Religions et croyances

ISRAËL ET L’OBSCURANTISME RELIGIEUX JUIF.



Kaderou
Jeudi 24 Juillet 2014

ISRAËL ET L’OBSCURANTISME RELIGIEUX JUIF.

ISRAËL ET L’OBSCURANTISME RELIGIEUX JUIF.

L’Occident présente Israël comme le seul état démocratique et moderne de la région, je suis resté à demander au vue de cette guerre déclenchée de nouveau contre le peuple de la Palestine en quoi est-il moderne ?

Peut être dans le déclenchement des attaques avec une violence et acharnement illimité, sûrement en vue de faire subir d’énormes dégâts aux non juifs. Il serait plus juste d’avancer que l’objectif principal de cette opération reste le génocide, dont le nombre de victimes aurai été dûment arrêté lors de la Réunion du Cabinet de Sécurité et les Grands Rabbins d’Israël consultés pour une bénédiction, avant le déclenchement des opérations.

Il est à noter que durant toutes les guerres déclenchées par l’entité sioniste, une période d’intensivité des opérations de massacre d’une quinzaine de jours, un blanc seing est donné pour massacrer le peuple Palestinien, par les pays occidentaux et les média lourds, avec leurs silences avant d’entreprendre des réactions frileuses pour demander un cessez le feu, sans aucune condamnation à l’atrocité du massacre.

Mais puisqu’il s’agit de l’Etat Juif d’Israël, les pays de la civilisation occidentale, ne peuvent que comprendre la légitimité de défense et soutiennent l’action de l’escalade, seulement pour établir leurs sentiments humanitaires, il estiment que la disproportion de l’attaque avec l’utilisation de bombes à fléchette (Armes dégageant plus de 5000 Fléchettes à l’impact et dans toutes les directions) et les pertes civiles massives au sein de la population Gazaouie soulèvent de sérieuses réserves discrètes, mais tant pis les faits sont là, cela aussi ne peut en aucun cas porter atteinte à leur conscience, Pour les pays dit civilisationnels il n'y a de compassion et d'humanité que pour la population juive terrorisée par des tirs de roquettes, n’ayant fait aucune victime, plus peur que mal pour cette populace..

Cependant il est important de remarquer que dans escalade sur Gaza, l’armée israélienne avait pour instruction de faire une maximum de dégâts et surtout de considérés les enfants comme de véritables résistances, ceci rentre un peu dans les objectifs stratégiques d’Israël, de mettre un frein à cette évolution démographie dans la populations Palestiniennes, ce qui semble aux yeux de l’autorité juive un majeur handicap pour leurs générations futures.

L’état d’Israël estime que ces enfants seront les futurs résistants, alors autant les éradiqués maintenant. La tuerie des enfants jouant sur la plage illustre parfaitement cet état de faite, et prouve l’accusation d’une responsabilité collective appliquée exclusivement aux Palestiniens.,

Le Sionisme est une idéologie religieuse de guerre et de violence, qui permet à l’Etat d’Israël de mener sa politique de génocide à chaque occasion du peuple de Palestinien et plus particulièrement celui de la Bande de Gaza, qui reste à la seule source de revendication et de résistance.

Israël Shahak est un des nombreux «rescapés de l'Holocauste». Né à Varsovie en 1933, il passe son enfance au camp de Bergen-Belsen. En 1945, il émigre en Israël et sert dans l'armée juive Tsahal. Militant des droits de l'homme.

Tout commence en 1965, lorsque Shahak est témoin d'un incident qui le marquera profondément. Dans un quartier de Jérusalem un non juif (goy) s'effondre brusquement, victime semble-t-il d'une crise cardiaque. Prié de mettre son téléphone à disposition pour appeler une ambulance, un juif religieux refuse, en invoquant la Halakha qui lui interdit de sauver un non-juif le jour du Sabbat. Shahak interroge peu après les membres de la Cour rabbinique de Jérusalem; ces membres sont nommés par l'Etat d'Israël. Ceux-ci répondent que la personne qui a refusé l'usage de son téléphone a agi conformément aux lois religieuses

il collabore au journal Haaretz et s'attaque à l'obscurantisme religieux juif et à son influence dans la vie politique de l'Etat colonial d'Israël. Ainsi son livre « Histoire Juive - Religion Juive » s'articule autour de trois thèses fondamentales.
1) La religion juive, telle que la reflètent des siècles d'arrêts (juridiques) talmudiques, représente le type même de l'obscurantisme, de l'arriération,du fanatisme et du racisme.
2) L'héritage du fanatisme juif, notamment dans le domaine des attitudes envers les gentils, constitue un énorme poids mort qui entrave le développement de toute forme de civilisation juive laïque et éclairée.
3) L'historiographie juive telle qu'elle existe jusqu'à ce jour, ainsi que la plupart des recherches universitaires en matière de judaïsme, ne sont que des tentatives de gommer ou de déformer les réalités énoncées dans le cadre des thèses 1 et 2

Le Talmud [talmoud], « étude ») est une compilation des discussions rabbiniques se rapportant à la législation (halakha), à l'éthique, aux coutumes (minhag) et à l'histoire des Juifs. Il est à signaler que le non-juif ou le chrétien est appelé dans le Talmud : goyim, gentil

Le Talmud est constitué de 63 livres d’écrits légaux, éthiques et historiques rédigés par les anciens rabbins. Il fut publié cinq siècles après la naissance de Jésus. Il s’agit d’un abrégé de lois et de traditions. C’est le code légal formant la base de la religion juive et c’est le texte utilisé dans la formation des rabbins. »

Il est donc clair que selon la Halakhah (La Halakha regroupe l’ensemble des prescriptions, coutumes et traditions dénommées « Loi juive ». la halakha est parfois décrite comme une «Charia à la mode rabbinique». Ceci est exactement la position préconisée par les dirigeants et les sympathisants de Gush Emunim (mouvement politique et messianique israélien) la question de l’attitude à adopter vis-à-vis aux Palestiniens se réduit tout entière à une question de pouvoir de la part des Juifs : si les Juifs sont assez puissants, leur devoir religieux est d’expulser les Palestiniens non juif.
Selon la Halakha quand un Juif tue un non Juif, il ne devrait pas, conformément à la loi religieuse juive, être puni en aucune façon, et l’acte n’est pas considéré comme un meurtre. C’est l’une des raisons pour lesquelles les colons les plus cruels et les plus meurtriers, et leurs supporters, sont des Juifs pieux.

Mr Shahak révèle que, le Commandement de la Région centrale de l’armée israélienne distribue aux soldats une brochure qui mentionne: «Lorsque nos forces rencontrent des civils en temps de guerre ou lors d’une poursuite ou d’un raid, tant qu’il n’y a aucune certitude que ces civils sont dans l’impossibilité de nuire à nos troupes, alors, conformément à la Halakha, ils peuvent et doivent être tués. En aucun cas on ne peut se fier à un Arabe, même s’il donne l’impression d’être civilisé. En temps de guerre, nos troupes donnant l’assaut sont non seulement autorisées mais tenues par la Halakha de tuer même les civils paisibles, c’est-à-dire les civils paisibles en apparence».
Dans ce petit livre, le grand rabbin du corps d'armée écrit :
«Quand au cours d'une guerre, ou lors d'une poursuite armée ou d'un raid, nos forces se trouvent devant des civils dont on ne peut être sûr qu'ils ne nous nuiront pas, ces civils, selon la Halakhah, peuvent et même doivent être tués. En aucun cas l'on ne peut faire confiance à un arabe, même s'il a l'air civilisé
En guerre, lorsque nos troupes engagent un assaut final, il leur est permis et ordonné par la Halakhah de tuer même des civils bons, c'est-à-dire les civils qui se présentent comme tels»
Sans pour autant oublier de citer les grandes directives prises dans Le Livre de l'Education paru au XIVème siècle en Espagne expose les 613 préceptes religieux du judaïsme. Précisons que cet ouvrage très populaire, paru à de nombreuses reprises dans des éditions bon marché, est subsidié par le gouvernement israélien.
C'est ainsi que le juif religieux apprend depuis sa plus tendre enfance au cours de Talmud Tora que les non-juifs sont comparables aux chiens.
Les enfants nés de mariages invalides sont déclarés illégitimes par les rabbins. Les rabbins libéraux ne sont pas autorisés à célébrer les mariages en Israël. Le divorce est interdit à la femme, sauf si elle obtient le consentement écrit de son mari. La veuve doit obtenir l'autorisation de son beau-frère pour se remarier. Elle peut être amenée à abandonner une partie de son héritage à son beau-frère pour qu'il ne fasse pas usage de son droit de lévirat. Si elle est mineure, la veuve peut devoir attendre jusqu'à sa majorité pour se remarier. Les enfants nés de relations avec une femme mariée ou d'un mariage civil hors Israël sont considérés comme bâtards et, ayant atteint l'âge adulte, ne sont pas autorisés à se marier selon la loi israélienne.»

Le paragraphe 322 traite du devoir de maintenir les Gentils en esclavage. «Cette obligation repose sur l'évidence que le peuple juif est le meilleur de tous les peuples de la terre, créé pour connaître son Créateur et l'adorer et digne de posséder des esclaves pour le servir».

C'est dans la revue des Loubavitch, secte ultra raciste soutenue financièrement par Jacques Chirac lorsqu'il était maire de Paris, que Gilles Kepel a trouvé le concept suivant: «L'écart qui sépare le peuple juif du genre humain n'est pas moindre que l'écart entre l'humain et l'animal.»

Des rabbins influents, qui ont de très nombreux adeptes parmi les officiers israéliens, identifient les Palestiniens (voire tous les Arabes) à ces anciennes nations, ce qui donne un sens très actuel à des commandements tels que « tu n’en laisseras rien subsister de vivant ». De fait, les réservistes appelés pour une période de service dans la bande de Gaza ont bien souvent droit à un topo (« conférence de formation ») où l’on apprend que les Palestiniens de Gaza sont « comme les Amalécites ».
Je n’en finirai pas de citer les proclamations sanguinaires contre les Palestiniens, lancées par des rabbins au nom de ces lois.
Sans trop être versé dans le fanatisme, la lecture des Protocoles des sages de Sion, m’a rendu perplexe, car ces protocoles despotiques expliquaient parfaitement les actions des juifs en Palestine occupée et dans le monde, et illustraient le diabolisme des sionistes. En effet, les Juifs dominent les marchés mondiaux, les banques, les médias, etc., et il semble qu'ils contrôlent nombre de mécanismes de prises de décision aux États-Unis, en Europe et ailleurs, ainsi je voudrai livrer ici quelques paragraphes de ces protocoles :
Dieu nous a donné, à nous son Peuple Elu, la Dispersion, et, dans cette faiblesse de notre race, s’est trouvée notre force qui nous a amenés aujourd’hui au seuil de la domination universelle

La presse : Ils étaient autrefois tous entre les mains des Gouvernements, une grande puissance par laquelle ils dominent et orientent l’esprit public. La presse révèle les réclamations vitales de la populace, informent de ses sujets de plainte, et, parfois, créent le mécontentement. La libre parole est née de la presse. Mais les Gouvernements n’ont pas su tirer parti de cette force et elle tomba habilement entre nos mains. Par la presse, tout en restant dans la coulisse, nous avons acquis l’influence et l’honorabilité qui mystifie les bourgeois riches et parvenus ayant profité de la ruine que nous avons provoquée chez les nobles. (Cela fait penser au cas de Mr Henry Ford, après la publication de son livre Juif International)).

Nous avons déjà ce résultat (le contrôle de la presse) de nos jours par le fait que toutes les nouvelles sont reçues par plusieurs agences qui les centralisent de toutes les parties du monde. Ces agences seront alors entièrement nos institutions et ne publieront que ce que nous leur prescrirons.

(Que c’est honteux pour les professionnels des presses libres dites de Media Lourds, d’être finalement des sujets bien surveillés et contrôlés ; qui n’est en mesure de reporter les faits d’une manière objective et professionnelle mais selon les règles sionistes, cette presse est tout simplement démocratique colonisé et orienté).

Les conflits militaires : L’extension favorable pour nous des conflits et l’augmentation des forces armées sont essentielles à la réalisation du plan. Il faut que nous arrangions les choses de façon qu’il n’y ait dans tous les pays qu’un immense prolétariat dont tous les individus seront autant de soldats et d’agents de police dévoués inconsciemment à notre cause.

Dans toute l’Europe et aux USA, ainsi que sur les autres continents, nous devons exciter la sédition, les dissensions et l’hostilité mutuelle. Il y a à cela double avantage : d’abord nous commandons par ces moyens le respect de tous les pays qui savent bien que nous avons le pouvoir de créer les soulèvements à volonté ou aussi de restaurer l’ordre quand nous le voulons. Tous les pays vont s'accoutumer à recourir à nous quand la répression deviendra nécessaire. Nous créerons de grands organismes de coordination internationale qui seront tous entre nos mains.

En second lieu, nous entretiendrons ces actions dans les ministères de tous les gouvernements où nous sommes infiltrés, non seulement au moyen de notre politique officielle, mais par des conventions commerciales et des obligations financières. Pour atteindre ces fins, il nous faudra recourir à beaucoup de ruse et d’artifice pendant les négociations et les débats. Dans ce qui s’appelle le « langage officiel », nous semblerons adopter la tactique opposée et paraîtrons honnêtes et conciliants. Ainsi, les gouvernements des pays secondaires à qui nous avons appris à ne regarder que le côté apparent des affaires, nous considéreront comme les bienfaiteurs et les sauveurs de l’humanité.
Massacres pour la cause : Combien clairvoyants étaient nos anciens Sages lorsqu’ils nous disaient que, pour atteindre un but réellement grand, nous ne devions pas nous arrêter devant les moyens, ni compter le nombre des victimes devant être sacrifiées à la réalisation de la cause ! Nous n’avons ainsi jamais compté les victimes du bétail humain, et, bien que nous ayons dû sacrifier un assez grand nombre des gens de notre ordre, nous allons donner au final à notre planète une situation telle qu’elle ne l’eût jamais rêvée. Un nombre relativement restreint de victimes de notre côté et bien sûr considérable du côté du bétail a sauvé la planète entière d'une destruction certaine. Tout homme doit inévitablement finir par la mort. Il vaut mieux hâter cette fin pour ceux qui entravent le progrès de notre cause, plutôt que pour ceux qui la font avancer. Nous mettons discrètement à mort les curieux de telle manière que nul, en dehors de notre Fraternité, n’en peut avoir le moindre soupçon. Les victimes elles-mêmes ne peuvent s’en douter à l’avance. Tous meurent quand il est nécessaire, d’une mort apparemment naturelle. Connaissant ces faits, notre fidèle Fraternité n’ose protester contre ces exécutions bien nécessaires. Par ces moyens, nous avons coupé à sa racine toute protestation contre nos ordres. Nous prêchons le libéralisme aux gens, mais, d’autre part, nous tenons notre propre nation dans une entière sujétion. (Il me semble que c’est pire que le Nazisme)
Nous prouverons que nous sommes en fin de compte les bienfaiteurs qui avons rendu au monde torturé la paix et la sécurité perdues. Nous donnerons au monde l’occasion de goûter cette paix et cette liberté, comme nous les avions déjà données en Eden après notre arrivée sur cette belle planète. Mais nous y mettrons une condition expresse : celle d’adhérer strictement à nos lois, car elles sont celles de nos dieux.
Certes il existe bien une frange de personnes israéliennes sensées de différentes couches sociales pour dénoncer toutes les actions et les exactions contre la population non juive d’Israël, dans cette optique je tiens à rendre hommage avec une reprise de son article.

Gideon Levy, est un journaliste et écrivain israélien. Il critique l'occupation israélienne et appelle au boycott économique pour la faire cesser.
Dans un article publié dans le quotidien israélien Haaret, le 6 juillet dernier, «Our wretched Jewish state», il condamne la haine qui rythme la vie dans son pays.
Depuis sa parution, cet article est partagé sur les réseaux sociaux par les femmes et hommes de paix.
Les jeunes de l'État juif attaquent des Palestiniens dans les rues de Jérusalem, exactement comme les jeunes chez les gentils [1] attaquaient les juifs dans les rues d'Europe. Les Israéliens de l'État juif se déchaînent sur les réseaux sociaux, répandant une haine et un désir de vengeance d'une ampleur diabolique sans précédent. Des inconnus de l'État juif sur une base purement ethnique.
Ce sont les enfants de la génération nationaliste et raciste, la descendance de Netanyahu. Depuis cinq ans maintenant ils n'ont entendu qu'incitations, propos alarmistes et suprématie sur les Arabes de la part du véritable instructeur de cette génération, le premier ministre Benjamin Netanyahu.
Pas un mot d'humanité, de compassion ou de traitement égal.
Ils ont grandi dans le contexte de la revendication provocante de reconnaissance d'Israël comme «État juif» et ils ont tiré les conclusions qui s'imposent. Avant même la délimitation de ce que signifie «État juif» - sera-ce un État qui met les tefilin (phylactères), embrasse les mezouzot (des rouleaux de prières enfermés dans de petites boîtes métalliques ou en bois qui sont fixées aux chambranles des portes d'entrée), sanctifie des sortilèges, ferme le jour de Shabbath et observe strictement les lois de la cashrout - les masses ont compris. La foule a d'emblée intériorisé la véritable signification: un État juif est un État dans lequel il n'y a place que pour les juifs. Le sort des Africains est d'être envoyé au centre de détention de Holot dans le Néguev et celui des Palestiniens est d'endurer des pogromes.
C'est comme ça que ça marche dans un État juif: c'est à cette seule condition qu'il peut être juif. Dans l'État juif en cours de constitution, il n'y a même pas de place pour un Arabe qui fait de son mieux pour être un bon Arabe, comme l'écrivain Sayed Kashua.
Dans un État juif, la Cour suprême autorise la démolition de la maison de la famille d'un homme suspecté de meurtre avant même qu'il ne soit condamné. Un État juif édicte des lois racistes et nationalistes.
Les médias d'un État juif se complaisent sur le meurtre de trois étudiants de yeshiva et ignorent presque complètement le sort de plusieurs jeunes Palestiniens du même âge qui ont été tués par des tirs de l'armée au cours des derniers mois, sans raison.
Personne n'a été puni pour ces actes, dans l'État juif il y a une loi pour les juifs et une loi pour les Arabes, dont les vies valent peu. Pas un soupçon de respect du droit international ni des conventions internationales. Dans l'État juif, il n'y a de compassion et d'humanité que pour les juifs, des droits pour le seul Peuple élu.
L'État juif n'est que pour les juifs. La nouvelle génération qui grandit sous sa coupe est dangereuse à la fois pour elle-même et pour ce qui l'entoure. Netanyahu est son ministre de l'éducation; les medias militaristes et nationalistes font office de poème pédagogique; le système d'éducation qui l'emmène à Auschwitz et à Hébron lui sert de guide. Le sabra (natif d'Israël) d'aujourd'hui est une espèce nouvelle, piquante dehors comme dedans. Il n'a jamais rencontré son homologue palestinien mais il sait tout de lui.
Le sabra sait qu'il est un animal sauvage, qu'il a seulement l'intention de le tuer, qu'il est un monstre, un terroriste.
Il sait qu'Israël n'a pas de partenaire pour la paix, puisque c'est ce qu'il a entendu un nombre incalculable de fois de la part de Netanyahu et de la classe dirigeante.
Etre de gauche ou désireux de justice dans l'État juif est considéré comme un délit, la société civile est tenue pour tricheuse, la vraie démocratie pour diabolique.
Le principal problème de l'État juif ce ne sont pas les skinheads mais les embobineurs moralisateurs, les voyous, l'extrême droite et les colons. Non pas les marginaux mais le courant principal qui est en partie nationaliste et en partie indifférent.
Dans l'État juif, il ne reste rien de l'injonction biblique selon laquelle il faut être juste avec la minorité ou avec l'étranger. Il n'y a plus de ces juifs qui ont manifesté avec Martin Luther King ou fait de la prison avec Nelson Mandela.
L'État juif, qu'Israël veut absolument faire reconnaître par les Palestiniens, doit d'abord se reconnaître lui-même. Au terme de la journée, après une semaine terrible, il semble qu'un État juif ce soit un État raciste, nationaliste, conçu uniquement pour les juifs.
1] Traduction du yiddish «goyim» (goy au singulier), nom donné aux non juifs par les anciennes communautés juives d'Europe centrale»




Conclusion
La société israélienne juive et les juifs de la diaspora qui sont des “vies juives”importantes, appartenant à des organisations purement juives, ont donc dans leur caractère une forte veine de totalitarisme. Quiconque vit en Israël sait à quel point ces attitudes de haine et de cruauté envers tous les gentils sont répandues et enracinées chez la majorité des juifs du pays.



Israël ne peut faire marche arrière que dans un seul cas : si un conflit entraîne de nombreuses pertes en vies juives, comme cela s'est produit su Sud Liban avec la résistance du Hezbollah.
Alors la solution du conflit Arabo-Israêlien,il serait plus juste de dire la colonisation car il s’agit bien d’une occupation illégale d’un territoire par des Juifs de la Diaspora, la solution est seulement entre les mains et la volonté des Palestiniens à combattre ouvertement l’occupation juive en dépit de lourds pertes, au titre d’exemple le cas de l’Algérie est plus édifiant, après une Colonisation de 132 Années (pour un motif Civilisatrice) et un nombre des victimes qui peut même effrayer le colonisateur, le territoire Algérien avait été récupéré par les armes et le sang, sans pour autant oublier que l’occupant avait fait usage des toutes sortes génocide (le Massacre de 45.000 à la suite d’une revendication de liberté) même l’option d’une extermination totale du peuple algérien avait été mise sur la table des décideurs d’une Algérie Française , ainsi que toute une armada de textes et lois discriminatoires (expropriétation-indigénats, lois répressives et condamnations arbitraires). J’estime que pardonner à un colonisateur serait trop injuste.
Alors les Palestiniens que la seule alternative pour la récupération de leur territoire serai nécessairement la résistance sous toute ses formes, et c’est le moment plus que jamais.
Grotius avait bien préconisé le droit à la résistance à l’oppression, un droit élémentaire dans la liberté des peuples, Tacite disant «Une guerre vaux mieux q’une paix de fantaisie»

Aux juifs d’Israël, je dirait tout simplement, vous serez un jour condamnée à la Dispersion pour encore de nombreux années sinon de nombreux siècles, que la Palestine appartient aux Palestiniens et elle le restera à jamais.
Certes le soutien indéfectible de Mr Obama est très important à vos yeux, mais pour le monde des peuples, cela n’a rien de choquant, ce soutien représente une hypocrésie politique. Un soutien à Israêl pour le massacre des enfants. On dit bien que la politique n'a rien de commun avec la morale
Belle crédibilité pour un Personnage ayant obtenu un Prix Nobel de Paix.
il est à se demander après lecture du texte ou se trouve le fanatisme ?
Alors ce qui est certain, bien que les Sionistes ont toujours lancés des calomnies contre l’Islam, alors que comparativement à tous les écrits du Judaïsme celui-ci reste certainement une Religion de Paix et de tolérance, le pardon et la réconciliation sont des obligations prescrites pour le Musulman. Son Coran est ouvert à toute personne désireuse le consulter, l’étudier ou encore le traduire, prouvant ainsi une véritable authenticité.
Lors de la dispersion des Juifs en terre musulmane, ces derniers ont vécu en toute protection tant pour leurs personnes que pour leurs biens et surtout ils ont pratiqués en toute liberté leur Judaïsme. OBSCURANTISME
Pour le simple citoyen que je suis, il est à se demander après lecture du texte ou se trouve le fanatisme ?
Le Judaïsme est un totalitarisme, un obscurantisme qui puise son essence dans la Bible hébraïque ainsi que sur d'autres écrits tannaïtiques et la littérature rabbinique ultérieurs, et sont considérés les codes essentiels de la loi rabbinique
Enfin Je suis accable de rapporter les inepties du Talmud, des citations honteuses et dégradantes, il y en a tellement pour ne citer que ceci :

- Les juifs ont droit à être appelés « hommes », pas les Non-juifs.
- Les actes de l'Israël sont vertueux, mais les Gentils (les chrétiens, musulmans, non-juifs) sont capables seulement du péché.”
- Les actes de l'Israël sont vertueux, mais les Gentils (les chrétiens, musulmans, non-juifs) sont capables seulement du péché.”
- “un Gentil qui frappe un Juif mérite la mort. frapper un Juif est dans les yeux de Dieu l'attaque de la Présence Divine.”
- un Gentil qui frappe un Juif mérite la mort. frapper un Juif est dans les yeux de Dieu l'attaque de la Présence Divine.”
- Il est permis de tuer indirectement un Non-juif, par exemple, si quelqu’un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l’échelle.
- Si un goyim (non-juif) frappe un juif, il faut le tuer, car c’est comme frapper dieu.
- Les Goyim qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d’Israël, commettent un crime qui réclame la peine de mort.
- Le taux de naissance des Non-juifs doit être diminué matériellement.
- les Juifs sont appelés des hommes, des chrétiens sont appelés des non- hommes
- La naissance d'une fille est triste événement.”
- Il est permis de divorcer avec votre femme si elle brûle votre dîner, ou si vous voyez une plus jolie fille vierge et attirante même si elle n'est âgée que de 3 ans-.”
- “il est autorisé d'avoir des rapports sexuels avec une fille de trois ans et un jour.”
No Comment !
Il n’est, disait La Fontaine, si violent sur la terre, qui ne puisse trouver un plus violent que soi.





Professeur de Français en retraite











Jeudi 24 Juillet 2014


Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires