites et les Kurdes ne mettaient pas seulement en cause le gouvernement de Saddam Hussein mais aussi les américains et leurs alliés qui :

- en ce qui concerne les Kurdes, avaient fourni à l’Irak des armes chimiques

- en ce qui concerne les Chiites, avaient laissé faire alors qu’ils avaient la maîtrise du ciel

Tout en accusant Saddam Hussein pour ces deux « crimes », il fallait faire en sorte qu’il ne puisse s’exprimer. Pour cela, il fallait le tuer avant leur conclusion.

D’où le procès pour l’affaire de Doujaïl qui s’est déroulé seulement entre Irakiens…

J.V : D’où le procès pour les exécutions de civils commises après l’attentat contre Saddam Hussein en 1982 à Doujaïl.

Ce procès était un leurre puisqu’il permettait de condamner Saddam Hussein à la mort et donc au silence avant les procès réclamés par les Kurdes et les Chiite.

Mais personne n’a dénoncé cette manipulation…

J.V : C’est, je crois l’erreur de la défense. Car c’était l’argument principal à soulever : la manipulation consistant à tuer l’accusé principal pour l’empêcher de parler et mettre en cause ses alliés d’alors devenus ensuite ses ennemis.

La peine de mort est-elle légale ?

J.V : Là aussi c’est un argument dont je m’étonne qu’il n’ait pas été soulevé par la défense. La peine de mort en effet existait en Irak mais elle a été suspendue le 9 mai 2003 par les autorités d’occupation. Si Saddam Hussein avait été jugé en 2003, il n’aurait pas pu être condamné à mort. La peine de mort a été rétablie par les autorités irakiennes en août 2004. En vertu du principe de la non rétroactivité de la loi par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, elle ne pouvait être appliquée à des faits antérieurs à son rétablissement, ce qui est le cas.

Qu’auriez-vous fait pour la défense de Saddam Hussein si la discorde dans sa famille ne vous avait pas incité à vous retirer ?

J.V : J’aurais dénoncé sur le plan international la manipulation dont je parle et qui consistait à trouver, à travers l’affaire Doujaïl, un prétexte pour le tuer avant d’examiner les actions qu’on lui reproche concernant les Kurdes et les Chiites, actions dans lesquelles la complicité des occidentaux était patente.

J’aurais aussi poursuivi sur la plainte que j’avais portée devant la Cour pénale internationale contre M. Tony Blair pour complicité de crimes contre l’Humanité commises en Irak par la coalition.

Pourquoi Tony Blair et non pas Bush ?

J.V : Parce que l’Angleterre a reconnu la compétence de cette cour et non pas les USA. J’ai rêvé que les avocats américains et français de Saddam suivent sur cette plainte. M. Blair aurait ravi la vedette à Bush et Abou Ghraïb à Doujaïl.

(propos recueillis par Gilles Munier - 18/1/07)




Samedi 20 Janvier 2007


Commentaires

1.Posté par sam2000 le 21/01/2007 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IL est tre dommage que Jacques Verges se soit retire du proces.
car l'hypocrisise de ce proces aurait ete bcp bcp plus mediatisé et denoncé.

la rumeur (mais personellement je n'y crois pas trop) dit que c'est la CIA qui a menacé jacques Verges de devoiler a la presse son passé etrange et meconnu entre 1970 et 1980 (et donc ce n'est dû a la discorde familiale comme enoncée dans le texte) s'il persisitait a vouloir etre l'avocat de M. Saddam Hussein.

2eme remarque,la peine de mort retablie (en 2004) ne peut etre retroactive,
en vertu dela declaration universelle des D.H.
ceci est un scoop.
Aucun media ne l'a pointé du doigt,ils ont donc été tous partiaux dans cette affaire.
c'est un scandale !!!

2.Posté par AGLAGLA le 21/01/2007 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une peine, en droit, n'est jamais rétroactive lorsqu'il s'agit des amis de l'empire.

En revanche, s'agissant des opposants à l'empire la rétroactivité est tout à fait possible ( S HUSSEIN , NUREMBERG ) mais naturellement au nom des droits de l'homme et de la démocrassie.

Circulez, y-a rien à voir.

3.Posté par sev le 21/01/2007 20:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Se sachant menacé par le gouvernement Bush, Mr Saddam Hussein aura certainement pris ses dispositions et laissé derrière lui divers preuves et ecrits accablants s'il venait à disparaître?

Il me paraît impensable que Mr Hussein n''eût soigneusement prévu un tel cas de figure, et ce serait trop simple s'il ne s'agissait que de faire taire un homme, non?


4.Posté par webmaster le 21/01/2007 22:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce que le défunt Président savait, beaucoup de personnes le savent aussi, y compris les analystes internationaux, même ceux qui suivent la ligne atlantiste.
Même des tordus comme Romain Goupil qui était parmi tant d’autres, la caisse de résonnance des US en France avant l'agression de l'Irak en 2003. Même si ce fumiste commence à nouveau à montrer timidement le bout de sa queue, le renard médiatique tente maintenant de faire la même choses avec l’Iran !

Tout dépend de quelle bouche sort certains mots et accusations et la teneur de leur portées en dépend ?

Etes- ne vous naïf pour faire autant preuve de sophisme ou bien est-ce vos appétences idéologiques qui vous font dire ces bêtises ?

Cordialement
webmaster

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires