ALTER INFO

Hassan Nasrallah dénonce la politique américaine


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Près de deux mois après le début du sit-in du peuple libanais, les déclarations du Secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, ont fait la « une » des médias régionaux et internationaux.


Dimanche 21 Janvier 2007

Hassan Nasrallah dénonce la politique américaine
Les propos du Sécrétaire général du Hezbollah libanais, sur la chaîne Al Manar, interviennent au bout de 51 jours de protestations populaires contre le gouvernement de Fouad Siniora et du courant du 14 mars, qui, en dépit de ces protestations massives et des sit-in, devant les bâtiments publics, ne veulent toujours pas abandonner le pouvoir. Les déclarations de Nasrallah apportent, d’une part, une lueur d’espoir, pour l’avenir du peuple libanais, et, de l’autre, révèlent les raisons pour lesquelles l’Occident insiste sur le maintien de Fouad Siniora au poste de Premier ministre. « Les protestations populaires, au Liban, ont failli faire chuter le gouvernement de Fouad Siniora, mais les ingérences étrangères ont empêché son renversement.

Depuis la chute de l’empire ottoman, aucun Etat arabe et aucun Premier ministre n’a jamais été aussi soutenu par les puissances étrangères que le gouvernement de Siniora et de ses camarades du courant du 14 mars. Le gouvernement Siniora est appuyé par les Etats-Unis et l’Occident.

Ce gouvernement n’accorde aucune importance à l’opinion et aux revendications du peuple libanais. », a dit Hassan Nasrallah, qui, dans une autre partie de son intervention, a levé un coin du voile, sur les complots, ourdis, par les Etats-Unis, et la politique de Washington au Moyen-Orient. « Les Etats-Unis ont reconnu que la guerre de 33 jours contre le Liban était une guerre américano-israélienne exécutée par Israël, car les Américains et les Sionistes sont arrivés à cette conclusion que la seule voie de salut pour Israël est de faire des pays de la région des Etats faibles et d’y créer des crises et des guerres. », a-t-il, également, averti. Les propos de Hassan Nasrallah nous rappellent les dangers de la politique de Washington, au Moyen-Orient, à un moment où l’administration américaine est confrontée à d’énormes problèmes et alors que le cabinet d’Ehud Olmert est menacé d’effondrement.

Il est fort clair que le bellicisme, dans la région, est un des piliers de la politique américaine et sioniste et que son extension permet de renforcer et de prolonger l’existence d’Israël. Dans les conditions où la nouvelle stratégie de Bush préconise le divisionnisme et les conflits inter-confessionnels, le Secrétaire général du Hezbollah libanais a demandé aux partisans du gouvernement de Siniora, qui n’a plus de légitimité, d’ouvrir les yeux, face aux complots américano-israéliens. L’opposition cherche à former un gouvernement d’Union nationale et à provoquer des législatives anticipées, pour préserver la pérennité du Liban et le souvenir des martyrs du pays. Mardi prochain, l’opposition libanaise aura, une nouvelle fois, l’occasion de donner de la voix, pour dénoncer ces complots.

Irib


Dimanche 21 Janvier 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires