Palestine occupée

Haniyeh : Pas de cessez-le-feu sans levée du siège


Dans un discours triomphant pour le 21ème anniversaire du Hamas, Ismael Haniyeh, le Premier Ministre du gouvernement palestinien basé dans la Bande de Gaza, a déclaré que le mouvement islamique palestinien et d'autres groupes de la résistance n’allaient pas prolonger la trêve fragile avec Israël à moins que l'armée d'occupation israélienne lève son dur blocus de la bande de Gaza et qu’il autorise les habitants de Gaza à circuler librement de et vers le territoire côtier.

Par Khaled Amayreh > amayreh@p-ol.com


Lundi 15 Décembre 2008

Photo : 250.000 personnes ont assisté aujourd'hui à la commémoration des 21 ans du Hamas à Gaza
Photo : 250.000 personnes ont assisté aujourd'hui à la commémoration des 21 ans du Hamas à Gaza
Les six mois de trêve, ou "calme", doivent expirer vendredi, avec la crainte que la violence et les effusions de sang à une plus grande échelle n’éclate en l'absence d'un nouvel accord ou entente en vue de renouveler le cessez-le-feu.

Il a souligné que le mois dernier seulement, l'armée d'occupation israélienne a tué plus de 20 Palestiniens tout en renforçant le blocus de la bande de Gaza.

Prenant la parole devant 250.000 partisans du Hamas, selon les estimations, qui brandissaient des drapeaux verts islamiques, Haniyeh a salué la foule immense, en disant : "Vous êtes la réponse à ceux qui ont cherché à réduire le Hamas au silence."

"Après tout ce qu'ils vous ont fait, le sinistre blocus, le siège diabolique, les complots criminels, l'intimidation et la sale guerre, vous vous présentez dans cette foule énorme pour dire aux amis aussi bien qu’aux ennemis que le Hamas est plus fort que jamais et même plus fort que jamais auparavant», a déclaré Haniyeh, en récitant des versets coraniques.

Le Premier ministre palestinien élu a déclaré que tous les cercles de décideurs de la région et à l'extérieur de la région regardaient l'événement dans la bande de Gaza pour voir si les gens étaient encore accrochés au Hamas ou l'abandonnaient, et si les politiques d'intimidation et de coercition avaient un impact sur la popularité du Hamas.

"Vous êtes la réponse à ceux qui nous assiègent. Vous êtes la réponse à ceux qui conspirent contre le peuple palestinien. Notre exemple est le Messager de Dieu, nous n'avons pas d'autre exemple", a déclaré Haniyeh, faisant allusion à la persécution du Prophète Mohammed et de l’embryon de communauté musulmane par les adorateurs de Quraish à Makka dans les premières années de l'Islam.

Haniyeh a déclaré que le Hamas n'était pas un «phénomène passager», mais une constante profondément enracinée et établie aussi fermement que les montagnes de Palestine. Il a ajouté que le Hamas, les forces de la résistance et la ténacité étaient maintenant plus forts que jamais grâce à la capacité de résistance, de défi et d'obstination affichée face à la guerre hideuse menée contre la cause palestinienne par Israël, l'Occident et leurs marionnettes de la région.

Haniyeh s’est adressé au président américain sortant George Bush, en disant que Bush était sur le point de tomber, mais que le Hamas ne pourrait jamais tomber.

"Le Hamas a réaffirmé la cause palestinienne, après des années de vaines et absurdes négociations".

Haniyeh a fustigé la direction de l’Autorité Palestinienne basée à Ramallah, en disant qu'ils devraient comprendre que "les étreintes, les baisers et les rencontres conviviales avec le régime sioniste ne libéreraient pas Jérusalem ou ne rendraient pas les droits légitimes des Palestiniens."

Haniyeh a souligné que le mandat du chef de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, expirait le 9 Janvier 2009.

Il s’est moqué de la récente élection d'Abbas par un organe de l'OLP en tant que "Président de la Palestine", disant avec sarcasme : «Je ne savais pas qu'il y avait un Etat qui avait besoin d'un Président".

Haniyeh a dit que le Hamas représentait un «miracle politique».

"Nous avons été soumis de toutes parts à une immense injustice. Ils ont assassiné nos dirigeants, le sang de nos martyrs a été répandu dans les rues de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, alors qu'ils affamaient notre peuple et cherchaient à nous étrangler, à nous décapiter... et en Cisjordanie, ils ont traqué notre peuple... mais ils ont échoué à mettre le Hamas en échec."

Haniyeh a fustigé le siège de la bande de Gaza, en le qualifiant de siège contre une idée.

Il a également remercié "tous les hommes et les femmes libres dans le monde" qui ont fait preuve de solidarité avec le peuple de la bande de Gaza de façon durable dans son épreuve.

S'adressant à Israël et aux autres ennemis du peuple palestinien, Haniyeh a dit : "Vous avez de l'argent, nous avons la volonté, vous avez le pouvoir des armes, nous avons le pouvoir de la foi, vous avez l'Amérique, nous avons Dieu."

Haniyeh s’en est pris à la coordination de sécurité entre l'Autorité palestinienne et Israël.

"N’avez-vous pas entendu les récentes déclarations du Général américain Keith Dayton par lesquelles il a déclaré que les forces palestiniennes ne sont pas formées pour lutter contre Israël, mais pour lutter contre d'autres Palestiniens ?

"Eh bien, on l'a vu sur le terrain, à Hébron, récemment, quand des troupeaux de colons juifs ont incendié des maisons, profané des mosquées et attaqué des Palestiniens innocents alors que les forces de sécurité de l'autorité de Ramallah regardaient passivement".

Haniyeh s’est également déchainé contre la Ministre israélienne des Affaires Etrangères et chef du Parti Kadima, Tzipi Livni, qui a insinué que les 1,5 million de Palestiniens qui sont citoyens israéliens devaient être expulsés vers l'Etat palestinien envisagé à un moment donné dans l'avenir.

"Je dis à Livni : Ils ne viendront pas chez nous, nous irons chez eux".

Haniyeh a déclaré qu'il y avait une conspiration contre le droit au retour des millions de réfugiés palestiniens déracinés de leurs foyers lorsque Israël a été créé il y a soixante ans.

"Je dis non à la réinstallation des réfugiés, non à une autre patrie, oui au rapatriement des réfugiés, de tous les réfugiés, dans leurs foyers et leurs villages d'origine."

Haniyeh s’est moqué du processus de paix soutenu par les Américains en disant "qu'il n'y a pas de processus de paix, il y a seulement une caricature, une parodie, une absurdité, un gros mensonge".

Le premier ministre palestinien a appelé à un "véritable, sérieux et authentique dialogue national basé sur la résistance et la ténacité, et non pas sur des négociations futiles et des conférences de paix stériles."

Haniyeh a également contesté ceux qui prétendent que le Hamas obéissait au doigt et à l’œil à certains pays comme l'Iran et la Syrie.

"Je vous mets au défi, libérez tous les prisonniers politiques aujourd'hui, et vous nous trouverez au Caire demain."
L'Egypte a accueilli des discussions de réconciliation entre le Fatah et le Hamas qui ont été suspendues après que le Hamas ait refusé d’y participer en raison d'une campagne massive d'arrestations de ses partisans et sympathisants en Cisjordanie par les services de sécurité de l'Autorité Palestinienne.

Haniyeh a renouvelé l'engagement du Hamas dans l’accord de La Mecque négocié par les Saoudiens en 2007, ainsi que dans le document de réconciliation nationale initialement formulé par les dirigeants des prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes, en disant que toutes les questions litigieuses devraient être surmontées d’un coup.

Toutefois, il a ajouté que le Hamas n’irait pas au Caire pendant que ses partisans et ses adeptes sont arrêtés, traqués et visés par le gouvernement de Ramallah soutenu par les Américains.

"Nous n’irons pas au Caire avec le couteau sous la gorge", a déclaré Haniyeh qui a également exigé que l'Egypte se positionne à égale distance du Fatah et du Hamas, et non pas aux côtés de l’un contre l'autre.

Enfin, Haniyeh s’est exprimé de façon amère sur le rôle joué par le régime égyptien dans l’imposition du blocus de la bande de Gaza, disant qu'il était inacceptable que l'Égypte permette la poursuite de cette situation inhumaine dans la bande de Gaza.

Les observateurs en Palestine occupée ont remarqué dimanche que le rassemblement massif dans la bande de Gaza était une preuve claire que le Hamas est encore très populaire et que les récents sondages d'opinion qui montrent une baisse significative de la popularité du mouvement étaient en grande partie inexacts.

Traduction : MG pour ISM
 


Lundi 15 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par santiago le 15/12/2008 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tore tore tore EH EH EH hanas el ddjihadi ya hamas a din, hamas el djihadi sai el mouslimin!!
chant de lutte palestinien: EN substance le hamas et l'epée des musulmans.

2.Posté par sara le 15/12/2008 17:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

résistez o palestniens face au satan sioniste, la victoire est avec vous

3.Posté par knossos le 15/12/2008 18:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tôt ou tard ils finiront par abattre ce régime Sioniste barbare,car l'injustice ne peut durer indéfiniment.

Tenez bon!

4.Posté par Nordin le 16/12/2008 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Même s'il est aujourd'hui clairement établi qu'Alterinfo est un outil de propagande chinoise, merci pour le soutien au peuple palestinien ! ! ! ! ! !

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires