Sciences et croyances

Il est temps d’abandonner le qualificatif de septique concernant les incroyants du réchauffement global



Jeff Poor
Mercredi 19 Mai 2010

Il est temps d’abandonner le qualificatif de septique concernant les incroyants du réchauffement global


Business & Media Institute, Jeff Poor, 19 mai 2010


      Si vous avez écouté à Barack Obama lors de la campagne présidentielle de 2008, vous vous souvenez peut-être de lui expliquant que les mots comptent. Selon Richard Lindzen, chercheur de premier plan en climatologie et professeur au MIT, se rapportant au débat sur le réchauffement climatique, il y a en cela une bonne dose de sagesse.


      Le 17 mai, à Chicago, faisant un discours à la Conférence internationale sur le changement climatique de l'Institut Heartland, Lindzen a expliqué que, en se donnant l’étiquette « sceptique, » le mouvement opposé aux enflammés du réchauffement global laisse entendre que leur hypothèse est plausible. Or, selon le professeur du MIT, elle ne l'est pas.


      « Une suggestion que je ferais, c'est que nous cessions d'accepter le qualificatif de sceptique, » a déclaré Lindzen. « Pour autant que je puisse en dire, le scepticisme implique des doutes quant à une proposition plausible. Je pense que l’alarmisme actuel sur le réchauffement global ne constitue pas une affaire plausible. »


      Lindzen dit à l'auditoire que les allumés n’ont tout simplement pas réussi à démontrer leur histoire.


      « Depuis 20 ans – plus de 20 ans, malheureusement, 22 maintenant, depuis 88 – la répétition, l'escalade des déclarations ne les rend pas plus plausibles. « Bien au contraire, a-t-il poursuivi. « Je dirais que l'échec à prouver cette affaire depuis 20 ans la rend encore moins plausible, comme le font les évidences du ClimateGate et d'autres cas. »


      Et Lindzen exclu toute éventualité de destruction imminente due à une catastrophe climatique potentielle. [*]


      « Dans l'intervalle, tandis que j’évite de faire des prévisions pour des dixièmes de degré de changement dans le modèle de la température mondiale moyenne, je suis tout à fait disposé à indiquer que les catastrophes climatiques sans précédent ne sont pas à l'horizon, bien qu’on puisse revenir à un âge glaciaire dans plusieurs milliers d'années. »



Original : www.businessandmedia.org/articles/2010/20100518112514.aspx
Traduction copyleft de Pétrus Lombard



* Note du traducteur : Richard Lindzen n’a pas tort pour le réchauffement, mais que faut-il penser du refroidissement ? Celui que l’on ressent depuis déjà trois ans et qui, selon le Space and Science Research Center, entre autres, devrait s’aggraver. Dans ce communiqué de presse, ce centre raconte même que, au moins en Amérique du Nord, il faut se préparer à une pénurie alimentaire.




Vendredi 21 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par patanjali le 22/05/2010 18:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour plus de preuves du refroidissement global:
http://www.iceagenow.com/://

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires