MONDE

Iran, un haut religieux appelle à juger Karroubi



Vendredi 14 Août 2009

Iran, un haut religieux appelle à juger Karroubi
Un haut religieux Iranien a déclaré que le candidat à la présidentielle défait, Mahdi Karroubi, doit être poursuivi en justice pour «diffamation contre le régime», à moins qu'il puisse prouver ses allégations.

L'Ayatollah Ahmad Khatami a abordé Jeudi la question de la lettre envoyée par Karroubi à l'Ayatollah Akbar Hashemi-Rafsanjani, le chef du Conseil de l’Ethique, dans laquelle le candidat défait a proposé une enquête sur les allégations d'abus sexuel sur des détenus arrêtés durant les protestations postélectorales.

« Si une personne diffame quelqu'un en l’accusant d'abus sexuel, alors il mérite d'être punies pour cette diffamation, » a dit le religieux.

En vertu de la loi Iranienne, la punition pour diffamation est de 80 coups de fouets.

 « Si quelqu'un diffame le régime en disant qu’il y eu des cas de viol dans les prisons, alors il doit soit le prouver ou, s'il ne peut pas, alors le régime doit lancer des poursuites et le Procureur Général doit agir, » insiste Khatami dans sa déclaration aux Ayatollah de l'Organisation Politico-Idéologique du Ministère de la Défense, rapporte l’ILNA.

« Si ces allégations sont prouvées avec témoignage à l’appui, alors, sans aucune considération, ceux qui ont perpétrés ces actes doivent être sévèrement punis. Mais qu’en est-il si elles ne sont pas prouvées ? » a demandé le membre de l'Assemblée des Experts. « Combien de temps le régime devra-t-il garder le silence face à de telles attaques ? »

La polémique entourant le rapport sur les abus sexuels sur des prisonniers a beaucoup attiré l'attention à Téhéran.

« Les personnes qui m'ont informé au sujet de ces événements tiennent des positions sensibles dans le pays… ces hauts fonctionnaires m'ont dit les choses qui se sont produites dans les centres de détention… Ne serait-ce que si un seul cas s’avérait vrai, ce serait une tragédie pour la République islamique, » avait indiqué Karroubi dans sa lettre.

« Un certain nombre de détenus ont déclaré que certaines femmes détenues ont été sauvagement violées, » a-til dit. De « jeunes garçons tenus en détention ont également été sauvagement violés. »

Après la demande d’enquête de Karroubi, le porte parole du Majlis, Ali Larijani, avait réclamé une enquête sur ce rapport et avait affecté un comité spécial pour étudier le cas.

Mercredi, Larijani avait écarté les allégations qu’il a qualifié de «pures mensonges», déclarant qu'une enquête détaillée et complète » n'avait révélé aucun cas d'abus sexuel. Larijani est parmi les hauts fonctionnaires qui ont exigé de Karroubi de présenter des preuves pour accréditer ses accusations.

Majid Ansari, un membre de «Majma'e Rowhaniyoun-e Mobarez» (l'association du Clergé des Combattants), a contribué à la polémique en disant à l’IRNA que cette accusation était vraie.

« L'existence même de ces abus (les viols rapportés de prisonniers) ont été confirmés et le rapport a été confirmé par des hauts fonctionnaires, » a dit l'ancien vice-président.

Mardi, l'Ayatollah Hashemi-Rafsanjani a exigé des hauts fonctionnaires de respecter les droites des détenus.

TRADUCTION Alter Info

Source: http://www.presstv.ir/detail.aspx?id=103430&sectionid=351020101


Vendredi 14 Août 2009


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires