Conflits et guerres actuelles

Irak : torturé à mort par les soldats britanniques


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 15:38 OBAMA VEUT À TOUT PRIX LA GUERRE


Le père d’un réceptionniste irakien qui est mort alors qu’il était aux mains des troupes britanniques dans la ville irakienne de Bassorah, a déclaré que les soldats britanniques riaient tandis qu’ils battaient son fils à mort.


Al Jazeera
Jeudi 24 Septembre 2009

Daoud Mousa, ici accompagné de son petit garçon, assassiné par les soldats de "sa gracieuse majesté"
Daoud Mousa, ici accompagné de son petit garçon, assassiné par les soldats de "sa gracieuse majesté"

Daoud Mousa, âgé de 63 ans, a déclaré à l’audience à Londres mercredi que les personnes détenues avec son fils Baha, alors âgé de 26 ans, lui avait décrit en détail avec quelle violence et quelle cruauté « ils avaient été traités par les soldats britanniques ».

« Mon fils a été torturé à mort devant ses collègues », a déclaré Mousa, un ancien officier supérieur de la police, lors de l’enquête dans une déclaration écrite.

« Il est clair que les soldats responsables ont éprouvé un plaisir sadique en riant constamment pendant que mon fils était victime de mauvais traitements », dit le communiqué.

« Civils victimes de violence »

Baha et six autres Irakiens ont été arrêtés lorsque les soldats britanniques sont entrés dans un hôtel de la ville en Septembre 2003, lorsqu’ils pourchassaient des partisans de Saddam Hussein, le dernier président irakien.

Il est décédé 24 heures plus tard à la suite de ses blessures. Un diagnostic post-mortem a révélé qu’il avait subi 93 blessures, dont une fracture du nez et de plusieurs côtes.

D’autres témoins ont également dit à l’enquête que certains militaires se sont donnés du plaisir à maltraiter les civils prisonniers, les obligeant à danser comme Michael Jackson et coordonnant les cris des autres dans une tentative de créer une sorte de musique.

Une bande vidéo dévoilée à l’enquête a montré l’un des soldats, le caporal Donald Payne, hurlant sur des prisonniers cagoulés.

Mousa a témoigné avec émotion durant l’audience de ce mercredi, pleurant à plusieurs reprises alors qu’il décrivait l’effet de la mort de son fils sur sa famille.

Il a dit souffrir des réminiscences du moment où il a vu les blessures horribles de son fils dans une morgue militaire, disant durant l’enquête que les soldats avaient violé la « dignité et l’honneur anglais ».

Accusations de vols

Interrogé par Michael Topolski, l’avocat de Payne, pour savoir s’il acceptait des excuses de l’ex-soldat, Mousa très ému, a refusé. « Je n’accepterai pas les excuses d’un criminel », a-t-il dit à l’audience.

Le gouvernement britannique a ordonné exceptionnellement une enquête publique sur le meurtre, en demandant au juge William Gage de la Cour d’appel, d’enquêter sur les circonstances de la mort de Daoud Mousa et de formuler des recommandations pour d’éventuelles modifications aux conditions de détention militaire.

Mousa a déclaré à l’audience qu’il avait accusé au cours du raid dans l’hôtel, un soldat britannique d’avoir volé des billets de banque, et que son fils a été pris pour cible par les troupes pour se venger.

La mort de Daoud Mousa a déjà amené la condamnation de Payne comme premier criminel de guerre britannique en Irak.

Il a été chassé de l’armée et condamné, pour traitements inhumains, à un an de prison en 2007.

Le ministère de la Défense de Grande-Bretagne a déjà présenté ses excuses pour les mauvais traitement subis par Daoud Mousa et neuf autres irakiens, leur attribuant un dédommagement collectif de 4,9 millions de livres sterlings.

« Argent dérobé »

Mousa a déclaré que dans la nuit du à l’hôtel, il était arrivé pour ramener son fils du travail. Il a alors vu des véhicules militaires entourer le bâtiment et le personnel à plat ventre sur le sol, y compris Baha.

Il a déclaré avoir vu un soldat britannique prendre des billets de banque du coffre de l’hôtel et les mettre dans sa poche. Il a alors signalé le fait à l’officier sur place, qu’il a identifié seulement comme étant « le lieutenant Mike ».

Mousa a déclaré avoir montrer son fils aux soldats, en espérant qu’ils allaient le libérer en échange du fait qu’il ait signalé le vol à leur attention.

« Je pense qu’ils savaient que celui que je leur montrais était mon fils ; ils ont voulu se venger de moi en s’en prenant à lui », a déclaré Mousa.

A l’extérieur de l’audience, Mousa a déclaré qu’il croyait « sans le moindre doute » que son fils avait été pris à partie en représailles.

Les avocats représentant la famille Mousa demandent que soit déterminé si les militaires sanctionnés en Irak avaient utilisé des techniques d’interrogatoire interdites par la Grande-Bretagne en 1972, alors en pleine controverse sur l’utilisation de ces méthodes en Irlande du Nord.

Ils ont déclaré à l’enquête plus tôt cette semaine que les soldats ont utilisé ce qu’on appelle « les techniques de conditionnement, dont les positions stressantes, la cagoule, la privation de sommeil, la privation de nourriture et l’isolation sensoriel [bruit blanc] ».

Sur le même thème :

-  Irak : l’histoire de Baha Mousa - 21 juillet 2009

24 septembre 2009 - Al Jazeera - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.aljazeera.net/news/e...
Traduction : Info-Palestine.net


Jeudi 24 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par Acheraf67 le 25/09/2009 07:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

au printemps 2003, je me suis rendu a Bassorah ou j'ai remarque l'abandon du peuple par les autorites irakiennes et une pauvrete inouie ! Les Irakiens ont ete laisse en pature aux soldats de la coalition qui bossent ; c'est-a-dire que leur role est de traumatiser une generation afin que celle-ce ne se rebelle pas. Cependant, personne n'obligeait ni les soldats britanniques a commettre ces cimes, ni aux Irakiens de collaborer. Les anglais esperaient remonter la pente en allant braquer l'Irak mais cette barbarie n'est pas negative puisqu'elle marque la fin reelle de l'empire britannique.

2.Posté par Nizar MAURANGES le 28/09/2009 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toutes ces tortures, ces sévices, ce sadisme, démontrent que les soldats britaniques et US sont des chiens enragés, des drogués, des malades mentaux, que font ils encore en Irak? Que fait donc ces gouvernements potiches mis à la tête de l'Irak? Ces vendus criminels aussi.
Il faut juger tous ces criminels, ainsi que leur supérieur et leur gouvernement. Trop facile, on se bat bec et ongle pour une espionne en Iran, ainsi que pour POLANSKI, mais ces malheureux morts par le sadisme de la Grande Bretagne et l'Amérique ne seront jamais juger, personne ne le défend. Ordures de britaniques et US.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires