Géopolitique et stratégie

Incertitude sur la création d'une force anti-OTAN en Asie centrale (Kommersant)



Vendredi 31 Juillet 2009

Incertitude sur la création d'une force anti-OTAN en Asie centrale (Kommersant)
Les projets de Moscou visant à faire de l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) une alliance analogue à l'OTAN sont menacés d'échec, indique vendredi le quotidien Kommersant. Le président russe Dmitri Medvedev espère que son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko signera, lors du sommet informel de l'OTSC qui s'ouvre aujourd'hui à Cholpon-Ata, l'accord sur la formation de la Force collective de déploiement rapide (FCDR) de l'OTSC. Il envisage également de signer les documents relatifs à la création au Kirghizstan d'une base militaire de la FCDR. Or, Minsk et Bichkek ne se pressent pas de répondre aux instances de Moscou.


A la veille du sommet, Moscou, qui cherche à former une sorte de contrepoids à l'OTAN, s'est mis à intensifier la militarisation de l'organisation.


Les premiers exercices collectifs de la FCDR devraient avoir lieu du 19 août au 24 octobre sur le polygone kazakh de Matyboulak, avec la participation de plus de 6.000 soldats, des blindés et des avions de combat. En outre, la Russie envisage de créer la première base militaire en Asie centrale sous l'égide de la FCDR.



Cependant, ces projets se heurtent à des obstacles de taille, dont le principal est la position du leader biélorusse Alexandre Loukachenko. Celui-ci était absent du récent sommet de l'OTSC à Moscou en raison de la "guerre laitière" qui a éclaté en juin entre Moscou et Minsk. Il n'a pas signé l'accord sur la création de la FCDR. La Biélorussie a décliné la présidence tournante de l'OTSC et a même qualifié d'"illégitimes" les décisions adoptées lors du sommet de Moscou, ce qui a remis en cause la formation de la FCDR.


L'arrivée d'Alexandre Loukachenko à Cholpon-Ata ne signifie pas qu'il signera les documents adoptés par les participants au sommet de Moscou, a souligné Minsk.


Quant aux projets liés à la création d'une base au Kirghizstan, ils sont eux aussi menacés. Bichkek fait traîner en longueur le processus de signature des documents appropriés. Le président ouzbek, Islam Karimov - qui n'a pas non plus signé l'accord sur la FCDR - s'oppose également à l'implantation d'une base militaire russe au Kirghizstan.


Si la Russie ne parvient pas à obtenir des concessions de Minsk, Bichkek et Tachkent, ses projets liés à la FCDR risquent d'échouer. L'échec du sommet de Cholpon-Ata pourrait mettre une croix sur d'autres plans ambitieux également, tels que la création d'un important groupement de troupes en Asie centrale, et empêcher ainsi la transformation de l'OTSC en une force "anti-OTAN".


Cet article tiré de la presse russe n'engage pas la responsabilité de RIA Novosti.

http://fr.rian.ru/ http://fr.rian.ru/



Vendredi 31 Juillet 2009


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires