Palestine occupée

Israël ressemble à un Etat raté


Ce que nous avons fait en solidarité avec le peuple palestinien dans Gaza et le reste de la Palestine est encore insuffisant. Mais notre mouvement va croissant, il ne peut pas être arrêté, et nous atteindrons notre destination.
Ali Abunimah - The Electronic Intifada

(JPG)


Ali Abunimah
Vendredi 1 Janvier 2010

Plus de 1 400 Palestiniens ont été tués dans l’opération Plomb durci, mais selon l’auteur, la guerre a nui sérieusement à l’image d’Israël dans l’opinion publique internationale. (EPA)
Plus de 1 400 Palestiniens ont été tués dans l’opération Plomb durci, mais selon l’auteur, la guerre a nui sérieusement à l’image d’Israël dans l’opinion publique internationale. (EPA)
Un an a passé depuis l’agression sauvage israélienne sur la bande de Gaza, mais pour la population là-bas, le temps aurait aussi bien pu s’arrêter.

Depuis que les Palestiniens dans Gaza ont enterré les leurs - plus de 1 400 personnes, dont près de 400 enfants -, il y a eu bien peu de guérisons et pratiquement pas de reconstructions.

Selon des organismes humanitaires internationaux, seuls 14 camions de matériaux de construction ont pu entrer dans la bande de Gaza au cours de l’année écoulée.

Les promesses de milliards faites à la conférence des donateurs, en mars dernier en Egypte, à laquelle participaient les sommités de la soi-disant « communauté internationale » et celles de l’industrie du processus de paix au Moyen-Orient n’ont pas été tenues, et le siège israélien soutenu par les Etats-Unis, l’Union européenne, les Etats arabes et, tacitement, par l’Autorité palestinienne de Ramallah se poursuit.

Politique de destructions

De la masse des statistiques, interminables, effroyables, quelques-unes ressortent : sur les 640 établissements scolaires de Gaza, 18 ont été complètement détruits et 280 endommagés par les frappes israéliennes. 250 étudiants et 15 enseignants ont été tués.

Sur les 122 établissements de santé estimés par l’Organisation mondiale de la Santé, 48% ont été endommagés ou détruits.

90% des ménages de la bande de Gaza subissent toujours des coupures d’électricité de 4 à 8 heures par jour, à cause des attaques israéliennes sur le réseau d’électricité et des dégradations dues au blocus.

46% des terres agricoles autrefois productives ne sont plus utilisables à cause des dommages israéliens sur les exploitations agricoles et des zones de tir libre décidées par Israël. Les exportations de Gaza qui montaient à 130 000 tonnes par an, de tomates, de fleurs, de fraises et d’autres fruits, sont tombées à zéro.

« Si une grande partie de la bande de Gaza est toujours en ruines, » a déclaré récemment un groupe d’organisations humanitaires internationales, « ce n’est pas un accident, c’est une question politique ».

Cette politique a été claire tout au long, et elle n’a rien à voir avec la « sécurité » d’Israël.

Détruire la résistance

Du 19 juin au 4 novembre 2008, le calme avait prévalu entre Israël et Gaza, le Hamas se conformant scrupuleusement - comme Israël lui-même l’a reconnu - au cessez-le-feu négocié. Ce cessez-le-feu fut rompu quand Israël lança une attaque surprise sur Gaza, tuant 6 personnes, à laquelle le Hamas et d’autres groupes de résistances ripostèrent.

Et même alors, les factions palestiniennes se tenaient prêtes à renouveler le cessez-le-feu, mais c’est Israël qui a refusé, choisissant au contraire de lancer une attaque de grande ampleur, préméditée, sur les fondements de la vie civilisée dans la bande de Gaza.

L’opération Plomb durci, comme elle fut nommée par Israël, était une tentative de détruire une fois pour toutes la résistance palestinienne en général, et le Hamas en particulier, Hamas qui avait remporté les élections de janvier 2006 et survécu au blocus, ainsi qu’aux nombreuses tentatives appuyées par les Etats-Unis pour le saper et le renverser, en collaboration avec des milices palestiniennes soutenues par les Etats-Unis.

A l’instar des multiples sanctions contre l’Irak au cours des années 90, le blocus de Gaza était calculé pour priver les civils des produits de première nécessité, de leurs droits et de leur dignité, dans l’espoir que leurs souffrances conduiraient leurs dirigeants à la capitulation ou l’effondrement.

A bien des égards, les choses sont peut-être plus graves aujourd’hui qu’il y a un an.

Barack Obama, président US, dont beaucoup espéraient qu’il abandonne la politique anti-palestinienne malveillante de son prédécesseur, George Bush, l’a au contraire affermie et même le simulacre d’un sérieux effort de paix s’est évanoui.

Selon les médias, le Corps du Génie de l’armée américaine apporte son aide à l’Egypte pour la construction d’un mur souterrain à sa frontière avec Gaza pour bloquer les tunnels qui font office de bouée de sauvetage pour le territoire assiégé (des ressources et des efforts qui feraient mieux d’être utilisés pour reconstruire la Nouvelle-Orléans dévastée par l’ouragan), et l’armement états-unien continue d’affluer vers les milices de Cisjordanie engagées dans une guerre parrainée par les USA et Israël contre le Hamas et quiconque pourrait résister à l’occupation et à la colonisation israéliennes.

L’opinion publique a changé

Ces faits sont indéniables et sinistres.

(JPG)
Pour l’auteur, la guerre visait à éroder le soutien au Hamas, et elle a échoué.
(Gallo/Getty)

Cependant, s’en tenir à eux serait passer à côté d’une réalité beaucoup plus dynamique qui laisse penser que la puissance et l’impunité d’Israël ne sont pas aussi invulnérables qu’il ne le paraît.

Un an après l’attaque d’Israël et après plus de deux ans et demi de blocus, la population palestinienne dans la bande de Gaza n’a pas capitulé. Au contraire, elle a donné des leçons au monde, de ténacité et de dignité, cela même à un coût épouvantable, inimaginable pour elle.

Il est vrai que les dirigeants de l’Union européenne -venus dans la Jérusalem occupée, en janvier dernier, étreindre publiquement Ehud Olmert, alors Premier ministre israélien, pendant que le phosphore blanc calcinait la chair des enfants de Gaza et que les corps gisaient sous les décombres - il est vrai que ces dirigeants se sont faits petits devant leurs lobbies proisraéliens respectifs, tout comme les politiciens états-uniens et canadiens.

Mais le changement de l’opinion publique est palpable alors que les propres actions d’Israël font de ce pays un paria dont les forces motrices ne sont pas les valeurs libérales démocratiques auxquelles il prétend s’identifier, mais l’ultralibéralisme, le racisme, le fanatisme religieux, le colonialisme et un ordre juif supérieur, imposés par des massacres répétés.

La cause universaliste de justice et de libération pour les Palestiniens gagne de nouveaux adeptes et se dynamise particulièrement chez les jeunes.

Je l’ai vu, par exemple, avec les étudiants malaisiens que j’ai rencontrés à la conférence Solidarité Palestine organisée par l’Union des ONG du monde islamique, à Istanbul, en mai dernier.

Et à nouveau en novembre, alors que des centaines d’organisateurs étudiants venant de partout des Etats-Unis et du Canada s’accordaient pour planifier leur participation à la campagne mondiale des Palestiniens pour le Boycott, les Désinvestissements et les Sanctions (BDS) sur le modèle de la lutte victorieuse menée contre l’apartheid sud-africain dans les années 80.

Un Etat « décadent »

Cette semaine, des milliers de personnes de plusieurs dizaines de pays tentent d’aller à Gaza pour briser le siège et marcher aux côtés des Palestiniens qui en ont prévu l’organisation à l’intérieur de leur territoire.

Toutes celles et tous ceux qui sont venus avec la Marche de la liberté pour Gaza, avec Viva Palestina et les autres délégations en représentent sans doute des centaines d’autres qui ne pouvaient faire le voyage en personne et qui marquent l’évènement avec des manifestations et des commémorations, des visites à leurs élus et des campagnes de presse.

Face à cet épanouissement du militantisme, le sionisme fait tout pour rajeunir sa base de soutien qui décline. Des programmes de plusieurs millions de dollars destinés à recruter et à sioniser de jeunes juifs américains ont du mal à rivaliser avec des organisations tel que le Réseau international juif antisioniste (IJAN), qui ne court pas après l’argent mais dont l’engagement se fonde sur le principe d’égalité des hommes.

De plus en plus, nous voyons les efforts de la hasbara (propagande) d’Israël ne lancer aucun message positif, n’avancer aucun argument convaincant pour le maintien d’un statu quo dans une répression et une violence innommables, ils misent au contraire sur une diabolisation et une déshumanisation racistes des Arabes et des musulmans pour justifier les actions d’Israël, voire sa propre existence.

Face à une prise de conscience mondiale et un soutien croissants pour le combat non violent courageux contre le vol permanent des terres en Cisjordanie, Israël intensifie sa violence et emprisonne les dirigeants du mouvement, comme à Bil’in et dans d’autres villages (Mohammed Othma, Jamal Juma et Abdallah Abu Rahmeh sont de ces dirigeants du mouvement qui ont été récemment arrêtés).

La peur de voyager

En agissant ainsi, Israël ressemble de plus en plus à un Etat décadent, raté, pas à un régime confiant dans sa légitimité et sa longévité.

Et malgré les efforts de l’industrie d’un processus de paix raté pour le tourner en ridicule, le réprimer et le marginaliser, un débat se développe parmi les Palestiniens, et même parmi des Israéliens, pour un avenir partagé dans une Palestine/Israël fondée sur l’égalité et la décolonisation, et non sur une ségrégation nationale ethnique et une répartition forcée.

Dernier point, mais certainement pas le moindre, dans l’ombre du rapport Goldstone, les dirigeants israéliens qui se déplacent à travers le monde ont peur de se faire arrêter pour leurs crimes.

Pour l’instant, ils peuvent compter sur l’impunité qu’une complicité internationale de haut niveau et leur force d’inertie et influence peuvent encore leur offrir.

Mais pour la communauté internationale - faite de peuples et de mouvements -, se pose la question de savoir si nous voulons continuer de voir le système très inachevé du droit international et de la justice, minutieusement élaboré après les horreurs de la Deuxième Guerre mondiale et l’Holocauste nazi, se démanteler et se corrompre pour l’intérêt d’un Etat voyou.

Ce que nous avons fait en solidarité avec le peuple palestinien dans Gaza et le reste de la Palestine est encore insuffisant. Mais notre mouvement va croissant, il ne peut pas être arrêté, et nous atteindrons notre destination.


(JPG) Ali Abunimah est cofondateur de The Electronic Intifada et l’auteur de One Country : A Bold Proposal to End the Israeli-Palestinian Impasse (Metropolitan Books, 2006).

The Electronic Intifada ; Al Jazeera - traduction : JPP
http://www.info-palestine.net



Vendredi 1 Janvier 2010


Commentaires

1.Posté par damien le 01/01/2010 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

malheureusement les gouvernements européens et arabes sont sionistes.
Israel bafoue le droit. C'est pas grave, les médias censurent.
L'opinion est hostile à la politique israelienne. Rien ne change. L'union européenne a amplifier la collaboration avec israel et finance même certains programmes.
Pire encore, elle subventionne les colonies (via les subventions agricoles).
Seul un boycott et un remous sévère de l'opinion peut faire plier les choses.

Souhaitons une défaite sévère en irak et en afghanistan des forces dictatorio-sionistes

2.Posté par Larguet le 01/01/2010 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les américains avec leurs amis de l'OTAN sont en train de recevoir la raclée de leur vie. Au point qu'ils cherchent actuellement à entrer en contact avec les talibans pour faire des pourparlers et peu être même le partage du pouvoir. Les guerres d'Irak de l'Afghanistan et ce qui s'est passé au Liban et à Gaza ont permis de voir à quel point les USA sont devenus les esclaves d'Israël. Les États Unis sont une colonie d'Israël. Les faits sont là. Un Bush Président de la première puissance au monde qui se fait donner des ordre par un larbin de sioniste dénommé Olmer. Un Obama qui établi un plan pour une paix en Palestine, et qui se fait rabrouer lui et son envoyé spécial, par un criminel de Netanyahu. Tout est là. Le reste des discours et promesses qu'ils font c'est du baratin pour la galerie

3.Posté par nervyoko le 01/01/2010 19:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Etat ou groupuscule plutôt ?

je dirais groupuscule, moi plutôt! Que dit on des voleurs dans une maison ? des voleurs, pas les maîtres de maison, donc je dirais groupuscule!

4.Posté par Philou Zoffe le 01/01/2010 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nervyoko: plusieurs voleurs dans la maison, c'est tout simplement une association de malfaiteurs; -en font partie bien sûr, ceux qui restent à l'extérieur pour faire le gué, ou pour faciliter la tâche de leurs acolytes qui sont à l'oeuvre.

Un groupuscule, ça peut être un petit groupe de penseurs, qui un jour peut décider de passer à l'action.

Si je me permets cette remarque, c'est parce que je trouve qu'il serait injuste de rabaisser J.M Rouillan et le groupuscule d'Action Directe en les assimilant à cette sinistre engeance qui a autrement plus de sang sur les mains, et surtout pas du sang de crapules.

5.Posté par winston le 01/01/2010 23:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

1° L'entité sioniste est un mythe et une imposture

2° L'entité sioniste n'a pas de frontières et ne peut donc pas être un pays.

3° L'entité sioniste n'a pas de Constitution donc pas de démocratie.

4° L'entité sioniste n'a jamais été reconnue officiellement par l'ONU puisque non avalisé par les 5 puissances du conseil de sécurité de l'époque.

5° L'entité sioniste n'est signataire d'aucun organisme mondial de contrôle (AIEA, Tribunal pénal etc..) hormis du commerce où les marchands du temple règnent.

6° L'entité sioniste est composée à 90% de Khasars, peuple converti avant le moyen âge à une déviance, d'origine psychophatique, du Judaisme et écrite manuscritement par l'homme (rabbins/marchands du temple) appelée le talmud, ouvrage ouvertement antisémite et ségrégationniste. L'antisémitisme étant éthymologiquement du racisme à la base (deux mots, une notion).

7° Les Sépharades descendants de Sem au même titre que les Arabes peuvent seul se targuer de la légitimité Sémite, les Askhénases khasars ont une autre descendance (Caïn ?).

8° L'entité sioniste est le repaire et sanctuaire de tous les criminels de la planète car aucun traité d'extradition n'a été signé avec un quelconque pays ni organisme mondial.

9° L'entité sioniste est le siège social des banksters de ce monde

10° L'entité sioniste sans frontières appartient à 80% à une famille de banquier détentrice en sus du "droit" d'émettre la monnaie. Privilège acquis grâce aux ruses, false flag et chantages des élites mondiales.

11° L'entité sioniste est une perversité, ces armoiries sont la ruse, le chantage,le multiple langage, l'attentat sous fausse bannière (false flag), la corruption, les assassinats et génocide si besoin est.

12° L'entité sioniste et son gouvernement sont un régime corrompu moralement (président, ministres, militaires, affairistes sont inculpés).

13° L'entité sioniste dénonce ce qu'elle pratique en accusant les autres de ses propres vices qu'elle dévoile quotidiennement à la face du monde (si ce n'est pas de la perversion ça !)

Liste non exhaustive, libre à chacun de poursuivre la sinistre énumération...

Pourquoi cette entité malfaisante et meurtrière aux antipodes des droits humains s'intéresse t'elle autant aux lieux saints qu'ils soient chrétiens et surtout musulmans ?
Y aurait'il de la spiritualité eschatologique dans le sionisme? QUI est donc la ou les divinités de l'entité sioniste ? du Dieu de la Thora bénie ? certainement pas.

L'entité sioniste usurpatrice du nom Israël est un ratage de l'histoire, une métastase et un cancer qu'il convient d'exorciser au nom des réelles valeurs humaines que le Créateur nous a transmis.




6.Posté par damien le 01/01/2010 23:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

israel n'est ni un état. C'est une pensée raciste, et completement ratée

7.Posté par HABIB le 02/01/2010 00:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne comprend pas pourquoi on est la entrain de donnez nos opinions.. débattre, échanger.. Sa ne sert a rien les gars! le peuple et toutes sont éducations, son savoir, sa ne sert strictement à rien! Deja il y'a un traître au sommet de la patrie France... Il faut lui couper la tête: Il a fait allégence a Sion!!!! Il a vendu la patrie France!!! La belle France recollabore!!!! l'histoire se repete!!! Qui veut la apix prépare la guerre non?

8.Posté par illuminatos le 02/01/2010 20:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'entité sioniste ressemble surtout à un Etat SATANISTE et à un Etat FASCISTE, cette entité criminelle incarne le mal le plus absolu depuis l'existence de l'homo-sapiens, si on comptait le nombre HALLUCINANTS de morts depuis que le sionisme est né, le plus puissant des ordinateurs ne pourrait les stocker tellement la liste est longue.

9.Posté par Saber le 03/01/2010 15:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


UNE ENTITÉ RATÉE POUR UNE CLIQUE DE TARES QUI FINIRA PAR SE BARRER.

BIENTÔT INCHALLAH

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires