ALTER INFO

Il n'y a pas de spécificité juive


Dans la même rubrique:
< >


dakarmichel@yahoo.fr
Samedi 18 Novembre 2006

Le peuple juif, un peuple martyr de la religion, ou, l'hivers de l'esprit. Il n'y a aucune spécificité au judaïsme.



Ce qui se passe en Palestine, est révélateur de la réalité existentielle de la population juive en général, de l'état d'être juif, état qui autrement qu'à la lumière de l'évènement de Palestine, demeurerait confus, effacé, gardé secret, refoulé de la conscience.

Or, quel est l' "évènement de Palestine", de quoi s'agit-il ?



Il s'agit de la forme particulière de génocide que subit la population non-juive de cette région de la planète.

Cette forme de génocide est particulière, car toutes les informations qui proviennent de Palestine, font état d'un traitement appliqué à une population entière, la population non-juive en Palestine, par la population juive présente en Palestine, ce traitement étant qualifiable de torture, torture perpétrée de façon permanente et intensive, s'appliquant à tous les membres de la population non-juive de Palestine, bébés, enfants de tous âges, femmes, hommes, vieillards, et même aux vies non-humaines, animales, comme ceux domestiques (tels les moutons) qui appartiennent aux non-juifs, et les végétaux, comme les oliviers appartenant de même aux non-juifs.

Comment expliquer ce comportement unique et inouïe qui ne s'est jamais manifesté chez aucun peuple de l'histoire humaine ?

La particularité de la société juive en Palestine, est d'être intégralement soumise aux prêtres, aux rabbins. L'Etat d'Israël n'est qu'une démocratie de façade, d'ailleurs comme toutes les soit-disantes démocraties occidentales, avec cette spécificité qu'elle est en réalité de plus une théocratie.

La caste religieuse, le clergé, domine en Israël, et se partage le pouvoir avec les tenants des forces de sécurité, et ceux qui tirent leur puissance du commerce. Les religieux de plus imprègnent de plus en plus, soit physiquement soit mentalement, les deux autres castes (on trouve de plus en plus de militaires et de commerçants religieux, les soldats rendent comptent de leurs activités militaires à leurs rabbins, les "colonies" invasives en territoires dit autonomes palestiniens, sont des colonies religieuses dirigées par les rabbins, etc ...).

Le comportement particulièrement sadique que subit la population non-juive de Palestine, de la part des israéliens, ne peut s'expliquer qu'à la lumière du fait religieux, et de l'oppression cruelle que subit la population juive elle-même de la part de son propre clergé.

Le déchaînement constant de ce sadisme et de cette volonté de faire souffrir, de détruire l'intégralité de tout ce qui vit et qui leur est étranger, autre, n'est que l'apparition au jour, la manifestation, de ce que subissent les juifs en leur for intérieur, et qu'ils refoulent, qu'ils ne peuvent admettre, de la part de leurs rabbins, de la part de la société au sein de laquelle ils existent, dont ils dépendent, et que de ce fait ils ne peuvent dénoncer, exprimer, et donc avoir même présent à la conscience.

La population juive est une population particulièrement martyr de la religion. On peut le constater à la virulence de son comportement vis à vis de ce qui est autre qu'elle, en Palestine, où il lui est possible de se libérer de ce qui l'habite, de ce qu'elle même subit.

Car même si une oppression est si totale, si parfaite, si intégrale, qu'il est si impossible de s'en libérer, jusqu'au point de ne plus penser à s'en libérer, jusqu'au point que cette pensée a été interdite, que l'idée même de révolte, d'indépendance, d'autonomie n'existe plus, la souffrance due à cette oppression n'en reste pas moins présente, et se fait troujours ressentir, souffrance, tension, qu'il faut à tout prix évacuer, à la fois pour pouvoir en tant qu'individu continuer à exister, à la fois pour assurer au niveau social, l'équilibre du groupe, sa stabilité.

Il ne s'agit dans l'affaire du génocide de Palestine, et de l'état de torture auquel est soumis la population de Palestine de la part de israéliens, que de décharger pour les israéliens leur propre souffrance, souffrance qu'ils endurent du fait même de leur propre société dominée par le clergé juif, souffrance dont ils ne peuvent même pas affronter l'origine, tant ils sont conditionnés dès le berceau à craindre le personnage du rabbin, qui est personnifié dans celui du dieu de la torah, comme terrifiant, colérique, massacreur, sanguinaire, vengeur, jaloux, irrascible.

La violence vis à vis des Palestiniens, n'est que l'exposition au jour de la violence, de la révolte qui devraient être dirigées par les juifs contre leurs rabbins, ce qui est totalement impossible de concevoir aux juifs, tant ce système religieux est fondé sur la terreur intériosée, le terrorisme psychique, ce que nous pouvons constater par les multiples faits de terrorisme qui jalonnent l'histoire de Palestine, terrorisme qui a été la méthode principale militaire employée pour asseoir l'Etat d'Israël.

De tout cela, il est interdit de parler, et de le comprendre, ce terrorisme dirigé contre sa propre population étant camouflé par les rabbins par des manifestations d'hyper protection envers chaque juif, et par la présentation par les rabbins du monde non-juif comme fondamentalement hostile aux juifs, qui ne peuvent survivre que sous la,protection des rabbins, tous réunis sous leur coupe, dans l'Etat d'Israël, qui n'est qu'une extension de la synagogue.

La seule population au monde à s'être libéré de la religion, fut un temps une partie de la population européenne, cette libération culminant au 19ème siècle. Mais ce temps est révolu, et il semble bien qu'on soit en pleine période de régression.

Ce qu'illustre la Palestine n'est que la caricature de ce qui fonde et structure toutes les autres religions. La Palestine n'est qu'un verre grossissant le phénomène d'emprise religieuse, et il n'y a aucune spécificité au judaïsme, qui n'est qu'un cas commun de domination religieuse, domination certes exarcerbée, mais tout de même cas commun.

On pourrait classer les religions d'après le degré d'oppression qu'elles font subir à leurs membres, degré d'oppression qui se manifeste ensuite par le degré d'agressivité dont ces populations font montre, ce qui expose au jour l'intensité et la perfection atteintes dans l'assujettissement et l'exploitation de ces populations, par leurs castes religieuses.

On peut dire que les trois religions du "Livre", judaïsme, christianisme et islam, sont championnes mondiales de l'écrasement des individus, en ce qu'elles se sont répandues sur toute la planète, et que les religions asiatiques (hormi le cas à part du Japon), respectent plus l'individu, qui est moins soumis à cette infirmité de vie, et doit moins projetter sa haîne refoulée vers l'extérieur, sur l'étranger.

On peut dire que le christianisme est la moins écrasante des trois religions du "Livre", en ce sens que c'est la seule qui a permis l'éclosion de la révolte de ses victimes, les chrétiens, contre leur clergé, au point de presque parvenir à l'éliminer.

Grâce au judaïsme et à sa guerre de religion que la caste des rabbins a déclenché dans le monde pour maintenir son emprise sur les juifs, par contrecoup, l'emprise religieuse est en train de se renforcer globalement en Occident et dans les pays arabes.

Le monde entier est en train de retourner dans le passé, tout le progrès accompli est en train d'être anéanti.

On est en train d'entrer dans une période générale d'obscurantisme.

Le ciel est en train de s'assombrir.

Cette période pourrait s'appeler l'hivers de l'esprit.



Michel DAKAR, le 18 novembre 2006.





Samedi 18 Novembre 2006

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires