Palestine occupée

Israël va fournir une raison de plus aux néoconservateurs pour en découdre avec la Syrie


Les services israéliens seraient-ils à l'origine du dernier attentat ?
Le lieu de l'attentat soulève quelques interrogations. Qui sont les plus virulents opposants en Israël à la création d'un état Palestinien ?
Les sionistes et les extrémistes religieux sont les plus farouches quand à l'idée même de cette reconnaissance du droit universel à l'existence du peuple palestinien.


Alter Info
Lundi 28 Février 2005

Israël va fournir une raison de plus aux néoconservateurs pour en découdre avec la Syrie
Il est plus qu'improbable qu'un groupe palestinien puisse s'en prendre à des individus désintéressés de la politique qui s'amusent en boite de nuit, des épicurines) qui même par leur façon de vivre, montrent un désintérêt face aux refraints nationalistes israéliens, jusqu'à afficher leur aversion à la politique ''expan-sioniste'' des adeptes, des rêveurs du Grand Israël.

Un palestinien, désespéré au point de se sacrifier, quelle cible choisirait-il ? S'il veut se venger, il s'en prendrait plutôt à ceux qui s'opposent à l'idée de la présence même de son peuple dans cette région ?
Ce raisonnement n'est pas à l'identique des organisations palestiniennes, il faut se rappeler que dans cet attentat, aucune organisation connue n'a revendiqué cet acte odieux. A contrario, le gouvernement israélien à désigner deux organisations comme responsables. Cependant, le Hamas ainsi que le Djihad Islamique ont démenti ces accusations infondées.
La Version officielle est maintenant de désigner un groupe inconnu jusqu'à ce jour et par le plus grand des hasards, cette organisation se trouverait en Syrie, quelle chance ?
Il y a quelques semaines de cela, les Américains affirmaient que Al Zarquaoui se trouvait lui aussi en Syrie.
Depuis l'assassinat de Harriri, les néoconservateurs qui sont aussi a priori, derrière ce crime, ont trouvé toutes les raisons d'en découdre avec la Syrie.
Sharon aussi a affirmé que le groupe responsable se trouve en Syrie, donc il pense pouvoir justifier d'éventuels bombardements des zones suspectées d'abriter ces ''terroristes''. Tout en sachant que les Hizbollah ne restera pas sans riposter suite à ces violations du territoire syrien.
Au-delà de la volonté américaine de changer le régime syrien, le but recherché par ces derniers est d'en finir avec les Hizbollah et les mouvements ''radicaux'' (opposant à la politique ''expan-sioniste'').
Dans cette nouvelle agression planifiée, les US n'ont aucun autre intérêt que celui d'assurer un semblant, une fausse stabilité politique dans la région, le but ultime est de garantir et ''pacifier'' les frontières israéliennes.
Cette nouvelle campagne syrienne aura aussi l'avantage pour les néonconservateurs de feindre une sortie honorable, à défaut de la victoire promise en Irak. Les GI'S pourront se retirer sans les déshonneurs d'un débâcle prémédité, et en veillant bien à la mise en place d'une société irakienne rendue anomique avec à sa tête un régime fantoche.
Quel meilleur moyen que de laisser les irakiens s'entre-tuer ?
L'attentat d'aujourd'hui, un des plus meurtriers (110 morts), démontre que la politique américaine consiste à semer la discorde entre différentes communautés : chiites et sunnites, kurdes et turkmènes... Si ce plan fonctionne, les Américains n'auront plus qu'à fournir les armes aux antagonistes. Ainsi, sans prendre de risque, les néoconservateurs pourront faire leurs affaires et continuer leur plan de ''démocratisation'' de la région.

Les intentions non avouées américaines et israéliennes sont plus coercitives, que celle affichées.
Prenez l'exemple de Sharansky, figure de la politique sioniste et qui plus est, source d'inspiration pour l'administration Bush et de leur projet pour le Moyen Orient : << Nous leur avons donné l'autonomie d'Arafat sans rien exiger en échange. Nous leur avons donné la reconnaissance d'un État palestinien sans rien exiger en échange. Si le désengagement était lié à la démocratisation, je serais le premier à le soutenir>>

Cette déclaration a l'avantage d'être claire, et démontre que la politique us de ''démocratisation'' n'est qu'un leurre de plus !
Comment penser qu'un individu qui transpire la haine et le mépris envers les palestiniens, puisse orienter positivement la politique de paix (si tel est le cas) de l'État hébreu ?
A voir les récents événements, tout, porte à croire que la Syrie ne pourra pas échapper à cette ''démocratisation'' forcée.

La réaction des dirigeants israéliens suite à l'attentat de Tel Aviv est troublante. Il est coutumier en Israël de rompre tous dialogues, suite à une violence revendiquée par les palestiniens... Pourtant, Sharon insiste pour le maintient des pour parlers de paix, tout en se permettant de menacer les palestiniens de poursuivre les efforts dans ce sens : Sharon met en garde les Palestiniens contre un gel des efforts de paix. Au surlendemain de l'attentat de Tel Aviv, qui a fait quatre morts, le Premier ministre Ariel Sharon a mis en garde dimanche 27 février l'Autorité palestinienne contre un gel des efforts de paix si aucune mesure n'est prise pour lutter contre le terrorisme. "L'Etat d'Israël souhaite avancer vers un accord avec les Palestiniens, mais il n'y aura pas de progrès politique, je répète, aucun progrès politique, tant que les Palestiniens ne mèneront pas une campagne déterminée pour éliminer les groupes terroristes et leurs infrastructures dans les territoires", a-t-il déclaré avant le conseil des ministres hebdomadaire.
"L'attaque a été perpétrée par le Djihad islamique, sur ordre des responsables du Djihad islamique en Syrie. Nous en sommes certains", a déclaré Ariel Sharon. Selon lui, la réaction de l'Autorité palestinienne face à l'organisation sera un "premier test".(1)

Suite aux accusations portées par Sharon contre Damas, la Syire a réagi par la voix de son Ministre des affaires étrangères qui a répondu sans ambiguïté que c'est bien les services israéliens qui sont à l'origine de l'attentat de Tel Aviv.

Serait-ce un nouveau moyen de chantage sur les palestiniens : en échange de la poursuite du dialogue (qui au final ne servira qu'à asseoir encore plus le pouvoir sionistes sur les dirigeants palestiniens) ?
Pendent qu'Israël poursuit sa politique de prédation, les palestiniens devront s'imposer une attitude stoïque et impassible en échange des promesses israéliennes qui ne seront de toutes manières pas tenues.


A suivre...

(1) source Jérusalem Post


Mercredi 10 Août 2005


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires