Géopolitique et stratégie

Iran et Russie, même combat contre l’influence américaine



IRIB
Samedi 20 Octobre 2007

 Iran et Russie, même combat contre l’influence américaine
Quelques jours après la fin du sommet des pays riverains de la Caspienne, la visite du Président russe en Iran continue à faire couler beaucoup d'encre. Certains médias ne peuvent s'empêcher de voir dans cette escale, une premier en 60 ans, un effort destiné à conter l'influence croissante des Etats-Unis.

Pour commencer rappelons ces quelques lignes extraites de Washington Post, très catégorique sur l'issue de cette visite : « A Téhéran, Poutine a réaffirmé son opposition à toute action militaire contre l'Iran et son programme nucléaire ». « Suivant un accord signé par toutes les parties, aucun des états riverains ne permettrait que son sol soit utilisé pour lancer des frappes militaires contre ses voisins, affirme l'éditorialiste, Peter Fine. Celui-ci évoque ensuite la déclaration finale du sommet qui est très claire à ce sujet. « En apposant leur signature au bas du texte, les cinq pays du pourtour de la Caspienne ont témoigné leur hostilité à une éventuelle option militaire qui engagerait les Etats-Unis et ses alliés contre l'Iran ».
« Il est vrai, ajoute l'auteur, qu'aucun des voisins nordiques de l'Iran ne s'était déclaré prêt à mettre son espace terrestre et aérien à la disposition des Etats-Unis mais les spéculations allaient bon train qu'en cas d'une exacerbation de la crise l'Azerbaïdjan se porterait candidat or avec cet accord toutes ces hypothèse volent en éclat ».

Selon Fine, tous les pays occidentaux avaient à l'œil le séjours téhéranais de Poutine pour voir si le chef du Kremlin demanderait ou pas des concessions de l'Iran en échange de son soutien au programme nucléaire iranien. Or le concessionisme, s'il y a eu, a impliqué les deux parties à la fois. Fine rappelle que la présence de Poutine au sommet revêtait une double importance dans la mesure où il s'agissait de la première visite iranienne d'un chef d'état russe depuis 1943.

La Russie s'associe à la Chine pour s'opposer fermement à tout durcissement des sanctions décidé par le Conseil de sécurité contre l'Iran. Washington Post souligne ensuite un autre article de la déclaration finale du sommet de la Caspienne qui a son importance. Celui-ci « met l'accent sur le soutien de cinq pays riverains à tout état signataire du TNP qui souhaite développer des activités nucléaires à vocation civile ou dans un but scientifique ».

L'article se poursuit en s'intéressant à un autre aspect de la visite de Poutine en Iran . « En dépit des rumeurs d'attentats qui ont précédé le sommet, le président russe a décidé de s'y rendre , preuve qu'il est décidé à aller jusqu'au bout d'une alliance qui à profite à tout point de vue à deux parties ». l'auteur revient ensuite sur la question des sanctions contre l'Iran . « Bien que la Russie ait donné son accord de principe aux deux précédentes résolutions du Conseil de sécurité contre l'Iran, elle est d'avis que la solution de la crise ne passe pas par là et que les sanctions sont tôt ou tard vouées à l'échec ». Washington Post tient ensuite à citer Poutine lors de sa visite en Allemagne : « le recours à la menace ne mènera à rien ; croyez-moi, la nation et les dirigeants iraniens n'ont pas peur des menaces ».

Un autre quotidien qui s'est penché sur le sujet est The Gardien. Pour le journal britannique, la mise en garde du Kremlin à la Maison Blanche quant à la contre-productivité des frappes militaire contre l'Iran équivaut à un soutien explicite aux dirigeants iraniens, « Dans un geste spectaculaire, Poutine a invité son homologue iranien à Moscou pour s'entretenir avec lui, ajoute le journal. Pour The Guardien, la visite historique de Poutine en Iran l'a définitivement placé dans le camp des opposants de l'Amérique.
New York Times s'intéresse lui aussi au refus de Poutine d'agréer une action militaire contre l'Iran. « Tout recours à la force est injustifiable dans cette région, a notamment dit Poutine, cité par le journal.

Independent souligne quant à lui que le sommet de la Caspienne a fourni l'occasion au chef du Kremlin pour réitérer son refus de la guerre. « quoique les Russes a différé jusqu'à présent la livraison du combustible nécessaire au fonctionnement de la centrale de Boucher, mais Poutine a cherché a rassurer son homologue iranien : « Nous honorerons nos engagements au sujet du combustible ».

Pour Financial Times, l'invitation faite par Vladimir Poutine à son homologue iranien pour se rendre à Moscou ne ferait qu'attiser les tensions entre la Russie et les Etats-Unis. « Ahmadinejad a accepté cette invitation , écrit le quotidien citant l'agence Itartass qui ne donne aucune précision sur sa date.

Et enfin le dernier commentaire est celui du quotidien américain US Today qui affirme que le sommet de Caspienne a été avant toute la consécration des retrouvailles Irano-Russes, retrouvailles qui visent à contrer l'influence américaine.


http://fren.irib.ir


Samedi 20 Octobre 2007


Commentaires

1.Posté par belh le 20/10/2007 17:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A la différence des autres dirigeants, Poutine, lui, a de vraies "Couilles en bronze".

2.Posté par waheb le 20/10/2007 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ne pas trop enssencée poutine,ne pas oublier le masacre en tchétchénie

3.Posté par zorglub le 20/10/2007 20:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'implication totale et continuelle des services occidentaux dans l'affaire tchétchène n'est plus à démontrer y compris dans les prises d'otages sanglantes, Poutine (Monsieur) en a et c'est déjà ça face aux impérialistes, aux sionistes et laquais endettés européens. Un pacte de défense commune entre les riverains de la Caspienne aurait pu mettre les points sur les i définitivement.

4.Posté par zanini le 21/10/2007 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tous ceux qui crachent sur l'amerdique sont mes amis, point barre!
Même un communiste athée ancien patron du FSB (ex KGB), on s'en br..., qui se dresse contre l'amerdique? Ici , ils se sont tous mis a plat ventre, même pas à genopux pour faire une pi..., non sont carrément à plat ventre, les gays fransawi...

5.Posté par karine le 22/10/2007 06:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour,

connaissez-vous le site des éditions Delacroix ?

ils y proposent des livres très intéressants et nous prédisent une troisième guerre mondiale depuis très longtemps; eh bien, sur ce site très bien informé, on peut trouver deux livres qui mettent les pendules à l'heure en ce qui concerne les soi-disant opposants aux US:
voici la présentation de ces 2 livres recopiées du site:

Une terrible histoire cachée - Yasser Arafat
Pion du "Comité X" dans le conflit israélo-palestinien

Une information détonante qui éclaire bien des faits restés jusque là sans explication. Information intéressante prouvant l'existence d'un pouvoir supérieur qui oppose ses "marionnettes" pour entretenir une illusion de rivalité arrangeant son plan. Un plan connu par la correspondance d'Albert Pike et de Mazzini (15 août 1871).

Voici quelques extraits significatifs de ce document : "Il (Arafat) gaspillait l'argent qui lui était attribué pour des missions afin que l'organisation n'atteigne jamais ses objectifs. (...) Tous les successeurs ou rivaux potentiels furent écartés de la scène ; seul restait Arafat ! etc." Des informations à couper le souffle quant aux relations réelles entre A. Sharon et Y. Arafat ! Un "autre monde" se dévoile, celui des initiés... Des clés permettant de rester lucide sur le présent mirage de la paix au Proche-Orient !


Etats-Unis / Iran une union sacrée pour semer le chaos en Irak

On sait qu'il existe des " accords secrets " entre Téhéran et Washington. Les " néo-conservateurs " américains et israéliens ont pactisé avec les " réseaux safavides " iraniens... Washington et Téhéran oeuvrent ensemble pour la destruction de l'Irak.

Leurs dirigeants sont complices dans le crime. Et ce, même si nous approchons désormais d'une impasse. D'un côté, l'échec de Washington en Irak est patent ; de l'autre, les heures sont comptées pour l'Iran... et l'embrasement de tout le Moyen-Orient semble inéluctable.

Le lecteur tirera également profit des avertissements de l'initié Zbigniew Brzezinski, l'ancien conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis. S'exprimant devant les sénateurs américains, il a mis en cause la junte néo-conservatrice impliquée dans le complot d'état du 11 septembre 2001.

comme quoi, des fois on pense qu' ils sont du bon côté, et en vrai ils sont là pour foutre la merde !

il est fort probable que Poutine et Ahmanidejad soient, comme Bush, des marionnettes du Comité X (illuminatis) et fassent monter la mayonnaise afin d'aboutir au conflit prévu depuis des décennies; ils soutenaient bien à la fois Hitler et Staline .
il n' y a rien qui rapporte plus que les guerres.

désolée pour vos idéaux de bandes dessinées , mais les hommes de pouvoir sont rarement des héros ( exeption pourChavez et Allende )

6.Posté par Azer le 21/01/2008 02:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A tous ; ne pas allez trop vite avec des conclusions personnels, regardez ici :
http://www.dailymotion.com/video/x3oslc_la-circoncision-vue-par-vladimir-po_news
Regardez cette vidéo...

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires