Palestine occupée

Indications confirmant le déclin de l’Entité sioniste



Mercredi 14 Avril 2010

Indications confirmant le déclin de l’Entité sioniste

De l’extérieur, il n’est pas facile de voir les conflits de l’intérieur d’"Israël", dans sa vraie profondeur, ni les défis auxquels font face son gouvernement et son peuple.

En effet, il y a plusieurs défis et sur plusieurs axes, laissant leurs empreintes sur tous les domaines de la vie. On pourra en énumérer trois principaux.

Le premier s’agit de ce déchirement psychologique entre le programme sioniste et les données du terrain sur le niveau local comme sur le niveau mondial. Pour cette raison, des différences essentielles déchirent la gauche et la droite israéliennes. Elles déchirent également la droite et les mouvements et sectes religieux à l’intérieur d’"Israël". Il y a aussi le défi posé par les Arabes de 1948.

Depuis toujours, la gauche israélienne tire la sonnette d’alarme contre la mainmise de la droite sur le pays. Et cela constitue la raison principale de l’ordre donné par David Ben Gourion pour bombarder et faire couler le navire Altalina, dès son arrivée devant la plage de Tel-Aviv, le 22 juin 1948.

En réalité, à bord de ce navire, quelques 930 jeunes juifs venaient d’Europe. Ils faisaient partie de l’organisation Itsel présidée par Menahem Begin. Et des combattants de l’organisation de Haganah, de la gauche sioniste, guidés par le général Yeghal Yadin, bombardèrent le bateau et le firent couler avec tous ceux qui se trouvaient à bord, leurs armes y comprises. Ben Gourion déclara plus tard : « Si ce groupe avait pu entrer dans le pays, l’équilibre des forces aurait été perturbé et nous aurions perdu le pouvoir ».

En "Israël", il y a encore ceux qui croient que Ben Gourion avait raison. Le dernier conflit entre Benyamin Netanyahu (actuel premier ministre israélien) et le président américain Barack Obama vient pour appuyer cette vision. C’est pour cette raison que ces idées font jour, trente-sept ans après sa mort.

Le deuxième grand problème, à l’intérieur de la société israélienne, c’est la position des colons et les religieux extrémistes. Suite à l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir, ils ont pris des couleurs. Le conflit entre ceux-ci et les laïcs va jusqu’à des affrontements violents qui laissent des victimes.

Puis les partis religieux commencent à demander de changer les programmes scolaires afin qu’ils reflètent leurs points de vue. Cette demande soulève une grande colère chez tous les Juifs d’"Israël".

Et ce n’est pas tout. Ces partis commencent même à défier le gouvernement, en inaugurant une radio propre à eux, sous le nom "Jali Israël" (selon le journal hébreu Haaretz, le 23 février 2010). Il y a aussi ces journaux et d’autres médias publiés par leurs colonies, publications qui ne font qu’inciter contre le gouvernement et tous les mouvements de paix aussi bien en "Israël" que dans le monde entier.

Et les chefs de l’armée israélienne commencent à exprimer leur inquiétude de voir certains soldats religieux refusant l’application des ordres donnés en ce qui concerne leurs colonies. Ces chefs appellent alors à déraciner les herbes sauvages répandues partout dans l’armée (Maariv, 17 novembre 2009).

Ils vont encore plus loin. Leur gourou, le rabbin Zalman Miland, les appelle à manifester contre les ordres de leurs chefs.

Les chefs religieux appellent les soldats à massacrer les Palestiniens, et les chefs militaires ne peuvent rien faire, selon un long article publié par le journal Yediot Aharonot, le 2 juin 2009.

Selon le journal, au cours de la dernière guerre israélienne menée contre Gaza, il fut révélé que les chefs fidèles incitaient à traiter l’ennemi (les Palestiniens) avec sauvagerie, sans merci, en leur disant que les Palestiniens n’ont pas le droit de vivre sur cette terre, et qu’il ne fallait par conséquent pas leur donner un Etat.

Les sondages d’opinion montrent qu’une grande partie des habitants des colonies juives ne reconnaissent pas le droit du gouvernement (israélien) à évacuer les colonies, une image parlant de ces désarrois qui inquiètent beaucoup d’Israéliens et de chefs de l’armée, et même quelques chefs de la droite au pouvoir.

En troisième lieu, il y a les Arabes de 48, surtout cette génération qui naquit et grandit en "Israël", un grand défi.

Mochet Arnes, ancien ministre israélien, dit que ces gouvernements successifs sont le premier responsable de la radicalisation des Arabes d’"Israël". Il fait illusion au « jour de la terre » où les jeunes arabes du village de Sakhnin hissèrent la photo de Saïd Nasrallah, premier secrétaire du Hezbollah, et la photo du martyr Imad Moghnia (Haaretz, 6 avril 2010).

Mais le journal ne mentionne pas que son Etat sioniste. Beaucoup d’intellectuels juifs voient dans ces Arabes le plus grand défi qui ne cesse de grandir au fil des années.

Il y a beaucoup d’autres défis, mais ces trois-là sont ceux qui peuvent le plus jouer un rôle essentiel dans la vie de l’Israélien moyen, dans son avenir et dans l’avenir de sa famille.

Article écrit par Dr. Fawzi Al-Asmer du Centre d’études stratégiques Al-Charq
le 10 avril 2010, traduit et résumé par le CPI

http://www.palestine-info.cc http://www.palestine-info.cc



Mercredi 14 Avril 2010


Commentaires

1.Posté par damien le 14/04/2010 14:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les rabins qui appelent au massacre des palestiniens...
Les médias n'en parlent même pas. Même les plus radicaux des islamistes (=religieux politiciens) n'ont jamais appelé au massacre des juifs.
Mais ces colons extremistes sont soutenus par netanyahu et réalisent le sale boulot que netanyahu reve de réaliser depuis longtemps.
Ces sectes juives ont beaucoup de libertés, de pouvoir et impregnent la société sans que les laics aient leur mot à dire.
Le gouvernement israelien soutien tacitement ces sectes car seul un génocide (proné par les sectes) des palestiniens permettra la création du grand israel cher au likoud.

2.Posté par mohammed le 14/04/2010 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Elements secondaires.

L'auteur de cet article ne s'est intéressé qu'aux facteurs d'évolution interne , naturels et communs à tout pays: luttes d'influence , conflits internes de pouvoir, place du religieux... Rien de spécifique à Israél . Ce qui n'est pas normal , car Israel n'est pas un pays comme les autres . Il omet par exemple un gros problème lié à la politique de peuplement tout azimut mené par les politiques israéliennes. ce qui a mené à l'avènement d'un véritable racisme entre juifs eux mêmes : les juifs d'origine éthiopienne , soudanaise, yéménites sont quasiment un deuxième collège. Ce phénomène trouve un terreau fertile à travers la politique d'apartheid menée contre les arabes . De plus en plus cette politique est extrapolée aux autres juifs eux mêmes.
Il oublie aussi de parler des facteurs externes INFINIMENT plus influents sur le devenir d'Israel. L'impuissance militaire de son armée face à la Résistance : sentiment d'insécurité , précarité des acquis territoriaux et patrimoniaux...immigration inverse et dépeuplement depuis 2006. Perte inéxorable de son rôle géostratégique et de toutes les rentes multiformes qui allaient avec . Même l'élite israélienne commence à se rendre à l' évidence qu'il n'y a plus de perspectives réelles viables pour leur système .Que le temps travaille contre Israel.

3.Posté par Arthur Gohin le 14/04/2010 16:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis assez d'accord avec Mohammed.
Maintenant le défi central pour Israël est comment fermer la boutique sans perdre la face. En particulier pour les quelques deux millions de juifs qui vont devoir retourner d'où ils viennent (estimation de la CIA), et pour ceux qui vont rester.


4.Posté par abc le 14/04/2010 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un journal Israëlien avait publié il y a quelques années une blague trés politique et pas drôle du tout qui traduit la réalité de cet état hors le temps et l'espace :

La blague raconte qu'un avion americain est tombé chez des canibales,leurs chef cuisinier a donné l'ordre de garder les americains vivants pendant une semaine le temps de les engraisser pour bien les manger ensuite,chose qui a été faite.La même chose qui s'est reproduite avec les passagers europeens dont l'avion est tombé chez ces mêmes canibales.Le temps passe et repasse et un autre avion israelien avec des passagers israëliens fait crash chez nos canibales,mais contrairement aux fois precedantes,le chef cuisinier des canibales donne l'ordre que les israëliens soient mangés toute de suite sans le besoin de les gardez vivants pendant une semaine pour les engraisser,les canibales etonnés demandérent pourqoui au chef cuisinier de leurs communauté?Celui-ci repondit que s'il laisse les israëliens une semaine vivants pour les engraisser ils iront sûrement se manger les uns les autres.

C'est dire combien la païx est nuisible aux israëliens,et le jour où ils la feront avec les palestiniens et le reste de la planéte,ils feront sûrement la guerre entre eux.

5.Posté par Byblos le maronite le 15/04/2010 04:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour avoir une idée claire des rapports véritablement racistes entre les ashkenazim et les juifs orientaux en particulier (mizrahim en hébreux signifie exactement «mashriqiyine»), il faut absolument lire l'ouvrage d'Ella Shohat intitulé Le sionisme du point de vue de ses victimes juives publié aux éditions de la Fabrique en 2006.
Ella Shohat est une juive iraquienne dont la langue maternelle est l'Arabe. Elle raconte toutes les vexations qu'elle-même, sa famille et tous les juifs mizrahim venus des pays arabes et musulmans ont subies dès leur «alyah» (montée en Israël). On allait jusqu'à leur interdire de parler l'Arabe entre eux.
Toutes sortes de mécanismes subtils sont mis au point pour fausser la représentation parlementaire de cette population juive orientale qui est pourtant majoritaire en Israël, et pour la baillonner.
N'en pouvant plus, Ella Shohat est partie pour les USA où elle vit actuellement.
On peut facilement imaginer le sort encore moins enviable des malheureux falashas d'Éthiopie.

6.Posté par Byblos le maronite le 15/04/2010 04:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toujours à propos des mizrahim, je voudrais ajouter le document suivant qui n' a pas besoin de commentaire :
Ce sont des extraits d’un compte-rendu de film publié sur www.voxnr.com. ... « Les enfants de la teigne » [« The Ringworm Children »] (traduit, en hébreu, par « 100 000 rayons »), mis en scène par David Belhassen et Asher Hemias... a pour sujet l’irradiation massive de centaines de milliers de jeunes immigrants en Israël, provenant de pays du Maghreb et du Moyen-Orient – des Séfarades...
En 1951, le directeur général du ministère israélien de la Santé, le Dr. Chaim Sheba, prenait l’avion pour l’Amérique, d’où il a ramené sept appareils de radiographie (à rayons X), que l’armée américaine lui avait cédés. Ces appareils de radiographie furent utilisés pour une expérience nucléaire massive, une génération complète de jeunes Séfarades furent utilisés en guise de cobayes. Chaque enfant séfarade allait recevoir 35 000 fois la dose maximale de rayons X, dans la tête. A cette fin, le gouvernement américain versa annuellement au gouvernement israélien 300 millions de livres israéliennes. A l’époque, le budget global du ministère israélien de la Santé ne s’élevait, quant à lui, qu’à 60 millions de livres, soit 5 fois moins ! Les fonds versés par les Américains correspondraient, de nos jours, à deux milliards de dollars. Afin de circonvenir les parents des victimes, les enfants furent emmenés en « voyage scolaire », et on dira plus tard aux parents que les rayons X étaient un traitement contre une épidémie de teigne. 6 000 des enfants cobayes décédèrent peu après leur irradiation, beaucoup des survivants développant des cancers qui emportèrent des milliers d’entre eux, au fil des années, et qui continuent à tuer certains d’entre eux, encore actuellement. Durant leurs années d’interminable agonie, les victimes souffrirent d’ affections telles l’épilepsie, l’amnésie, la maladie d’Alzheimer, des céphalées chroniques et des psychoses... La totalité de leur organisme ayant été exposé aux rayons, le génome des enfants a souvent été altéré, affectant leur descendance... La majorité des victimes furent (ou sont) d’origine marocaine, car les Juifs marocains représentaient la majorité des immigrants séfarades. La génération empoisonnée devint la classe irrémédiablement pauvre et délinquante du pays... Le film présente ensuite un historien... qui déclare que l’opération « teigne » était en réalité un programme eugéniste, visant à éradiquer ce qui était perçu comme les maillons faibles de la société (israélienne)... « Presque tous les dossiers ont disparu, brûlés dans un incendie. »... Le plus haut poste non-ministériel était tenu par le Directeur général du ministère de la Défense : Shimon Peres (toujours bien vivant, (bon pied, bon œil, président d'Israël)...

7.Posté par dik le 15/04/2010 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Article et commentaires intéressants. Autre débordement dans cette entité sioniste, est le fait que le racisme des ashkénazes envers les séfarades fait que ces derniers sont les plus méchants envers les autochtones palestiniens pour montrer leur loyauté au sionisme!

Le crime, le mensonge et la trahison ayant présidé à la création de cette société, que ce soit entre les juifs eux-mêmes (Shoa et bombardements de bateaux d'immigrants) ou envers les palestiniens, rien ne permet d'espérer que cette société évoluera un jour vers une certaine normalité (identité nationale, démocratie). Bien au contraire, ces phénomènes vont en s'aggravant avec la multiplication des colonies, sources de plus de conflits.

Le maître-mot pour qualifier la société israélienne est : Lâcheté.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires