PRESSE ET MEDIAS

ISLAMOPHOBIE : la peur ou la haine de l’Islam ?


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective



Alter Info
Samedi 11 Mars 2006
L'AMBASSADEUR DU DANEMARK, BO ERICH WEBER, À L’EXPRESSION
 
 

ISLAMOPHOBIE :  la peur ou la haine de l’Islam ?

 

 

 

 

Il est une tendance aujourd’hui qui consiste à afficher une certaine appartenance idéologico politique dont le comportement indigne ou  digne de la plus grande hypocrisie et de lâcheté intellectuelle, prend forme. Une nouvelle inquisition qui n’en porte pas encore le nom se met insidieusement en place.  Certains félons adoptent la méthode du politiquement correct en affichant avec ‘’fierté’’ leur ‘’islamophobie’’. Cependant, se revendiquer islamophobe n’est pas une preuve de courage intellectuel, mais a contrario, reflète bien une perfidie, cette lâcheté du comportement occidental, cynique et indigne: le racisme ordinaire couve l’islamophobie qui cache un anti-islamisme et une volonté de combattre une religion et ses adeptes sous des prétextes fallacieux et des causes invoquées obscures. Ceux qui taxent l’Islam d’obscurantisme, veulent en réalité dissimuler leur propre cause obscure où les motivations sont entremêlées par des croyances et des pratiques initiées depuis très longtemps.

 

 

 

Certains néologismes semblent chargés de sous-entendus non désintéressés, ainsi, derrière  l’islamophobie se cache en réalité une démarche anti-islam, voire sous-entendre anti-musulman, anti-arabes, racistes latents, ordinaires et primaires ...

 

 

 

Etre ‘’islamophobe’’ n’est pas condamnable en soit ; si par ce néologisme on entend peur de l’islam, nul n’est maître des ses peurs, a fortiori, résultats de l’ignorance et de l’imbécillité. Il semblerait pourtant que ceux qui se revendiquent en tant qu’islamophobes, se soustraient derrière une posture pour insulter  l’islam, les arabes, puisque dans l’esprit étroit de ces individus s’opère l’amalgame entre musulman, arabe, terroriste.

 

 

 

Il faut cependant bien distinguer et faire la part entre l’islamophobe ordinaire et les hypocrites qui croient berner leur monde en se cachant derrière certains néologismes inventés pour la circonstance et dans la nécessité d’une propagande mise en place.

Ces fourbes qui volontairement se revendiquent islamophobes, sont les acteurs d’une cabale et n’osent pour le moment l’avouer. Ce comportement si ce n’est la preuve de leur lâcheté et de l’immoralité dont ils font preuve, est aussi un aspect d’un plan médiatique dirigé depuis l’étranger, dont Israël et les néo-conservateurs évangéliques US sont les principaux initiateurs.

 

 

 

En France, on peut insulter voire ostraciser des minorités sous prétexte qu’elles appartiennent à des communautés dont la croyance est désignée comme alibi à des acharnements psychologiques et des agressions verbales récurrentes, voire des pogromes programmés à court terme.

 

 

 

Nombreux sont ceux qui au nom de causes contrefaites aussi pléthoriques que sinistres, se revendiquent islamophobes, et ce avec une certaine arrogance. Tous ces faux dévots de la République , et qui en son nom jouent les hérauts d’un hypothétique risque ‘’islamiste’’ en se donnant l’illusion d’être des héros - les derniers défenseurs des ‘’valeurs’’ occidentales – ne sont après tout que des instruments écervelés pour la majorité, et une ‘’élite pensante’’ consciente et active dans cette vague de propagande anti-musulmane.

La pratique du ‘’deux poids deux mesures’’ est l’apanage de ces fumistes, et pour ceux qui doutent encore, l’affaire des ‘’caricatures n’est que l’épiphénomène d’un plan médiatique global qui n’a pas encore dévoilé tout son contenu.

 

Voici un florilège de déclarations de nos ‘’élites’’ politico médiatiques et autres accapareurs de parole, qui occupent à outrance les faux débats qu’ils créés artificiellement et de manière calculée.

 

 

 

Le texte ainsi que les déclarations de ces ‘’élites’’ de la République que nous publions ci-dessous sont la propriété intellectuelle d’un de nos contributeurs, M. Abdel-Hakim BOUFRIOUA :

 

L'AMBASSADEUR DU DANEMARK, BO ERICH WEBER, À L’EXPRESSION : «L’affaire des caricatures est un malentendu» "
IL A SUFFIT QUE LE COMIQUE DIEUDONNE CARESSE LA SUSCEPTIBILITE JUIVE ET VOILA UNE CAMPAGNE VIOLENTE QUI S'ORGANISE CONTRE UN HOMME;

 

ET SON HUMOUR N'AVAIT RIEN A VOIR AVEC LES CARICATURES DANOISES EXPRIMANT UN MEPRIS ET UN SOCIO-CENTRISME EXACERBE.

 

 

CES CARICATURES NE SONT QUE L'EXPRESSION DE CE QUI SE PASSE EN EUROPE COMME PAR EXEMPLE :  le propriétaire d'une radio locale danoise, Radio Holger,qui  a été inculpé d'infraction à la loi sur le racisme pour avoir appelé sur les ondes «à chasser les musulmans d'Europe de l'Ouest» ou bien à «exterminer les fanatiques»,. 

Kaj Vilhelmsen de Radio Holger, une radio d'extrême droite, diffusant dans le Grand Copenhague, a «reconnu avoir dit certaines choses, mais nie avoir tenu des propos racistes», a déclaré Ove Dahl, inspecteur de la police criminelle de Copenhague, cité par l'agence danoise Ritzau

L'inculpé avait déclaré que le terrorisme devait être combattu «soit en chassant tous les musulmans étrangers de l'Europe de l'Ouest afin qu'ils ne puissent plus poser des bombes, soit en exterminant les fanatiques, c'est-à-dire en tuant une partie significative des musulmans immigrés». 

«Il appartient aux tribunaux d'évaluer si de tels propos constituent une violation de l'article (266b) de la loi sur le racisme», dont le ou les contrevenants sont passibles d'une peine allant jusqu'à 2 ans de prison, selon M. Dahl. 

La commission centrale de contrôle des chaînes radio et de télévision a annoncé'un retrait provisoire de la licence de diffusion de Radio Holger

Le Danemark abrite environ 5% d'immigrés au sein de sa population de 5,4 millions d'habitants, dont environ 3% de confession musulmane.

 

 

 

OU ENCORE CETTE DECLARATION "Je suis un peu islamophobe, ça ne me gêne pas de le dire. J’ai le droit de penser que l’Islam — je dis bien l’Islam je ne parle même pas des islamistes — apporte une certaine débilité qui en effet me rend islamophobe » Claude Imbert, membre duHaut Conseil à l’Intégrationet fondateur du magazine Le Point sur LCI(24.10.03)."

 

 

 

 

 

 

NOUS AVONS AUSSI CE CRI DE HAINE  DE BHL : « C’est la nature intrinsèque de l’Islam qui pousse au crime » Bernard Henri Levy, Le Monde(1997).

 

 

 

 

 

 

ET BIEN SUR LA LISTE N'EST PAS EXHAUSTIVE 

 

 

 

"Il faut le dire clairement, il n'y a pas d'islamophobie en France ! "
François Baroin, député de l'Aube et porte-parole de l'UMP, a l'émission Mots Croises sur France2 (03.11.03).

                                « Le terme "islamophobie" a été forgé par les intégristes. »
Dominique Sopo, président de Sos Racisme, en réponse à Mouloud Aounit, président du Mrap, qui mit sur le même plan antisémitisme et islamophobie lors d'une interview, le Monde 

 

 

  La religion la plus con, c'est quand même l'Islam. Quand on lit le Coran, on est effondre... effondre.
La Bible, au moins, c'est très beau, parce que les Juifs ont un sacre talent littéraire... ce qui peut excuser beaucoup de choses.
L'islam est une religion dangereuse, et ce depuis son apparition.
Michel Houellebecq, écrivain, dans une interview au mensuel Lire (2001).

  Les fils d'Allah se multiplient comme des rats.
Oriana Fallaci, journaliste, dans son roman La rage et l'orgueil (2002).

 


    Le succès de Le Pen est un message aux Musulmans de se tenir tranquille, parce qu'il s'est toujours oppose à l'immigration musulmane.
Roger Cukierman, Président du CRIF(Conseil Représentatif des Institutions Juives de France).

 


  L'échec de l'intégration en France de 1,8 millions de musulmans qui vivent en repli et rejettent l'éducation républicaine, pour se vouer à l'extrémisme musulman.
Nissim Zvili - Ambassadeur d'Israël en France - LCI (13.07.04)

 

 

 

 

 

  Certains journalistes français issus de l'immigration maghrébine sont confrontes à la discrimination, sans doute parce qu'ils sont proches des tendances islamistes.
Blandine Kriegel, Présidente du Haut Conseil à l'Intégration à l'Elysée(18.03.04)

 


  Le directeur de l'Agence juive, Sallai Meridor, a fait état d'une « islamisation croissante de l'Europe en raison du nombre de plus en plus élevé de musulmans. »
Le Monde (25.05.2004)

En parlant des musulmans, Patrick Declerck psychanalyste et écrivain, affirme : « en face, on s'organise. On s'organise, on planifie, on égorge et on décapite... »et d'ajouter : « je hais l'Islam ».
Le Monde (12.08.2004)

 

  J'appelle donc Islam ce désastre, cet astre obscur chu de la négation du présent... Cet air irrespirable.
Jack-Alain Leger, écrivain, « Tartuffe fait ramadan »(2003)

 

  Il y a des musulmans partout, ils envahissent tout. Pour moi, Le Pen est un gauchiste.
Maurice G. Dantec, écrivain, interview parue dans Le Point (2003).

 


 

  La présence musulmane qui ne cesse d'augmenter en Europe met clairement la vie des Juifs en danger.
Ariel Sharon, premier ministre israélien, interview accordée au site EUpolitix.com (2003).

 

 

  Les mosquées, qui sont un lieu de culte, ne peuvent pas se concevoir dans une République laïque.
Jacques Peyrat, sénateur-maire de Nice, dans un courrier adresse à Noël Vouret, conseiller municipal subdélègue aux relations avec les cultes (12.09.2000)

 


  ...et il est question de construire des écoles coraniques un peu partout ! ... Mais on va vers la guerre civile !
Marc Blondel, ex-secrétaire général de Force Ouvrière, sur RMC (27 août 2003).

 


  La lecture du Coran est une chose dégoûtante. Des que l'islam naît, il se signale par sa volonté de soumettre le monde. Sa nature, c'est de soumettre. C'est une religion belliqueuse, intolérante, qui rend les gens malheureux.
Michel Houellbecq, écrivain, dans une interview au Figaro Magazine (25 août 2001)

 


  Le voile est une opération terroriste. En France, les lycéennes savent que leur voile est taché de sang. Dans nos écoles, question d'honneur, on n'enseigne pas à des élèves en uniforme. Sauf au temps du nazisme.
André Glucksmann
, philosophe, L'Express, 17 novembre 1994

 


 

 On ne peut guère contester que le foulard islamique soit devenu en France l'emblème et le drapeau du système qui sévit actuellement à Téhéran et dans les maquis islamistes d'Algérie et d'Egypte [...]. En bonne logique républicaine, ce système devrait inspirer le même degré de répulsion qu'inspiraient aux meilleurs éléments de notre peuple il y a un demi-siècle les variétés diverses du fascisme.
Maurice Agulhon, professeur au Collège de France

 


 

  Deux millions de musulmans en France, ce sont deux millions d'intégristes potentiels.
Pierre-André Taguieff, France Inter, 1997

L'islam modèré n'existe pas. Toutes les populations infectées par la religion musulmane sont endoctrinées par le Coran, un sacre livre qui est le manuel pratique pour que s'étende le règne du démon aux dépens du Royaume du Christ !
L'abbé Philippe Sulmont, bulletin paroissial2002.

« Les responsables musulmans ne sont pas assez républicains et, en plus, ils ne font pas baisser la délinquance ! » pour les responsables municipaux de la mairie de Strasbourg, Le Monde (20.11.03).

 

 


  « Les Français voient l’usine qui se démonte, la mosquée qui s’installe et leur porte-monnaie qui se vide . » Philippe de Villiers, qui explique la conjoncture économique par les délocalisations, la baisse du pouvoir d’achat et… les Musulmans en France, Le Figaro, 13 mars 2005.

 

 

  « L'islam en France est d'abord celui des caves et des banlieues. Ces musulmans ne sont pas dangereux, mais ils portent en eux un antisémitisme latent. » Le rabbin Michel Serfaty, président de l'Amitié judéo-musulmane de France, Le Point, 10 mars 2005.

 

 


  « Il n’y a pas d’assimilation des musulmans, ça n’existe pas, sauf en quantité infinitésimale. » Yves Guéna, (RPR), Le choc du mois, mars 1992

 

 


  « Le jour où nous aurons en France, non plus 5 millions mais 25 millions de musulmans, ce sont eux qui commanderont. Et les Français raseront les murs, descendront des trottoirs en baissant les yeux. » Jean-Marie Le Pen, président du FN, avril 2003, Le Monde.

 

« Les jeunes musulmans sont abreuvés de haine et d'antisémitisme . » texte commun de P. Brukner, A. Gluksmannet R.Goupil, publié dans Le Monde, avril 2003.

 

 


  « Les communautés musulmanes d’Europe peuvent constituer, l’embryon noyau d'une future société européenne totalement islamisée.[…] Aussi l’islam européen et modéré - compatible avec les institutions républicaines ou laïques -, tant vanté par nos responsables religieux et politiques, constitue-t-il une totale duperie. » Alexandre Del Valle, royaliste, sioniste et catholique traditionaliste, la Troisième Invasion Musulmane en Europe, mars 2000.

 

 


  « Les Musulmans pensent, pour l'essentiel d'entre eux, que l'avenir appartient à la violence prédatrice et au ressentiment. […] Nicolas Sarkozy disait, voici quelques temps, que la France était désormais en partie musulmane et qu'il fallait "faire avec". Des populations implantent sur le territoire français une religion qui, que je sache, n'a aucunement participé de façon positive à l'histoire et à la culture du pays. » Guy Millière.

 

 


  « Ne vous inquiétez pas pour la dame [elle porte un tchador], elle n’a que les oreillons » (Midi Libre du 18 mai 2002), « L’islam a ceci de particulier qu’il mélange le religieux et le politique. A ce titre, il n’est pas intégrable dans la République. Il est impensable de continuer à voir arriver des imams analphabètes qui viennent d’un peu partout (sic), qui ne parlent pas le français et prêchent des doctrines fanatiques (Midi Libre, avril 2002). » Georges Freche, ex-maire de Montpellier (PS), le Nouvel Observateur.

 

 

  « Nulle part cette jalousie et cette volonté de revanche [contre l'Occident] ne sont aussi accentuées que chez les musulmans . » Edouard Balladur, ex-Premier Ministre, La fin de l'illusion jacobine, janvier 2005.

 

 


  « Oriana Fallaci fait preuve de courage intellectuel. [...] Elle ne proteste pas seulement contre l’islamisme assassin. [...] Elle proteste aussi contre la dénégation qui a cours dans l’opinion européenne, qu’elle soit italienne ou française par exemple. On ne veut pas voir ni condamner clairement le fait que c’est l’islam qui part en croisade contre l’Occident et non pas l’inverse. » Robert Misrahi, (philosophe), Charlie Hebdo, nov. 2002.

 

 


  « Aujourd'hui, une fois de plus depuis 25 ans, la terre de France se gorge du sang de milliers de moutons sacrifiés de manière barbare (...) au nom d'une tradition musulmane qui nous est imposée, avec de plus en plus de violence, par la lâcheté des responsables gouvernementaux, dont vous faites partie. » 

Brigitte Bardot, ex-actrice, lettre ouverte à Nicolas Sarkozy (11/01/2006) .

 

Le sous-préfet du Raincya refusé de délivrer à une femme étrangère (17/11/2005), résidant à Clichy-sous-Bois, la carte de résident « de dix ans » qu'elle sollicitait pour le motif suivant : «L'entretien réalisé à l'occasion de votre demande de titre a révélé que vous vous êtes présentée vêtue d'un voile couvrant entièrement votre cou et la racine de vos cheveux, assimilable au hidjab, signe d'appartenance à un islam fondamentaliste. En conséquence, vous ne justifiez pas d'une intégration républicaine dans la société française conformément à la réglementation en vigueur.» 

 

 

  « Il faudra un jour prévoir une mosquée à Nice mais ce n’est pas le moment, compte tenu de ce qui se passe dans les banlieues actuellement. Il faut en toute chose la réciprocité : nous en reparlerons quand il y aura une volonté de tolérance dans l’islam ! » 

Jacques Peyrat, maire de Nice, propos recueillis par Metro France, 15 novembre 2005. 

 

 


  « Malgré tout ce que la France a fait pour eux les fils d’immigrés islamiques la haïssent. C’est comme çà dans leur culture. […] Le problème est que la plupart de ces jeunes sont noirs ou arabes et s’identifient à l’Islam.» 

Alain Finkielkraut, philosophe, extraits d’un reportage de 6 pages dans le supplément hebdomadaire de Haaretz daté du 18 novembre 2005. 

 

 

  « On ne peut ignorer le fait qu’il y a de l’antisémitisme en France et le fait que 10 % de la population française est d’origine musulmane [...] Ma mère m’a donné un conseil, qui fut un phare tout au long de ma vie : Ne crois absolument pas les Arabes. Effectivement, j’ai suivi ce conseil tout au long de ma vie active.»

Ariel Sharon, 1er ministre israélien, lors de sa visite en France le 28 juillet 2005 dans un discours prononcé devant "la communauté juive" à Paris. 

 

 


 

  « Pour moi l'islam est un adversaire théologique et l'islamisme un adversaire politique [...] Ce qui est sûr, c'est que les prochains camps d'extermination fonctionneront au nom du Djihad.» « Le conflit islam - judéo-christianisme dure depuis quatorze siècles. Ce n'est pas l'Occident qui "se détruit tout seul", sa destruction est l'oeuvre de tous ceux qui, depuis des siècles maintenant, se sont conjurés pour vouloir sa perte »

Maurice G. Dantec, écrivain, dans une interview parue dans le magazine Le Point, 8 septembre 2005.

 

 


  « Nous sommes dans une nouvelle guerre, déclarée par des islamo-fascistes [...] La guerre a lieu désormais au coeur de nos villes. Il va falloir réformer nos écoles de guerre...»

Alain Marsaud, député UMP, ancien magistrat antiterroriste, Le Figaro, 30 juillet 2005.  

 

 


  « Nous devons affronter un fascisme islamique qui s'attaque avec la pire des lâchetés à nos sociétés démocratiques. »

Bernard Kouchner, Le Monde, 20 juillet 2005. 

 

 

  « Gardons-nous de croire que le chômage, la pauvreté, l'exclusion sociale sont les seuls facteurs de développement de l'islam fondamental et radical. Certes, ces éléments peuvent jouer un rôle et créer un terreau propice, mais ils ne sont pas déterminants […] Il n'y a aucune honte ni aucun réflexe raciste à refuser d'intégrer des hommes ou des femmes dont l'objectif est de renverser les principes de la République. Le contrôle de l'immigration et des naturalisations devient une priorité nationale. A défaut de cette fermeté, nous laisserions se constituer sous nos yeux, par lâcheté et aveuglement, une véritable cinquième colonne qui engendrera inéluctablement la guerre civile. »

Jacques Myard, député UMP, 23 juillet 2005, Le Figaro.

 

 


  « l’islam constitue un obstacle à l’intégration et les musulmans de France ne pourraient être intégrés que s’ils renonçaient à une conception communautaire de leur existence. Faute de quoi, ils seraient toujours perçus comme des éléments perturbateurs de la vie en communauté »

Claude Imbert, « L’intégration contre l’intégrisme », Le Point n° 1550, 31 mai 2002. 

 

 


 « L'idée de former des imams dans les universités, de financer des mosquées par des avantages fiscaux à travers des fondations, c'est, petit à petit, habituer notre pays à devenir une terre plus ou moins islamisée […] Ce n'est pas à l'Etat d'encourager l'islamisation de notre pays »

Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France, France 2, 21 mars 2005.

 

 

 

 (En réponse à la mort du pape Jean-Paul II) « il aura rendu sa puissance au Catholicisme, sa grandeur à l’Oecuménisme, et su affronter à travers un dialogue incessant les défis de l’Islam, de l’Intégrisme, du Nationalisme.» 

Jean-Claude Gaudin, maire UMP de Marseille.

 

 


  « Nous voici sommés de faire une place au foulard islamique dans l’école républicaine, de nous arranger des mariages arrangés et de plaider en guise d’idylle multicolore pour la banlieue universelle où tous les jeunes porteront leur casquette à l’envers et parleront une langue dévastée.»

Alain Finkielkraut, Le Point, 24/05/02

 

« Le débat surréaliste actuel sur le foulard, véritable étendard de l’islamisme politique, la mise en cause de la laïcité française ne doivent pas faire perdre de vue qu’il s’agit là pour la France et les Français de refuser et de résister à l’implantation sur notre territoire d’une idéologie dangereuse, perverse et surtout mortelle pour la République. » 

Collectif de « l’appel de mai », Marianne, 05/05/03.

 

 


  « Inversez les deux voyelles, et dans voile, vous trouverez viol. En dissimulant ostensiblement le sexe au regard, fût-ce sous la forme symbolique de la chevelure, vous le désignez à l’attention ; en enfermant le corps féminin, vous le condamnez à subir l’effraction. [...] Toutes les coquettes le savent bien aussi, qui font de la comédie de la dissimulation la forme la plus raffinée de l’exhibitionnisme. »

Jacques Julliard, Le Nouvel Observateur, 16/09/2003.

 

 

  « Ce sont des français comme les autres, mais il y a certaines de NOS valeurs qui leur paraissent inaccessibles »

Jean-Pierre Raffarin, Premier Ministre, en commentant l'exclusion des deux sœurs voilées Alma et Lila du lycée d'Aubervillers, septembre 2003. 

 

 


 

 « Nous ne pouvons pas encourager tout ce qui pousse à l'extrême, l'islamisme ou le soufisme. »

André Santini, député UDF, LCI (24.02.2004).

 

 


  « Je suis contre l'islamisation de la France ! Cette allégeance obligatoire, cette soumission forcée me dégoûtent... nos aïeux, les anciens, nos grands-pères, nos pères, ont donné leur vie depuis des siècles pour chasser les envahisseurs successifs. »

Brigitte Bardot, ex-actrice, dans son livre Un cri dans le silence (éditions du Rocher) (2003).

 

 


  « Il y a, dans le foulard, un mélange de soumission des femmes et d'arrogance qui est une insulte à l'enseignement. »

Alain Finkielkraut, philosophe, dans L'Arche, juin-juillet 2003.

 

 

De nombreux cas de discriminations ont été signalés dans la région parisienne particulièrement dans l’académie de Créteil (Pantin, Thiais, Montreuil...) ainsi qu’en province (Isère, Drome, Eure et Loire...).

Le scénario ne varie pas ou très peu. Les mamans sont exclues de tout ou partie des activités de l’école. Les chefs d'établissement fondent leur décision sur le principe de laïcité, le règlement intérieur de l’école, l’assimilation des parents d’élèves à des agents administratifs lorsqu’ils participent à la vie scolaire des enfants, ou encore sur la loi du 15 mars 2004, souvent en prétendant agir sur instructions de l'inspecteur de l’Education nationale !!!.

En réalité, ces décisions sont dépourvues de toute base légale, et sont le plus souvent le reflet  des dérives islamophobes conséquentes de la loi sur le foulard du 15 mars 2004, dont se prévalent certains pour discriminer des citoyennes de confession musulmane.

Lors des débats sur la loi du 15 mars 2004, on prétendait que les musulmans, qui se sentaient particulièrement visés par cette législation ne comprenaient pas son sens et son objectif, et que c’était une erreur de leur part que de la considérer comme une loi d’exception.

Le ministère des affaires étrangères s’efforçait même d’expliquer aux chancelleries de certains pays musulmans que la loi était limitée au cadre scolaire, et ne concernait que les élèves des premier et second degrés.

Or, force est de constater que leurs craintes étaient justifiées, et qu'ils avaient en avance saisi toute la portée et le sens réels de cette mesure législative. Les faits que nous rapportons l'établissent incontestablement.

Dans la majeure partie des cas de discriminations affectant les musulmans, les discriminants invoquent la loi du 15 mars 2004 appelée faussement loi sur la laïcité, étendant de facto et arbitrairement le champ d'application de cette législation d'exception.

Ainsi, des responsables d'établissements scolaires publics, d'universités, d'administrations territoriales, de centres de formation professionnelle, mais également   le monde de l’entreprise, excluent purement et simplement, et révèlent l'une des facettes de notre société : une islamophobie latente dévoilée par les attentats du 11 septembre 2001 et l'adoption de la loi discriminatoire du 15 mars 2004.

Très fréquemment, les auteurs de ces agissements n'ignorent nullement le caractère illégal de leurs pratiques car ils refusent systématiquement de notifier par écrit leurs décisions d'exclusions, et ce même lorsque les victimes le réclament de manière insistante et répétée.

 

A PART CELA TOUT VA BIEN.

 



Mardi 14 Mars 2006

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires