Palestine occupée

Imad Moughnieh assassiné en Syrie



Mercredi 13 Février 2008

Imad Moughnieh assassiné en Syrie
Un homme clé des opérations de résistance du Hezbollah libanais, Imad Moughnieh, recherché par Interpol et les Etats-Unis, a été assassiné mardi à Damas, a indiqué le puissant mouvement de la résistance lbanaise qui a pointé du doigt Israël.

Le gouvernement israélien a démenti toute implication dans l’assassinat de Moughnieh, dans la clandestinité depuis la fin des années 1980, et les autorités syriennes ont seulement fait état d’un mort non identifié dans l’explosion d’une voiture à Damas.

Selon un responsable du Hezbollah, Moughnieh, la cinquantaine, a été tué dans l’explosion d’une voiture piégée dans la capitale syrienne.

La télévision du Hezbollah, Al-Manar, a annoncé l’assassinat mais sans préciser le lieu du meurtre. "Un grand jihadiste de la résistance islamique au Liban a rejoint les grands martyrs. Le leader Imad Moughnieh est mort en martyr assassiné par les Israéliens sionistes", a-t-elle indiqué.

Moughnieh, l’un des fondateurs en 1983 du bras armé du Hezbollah, la Résistance islamique, face à Israël qui occupait à l’époque le sud du Liban, "était la cible des sionistes depuis 20 ans".

"Israël rejette une quelconque implication dans cette affaire. Nous n’avons rien d’autre à ajouter", a déclaré le bureau d’Ehud Olmert dans un communiqué.

Mais des anciens de la communauté du renseignement et des ministres israéliens n’ont pas caché leur satisfaction après la mort de Moughnieh. Dany Yatom, ex-patron des services secrets, a affirmé "ne pas savoir qui a liquidé Moughnieh. Mais c’est un succès pour la communauté du renseignement. C’était un des plus grands terroristes du monde au même titre qu’Oussama ben Laden", chef du réseau Al-Qaïda.

Les médias israéliens ont considéré dans leur ensemble que le Hezbollah risque de vouloir se venger. Dans le village natal d’Imad Moughniyeh, à Tayr Dibba, dans le sud du Liban, toute activité a cessé et les habitants se sont rassemblés pour suivre les informations à la télévision. Sa maison est désertée depuis qu’il a pris le maquis.

Le maire de la ville, Hussein Saad, a déclaré à l’AFP avoir "reçu des appels (l’) informant que Imad Moughnieh a été assassiné à Damas dans une voiture piégée. Il appartenait à une grande famille, très religieuse".

Le Hezbollah a annoncé que ses obsèques se tiendraient jeudi 14 février, journée qui coïncide avec la commémoration de l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri il y a trois ans, pour laquelle la majorité parlementaire organise un rassemblement au centre de Beyrouth.

L’assassinat de Moughnieh intervient dans un climat politique et sécuritaire très tendu au Liban, un pays sans chef d’Etat et plongé dans sa plus grave crise depuis la guerre civile (1975-1990), la majorité et l’opposition ne pouvant s’entendre sur le partage du pouvoir.

Inscrit sur la liste "des terroristes les plus dangereux" recherchés par les Etats-Unis, Moughnieh est accusé d’avoir dirigé la plupart des enlèvements d’otages occidentaux dans les années 1980 au Liban.

Il est soupçonné d’avoir été l’auteur du rapt en 1984 de William Buckley, chef de l’antenne de la CIA à Beyrouth qui a été tué et du détournement à Beyrouth d’un avion de la TWA en 1985.

Il est aussi recherché par Interpol pour sa participation présumée à un attentat contre l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA) qui avait fait 85 morts en 1994 à Buenos Aires.

A Damas, la télévision d’Etat syrienne a indiqué, citant une source au ministère de l’Intérieur, qu’une voiture avait explosé mardi soir dans le quartier résidentiel de Kafar Soussé dans la capitale syrienne, faisant un mort. Elle n’a donné aucune autre précision.

Selon des témoins, l’arrière de la voiture, une Mitsubishi Pajero grise métallique, a été entièrement soufflée par l’explosion qui s’est produite vers 23HOO locales (21H00 GMT).

Les mouvements palestiniens, Hamas et le Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG, de Ahmad Jibril) ont aussi accusé Israël de l’attentat.

http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=4437 http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=4437



Mercredi 13 Février 2008


Commentaires

1.Posté par MINOU99 le 13/02/2008 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Pas besoin d'enquete puisque ISRAEL, à force de déclarer son innocence dans des assassinats ciblés dans le passé de figures de proue de la résistance palestinienne et de propalestiniens a démontré sa participation active dans le terrorisme international et le crime organisé [passage supprimé] qui lui a prété constament ses bons offices.
Au fait, pourquoi ne pas diligenter une enquete international pour déterminer les circonstances dans lesquels ce chef a péri et arreter ses auteurs?. Dans le cas de l'assassinat de Rafik HARIRI, le matraquage médiatique et les cogitations de l'ONU se sont acharnés pour arreter les auteurs de ce crime. Qu'en sera-t-il de ce crime abject qui restera impuni et vraissemblablement commandité par ISRAEL et ses nervis?
Pourquoi les médias inféodés à l'axe WASHINGTON-TEL-AVIV ne surmédiatisent pas cet assassinat prémédité comme cela a été le cas de l'Affaire HARIRI et preferent tout au contraire faire preuve d'indifference manifeste outrageante?.
Il serait donc illusoire de s'attendre à une enquete internationale placée sous les bons ou mauvais auspices de l'ONU ou d'une ONU en perdition.

2.Posté par sam2000 le 14/02/2008 11:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


une enquête en Argentine concernant l'attentat de buenos aires en 1994,semble previlegier la piste de l'attentat sous fausse banniere de la part d'Israel.

voir resauvoltaire.

modération:
Quelques liens concernant cette affaire cliquez ici

3.Posté par al akl le 14/02/2008 14:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Minou99,
je ne savais pas que l'on avait capturé les assassins ou résolu l'affaire Hariri, bien au contraire vu que les pistes ne peuvent mener qu'à israel, l'ONU n'est intervenu que pour empêcher une véritable enquête. qui depuis n'est même plus d'actualité. et ce, avec l'impulsion de notre ministre des affaires étrangères à la France. A moins que j'ai loupé un épisode...

Cet assassinat en se déroulant à Damas en Syrie, démontre bien qu'aucun résistant recherché par israel, ne peut lui échapper, et d'autant moins en Jordanie qui est plus que soumise.
Le terrorisme israélien semble encouragé par la 'communauté internationale'. Encore l'éternel deux poids deux mesures, pour les maîtres de nos maîtres. Les éternels terroristes sont magnifiés, et les résistants désarmés, sont accusés à leur place...
Mais tout cela n'est possible que 'grâce' aux réseaux de Sayanims, ou sionistes sans frontières qui minent nos sécurités nationales. Avec le soutient de tous les soumis, que sont nos politiques.

4.Posté par Bint Jbeil le 29/03/2008 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les développements de la crise financière états-unienne vont débarasser le monde de ces deux dangers que sont les Etats-unis et l'Israèl. La raclée prise à l'été 2006 - au Liban - est venue participer de cette fin toute proche. l'Israèl disparaitra et le monde ne s'en portera que mieux. Sharon étant pratiquement mort, des pères fondateurs, il ne reste plus que Perez; Celui là même qui disait - au moment de la mésaventure libanaise de 2006 - que la victoire - face à la resistance libanaise - s'imposait...qu'il en allait de l'existence de l'Israèl. Aucun des objectifs - connus et non connus - n'ayant été atteint, il ne reste plus aux sionistes que de rendre la Palestine et d'y vivre dans une paix véritable ou de plier bagages et rentrer chez eux. Les resitances arabes (libanaise, palestinienne et irakienne) ne céderont jamais. Plus d'un siècle aprés l'invasion de l'Algérie par les troupes françaises, les occidentaux n'ont toujours pas compris. Même s'il faut parfois plusieurs décennies pour qu'elle se mette en place, face à une occupation, la resistance triomphe toujours. Ce n'est pas le lâche assassinat d'Imad Moughnieh qui entamera la détermination d'hommes résolus à se débarrasser de l'ignominie états-unio-sionistes. Les chancelleries européennes le savent - elles l'évoque déjà : l'Israèl disparaitra.


Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires