RELIGIONS ET CROYANCES

Habiba et les islamistes sans barbe


Dans la même rubrique:
< >

L’Histoire commence ainsi :
« Au Peuple Algérien
Aux Militants de La Cause Nationale
A vous qui êtes appelés à nous juger, le premier d’une façon générale, les seconds tout particulièrement, notre souci, en diffusant la présente proclamation, est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussés à agir, en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de nos vues dont le but demeure l’INDÉPENDANCE NATIONALE dans le cadre Nord-Africain.(...)
BUT : INDÉPENDANCE NATIONALE par :
1°) La restauration de l’État algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques ;
2°) Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de race ni de confession... »


serpico1511@netscape.net
Samedi 7 Juin 2008

Des hommes et des femmes, mus uniquement par la volonté d’être libres, de mettre fin à la colonisation, de prendre leur destin en mains, rêvaient de construire un pays où chacun réaliserait son ambition et où chacun pourrait vivre sa foi en toute liberté.

Ces révolutionnaires hors du commun étaient en avance sur leur temps : ils imaginaient une Algérie fraternelle où vivraient les musulmans, les chrétiens -arabes ou européens- et les juifs.

La proclamation du 1er novembre 1954 était porteuse d’une promesse grandiose qui finalement n’a pas été tenue par les héritiers directs du mouvement de libération. Cependant la population algérienne gardait espoir dans sa faculté de surmonter ce genre d’avatar monstrueux.

Les algériens disent : « Le feu engendre la cendre » pour dire la déception que cause une progéniture dégénérée. Les enfants des révolutionnaires de novembre ne sont que de la cendre.

Alors que leurs ainés s’appuyaient sur les principes de l’Islam pour garantir la liberté de culte, les dirigeants algériens d’aujourd’hui s’enferment dans une sorte de gargote mafieuse, club des cancres qui n’ont rien compris au sens de l’Histoire et de la marche des peuples.

Ce qui se passe en Algérie aujourd’hui est une honte, une catastrophe totale et une trahison des grands révolutionnaires et même de l’Islam.

Habiba est une jeune chrétienne algérienne, convertie il y a quatre ans.

Apparemment « donnée » par un crétin quelconque, elle a été contrôlée par des gendarmes dans un autocar et trouvée en possession de livres religieux chrétiens dont une bible.
Il ne fallait pas plus pour qu’elle fût embarquée, interrogée et finalement remise à la police qui l’a présentée au parquet.

Tout algérien sain d’esprit se demandera tout de suite si ce n’est pas une mauvaise blague. Ce n’en était pas une car à la suite de la promulgation d’une loi en 2006 (Ordonnance n° 06-03 du 28 février 2006 fixant les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulman.), le prosélytisme en faveur de religions autres que l’Islam est interdit.

Or Habiba n’a pas été accusée de prosélytisme mais -tenez-vous bien- de « pratique sans autorisation d’une autre religion que l’Islam »...

Personnellement, j’en ai eu le vertige. Je me suis même demandé si ce n’était pas un canular gigantesque puis je me suis rendu à l’évidence : les pensionnaires dirigent désormais l’établissement.

L’Algérie a depuis longtemps perdu son élan progressiste : le clientélisme a fait des ravages. Le népotisme a complètement déséquilibré les rouages du système : mélange de tribalisme et de piston, cela s’appelle une république des petits amis.

Le malheur est que les chefs, incultes au départ, ne peuvent recruter que dans le cercle très large des joueurs de dominos ou de masseurs de bains maures (comme aime à railler le président Bouteflika).

La qualité n’y est donc pas. Le président algérien lui-même n’a pas fait d’études (même s’il ironise sur le niveau de ses propres ministres).

On obtient donc un agrégat monstrueux de fonctionnaires qui travaillent plus avec leur « sentiment » (ainsi que du chapeau) qu’avec la loi.

C’est le cas pour l’affaire de Habiba : un procureur qui lui ordonne de choisir entre la prison ou la mosquée et qui a requis 3 ans de prison ( !), des juges qui demandent aux journalistes présents s’ils sont autorisés à prendre des notes, une accusation complètement loufoque « pratique non autorisée d’un culte autre que musulman », délit qui n’existe même pas....

Cela est indicatif de la formation approximative des juges et des forces de l’ordre. Il est fréquent de se voir contrôler par les policiers pour vous demander si la femme qui vous accompagne est bien votre épouse. Vous aurez beau répondre que cela ne les regarde pas et que même si ladite femme n’était pas votre épouse cela ne serait en rien illégal, le type en képi vous dira que c’est quand même la loi.

Parce qu’il confond ses propres « j’aime, j’aime pas » avec ce que la loi veut ou ne veut pas.

Habiba est devant ses « juges », des islamistes déguisés en magistrats impartiaux, soutenus par un pouvoir déglingué dont le chef a osé exiger des femmes qu’elles ne fument pas dans la rue pour ne pas heurter la susceptibilité des terroristes repentis...comme si la mort de plus de 150 000 personnes était due à l’indécence du tabagisme féminin.

Et, naturellement, tout ce beau monde complètement schizophrène, se lamente en permanence sur le racisme anti-arabe, anti-musulman et voit plus la bosse occidentale que la double bosse qu’il traîne.
Et tout aussi naturellement, le pouvoir dénonce systématiquement les reconduites à la frontière « racistes » alors que des camions pleins de maliens et de nigériens sont conduits vers la frontière sud sans que personne ne relève la contradiction.

Face à une telle conception de la société, à une telle arriération, force est de conclure que la révolution a percuté le mur et que les martyrs se retournent dans leurs tombes.

Le grand BenMhidi avait demandé « Faites revivre nos mémoires » avant d’être assassiné par Aussaresses et les sbires de Bigeard.

L’Algérie ne mérite pas une telle descente aux enfers. Elle ne mérite pas de tels dirigeants, anciens fêtards convertis à l’islamisme sournois et cancres cuistres paradant et s’activant même pour obtenir un Nobel de la paix.

L’Islam ne mérite pas une telle forfaiture. L’Islam interdit la contrainte religieuse. L’Islam est innocent du crime de ces malades.



Samedi 7 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par Népios le 07/06/2008 11:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Depuis 1962, la présence chrétienne en Algérie ne cesse de fondre. Elle a évidemment et heureusement subi les "contrecoups" d’un exode massif des chrétiens, essentiellement pieds-noirs, après l’indépendance, mais son véritable coup d’arrêt a été l’arrêt de l’enseignement privé en 1975, qui a poussé nombre de Pères Blancs à abandonner l’enseignement au profit de la mission strictement religieuse: «Tant que le gouvernement algérien a besoin de maintenir une certaine présence de façade de la chrétienté en Algérie, nous serons là. D’ailleurs, la pluralité religieuse consacrée par les lois algériennes fait qu’on existe officiellement» Au-delà de l’hécatombe que les chrétiens ont subie (cinq pères blancs de différents ordres, 6 soeurs - dont des françaises et des espagnoles -, 7 moines trappistes de Tiberine et Pierre Claverie, évêque d’Oran, sont morts sous les balles et les couteaux du GIA lors de cette terrible année 1994..) et les souffrances partagées avec le Peuple Algérien, l’Eglise d’Algérie est immanquablement poussée à un isolement fataliste. Néanmoins «Tuer des Musulmans algériens ou des Chrétiens d’Algérie a le même sens pour nous. Il n’y a pas de séparation dans la souffrance. Mais on n’allait tout de même pas abdiquer et s’enfuir par la petite porte» entend-t-on. En outre, parmi les catholiques, nombreux se souviennent qu’on ne saurait trop vite attribuer à tel ou tel autre le rapt et le martyr des moines de Tiberine et elle s’estime quoiqu’il en soit poussés à quitter le pays mais résiste. L’agitation des propagandistes atlantistes en France, l’affaire du « foulard islamique », la polémique sur les signes ostentatoires, le rapport Stasi, la discrimination positive de Sarkozy, l’offensive de Tariq Ramadan, le discours sur la laïcité de Chirac, le "phénomène Sarkozy", etc…, les effets de ce débat religion-laïcité se sont faits ressentir en Algérie et il y a eu peut-être là quelque chose de fatal que les récentes atteintes islmophobes en France n’ont pu que renforcer. C’est un piège ! Tout d’abord, il paraît tout aussi étrange que la laïcité soit devenue en France la première arme d’islamophobie massive qu’il paraît inconcevable dans une société moderne comme l’Algérie de continuer à privilégier l’Islam dans le droit positif et à vouloir ailleurs ce qu’on ne respecte pas chez-soi. Il est frappant qu’on s’indigne sur ce qui se passe en France et qu’on estime tout à fait normal qu’un chrétien n’ait pas de droit en Algérie: Au-delà de ce qui se passe en ce moment, on pourrait parler des blocages inhérents aux mariages entre chrétiens et musulmanes qui sont interdits par le droit positif algérien, par exemple… Liberté mineure en Algérie, l’expression religieuse, quoique préservée par les pouvoirs publics algériens -signataires du pacte international relatif aux droits civils et politiques et la déclaration sur l’élimination de toutes les formes d’intolérance et de discrimination fondées sur la religion et la conviction, demeure en recul par rapport aux voisins maghrébins. Les communautés juives et chrétiennes sont protégées au Maroc et en Tunisie alors que l’Algérie qui a été précurseur dans le respect des religions et prône un dialogue de civilisation, se retrouve à la traîne. Une analyse qui placerait l’Algérie dans une catégorie assez enviable, tout de même, selon les termes mêmes du rapport sur les libertés religieuses du département d’Etat américain (Rien que cela, eh oui…!!!) qui fait le commentaire suivant sur l’Algérie: «Pays tolérant, bien que l’Islam est religion d’Etat. Le gouvernement algérien fait de son mieux pour laisser libre exercice des cultes: non fermeture des synagogues et églises». Reste que si le gouvernement algérien préserve au mieux les intérêts religieux des communautés dites «minoritaires» lorsqu'il n'est pas tenté par quelques manipulations de son cru, c’est au niveau du débat de société que la tolérance semble la moins ancrée.

Si la communauté juive est strictement en voie de disparition, la communauté catholique cultive une discrétion et une réserve conformes aux traditions algériennes. «L’Algérie respecte dans ses largeurs la liberté religieuse même si elle gagnerait que sa législation aille plus nettement vers une certaine laïcité», indique l’archevêché d’Alger. Le constat politique est appuyé sur des blocages d’ordre psychologique de la société algérienne. «C’est la mentalité populaire qui est mal préparée à accepter les différences religieuses», ajoute le représentant de l’Eglise. Pour autant, et c’est sans doute là toute la complexité inhérente à chaque culture, à Notre-Dame d’Afrique, il n’est pas rare de voir des enfants algériens, accompagnés par une enseignante en foulard, venir admirer la crèche au fond de la basilique à aux alentours de Noël, et qu’on appelle affectueusement « Madame l’Afrique ». Des Algériens viennent en ce lieu qui symbolise la chrétienté pour diverses raisons. Certains viennent «goutter au silence et au calme» qu’offrent les grandes colonnes de marbre. D’autres, comme des couples, viennent se retrouver sur les bancs après avoir allumé un cierge à 10 dinars. Rares sont ceux qui viennent pour prier ou, du moins, se montrent très discrets quant à leur confession. Tous peuvent regarder l’inscription «Notre-Dame d’Afrique pour nous et les Musulmans». Après une longue période d'abandon, la basilique d'Alger, construite au XIXe siècle sur un promontoire dominant la mer et consacrée le 2 juillet 1872 par Mgr Lavigerie, va être prochainement restaurée grâce au concours de la France mais il n’est pas passé inaperçu que la municipalité d'Alger s'est engagée à participer à hauteur de 600.000 euros, l'Union européenne ayant débloqué un million d'euros et de grandes entreprises algériennes et françaises, comme Sonatrach, Sonelgaz ou Total Algérie ayant également prévu de verser leur obole. Pour autant cela n’a pas empêché l’arrestation du père Wallez, prêtre catholique qui avait animé, à Noël, dans un bidonville de Maghnia, où personne ne mettrait les pieds, un culte auprès de migrants subsahariens et réfugiés camerounais, tous chrétiens. Un médecin bénévole algérien, qui administrait des soins à ces émigrés clandestins, a, dans le même procès, été condamné à deux ans de prison ferme, accusé d’avoir subtilisé des médicaments au centre de santé de Maghnia… L’évêque d’Oran a exprimé, dans un communiqué, “l’incompréhension” de la communauté catholique d’Algérie. La condamnation du père Wallez intervient dans un climat difficile où, selon Mgr Henri Teissier, l’archevêque d’Alger, “certains groupes cherchent à réduire la présence de l’église catholique et lui créent des difficultés”. La communauté catholique se considère depuis deux ans “sous une pression”, à la limite de la persécution. Un sentiment qui s’est accentué en mai 2007, lorsque les autorités locales des quarante-huit wilayas (départements) du pays, en application d’une directive venue d’Alger, ont invité les catholiques à quitter le pays en raison de menaces d’Al-Qaida au Maghreb. Tiens donc, Al-CIAïda ! Marque déposée ? C’est tout de même étrange que les néocons et les autorités algériennes nous agitent les mêmes épouvantails… Pour finir cette liste non exhaustive, des membres de la Mission de France, dont l’engagement pour l’indépendance de l’Algérie est honoré aujourd’hui encore par de nombreux algériens – comme ce fut le cas pour l’abbé Robert Davezies, récemment décédé – ont essuyé des refus de visas. Les exemples sont nombreux, trop nombreux…

N’ayant que peu de contact avec la communauté catholique, les églises protestantes d’Algérie, quoiqu’affiliées à l’EPA (Église protestante d’Algérie fondée en 1972), sont menacées par le gouvernement. A la date du 9 mars 2008, les deux églises les plus importantes de Tizi-Ouzou qui regroupe plus de 1500 personnes, ont reçu l’ordre de fermeture par les autorités locales, huit autres ayant déjà été fermées. Ceci malgré toutes les démarches faites pour régulariser leurs situations pour se conformer aux réformes de la constitution de 2006. L’EPA compte aujourd’hui 32 communautés et une vingtaine d’autres sont en instance d’adhésion. Les Églises sont « pleines » en moyenne 100 à 150 paroissiens, pour certaines le double ! Bigre ! Les locaux sont pour beaucoup exigus. En dépit des nouvelles lois de 2006 qui régissent l’organisation des lieux de culte, les autorités ne donnent pas d’autorisation pour la création ou l’aménagement de nouveaux lieux de culte conformes à la législation. L’EPA, du haut de ses 32 petites églises doit s’étonner de faire trembler 35000 mosquées, dont une bonne partie est installée en Kabylie ! Alors que les communautés chrétiennes veulent vivre en paix, les médias ont tendance à exagérer ou caricaturer la présence et le nombre de chrétiens protestants. Dans un message à l’Église protestante d’Algérie, voté à l’unanimité des participants, le Synode national de l’Église réformée de France (ERF, 1ère église protestante), réuni à Toulouse au début de ce mois indique qu’il ne peut rester silencieux devant cette situation difficile et affirme à l’EPA sa communion en Christ dans l’épreuve et son profond soutien. “Lorsque l’on ferme des temples sous des prétextes divers, lorsque des fonctionnaires sont révoqués à cause de leur foi chrétienne, lorsque des personnalités sont expulsées, cela s’appelle une persécution religieuse”, avait déclaré dans son discours d’ouverture du synode jeudi le pasteur Marcel Manoël, président de l’ERF. L’état s’acharne injustement contre tous les chrétiens sans distinction ni raisons valables, quoique l’Algérie aie paraphé le traité des droits de l’homme des nations unies. Deux directeurs d’école et un enseignant ont été radiés de leurs postes. Le 29 avril, un autre chrétien a été condamné à 300 euros d’amende et un an de prison avec sursis à Djilfa (240 km au sud d’Alger). L’homme, qui s’est converti au christianisme il y a 8 ans, a été arrêté le matin du 25 avril lors d’un contrôle de police alors qu’il voyageait dans un taxi collectif. Les agents ont trouvé une Bible et quelques livres d’étude religieuse dans ses bagages. Cela a suffit pour qu’ils le mettent en prison. Pendant les cinq jours qu’ont duré sa détention, les policiers l’ont fortement menacé afin qu’il revienne à l’Islam mais ils n’ont pas utilisé la violence physique. (Sources : Collectif Algérie et Compass Direct). A ce jour les cultes protestants qui sont maintenus s’attendent à une intervention surprise de la part des autorités alors que les terroristes qui ne cessent de faire des massacres ont été légalement libérés et ont même reçu des indemnités.

S'il est incontestable que les campagnes évangélistes en Algérie et plus particulièrement en Kabylie, malgré les moyens énormes qui y ont été déployés en matériel et en argent ont été assez peu fructueuses, elles n'en demeurent pas moins un véritable poison pour l'Algérie, les chrétiens d'Algérie et les chrétiens algériens, chrétiens de toujours ou nouvellement convertis. Ce n’est pas le cas seulement de l’Algérie : "Cette tentation exercée sur certains jeunes constitue une réelle menace aux différentes églises irakiennes traditionnelles dont le clergé mène un combat contre les évangélistes: «Des étrangers qui veulent anéantir notre histoire et créer des conflits confessionnels en Irak», explique le père Raphaël Benyamin, curé du village chrétien de Ain-kawa, près de Mossoul. «Lors de cérémonies religieuses, nous expliquons aux fidèles que ces missionnaires sont en réalité des agents américains qui cherchent à soudoyer les Irakiens avec leur argent. Nous répétons aux fidèles qu'il faut interdire à ces gens l'accès à leurs résidences et aux lieux de rassemblement de leurs enfants». Cette mise en garde a porté ses fruits dans certaines localités. L'arrivée d'un groupe d'étrangers dans une église durant la messe a tellement perturbé les fidèles que le vicaire a dû intervenir pour demander aux visiteurs d'attendre dehors l'arrivée du prêtre. C'est en attendant le pire que les communautés chrétiennes d'Irak organisent des sessions intensives de catéchisme et de cours d'araméen aux plus jeunes. On leur apprend que l'Irak est le bastion des Eglises d'Orient, qu'il abrite sur son sol et dans ses montagnes des objets et des édifices datant des IIe et IIIe siècle apr. J.-C. «Nous parlons la langue du Christ, et pour la conserver, nous avons fait d'énormes concessions tant à titre personnel que communautaire, assure un professeur d'université. Certes, durant le régime de Saddam, le ministère du Waqf interdisait l'accès en Irak aux nouvelles Eglises, mais nous avons été en contrepartie obligés d'oublier toute forme d'ambition personnelle, et condamnés à une vie de second plan. Mais il semble que notre chemin de croix soit encore long». Une terrible lassitude gagne actuellement les milieux chrétiens irakiens. C'est la lassitude du combattant à qui l'on impose des guerres sans fin dans cet Irak au sol avide du sang des jeunes. Mais la bataille qui s'annonce pourrait être la plus dure. «Certains Irakiens ont lancé une résistance contre les Américains occupants. Ils considèrent leurs guérillas comme étant héroïques et leurs attaques sont couvertes par tous les médias, note le père Benyamin. Mais notre guerre est spirituelle, elle se joue à l'intérieur même de nos communautés. Notre guerre vise en premier lieu à libérer notre pays, et en second lieu à préserver notre identité. Qu'ils soient soldats ou évangélistes, les américains cherchent à nous anéantir. Mais des milliers de martyrs chrétiens sont morts sur cette terre. Nous leur devons ce combat»."

Pour autant il ne s'agit pas de s'attaquer sans nuance et tirer tous azimuts et les quatre condamnés évangéliques ont reconnu s'être convertis au christianisme mais nié devant le tribunal qu'ils participaient à un culte au moment de l'arrestation du 9 mai. Les deux autres appartenant au même groupe ont été relaxés pour avoir nié s'être convertis et affirmés qu'ils participaient à un déjeuner. Il est d'ailleurs fait appel précisément sur ce point puisque seuls quatre prévenus qui ont confirmé leur conversion au christianisme ont été condamnés mais qu'étant tous les six jugés pour les mêmes faits, ils auraient dû être soit tous condamnés, soit tous relaxés. Il est vrai que l'argument juridique parait peu contournable ou contestable et le jugement assez peu conforme à la rationalité du droit algérien. Il est vrai également que sur le chef d'inculpation (pratiquer un culte dans un lieu qui n'est pas prévu à cet effet) laisse libre cours à toute interprétation. Ont-il prié collectivement, est-ce interdit, posséder ou transporter des Bibles est-il permis...? On ne sait plus... La Ligue algérienne des droits de l'homme à salué ce mercredi dernier la décision du tribunal d'ordonner un complément d'information dans le procès d'Habiba Kouider, cette algérienne convertie au christianisme (sans compter ces six jeunes gens de Tiaret, poursuivis pour exercice illégal d'un culte pour avoir prié collectivement pour lesquels le procureur a requis deux ans de prison ferme et une amende de cinq cent mille dinars chacun). Dans un entretien au quotidien El Khabar, l'archevêque d'Alger, Henri Tessier, a souhaité sa relaxe pure et simple. Agée de 37 ans, cette éducatrice comparaissait pour "pratique d'un culte non-musulman sans autorisation". Le 20 mai, le procureur de Tiaret a requis contre elle trois ans de prison ferme sur la base d'une accusation de prosélytisme que la défense avait pourtant battue en brèche. Si ce complément d'informations est fort bien venu et relève un peu la dignité du tribunal, on ne sait pas encore en quoi au juste il va consister. Attendons ! De même les prêtres de la Mission de France se voient refuser des visas pour l'Algérie. Lorsqu'on connaît la Mission de France et sa contribution précieuse et fidèle à la cause de l'indépendance algérienne (le père Robert Davezies, disparu fin décembre dernier en est un brillant exemple)... La communauté catholique a maintes fois fait part de son profond malaise.

ll ne s'agirait donc pas pour les autorités algériennes, qui ont l’air tout aussi lourdes et rustiques que le pouvoir français dans des situations similaires (sciemment… ?), d'utiliser le prétexte des opérations évangéliques de la même façon qu'un certain occident se sert de l'auto-mutilation du 11 septembre pour justifier sa tyrannie, ses visées hégémoniques et son maintien en en tirant toutes manipulations possibles… L'affaire devient embarrassante pour Alger, qui est déjà dans le collimateur des associations des droits de l'homme et des organisations chrétiennes internationales, pas toujours toutes bien attentionnées, mais d'autres plus vénérables, sérieuses et objectives, depuis la promulgation de la loi portant sur "l'exercice des cultes non musulmans" jugée comme étant dirigée principalement contre les chrétiens d'Algérie et chrétiens algériens, surtout après la condamnation du prêtre Pierre Wallez. Ces procès à répétition portent un coup à l'image de marque de l'Algérie à l'étranger sans qu'elle ne le mérite tant, alors que le gouvernement et le président Bouteflika agissent depuis des années pour redorer l'image du pays après les années sombres du terrorisme. Car pour être tout à fait objectif avec le pouvoir algérien, à sa décharge que cette affaire ne peut effectivement pas être séparée du phénomène d'évangélisation active que connaît l'Algérie depuis quelques années et faisant depuis quelques mois les choux gras de la presse arabophone qui crie à "une croisade visant l'unité du peuple algérien". Néanmoins presser par l'exacerbation de ces journaux et partis islamistes qui exploitent naturellement le phénomène, ainsi que par les association religieuses, le gouvernement a peut-être dans un certain sens été forcé d'agir dans la précipitation en promulguant une loi dont l'interprétation prête souvent à l'amalgame et la confusion, du genre de ceux que subit également l'opinion publique en France sur le "problème de l'Islam"... Il n’est pas non plus inintéressant de constater non plus que ces quelques chrétiens qui font les titres des journaux en Algérie ces dernières semaines masquent opportunément les troubles de la faim. C'est d'ailleurs assez étrange de constater combien encore là les points communs avec ce qui se passe en France sont assez troublants... De leur côté, les partis et associations démocratiques, à l'image du RCD ou du CCDR, voient dans ces campagnes contre les convertis le retour de l'islamisme radical et rappellent que la liberté du culte est un droit garanti par la constitution algérienne. Comme cela, tout le monde est bien remonté est les néoconservateurs se frottent les mains.


Il faut donc s'attaquer à la tête de l'hydre et pas au pauvre fretin et aussi maladroitement car c'est tomber dans un piège et n'y tombe que celui qui le veut bien...! Et lorsque l'hydre aura été abattue, il conviendra de laisser ces convertis, parfois de très longue date et de parfaite bonne foi, s'ils ne sont pas trop "agités" et n'ont pas de visées "subversives" avérées, qui auront sans doute rencontré la foi chrétienne dans leur cœur, en toute conscience et sans contrainte, s'agréger au christianisme ambiant, bien implanté, pacifique et profondément attaché à l'Algérie. Ce n'est pas cela qui ébranlera le très majoritaire Islam et cela ouvre même la porte jamais fermée, malgré les épreuves endurées en commun, de l'enrichissement mutuel et nécessaire. Que feront 2 ou 4.000 chrétiens de plus, face au danger lui, bien réel, des offensives idéologiques et terroristes de la CIA. N’oublions pas non pas non plus que ceux qui ont assassiné nos frères trappistes en Algérie et massacré d’innombrables algériens étaient financés et manipulés par ceux-là même qui se veulent les promoteurs des campagnes évangélistes en Algérie, avec parfois la patte opportuniste d’un pouvoir algérien qui n’a pas dû non plus se priver de la vieille pratique du « stay-behind »…

Quant au musulman qui serait curieux du christianisme, à charge pour lui en conscience de faire la démarche, car tout bon chrétien attend qu'on l'interpelle pour répondre aux questions qu'on lui pose.

« Seul un cap directeur multidimensionnel nous permettra de conjurer les périls". (Pr Chems Eddine CHITOUR, Ecole Polytechnique d'Alger)


Quelques liens intéressants :

http://www.elwatan.com/Chretiens-et-Juifs-d-Algerie

http://www.lequotidien-oran.com/

(http://www.elkhabar.com/accueil/

http://www.elkhabar.com/FrEn/?idc=51

http://www.algeria-watch.org/fr/article/analyse/proselytisme_evangelique.htm




2.Posté par Népios le 07/06/2008 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Un petit complément après avoir été déjà bien long, mais pour faire écho à cet excellente analyse de serpico1511@netscape.net (j'aurais bien aimé connaître son nom...), j'ai été surpris de voir l'autre excellent article suivant:
lien n'ait suscité aucun commentaire... J'ai trouvé cela bien dommage. Cordialement à tous, et amitié au peuple algérien.

3.Posté par Népios le 07/06/2008 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une petite dernière. J'ai fait une erreur de frape: ce sont 15.000 mosquées, en tout cas fonctionnelles, pour toute l'Algérie, ce qui la place tout de même en tête de tous les pays musulmans avec 14 à 16 millions de fidèles chaque vendredi. Je ne reviens plus, promis.

4.Posté par Serpico le 07/06/2008 15:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nepios

Le mal est ancien : je me souviens que, dans les années 80, un imam se plaignait au Wali (Préfet) que le curé du département "bougeait un peu trop".

En réalité, le Père Thiriez (qui a écrit une très belle monographie des Aurès), voyageait dans la région et fraternisait avec les habitants. S'il y avait prosélytisme, en tous cas il était bien discret.

Le Wali lui avait intelligemment répondu : "Comment se fait-il qu'un curé avec une seule église vous fasse suer autant avec vos 123 mosquées ?"

5.Posté par Népios le 07/06/2008 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je l'aime bien, votre Wali, Serpico ! Oui le mal est ancien. Pour ma part, je le date de 1975 et l'arrêt de l'école privé mais des compléments d'information sont les biens venus. Cordialement.

6.Posté par azgral le 07/06/2008 18:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BONJOUR les amis, surtout à toi Nepios; je pense que le principe du "jeux" c'est de dire :"je suis ici, et je reviendré,promis "(oui comme terminator 3).je crois que tes interventions sont tres apprecié...bref

il ya un element qu'on doit tous connaitre pour pouvoir s'aventurer sur ce sujet sans glisser ni riduculiser beaucoup d'algerien, c'est que l'algerie est depuis plus de 15 ans en etat de COUVRE-FEU, ce qui signifie en gros:

NI FOI NI LOIS

cette situation profite à ceux qu'ils l'ont declaré(et maintiennent encore), et fait office d'alibi pour justifier:
les crimes les plus atroce et toute exaction de leurs protocoles mafieux, la presence de l'armé au sain de la societé civile...

cette donné explique beaucoup de chose.
pour ceux qui deboursent une emotion pour les chretiens d'algerie je dirai venez voir comment l'algerie est islamophobe, comment les musulmans sont les premiers et les derniers à etre massacrés, interdit de pratiquer avec liberté la religion que la constitution prone comme ultime source.

betancouriser cette fille (habiba) est une injustice pour beaucoup d'algeriens (confessions confendues), 3 ans de prison n'est RIEN par-raport aux fils kidnappés, bébés egorgés et les " je pense donc je meurre"

7.Posté par Népios le 07/06/2008 21:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mettre les bébés égorgés et les enfants kidnappés dans la balance pour dire que "trois ans de prison n'est rien" me parait une bien étrange procédure, Azgral. Je vous invite donc non pas à vous faire égorger mais à vous faire volontaire pour les effectuer, ces trois ans d'incarcération... Je vous promets un comité de soutien, des visites et de vous apporter de la lecture... De toute façon, Habiba n'a pas encore été condamnée...! Faisons confiance au tribunal et en sa clairvoyance, maintenant qu'il se sait observé... Cordialement.

8.Posté par Zorro m.d.s le 07/06/2008 23:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C est à rien y comprendre entre l article et les commentaires.Donc les religieux n ont rien à voir avec le vent mortel qui souffle sur ce pays?
Népios où se trouve l idéale société musulmane où les chrétiens et les autres pourraient vivre en paix?
Inversement où se trouve l idéal société chrétienne où les musulmans pourraient vivre en paix?
C est l essence même d une religion de secréter des extrémistes et foutre en l air le soit-disant eden terrestre qu elles prétendent mettre en place...et qu elles n ont jamais atteint.
Il y aurait donc un vice de forme? C est même certain, une religion évalue l être humain au critère de l obédience...êtes vous dans la "communauté" ou êtes vous à l extérieur, bref c est un critère inclusif/exclusif qui fonde une religion et votre sort est très différent si vous êtes dedans ou dehors, même si vous prenez deux personne ayant des valeurs identiques, des aspirations identiques...Point de contrainte en religion...voeux pieux.

Bref toutes les petites démonstration visant à montrer que le fait religieux n a rien à voir avec la situation des différents pays chrétiens ou musulmans sont des mensonges éhontés.
La religion en soi même est un facteur discriminant, diviseur, sauf si une confession et une seule prends le dessus...ce qui nous amène au fait que la 2ème caractéristique religieuse est sa volonté de domination, sans partage dissimulé derrière des préceptes de vie précis.

Alors dans le cas de l Algérie il est évident que si l on ajoute une oligarchie cupide, des enjeux énormes en matière première, une position géostratégique complexe à une rébellion islamique qui ne dit pas son nom...Les soucis de ce pays ne sont pas terminés.
Les laissés pour compte sont récupérés par l Islam quand la classe dominante paye ses chinois pour reconstruire le pays...Il y a là quelque chose d étrange (qui rappelle d autres pays n est ce pas?).Car l un des terreau où prospère les prosélyte de tous genre c est la misère, là ils se sentent à leur aise et c est peut être bien là leur plus grand mensonge de faire croire qu ils pourraient faire sortir ces pays de l ornière...Ils n en ont jamais été capables et ça n arrivera pas demain.
Ce pays vit une transition douloureuse et accède à la modernité, ça ne se fera pas sans soubresaut obscurantiste, les chrétiens devraient en prendre acte, il y a toujours un bouc émissaire, c est ça la "pensée" religieuse aussi.


9.Posté par almohades le 08/06/2008 01:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On croit rêver ! en lisant vos postes les :nepios,serpico,azgral .
On croit rêver ! Comment , apres un passé colonial douloureux ,où les musulmans ont vécu l'enfer par les mains de colons et de gouvernants coloniaux horribles ,durant 132ans vous osez faire l'eloge de l'implantation massive de chretiens et juifs ? ou alorss vous n'etes pas conscients de ce que vous avancez !
Le retour en algerie de la religion de l'oppresseur est inadmissible ! et je pese mes mots. Ceux parmi les algeriens qui ont envie d'embrasser helas pr eux, le christianisme sont libres mais de là à en faire l'eloge et la promotion en terre d'islam il est un pas qu'ils ne doivent pas franchir et tanpis pr ceux qui n'ont rien compris!
On a pas le droit de revenir en arrière ,car l'evangelisation, en algerie musulmane est un crime contre l'identité d'une communauté qui a souffert depuis Charles x l'envahisseur chretien francais ,roi de france , jusqu'au 5 juillet 1962 !
Vous ne comprenez pas grand chose au monde et à l'humanite ,desolé de le dire ainsi mais c'est la verite .Nous ,algeriens musulmans refusons que notre terre liberée des chretiens barbares et des rois de france ,reve de nouveau à un mode de vie qui ns rappelle un passé de misere coloniale.On a pas le droit de laisser faire . Priez votre seigneur à la chretienne ,mais de grace ,épargnez-nous vos rodomontades stupides et desolantes de droit de l'homme et de liberte de culte ,de grâce cessez vos simagrets on en a que faire de comploteurs contre notre liberte de vivre notr islam en tte tranquilité. chez nous ,en terre MUSULMANE ! notre culte est assez menacé et detesté ailleurs ,et surtt en france. Les chretiens on fait assez de mal ,avec leur missionnaires et leurs colons egoistes pour qu'on puisse en garder un bon souvenir.Nos parents ,grds parents on la memoire d'un passé dur ou le musulman algerien doit baisser la tete qd il voit passer un colon ,bien chretien ! On s'en fiche de vos etats d'ame.
Des centaines de mosquées algerienne s ont ete detruites par les envahisseurs chretiens! on a aucun bon souvenir de leur religion ! priez votre dieu et laissez nous vivre sans la pression de "liberte de culte" on a pas envie d'etre "re"colonisés une 2eme fois. Nous , musulmans en occident, on aurait pu vivre en algerie si le colonialisme chretien du 19e siecle ne ns a pas agressé chez nous. Nous ,musulmans d'ailleurs, on a rien detruits, ni eglise ,ni synagogue.On se trouve en occident terre chretienne independamment de notre volonté! on a rien demandé ni d'etre colonisés ni d'etre immigrés...Les judéo-chrétiens ,ont tte l'europe et l'amerique à eux tt seul, on ne va qd meme pas leur offrir des eglises
et des synagogues sur nos terres musulmanes non ?!!!!
Les qqes lieux de cultes qui existent en algerie suffisent pr la minorité croyante chretienne, qu'on se le dise et ts les algeriens musulmans sont d'accord avec ces propos. A eux l'occident et à nous l'orient ! chacun sa religion ,chacun sa population majoritaire .Vous ne voulez qd meme pas que les fideles chretiens et juifs soient majoritaire partout, dans tous les pays du monde ,non ?!!!!
Nous musulmans minoritaire en occident ,vous judeo-chretiens minoritaires en orient ,et on est quitte ! BASTA !

10.Posté par Serpico le 08/06/2008 15:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Almohades:

Où voyez-vous l'éloge de l'évangélisation dans ce que je dis ?

Ce n'est pas parce qu'on défend une femme persécutée pour ses croyances qu'on est contre les autres croyances.

Vous déduisez trop de choses d'après ce que vous ressentez et non d'après ce qu'on vous dit ici.

Et je ne crois pas qu'on puiise, comme dit l'autre, se consoler en disant que d'autres sont morts, égorgés et décapités donc Habiba devrait s'estimer heureuse : en somme, les islamistes tuent mais quand ils condamnent à la prison, c'est mieux ?

Cette situation indique justement que les bébés, les femmes, les vieillards et les hommes valides massacrés par l'intégrisme sont morts pour rien.

Et on voudrait s'estimer heureux ?


11.Posté par Népios le 09/06/2008 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hep hep hep...! Je n'ai jamais parlé d'implantations massives..!!!. Manquerait plus que cela...!!! Relisez, Almohades avant d'admonester... Et pourquoi s'agirait-il d'être "quittes et basta !" ? Je vous trouve un peu court sur ce coup, en toute franchise et sans vouloir vous agresser... Et je ne vous ai pas vu vous offusquer de la destruction de cette mosquée à Vérone... Moi, ça m'a sacrément choqué, imaginez-vous, de voir un lieu de culte supprimé avec des arguments très nettement et ouvertement xénophobes ! Cordialement.

12.Posté par azgral le 12/06/2008 03:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est une erreur d'apreciation de raisonner avec une logique "française" (ou europeene) un "probleme algerien".
si vous etes d'acord avec le postulat : " la vie est une question de priorités" , je vous invite à classer les priorités des hommes et des femmes qui font le ménage dans les gravats d'un pays en apné pendant 132 ans, au cours desquels le colonisateur ne faisait que jeter bas son identité, à peine 30 ans de bouffée d'air qu'une guerre civile (pas si civile que ça) le ramene vers les sentiers de la perdition...

je vai le dire et le repeter apres: "LA VIE EST PLUS IMPORTANTE QUE LA LIBERTé"
la liberté n"a pas etait indispensable à la vie des peuple, mais plutot suffisante.

mon opinion sur le cas habiba?? s'il n'ya pas de preuve de prosélytisme elle doit etre liberer immediatement.
pour la pratique? l'algerie n'est pas detenu par les talibans, l'essentiel des cathedrale et des basilique est resté intacte, et elles y sont pas pour faire jolie. c'est ça "le raisonement à la française" dont je veux parler , un combat juste qui fait pas de nous des libertaires pour autant mais qui embrouille (en algerie) la justice sociale et l"egalité des droits.
je vous rapelle que je parle en connaissance de causes, l'algerie d'en bas (75%) vie tres mal et elle n'a pas le luxe de se battre pour sa liberté d'expression ou de liberté du culte, mais juste pour survivre.

un membre de ma famille (cousin ) etait "déporter" parcequ'il etait phenotypiquement proche des terroristes (ressemble) C.A.D :a une barbe et fait regulierement sa priere à la mosqué, plus aucune nouvelle jusqu'à cequ'il meurt.

désolé les amis, mais je tend la main à celui qui en a le plus besoin.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires