Palestine occupée

Israël se prépare à lancer une nouvelle offensive


Dans la même rubrique:
< >

Si un remède se révèle inefficace, vous n'avez qu'à quadrupler la dose. C'est cette logique digne du Dr Knock, qui semble se cacher derrière les récentes menaces de représailles sionistes. Lundi, le Premier ministre Olmert a dit vouloir ordonner une riposte aux Palestiniens, dont les tirs de roquettes continuent à effrayer "les citoyens d'Israël". Mais a-t-il le droit de parler de riposte? Depuis le raz-de-marée électoral de janvier 2005 qui a porté au pouvoir le Hamas, l'oeuvre de destruction systématique d'Israël a franchi un palier décisif.


IRIB
Jeudi 28 Décembre 2006

Israël se prépare à lancer une nouvelle offensive
Tout le long de ces 12 derniers mois, les territoires palestiniens n'ont cessé de servir de cible aux folles attaques de l'armée d'Israël. Des dizaines de bombes, des centaines de roquettes, des milliers de balles se sont abattus sur la Palestine qu'Israël a cherché à punir pour son choix démocratique. Et pendant tout ce temps, l'Occident avait un sourire béat. Son parti pris en faveur du régime sioniste s'est manifesté sous forme d'un embargo économique total destiné à affamer les Palestiniens, à défigurer leur cause, à les monter les uns contre les autres. Mais ces pressions, ont-elles été efficaces? Non. En écho à une volonté populaire, largement, partagée, la Résistance palestinienne continue à défier l'Occident, en refusant toujourser de reconnaitre la légitimité étatique d'Israël, une intransigeance qui s'est, d'ailleurs, avérée payante.

Le vieux routier de la politique sioniste, Shimon Peres, affirmait, récemment, que le Hamas était un acteur régional clé et qu'il fallait composer avec lui, si l'on voulait que la paix soit un jour de retour au Moyen-Orient. Dans cet aveu d'impuissance, il y a une crainte teintée de réalisme d'un homme politique qui a peur pour l'avenir d'Israël, car cet Eden, prétendument, promis dans les Livres, n'est plus que l'ombre de lui-même. Le chômage, la précarité, et l'immigration inverse rongent les bases d'une société fantoche que les Colonialistes ont eu la mauvaise idée d'édifier sur les ruines de la Palestine occupée. Le casus belli d'Olmert aux Palestiniens, son exécrable obstination à maintenir "un état de guerre permanent" ne fera que précipiter la chute finale. Et cette chute là aura lieu, même si l'Occident fait tout pour l'éviter.


Jeudi 28 Décembre 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires