Propagande médiatique, politique, idéologique

Israël n’est pas le judaïsme


Identifier le judaïsme au sionisme ou aux intérêts d’un État, c’est lui faire courir un danger majeur.
Jean-Christophe Attias


Jeudi 29 Janvier 2009

Israël n’est pas le judaïsme
Depuis des semaines, représentants politiques et dignitaires religieux de la communauté juive semblent parler d’une seule voix. Selon les premiers, « la grande majorité » des juifs de France soutiendraient sans réserve l’État d’Israël et son offensive à Gaza. Les seconds, quant à eux, changent de registre sans vraiment changer de discours, présentant le cas échéant Tsahal comme une armée spirituellement exemplaire, au service des plus hautes valeurs morales.

Résignés à réduire la diaspora au simple statut d’appendice de l’État d’Israël, nos porte-parole laïcs oublient et cherchent à faire oublier à leurs ouailles que cet État sert des intérêts qui sont les siens et les siens seuls, non ceux du « peuple juif » dans son ensemble, et que, dans la poursuite de ses objectifs, il se soucie finalement assez peu du sort de ses frères de diaspora, considérant à l’occasion qu’une possible aggravation de ce sort pourrait avoir le mérite de grossir les rangs des immigrants. Leurs déclarations confirment, installent et légitiment, dans l’esprit de maints pro-palestiniens, la confusion dévastatrice entre juifs et Israéliens. Elles ne provoquent pas directement les agressions antisémites désormais recensées chaque jour, et elles ne les justifient certes pas, parce que de telles agressions sont en tout état de cause injustifiables. Ces déclarations ne sont en revanche pas de nature à faire retomber les tensions. Elles mettent objectivement en danger ceux-là mêmes au nom desquels elles sont prononcées.

Ceci serait déjà beaucoup. Mais ce n’est encore rien, si l’on peut dire, comparé à l’engagement, lui aussi sans nuance, de dignitaires religieux pour une cause éminemment problématique sur le plan strictement éthique. On peut douter que Tsahal agisse « avec amour » , comme on l’a hélas entendu. Surtout, il me paraît choquant de présenter l’opération Plomb durci non point comme l’action d’un État souverain visant à sauvegarder ou à renforcer ses intérêts propres et particuliers, mais comme un combat pour une idée et des valeurs universelles, comme l’héroïque lutte d’une armée idéale pour l’homme, son humanité et sa liberté.

Tandis que les représentants laïcs de la communauté enrôlent d’autorité tous les juifs sous une bannière qu’ils n’ont pas forcément choisie, c’est le judaïsme en tant que tel que ses responsables religieux engagent. Qu’ils le veuillent ou non, qu’ils y aient songé ou pas, que ce soit juste ou pas, c’est le judaïsme lui-même qu’ils contribuent à associer, dans de nombreux esprits, aux images atroces d’enfants morts à Gaza. Cela, on aurait dû nous l’épargner.

Le judaïsme, patrimoine culturel et spirituel plurimillénaire, prodigieusement riche, complexe et contradictoire, vaut infiniment plus que les errements d’un État de fraîche date qui, pour juif qu’il se dise et pour légitime que soit son existence, n’est rien de plus qu’un État. C’est le judaïsme qui est un humanisme, et comme tel c’est au meilleur qu’il aspire. Le sionisme, lui, est un nationalisme, et à ce titre, il est capable du pire comme du meilleur ; il peut libérer et créer, mais aussi exclure, opprimer et détruire. Et je ne puis croire un seul instant que le judaïsme ne m’oblige pas à voir comme un scandale l’oppression dont un peuple est l’objet, la privation totale de liberté qui est son lot quotidien, les souffrances qui lui sont infligées, le déni de son irréductible humanité.

La sionisation contemporaine du judaïsme est à la fois l’un des signes et l’une des causes de son étiolement. Identifier le judaïsme au sionisme ou aux intérêts d’un État, c’est lui faire courir un danger majeur. On peut être, comme je le suis, un juif globalement non croyant et non pratiquant, et continuer de croire au judaïsme. C’est pourquoi je vis comme une trahison et comme un désaveu tragique cette sinistre confusion des genres. De la même façon que bien des musulmans vivent comme une trahison et comme un désaveu tragique la sinistre confusion, du fait même d’autres musulmans, de l’islam avec une radicalité idéologique et politique qui, en fait, le déshonore.

Sans doute les clés d’un avenir apaisé et revivifié sont-elles dans une relative désionisation du judaïsme, dans une déjudaïsation relative et pleinement assumée de l’État juif, en même temps que dans une relative dépolitisation de l’islam et dans une désislamisation relative et pleinement assumée du nationalisme palestinien. On en est loin, je sais. L’idée paraîtra à beaucoup naïve ou abstraite. Elle n’est peut-être que sage, ce qui, dans les circonstances présentes, hélas, lui fait évidemment perdre beaucoup de sa force.

*Jean-Christophe Attias est directeur d’études à l’École pratique des hautes études et titulaire de la chaire de pensée juive médiévale.
Dernier ouvrage paru : "Dictionnaire des mondes juifs" (Larousse, 2008), avec Esther Benbassa.

26 janvier 2009 - Communiqué par l’auteur

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5993 http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5993



Jeudi 29 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par coeurdegaza le 29/01/2009 15:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ha ! enfin sa fait plaisir de voir des orthodox bruler le drapeaux inconnu des sionazis

2.Posté par Marie S. le 29/01/2009 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sachez seulement que les orthodoxes qui brulent le drapeau israélien ne le font certainement pas en gage de soutien aux palestiniens, mais au nom d'une lecture de la thora... le sort des palestiniens les indiffère au plus au point !

3.Posté par Aigle le 29/01/2009 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci ....Marie .S !!

4.Posté par LSD, 100 µg, i.m. le 02/02/2009 07:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'humanisme du judaïsme, tu parles... Nous avons été quelques-uns à livrer suffisamment d'extraits du Talmud qui viennent contrecarrer cette vue de l'esprit... Inutile de les rappeler ici. Rappelons seulement que le Talmud appelle Jésus avec mépris "Cet homme", "un quidam", "fils du charpentier", "le pendu".
On le montre comme un bâtard conçu pendant la menstruation de sa mère.

On dit qu'il avait en lui l'âme d'Esaü, qu'il était:

• un sot
• un prestidigitateur,
• un séducteur,
• un idolâtre,

qu'il fut crucifié, enseveli en enfer, et que, jusqu'à ce jour, il est une idole pour ceux qui le suivent.
Comme séducteur et idolâtre, il ne peut enseigner que l'hérésie, et que cette hérésie est irrationnelle et impossible à accomplir.

Les Chrétiens sont appelés

• Notsrim,
• Nazaréens,
et on leur applique tous les noms sous lesquels on désigne les non-juifs;
• "Aboda Zara", c'est-à-dire, qui cultivent l'idolâtrie,
• "acum", adorateurs des étoiles et des planètes;
• "Obdé Elilim", esclaves des idoles;
• "Mnim": hérétiques;
• "Edom", Iduméens;
• "Goïm", gentils;
• "Nokhrim": étrangers, gens du dehors;
• "Ammé Aarez", peuples de la terre, ignorants;
• "Apicorosim", épicuriens;
• "Cutim", samaritains.

L'on y dit des chrétiens ce qui se peut imaginer de plus abominable. Que ce sont des idolâtres, des "hommes très mauvais"; pires que les turcs homicides, libertins, animaux impurs, indignes de s'appeler hommes, bêtes à forme humaine, contagieux à la manière du fumier, boeufs et ânes, porcs, chiens, pire que les chiens...; qu'ils se reproduisent comme des bêtes, qu'ils sont d'origine diabolique; que leurs âmes procèdent du diable, et qu'elles doivent retourner au diable en enfer après la mort; que le cadavre d'un chrétien mort ne diffère en rien de celui d'une bête...

Et cela ne concerne que les chrétiens... Ahhhh... l'humanisme juif... Super !

Du culte des chrétiens, on dit qu'il est idolâtrique, que ses prêtres sont les prêtres de Baal, que leurs temples sont des maisons de fatuité et d'idolâtrie, et que tous les objets qui s'y trouvent, calices, livres, servent à l'idolatrie; que leurs prières privées et publiques sont des péchés qui offensent Dieu, et que leurs fêtes sont des jours de malheur

Et cela ne concerne que les chrétiens...!!! Mais rassurez-vous et ne soyez pas jaloux, il y en a pour tout le monde... Ahhhh... L'Humanisme Juif...!!!! J'adore... Autant parler du caractère avenant et primesautier de Dolfi Hitler, pendant qu'on y est...

5.Posté par LSD, 100 µg, i.m. le 02/02/2009 07:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah, j'oubliais de dire que toute personne un peu au courant des mœurs israéliennes sait fort bien que dans les écoles on apprend aux enfants à réciter des paroles d'exécrations en passant devant un cimetière chrétien et non-juif en général... Je crois me souvenir qu'on y maudit les descendants des défunts jusqu'à je ne sais plus combien de générations... Authentique ! Et qui me dira le contraire n'est pas israélien.

6.Posté par LSD, 100 µg, i.m. le 02/02/2009 07:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Concernant l'opportunisme, le pragmatisme, le côté purement "pratique" de l'antisionisme juif: Cette haine des Gentils, qui est d’origine talmudique, a toujours été occultée par les médias mais, depuis la Guerre des Six jours (1967), ces préceptes inhumains ont été invoqués à la télévision israélienne par les colons juifs exploitant le travail des Arabes et particulièrement celui des enfants. Les chefs religieux du Gush Emunim ont à leur tour invoqué ces commandements pour justifier l’assassinat de maires palestiniens. Selon eux, les prescriptions divines leur enjoignent d’expulser les Arabes de Palestine. b[De nombreux sionistes rejettent ces positions mais leur argumentation est opportuniste et non fondée sur l’éthique. Par exemple, ils soutiennent que l’exploitation et l’oppression des Palestiniens tend à corrompre la société israélienne; que l’expulsion des Palestiniens est irréalisable dans les conditions politiques qui prévalent ou encore que la politique de terreur tend à isoler diplomatiquement Israël et à le mettre au ban des nations. Cependant, tous les sionistes, et en particulier les sionistes de gauche, partagent les vues du judaïsme strict."b Donc, pas d'illusions... Ne vous laissez pas abuser !

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires