Conflits et guerres actuelles

IRAK: une Guerre civile ‘’planifiée’’.


Depuis l’invasion de l’Irak en 2003, les objectifs non avoués semblent prendre forme ces jours derniers avec l’attentat de Samarra et ses conséquences escomptées, et vient confirmer le plan initial et à l’origine de la colonisation de l’Irak: la quasi-totalité des attentats attribués à Al Qaïda sont perpétrés par les services US et israéliens.
Jamais et contrairement aux motivations mises en avant par les propagandistes, l’invasion de l’Irak n’avait comme objectif la ’’démocratisation’’ et la destruction des ‘’ADM’’. Outres, les intérêts énergétiques qui y sont à l’origine, il ne faut pas occulter l’aspect géopolitique et les aspirations israéliennes et le rêve du ‘’Grand Israël’’.


Alter Info
Samedi 4 Mars 2006




Depuis la création de notre journal, nous essayons d’attirer l’attention des lecteurs sur un point crucial de cette intervention : au-delà des intérêts visibles, il y a un aspect qui volontairement est occulté, savoir à qui profite le plus la destruction de l’Irak ?
J’utilise volontairement le vocable ‘’destruction’’ pour bien marqué la volonté destructrice qui se cache derrière toutes les considérations faussement invoquées dans le but de donner une caution morale à un acte dénué de toute moralité et humanisme.
Israël semble être le principal bénéficiaire de la destruction de l’Irak et sa complexité culturelle et ethnique, qui tant bien que mal était maintenu dans une certaine cohésion. Même si, pour y parvenir, Saddam utilisait des méthodes certes condamnable et répréhensible intellectuellement, le peuple irakien ne souffrait pas autant et la vie des innocents (femmes, enfants et vieillards) était préservée.

Pourtant, les propagandistes persistes et continuent leurs mensonges abjects avec des contorsions dignes des hommes les plus vils et qui plus est, se donne d’eux une image digne. Ainsi, dans sa logique de ‘’grand malade’’, le Daniel Pipes persiste à donner une illusion fantasmée de l’Irak avant l’intervention US: ‘’Lorsque Washington et ses alliés renversèrent l'horrible régime de Saddam Hussein, qui mit en danger le monde extérieur en entamant deux guerres d'expansion, en amassant un arsenal d'ADM et en cherchant à prendre le contrôle des échanges de pétrole et de gaz, ils rendirent un service historique aux Irakiens, opprimés de manière purement gratuite par le dictateur staliniste.’’

Il poursuit son délire ethnocentrique en rappelant que lui et d’autres avaient raison de soutenir l’invasion : ‘’Comme il fallait s'y attendre, son régime s'effondra rapidement sous l'attaque extérieure, avec une facilité prévue par de nombreux analystes, y compris votre serviteur. Cette victoire remportée en six semaines reste un titre de gloire pour la politique étrangère américaine et les forces de la coalition. Elle représente aussi un accomplissement personnel pour George W. Bush, qui prit les décisions essentielles.’’

Ne vous êtes vous jamais demandé comment un homme et qui plus est, se présentant comme ‘’analyste’’ pouvait avec tant de certitude affirmer tout le contraire d’une analyse objective ?
Croire que ce genre de mythomane puisse délivrer une analyse erronée uniquement à cause de son ignorance, relève d’une incompréhension total de la situation.
Les analyses volontairement déformées pour cause d’affinité ethnique ou idéologique reflète bien si besoin en est, les intentions occultées. Dans le cas de Daniel Pipes, ses analyses sont motivées non par l’objectivité, mais uniquement par ses appétences idéologiques et mentales, et ne serait que la traduction d‘une méthode dont excellent tous les hypocrites.
Faut-il rappeller que M. Pipes est Juif, et ses analyses tronquées ne sont que le reflet de ses penchants, et que son vœu le plus chère serait l’éradication de la culture musulmane. Ce qui expliquerait le contenu anti-musulman de ses écrits et autres manipulations dont il est à l’origine.?


Pour ceux qui prêtent des intentions bonnes dans la démarche US, il faut rappeler que cet acte barbare trouve un sens uniquement par la déformation des faits et les contorsions sémantiques auxquelles s’adonnent tous les propagandistes: l’analyse qui consiste à faire croire que se sont bien des Irakiens qui seraient à l’origine, n’est pas le résultat de paralogisme qui puisse laisser le bénéfice du doute à certains qui affirment ces contrevérités. A contrario, il s‘agit bel et bien d’un sophisme entretenu par l‘idéologie raciste des néo-cons et autres fascistes qui se réjouissent de cette finalité de guerre civile planifiée.
Même si les intentions américaines ne soufrent plus d’aucune ambiguïté, les propagandistes à l’instar de Daniel Pipes qui dans sa ‘’newsletter’’ continue à donner l’illusion du contraire et d’affirmer que les responsables de l’attentat de Samara sont des sunnites.
Quant à l’administration Bush qui se trouve aussi être le financier des ‘’travaux’’ de Pipes, dénonçait hypocritement ces violences dont la CIA a orchestré avec l’aide de services israéliens.
Bush qui jouissait de plaisir tout en dénonçant cette attentat, mettait en garde contre une guerre civile en Irak, et cachait mal son émotion et sa joie de voir enfin arriver ce en quoi il avait mis tout espoir : une guerre civile qui puisse permettre aux troupes US de quitter l‘Irak.

Dans le même registre, ce que les médias ont appelé ‘’la visite surprise’’ de Bush en Afghanistan où il prépare le départ des soldats US. Puis en Inde où il n’a pas pu camouflé sont désir de mettre cette puissance en situation de ‘’neutralité’’ face à la prochaine agression contre l’Iran. Pour y parvenir il s’est même avancé en signant un contrat de coopération nucléaire avec l’Inde, alors même que les lois américaines le lui interdisent : il est proscrit selon les lois US, de vendre la technologie nucléaire à un Etat qui n’a pas signé le traité de non prolifération.
Bush poursuit sa tournée au Pakistan à qui il va imposer aussi subrepticement une neutralité conditionnelle.

Le président américain George W. Bush dit ne pas croire que l'Irak aille au-devant de la guerre civile, même s'il reconnaît la gravité de la situation. Il s'exprimait notamment après une rencontre avec son homologue italien Silvio Berlusconi ‘’Je ne souscris pas à votre idée de départ selon laquelle il va y avoir une guerre civile’’ et poursuit ’’Il ne fait pas de doute que les auteurs de l'attentat contre le mausolée de Samarra essaient de susciter la violence confessionnelle, et il ne fait pas de doute qu'il y a eu une réaction’’. C'est la première fois que Bush emploie publiquement l'expression de guerre civile. Il avoue à demi-mot que les responsables de l’attentat de Samara cherchent à semer le chaos, propice pour quitter le pays, tout en donnant l’impression que lui et son administration n’ont aucun lien avec cette horreur qui risque d’embraser toute la région. Ils ont tout intérêt à ce que cette région soit en proie à une guerre civile, la rhétorique est toute faite: ‘’Nous sommes venue en Irak pour y amener la démocratie et la paix, mais voyez-vous, avec des barbares et des sauvages comme les Irakiens (musulmans), on ne peut rien y faire’’.

En substance c’est déjà ce qu’affirme le propagandiste Pipes et ce que pensent tous les pro -guerres soutenant les US :
‘’Le redressement de l'Irak n'est ni la responsabilité, ni la charge de la coalition. Il faudra de nombreuses années pour réparer les dommages causés par Saddam Hussein. Les Américains, les Britanniques et les autres partenaires ne peuvent pas être tenus de résoudre les litiges entre sunnites et chiites, c'est là un problème permanent que seuls les Irakiens eux-mêmes peuvent traiter.’’


Mais n’est-ce pas au fond ce qui arrange les affaires d’Israël ?
Ces manipulateurs qui ont envahi l’Irak sous des prétextes fallacieux et des preuves controuvés, caressent le doux rêve de voir ce pays plongé dans une guerre civile qui dédouanera les néo-conservateurs US, tout en ouvrant la voie à la politique de prédation d’Israël et de son appétit territorial. La division théorique de l’Irak en trois entités ethniques et fédérales ne suffie pas pour le partage programmé de ce pays. Il faut au préalable y semer le trouble et le chaos.








Israël a tout misé sur son projet de soutien calculé aux Kurdes. Les pays arabes sunnites de leur côté voient dans un soutien apparent aux irakiens sunnites, dans la même perspective de l’enjeu palestinien qui sert plus ces mêmes pays arabes. En donnent l’impression de soutenir la Palestine, ces Etats veulent asseoir leur place dans la diplomatie régionale, leur but est de rester actifs sur la scène internationale. Bien évidemment les Iraniens voient en la division de l’Irak, les avantages, comme par exemple la possibilité de créer une zone d’influence chiite, etc.

Tous ces signes laissent à penser que l’imminence d’une attaque contre l’Iran est proche, et toutes les saloperies médiatiques et manipulations seront utilisées par les US pour atteindre leurs buts et téléguidés depuis l’Etat hébreu.


Samedi 4 Mars 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires