Diplomatie et relation internationale

Iran nucléaire: les négociations de Genève représentent « un pas en avant» (Mahmoud Ahmadinejad)


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Dimanche 20 Juillet 2008

Iran nucléaire: les négociations de Genève représentent « un pas en avant» (Mahmoud Ahmadinejad)
Les négociations de Genève ce weekend sur le programme nucléaire de l'Iran représentent "un pas en avant", a déclaré dimanche le président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

"Toute négociation est un pas un avant (...) et les négociations d'hier font partie de celles que l'on peut considérer comme un pas en avant", a déclaré M. Ahmadinejad.


Saïd Jalili, le responsable du dossier nucléaire iranien, a rencontré samedi à Genève, Javier Solana, le diplomate en chef de l'Union européenne, ainsi que les représentants du groupe 5+1 pour tenter de trouver une solution à la crise sur le programme nucléaire iranien.


"Il y a toujours des progrès dans ces discussions, mais cela est insuffisant", a déclaré à l'AFP M. Solana à l'issue de la rencontre.


Pour sa part, le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, a qualifié de "positive" la présence de M. Burns aux discussions de Genève.


"Nous considérons la présence américaine comme positive dans la forme et nous espérons que sur le fond il y a aura également des résultats positifs", a déclaré M. Mottaki à la sortie du Conseil des ministres.


"Nous avons aussi présenté à Genève notre propre proposition sur la manière de poursuivre les négociations, Ils vont examiner le cadre proposé pendant une ou deux semaines" avant que les deux parties reprennent les discussions, a ajouté le ministre.


Il a affirmé ne pas avoir d'information sur le lieu et la date précises de la prochaine rencontre, prévue normalement dans deux semaines, mais il a ajouté que "les deux parties se mettront très certainement d'accord sur la date et le lieu".


M. Solana a déclaré à Genève que les grandes puissances attendaient la réponse de l'Iran sur l'idée de "gel pour gel", selon laquelle les Iraniens accepteraient dans un premier temps de maintenir l'enrichissement d'uranium à son niveau actuel tandis que les Six renonceraient à durcir les sanctions existantes.



Iran nucléaire: les négociations de Genève représentent « un pas en avant» (Mahmoud Ahmadinejad)

Javier Solana : les entretiens avec l'Iran ont été positifs

Le chef de politique extérieure de l'Union Européenne, Javier Solana a déclaré samedi que les entretiens avec le négociateur nucléaire de l'Iran, Saïd Jalili, sur le dossier du programme nucléaire du pays étaient positifs.

Le sous secrétaire d'État américain William Burns a également assisté à ces entretiens.


Qualifiant cette réunion de « constructive » Javier Solana a indiqué des journalistes après que les entretiens qu'il recherchait toujours une réponse.


Le négociateur européen a ajouté à Genève que les grandes puissances attendaient la réponse de l'Iran sur l'idée d'un "gel pour gel", selon laquelle les Iraniens accepteraient dans un premier temps de maintenir l'enrichissement d'uranium à son niveau actuel tandis que les Six renonceraient à durcir les sanctions existantes.


"Les réunions sont difficiles, les choses prennent du temps", a reconnu M. Solana. "Nous espérons beaucoup obtenir cette réponse, et nous espérons que cela interviendra dans deux ou trois semaines".


M. Jalili avait reconnu la difficulté de la tâche en comparant la diplomatie à "un tapis iranien: cela avance millimètre par millimètre. C'est un travail très précis (...) il faut espérer que le produit fini sera magnifique à regarder".


Pour sa part, le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, a confirmé que les deux parties devaient reprendre contact d'ici deux semaines.


"Lors de sa visite à Téhéran, Javier Solana a présenté un texte sur le cadre des négociations. Nous avons examiné cette proposition", a déclaré dimanche M. Mottaki.


"Nous avons aussi présenté à Genève notre propre proposition sur la manière de poursuivre les négociations. Ils vont examiner le cadre proposé pendant une ou deux semaines" avant que les deux parties reprennent les discussions, a ajouté le ministre.



Iran nucléaire: les négociations de Genève représentent « un pas en avant» (Mahmoud Ahmadinejad)

Saïd Jalili : les deux parties doivent aboutir à un plan d'action commun

Le négociateur nucléaire iranien, Saïd Jalili a déclaré à Genève que les deux parties devraient aboutir à un plan d'action commun.

Répondant aux questions de l'IRNA, il a déclaré que l'UE a présenté des modalités pour que les négociations permettent d’aboutir sur le programme nucléaire iranien.


« Téhéran a également présenté un plan d'actions qui représentent des similitudes ainsi que des différences a-t-il déclaré.


« Pendant le prochain cycle de négociations, les deux parties devraient aboutir à un plan pour poursuivre les négociations » a précisé Saïd Jalili.


« Un cadre devrait être installé qui devrait permettre d’aboutir à des décisions compréhensible » a-t-il déclaré aux journalistes après sa réunion avec les représentants du groupe 5+1.


M. Jalili avait reconnu la difficulté de la tâche en comparant la diplomatie à "un tapis iranien: cela avance millimètre par millimètre. C'est un travail très précis (...) il faut espérer que le produit fini sera magnifique à regarder".


Il a également qualifié les entretiens de Genève de « constructifs ».

http://www1.irna.ir http://www1.irna.ir



Dimanche 20 Juillet 2008


Commentaires

1.Posté par oumbaba le 20/07/2008 17:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je ne comprend pas les iraniens , la derniere fois ils on dit que le dossier nucléaire été clos !!alors pourquoi il discute encore avec les sioniSStes ! ils on le droit au nucléaire civil point barre !!!!, on t'il peur ???qu'il ne me fasse pas le coup de la carpette!!

2.Posté par kerozen le 20/07/2008 19:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils ne veulent surtout pas plonger leur pays dans la disette, le peuple et deja bien asser malheureu comme sa...

3.Posté par oscar fortin le 20/07/2008 23:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Iran ne veut pas la guerre pas plus qu'il ne souhaite déroser au principe du droit de discuter, dans le respect mutuel, des droits des peuples à disposer d'eux-mêmes dans le cadre du droit international. Si les européens et les étazuniens craignent que l'Iran détruise Israël avec une bombe atomique, ces derniers sont bien disposés à les rassurer tous que là n'est pas leur intention pas plus que le développement de l'énergie nucléaire ne se fait pas dans cet optique. Celà se discute, s'explique et si la bonne foi y ait celà peut conduire à des ententes mutuelles de non agression. Si la bonne foi n'y ait pas, la communauté internationale, je dis bien la communauté internationale formée des 192 membres des Nations Unies et non pas seulement celle formée des États-Unis et de leurs alliés naturels s'en renda compte rapidement. Avant de mettre la vie de milliers de personnes en jeu, mieux vaut donner la chance à la diplomatie. Une guerre serait tragique pour "tous les pays": l'Iran-l'Europe- les États-Unis et par ricochet le monde.

4.Posté par gustav le 21/07/2008 11:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

Le piège tendu est une question d'argent: il semble qu'il y a une inflexion de la politique néocons à condition que les pays déjà nucléaire vende l'uranium à l'Iran.
Il faut savoir que l'uranium extrait est très pauvre et qu'il faut des centrifugeuse pour l'enrichir (en dissociant les bons atomes des mauvais) à des fins civiles. Les occidentaux ne veulent pas que l'Iran puisse produire son uranium. C'est du business et cela permet de rendre dépendante la politique énergétique Iranienne du bon vouloir des pays qui fourniront l'uranium.
Par ailleurs, enrichir pour du militaire, ce sont des installations beaucoup plus importantes en taille, très coûteuses avec un autre savoir faire. Un inspecteur de l'AIEA ne peut pas se laisser berner entre une installation pour du civil et une installation pour du nucléaire.
Je ne pense pas que l'Iran veuille tomber dans ce piège.
Pour ce qui est d'une menace nucléaire de l'Iran envers Israël, c'est vraiment prendre les gens pour des idiots. Chirac l'avait bien compris. Israël est petit ... petit ... et l'Iran ne veut certainement pas sacrifier des palestiniens dans un bombardement nucléaire qui lui vaudrait par ailleurs son anéantissement tout de suite après.
Comme certains sont encore sur cette fausse traduction des propos du président iranien: "il faut railler Isaël de la carte". Faut-il qu'ils aient si peu d'esprit d'analyse?

Jean-Marc

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires