Opinion

Israël-Palestine: la solution unie


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 11:43 L'arbre qui ne cache plus la forêt

Mardi 24 Octobre 2017 - 11:16 Algérie, Maroc, seul l’essentiel nous incombe



truk2005@homail.com
Samedi 23 Août 2008

Israël-Palestine: la solution unie
La première fois que j'ai pu entendre parler de la solution unie comme sortie du conflit israélo-palestinien, maintenant soixantenaire, c'était lors de l'interview exclusive (1) de l'officiel iranien en charge du dossier nucléaire civil, Saeed Jalili. Les iraniens ont cette qualité que peu de leader musulman partagent, de rester extrêmement calme au cours de leurs apparitions; cela contribuant à mes yeux à leur donner une crédibilité supplémentaire.
A la question de l'existence d'Israël, Jalili répond très sérieusement: "l'occupation et la coercition ne donne pas de légitimité, tout doit être déterminé démocratiquement. Si le résultat de ce processus démocratique, c'est la disparition d'une entité, c'est le problème de cette entité".
C'est clair et cela se confirme au fur et à mesure de l'interview, ce que préconise Mr Jalili, c'est une solution unie pour la Palestine. Selon lui, la terre palestinienne appartient à ceux qui y vivent, sous-entendant ainsi qu'autant les arabes que les juifs et les autres minorités, ont le droit de disposer de cette terre mais de manière démocratique. Toutes les communautés auraient la possibilité de coexister dans un système sein et démocratique assurant la stabilité. Puisqu'en effet, le pouvoir serait délégué équitablement aux différents groupes, elles reprendraient le contrôle d'un Etat allant du Liban à l'Egypte, de la Méditerrannée au Jourdain.(Israël plus les territoires palestiniens). Cependant, il faut clairement mettre en évidence les risques d'une prise du pouvoir trop importante des arabes, puisque la solution unie inclurait le retour des réfugiés. En prenant compte des palestiniens vivants dans les territoires occupés (3,5 millions) et en y additionnant les réfugiés (4 millions selon l'ONU) et les arabes israéliens (environ 1,4 millions), nous arriverions à une population arabe de près de 9 millions d'habitants (évidemment ce chiffre est à prendre avec des pincettes mais ce qui est important c'est la proportion) contre environ 6,5 millions de juifs. Le système prévoirait alors comme c'est le cas en Belgique ou au Liban des leviers démocratiques permettant à la minorité juive (et aux autres) de garder un poids nécessaire.

Une solution utopique?
Cela peut paraitre extrêmement peu probable, surtout quand on observe chaque jour la situation telle qu'elle est entre les parties. Mais cela passerait d'abord par la destruction de l'idéologie extrémiste qu'est le sionisme.
La preuve également que cette solution n'est pas si folle qu'elle y parait; c'est également ce que préconiserait Israël Shamir, écrivain antisioniste israélien. Son slogan: "One Man, One Vote, One State".

(1) http://www.linternaute.com/video/119866/euronews-interview-saeed-jalili/



http://lecafepoliticien.blogspot.com/


Samedi 23 Août 2008


Commentaires

1.Posté par vincent Bissuel le 07/03/2009 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour cet article plein de sagesse. D'où que nous soyons nous pouvons souscrire à ce projet de Palestine unie, à condition qu'il soit assorti des conditions de respect des droits humains et d'une démocratie sans concessions. Ce n'est pas une utopie, c'est un projet. Le seul réaliste, parce que les conditiond de la paix ne seront jamais réunies avec la problématique actuelle : un état juif + une langue de bois occidentale défendant une partition improbable et utopique. Effectivement la solution passe inévitablement par la disparition du sionisme. Mais cela suppose que les juifs en soient les principaux acteurs. Les Israéliens d'abord quand ils auront compris qu' ils se sont laissé enfermer dans un piège terrible et sans issu, les autres qui nageant dans leur rève n'ont pas encore compris qu'il n'y a aucun rapport entre l'antisémitisme et son paroxisme, la shoa, et la colonisation et la colonisation d'une terre. Mais jamais les juifs ne seront parties prenantes tant que l'antisémitisme ne sera pas combattu jusqu'à l'éradication dans le monde entier. L'intégration est la seule voie pour eux.

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires