Géopolitique et stratégie

HOUARI BOUMEDIÈNE : Un homme , une Légende vivante


«Les expériences humaines dans bien des régions du monde ont démontré que les liens spirituels (...) n´ont pas pu résister aux coups de boutoir de la pauvreté et de l´ignorance pour la simple raison que les hommes ne veulent pas aller au Paradis le ventre creux. (...) Les peuples qui ont faim ont besoin de pain, les peuples ignorants de savoir, les peuples malades d´hôpitaux.» Discours de Boumediène à la Conférence des États islamiques à Lahore en 1974.


vdida2003@yahoo.fr
Vendredi 28 Décembre 2007

Professeur Chems Eddine Chitour

27 décembre 1978, le destin de l´Algérie bascule, une fois de plus. Le président Boumediène décède. Ce fut véritablement un choc bien que l´opinion fut préparée à cette douloureuse issue. Qui était Houari Boumediène qui fascine tant les jeunes et moins jeunes? Certains retiennent le fameux "Kararna ta´emime el mahroukate": "Nous avons décidé la nationalisation des hydrocarbures". Par cette phrase, Boumediène annonçait à la face du monde que l´Algérie tenait en main son destin énergétique. Est-ce ce leader qui, pour la première fois, à la tribune des Nations unies, militait pour un Nouvel ordre économique international plus juste, où les matières premières seraient payées à un prix juste? Mohammed Boukharouba, qui prendra le nom de Houari Boumediène, a vu le jour à Aïn Hasseïnia, près de Guelma le 23 août 1932. Né dans une famille de paysans pauvres, il symbolise par sa naissance la pluralité de l´Algérie dans sa double composante identitaire: son père était arabophone et sa mère berbérophone. Il incarnait ainsi, vraiment, l´Algérie dans sa diversité. Il a passé son enfance, en effet, parmi les fellahs dont il a conservé la rusticité.

Il avait rejoint, avance Paul Balta, à six ans, l´école primaire française. Ses parents l´avaient mis aussi, parallèlement, dans une école coranique où il apprendra, parfaitement, les soixante versets du Livre saint de l´Islam. Il est entré, peu après, à la médersa El Kittania de Constantine où l´enseignement était dispensé, totalement, en arabe. Il est certain, cependant, qu´il avait déjà contracté le goût de la lecture, en français. Il l´a, vraisemblablement, conservé toute sa vie. Certains témoins m´ont rapporté qu´il lui arrivait de réciter, mais dans un cadre restreint car il était très pudique, "La mort du loup" d´Alfred de Vigny. Au cours de nos tête-à-tête, il est advenu qu´il recourt, pour étayer son argumentation, à des ouvrages français, ceux de Jacques Berque.Il avait évoqué l´Egyptien Taha Hussein. Ses lectures étaient très éclectiques mais portaient, essentiellement, sur les chroniques d´histoire politique, les biographies d´hommes d´Etat, des recueils de poésies arabe et française. Pour ce qui concerne ses goûts musicaux, j´ai déjà évoqué sa faiblesse pour le flamenco du temps de l´état-major. J´ai appris que devenu chef de l´Etat, il écoutait, religieusement, "le concerto d´Aranjuez", réminiscence, sans doute, d´un attachement profond à l´Andalousie musulmane. Cela ne l´empêchait pas de goûter à toute la panoplie de la chanson algérienne, notamment les mélodies de Aïssa El Djarmouni voire les chansons à thème politique de Rabah Driassa sans oublier les mélopées de Cheikh Raymond. «Il est certain que Boumediène était profondément convaincu de la nécessité de rétablir la langue et la culture arabes dans leur statut souverain en Algérie. Il avait grand soin à ce que ses discours officiels soient rédigés dans la langue arabe. Par contre, il faisait preuve d´une grande ouverture d´esprit pour la culture occidentale en général dont il voulait promouvoir les rapports d´échanges avec la pensée arabe et musulmane».(1)
"Discret mais efficace, timide mais fier, réservé mais volontaire, autoritaire mais humain, généreux mais exigeant, prudent dans l´audace, voilà comment m´est apparu Boumediène lorsque j´ai eu à le connaître et à l´observer. Homme du soir, il aimait se retrouver, de temps à autre, tant qu´il était encore célibataire, avec quelques amis auprès desquels il se montrait enjoué et rieur, selon ce que m´ont affirmé plusieurs d´entre eux. Il aimait jouer, aussi, aux échecs sans être un joueur émérite. Ses goûts gastronomiques étaient sans prétention et, en fait, il avait fini par contracter l´habitude des plats servis dans l´armée. Il évitait, systématiquement, les sucreries mais raffolait des galettes de pain faites à la main. En fait, aucun luxe n´avait prise sur lui, sinon celui de fumer. Président de la République, il opte, cependant, pour les cigares cubains que lui envoyait Fidel Castro. Avec le burnous en poil de chameau, c´est le seul luxe qu´il se soit permis".(1)
"Il était animé par une profonde conviction, l´argent de l´État appartenait à la nation et ne devait pas être dilapidé. Cette conviction a guidé son comportement, de bout en bout de sa vie. Devenu président de la République, il usait toujours de son seul salaire et s´interdisait les dépenses somptuaires qu´il aurait pu facilement imputer au budget de l´État. Lorsqu´il lui arrivait de se rendre à l´étranger, il s´interdisait tout aussi bien les achats luxueux. Contrairement à certains chefs d´État d´autres pays arabes, il ne s´était pas fait construire ni un ni plusieurs palais luxueux, ni en Algérie ni à l´étranger. Sachant que je connaissais bien les pays du Golfe où j´avais effectué de nombreux reportages, il m´avait raconté qu´un des émirs lui avait offert une de ces voitures rutilantes et luxueuses qu´il avait aussitôt fait parquer dans un garage. Son chauffeur me l´avait montrée. Après sa mort, elle était toujours sur cales, inutilisée...A sa mort, ses détracteurs ont découvert, avec étonnement, qu´il ne détenait aucun patrimoine immobilier, aucune fortune personnelle et que son compte courant postal était approvisionné à hauteur, seulement, de 6000 dinars...Il était très réticent à évoquer sa vie privée. Je sais toutefois qu´il était très attaché à sa mère et lui donnait pour vivre une partie de son salaire. Des témoins m´ont néanmoins raconté qu´il s´était disputé avec elle, alors qu´elle était en vacances à Chréa, une station d´hiver proche d´Alger. Sa mère lui avait demandé, en effet, de faire exempter son frère cadet Saïd des obligations du service national. Houari Boumediène opposa un refus catégorique. Quelque temps plus tard, en effet, Saïd qui fit ses études à l´Ecole nationale polytechnique, le frère cadet accomplissait, dans des conditions très ordinaires, son service national..."(1)
"Boumediene entretenait des rapports empreints de courtoisie, pour le moins de correction, avec ses collaborateurs. Qu´il s´agisse de ministres, de conseillers, de secrétaires, de gardes du corps ou de chauffeurs, il se comportait avec une égale humeur, une grande sérénité et des gestes pondérés. Cela ne l´empêchait pas, sur le plan du travail, d´être des plus exigeants, tout comme il l´était avec lui-même. Boumediène était guidé par un souci permanent de préserver l´unité nationale - à telle enseigne qu´il avait interdit que les notices biographiques officielles des responsables comportent leur lieu de naissance- supervisait, de loin mais attentivement, cet ensemble en prenant soin de déceler, au passage, les compétences qu´il savait récupérer à son service, mais surtout en veillant à ce que le népotisme et le régionalisme ne soient pas érigés en règle au niveau des institutions et des grands corps de l´Etat. Il savait aussi se mettre à l´écoute de ses collaborateurs et pratiquait le travail en équipe. Probablement, l´usage du burnous, habit traditionnel en Algérie, comportait-il, pour lui, une signification symbolique particulière, une manière d´afficher l´identité retrouvée du peuple algérien. Le protocole demeurait, autrement, assez sobre, sans aspect ostentatoire..."(1)
"Encore une fois, l´essentiel, pour lui, était de mobiliser le peuple et d´assurer le succès du triple objectif qu´il s´était fixé, construire l´État, parfaire l´indépendance politique par la récupération des richesses nationales, poser les bases du décollage économique. Il est incontestable que vers la fin de son règne, Boumediène avait été gagné au goût de l´action diplomatique. Il voulait donner à l´Algérie une place qu´elle n´avait jamais occupée auparavant sur la scène internationale. Le Sommet des Non-Alignés de 1973 a constitué une étape fondamentale qui a servi de tremplin. L´apothéose de ce redéploiement diplomatique fut, incontestablement, la participation de Boumediène, en avril 1974, à la session spéciale de l´Assemblée générale de l´ONU où il a prononcé un discours mémorable sur le Nouvel ordre économique international." "Boumediène, sachant que l´armée, au lendemain de l´Indépendance, serait la seule force soudée et homogène, capable d´impact sur le terrain, a réussi l´intégration des wilayate au sein de la nouvelle Armée nationale populaire. Ce n´est pas si peu dire. Il a été, incontestablement, le fondateur de l´Armée algérienne, au sens moderne du terme. Il entrait, parfaitement, dans ses projets d´avenir, de remplacer les cadres hérités de la guerre de Libération nationale, par des officiers issus, soit des écoles de Cadets de la Révolution, soit des bancs de l´université puisque les portes des forces armées leur avaient été ouvertes".(1)
Ces mêmes cadets auprès de qui Boumediène venait les week-end à Koléa pour s´enquérir de l´avancement de leur scolarité. Il fut donné à l´auteur de ces lignes, enseignant en tant que sous-lieutenant dans le cadre du service national, d´apercevoir le Président s´enquérir de la scolarité de plusieurs cadets dont il était le tuteur.
S´agissant de ses relations avec la France, De Gaulle fut un visionnaire. L´homme du 18 juin 1940 avait déjà compris les motivations de celui qui deviendra l´homme du 19 Juin 1965". "Boumediène avait de l´admiration pour de Gaulle, ce visionnaire, rénovateur de la politique arabe de la France". Il a, publiquement, confirmé ce jugement dans son message de condoléances, à la mort du général en 1970: "Je m´incline devant le patriote exceptionnel qui a su concevoir, dans une vision noble et généreuse (...), l´avenir des peuples algérien et français".
"Boumediène, écrit Ali Mebroukine- qui un jugement plus nuancé-, a toujours été respectueux de la légalité révolutionnaire. On va voir qu´à travers les profondes réformes engagées sur le terrain, c´était tout un projet de société que H.Boumediène entendait mettre en oeuvre. Quelque opinion qu´on ait du bilan du président Boumediène, force est de constater que la récupération des richesses naturelles (1966 et 1971), la Révolution agraire, la démocratisation de l´enseignement donnaient un contenu concret aux principes contenus dans la proclamation du 1er Novembre 1954; autrement dit H.Boumediène n´a eu de cesse de rester fidèle à la raison d´être même du combat mené par le peuple algérien pour se libérer de la domination coloniale et accéder enfin à la dignité et au bien-être. Un an et demi avant sa mort, le président H. Boumediene remanie les structures du gouvernement, revient sur le modèle économique en vigueur, décide de mettre fin à une politique d´arabisation outrancière et démagogique (la désignation de Mostefa Lacheraf comme ministre de l´Enseignement fondamental est emblématique à cet égard), instaure un numerus clausus à minima à l´entrée de l´université pour prévenir sa clochardisation. Ces mesures annonçaient des réformes de structure plus profondes qui devaient être initiées à partir de 1979. Le président Boumediène était porteur d´un projet de transformation de la société algérienne. A cet égard, il est indéniable que le président Boumediène n´a pas pu se hisser au-dessus des clans et des factions qui étaient à l´oeuvre au sein des appareils d´Etat et qu´il n´a pu empêcher le jeu des forces centrifuges qui cherchèrent à le déstabiliser, à partir de 1977, sitôt qu´il eut exprimé sa détermination de "nettoyer les écuries d´Augias". Le président Boumediène était indéniablement un homme d´Etat auquel avait fait défaut la plus précieuse et la plus rare des ressources dont aucun bâtisseur ne peut se passer, le temps".(2)

Boumediène projetait justement des réformes qu´il n´eut pas le temps de réaliser. Paul Balta écrit: "J´avais rencontré Boumediène, fin août 1978, pour lui faire mes adieux. Il avait exprimé sa déception et vivement insisté pour que je reste: "Vous avez vécu la mise en place des institutions, il faut aller jusqu´au bout. Il va y avoir des changements importants. J´envisage pour la fin de l´année ou le début de 1979, un grand congrès du parti. Nous devons dresser le bilan, passer en revue ce qui est positif mais surtout examiner les causes de nos échecs, rectifier nos erreurs et définir les nouvelles options. Témoin de notre expérience, vous êtes le mieux placé pour juger ces évolutions."Intrigué, je lui avais posé quelques questions: "Envisagez-vous d´ouvrir la porte au multipartisme? D´accorder plus de place au secteur privé? De libéraliser la presse? De faciliter l´organisation du mouvement associatif?" Il avait esquissé un sourire qui allait dans le sens d´une approbation: "Vous êtes le premier à qui j´en parle, je ne peux être plus explicite pour le moment, mais faites-moi confiance, vous ne serez pas déçu" ".(1) Le temps lui a manqué
Curieusement, après la mort de Boumediène, il s´est produit une déboumédienisation rampante et les mêmes laudateurs de la période précédente devinrent des Fouquier-Tinville en puissance. Tout fut démonté, au propre comme au figuré. Curieusement aussi, le personnage de Boumediène n´a jamais fait l´objet d´une étude de son action. A tous les détracteurs, qu´il suffise de retenir les données objectives suivantes: de 1965 à 1978, date de la mort de Boumediène. l´Algérie a engrangé, en 13 années, l´équivalent de 22 milliards de dollars. Ce qui a permis d´asseoir une industrie chimique, une industrie mécanique, une industrie sidérurgique. 30 ans après, il ne nous reste que l´outil de raffinage (22,5 millions de tonnes) et pétrochimique. Nous sommes bien contents de l´avoir car, depuis, nous n´avons pratiquement rien investi dans l´aval. Tout a été investi dans l´amont pour rendre plus facilement exportables les hydrocarbures liquides et gazeux et être des bons élèves de l´Occident au détriment de nos obligations vis-à-vis des générations futures. Depuis 1979, l´Algérie a engrangé près de 400 milliards de dollars dont 59 milliards de dollars pour la seule année 2007. Qu´avons-nous fait qui marque effectivement la période. Il semblrait que l'Algérie dispose d'un matelas de 100 milliards de dollars qui fondent comme neie au soleil du fait de la détérioration du dollar. le taux e chomge est elevé, il y a de plus ne plusde "Harragas" tentés par l'aventure de l'émigration. Naturellement, la France des droits de l'homme ne gardera que ceuxet celles qui sont utiles, les autres seront chartérisés . Il eutmieux valu au moins garder ces dollars au fonss des puits à défaut de doner un avenir aux Jeunes, préservons au moins la part des générations à venir.
Au vue d cette "installation dans les temps morts" depuis près de trente ans, Il est donc malvenu, objectivement, de nier ce qui a été accompli par le président Boumediène. Naturellement et comme tout homme, Boumediène avait sa part d´ombre et avait fait des erreurs, dit-on, dans l´agriculture, il n´empêche que ses idées étaient généreuses et il ne profita pas de sa position pour s´enrichir. Pour avoir donné des motifs de fierté aux Algériennes et Algériens. Pour avoir entretenu l´aura de la Révolution algérienne contre vents et marées. Pour avoir simplement fait son devoir, il quitte l´histoire, il entre dans la légende. L´Algérie a plus que jamais soif d´Algériens de sa trempe pour lui redonner espoir .

Professeur Chems Eddine Chitour

* Ecole nationale polytechnique
* Ecole d´ingénieurs de Toulouse

1.Paul Balta. Interview www.lesoirdalgerie.com/pdf/2007/01/entretien0107.pdf
2. Ali Mebroukine: Houari Boumediene où l´histoire d´un destin contrarié www.elwatan.com. 27/12/2006




Vendredi 28 Décembre 2007


Commentaires

1.Posté par zak le 28/12/2007 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il a surtout confisqué la revolution algerienne et son independance et opprimé les berberes.
Il n'avait aucune legitimité contrairement a Boudiaf ou Ait Ahmed.

2.Posté par MINOU99 le 28/12/2007 11:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est incontestrablement l'une des rares figures révolutionnaires à s'être opposé viscéralement au diktat américain et au colonialisme. Pour les traitres qui ont monnayé l'indépendance algérienne et sa glorieuse révolution, Boumédienne a su prendre les dispositions idoines afin que l'Algérie ne vive pas une deuxième indépendance et ne soit pas assujetti aux désideratas des occidentaux, à l'instar de la côte d'Ivoire et du Maroc, pour n'en citer que quelques uns. Sa légimité a été démontré et l'histoire ne se fait pas à reculons quand bien même Boudiaf aurait pu prendre les mains du pays en 1962 mais a été évincé par un authentique maquisard du nom de Ben Bella qui a su juguler le danger venu de l'Ouest en 1963 ou les assaillants marochiens voulait modifier le tracé frontalier entre les deux pays. Quand à Ait Ahmed, il est tout juste bon à écrire l'histoire de la révolution algérienne, chose qu'il n'a jamais faite ce qui est révélateur de son incapacité notoire à faire de la politique.

3.Posté par NonAligné le 28/12/2007 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui est incontestable MINOU99 c'est ton discours haineux et déstructeur. La haine engendre la haine et la haine la déstruction.. Soyons contructif dans nos interventions, je pense qu'une Afrique unie et forte était le rêve qu'on fait ces grands Hommes tel que Nacer, Bourguiba, Ben Barka, Boumedhine et bien d'autres. Oublions le passé morose et vivant le présent et le futur afin de construire une Afrique à l'image de l'Union Européenne, ne les copions pas, mais prennons exemples des choses positives qui existent autour de nous. Pour finir, l'interêt de tous est une Afrique forte mais surtout une nouvelle relation SUD/NORD.
bonne fin d'année..

4.Posté par ERNESTO le 28/12/2007 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


tres grand homme, qui a su faire la transition entre 130ans d'occupation et l'education de son peuple. Certains ont essayer de profiter de cette transition pour faire valoir des revendications minoritaire au detriment de la majorité. C'etait un vrai leader
Algerien independant, ceci explique pourquoi ils l'on empoisonner.

5.Posté par Zorglub le 29/12/2007 21:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Incontestablement personne à ce jour ne peut porter ombrage au monumental Boumediène et encore moins les godillots étoilés qui lui ont succédés. Ils avaient le beurre et l'argent du beurre pour moderniser le pays, mais la fermière judéo-chrétienne avec qui ils devaient tartiner le bien-être Algérien n'a servi que les initiés et les ayants-droits. Il est urgent de re-décoloniser l'Algerie.

6.Posté par MINOU99 le 30/12/2007 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au non Aligné qui semble precher la non violence et qui est manifestement dupe et naif devant un hypothétiqye rapprochement entre le Nord et le Sud, Tu sembkles t"aligner sur des pacotilles poiliticiennes (les tiennes) qui ne pourront rien devant l'oeuvre destructrice des conspirateurs de ce monde. Alors au lieu de baisser les bras et de t'aligner sur des "Non Alignés" qui ont été vitriolés depuis des lustres, il ne te reste plus que lez choix de prendre position et de te définir clairement devant nos ennemis qui n'ont aucune pitié devant nous.

7.Posté par kacem le 07/03/2008 23:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher frères, il ne faut pas dire n'importe quoi sur notre cher et regretté BOUMEDIENE.
Car de nos jours aucun Algériens n'a ou n'aura la trempe et l'envergure d'on Monsieur pareil . L'ALGERIE à eu la chance d'avoir un BOUMEDIENE et elle n'aura jamais un deuxième.Avant d'accusé à tort et à travers lisez l'histoire, et regarde un peu d'où tu viens et ou tu ez aujourd'hui. J'estime quand même que le pays est en avance par à port à certains pays qui court toujours pour leurs indépendance. Contrairement à vos dires c'est l'élève de boumédiène qui dirige le pays aujourdhui.

8.Posté par Nadjib le 31/03/2008 23:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chers Algériens, ne soyez pas amnésiques; Boumediène a bien bâti sa "perso-imposture" avec le sang de ses frères et en tronquant la mémoire de ses ancêtres. Savourez aujourd'hui les bienfaits de sa triple révolu...tion...
Je ne suis qu'une victime parmi ceux qui ont été emenés de force applaudir ses discours révoltants et souvant ses volontariats involontaires.
Demain, c'est KIF kif, on reprend les mêmes archives, on mélange tout, on peint le visage et on fait une farce ux générations futuresssss.

9.Posté par NASSER le 15/04/2008 18:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un homme ,un vrai simplement ne jamais denigrer ceux qui ont donner de leurs sang pour leus pays.
Paix à son ame
Un Algerien

10.Posté par boumedienne ? l'egal d'hannibal barca, hugo chavez, ho chi m le 16/04/2008 07:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

effectivement, l'algerie est aujourd'hui dirigée par le disciple de boumedienne

et ma foi, elle ne s'en porte que mieux

l'algerie est un des rares pays du sud à avoir maintenu son independance,
ce qui n'est pas rien vu les hyenes affamées qui font la loi à bruxelles et à washington

ce pays ami est toujours un espoir pour les peuples en souffrance,
nous lui souhaitons de poursuivre dans cette voie le plus longtemps possible

11.Posté par BOUKLI-HACENE le 03/05/2008 23:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai 52 ans, le 27 décembre 1978 j'effectuais fierement mon service national , ma mission avec comme objectif "la construction d'un village agricole près de maghnia (bekhata) "et comme tous les algériens j'avais appris la nouvelle avec tristesse, la disparition de celui m' a impulsé l'amour de l'algérie.
Sa simplicité et la grandeur de ses idées ont contribué à construire une nouvelle Algérie avec de réelles perspectives de développement, malheureusement sa destiné à différée l'itinéraire de l'Algérie.
Le temps n'est ni compressible encore moins exstenible, notre Agérie fera partie des nations qui seront au rendez vous pour aborder une nouvel ère de prospérité ,avec tout le peuple algérien, au sein de la mondialisation.
Je crois sincèrement à notre réussite avec un profond respect à tous les marthyrs qui ont aussi crus avant nous à une grande Algérie.
un paysan nommé HOUARI BOUMEDIENNE, que vive la terre algérienne.

12.Posté par tmr le 04/05/2008 20:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le jour de l'enterrement du PRESIDENT H. BOUMEDIENNE, tout le peuple algérien a pleuré la perte de cet homme hors du commun, tellement il était consideré comme le pére de la nation.dommage! qu'ALLAH lui accorde sa grace et le fasse entré dans son vaste PARADIE, amine.

13.Posté par BENMANSOUR Tahar le 14/05/2008 19:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous-êtes amnésiques ou quoi ? Boumedienne est un assassin : Krim Belkacem, Khider, Chabou, Chaabani, Medeghri et j'en passe cela ne vous suffit pas!!!! votre problème c'est la haine envers autrui c'est tout.

14.Posté par tmr le 16/05/2008 16:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salem! si vous avez des preuves, il est de votre devoir d'éclairé le peuple algerien.l'histoire de la révolution est tellement compléxe qu'il est difficile de connaitre la vérité sur la mort de ces grands hommes, laissons le soin à ALLAH TOUT PUISSANT de juger ceux qui ont commis ces actes.ALLAH YARHAM ECHOUHADAS.

15.Posté par tahar le 23/05/2008 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On ne peut pas cacher le soleil avec un tamis, comme on dit chez nous.
Le président Houari Boumediene fut un digne fils du pays. Il ne visait que du bien ,non seulement pour son peuple, mais pour toute l'humanité et surtout les pays du Sud.Un homme d'une intelligence exceptionnelle, il n'a pas eu le temps qu'il faut pour concrétiser son projet qui n'est rein d'autre que d'élever l'ALGERIE au rang des grandes nations.Seul ALLAH est a l'abri des erreurs , pour les humains c'est inévitable.En ce qui concerne ELMARHOUM il ne visait que du bien pour l'Algérie,les algériennes et les algériens. ALLAH YARHAM ELCHOUHADA.

16.Posté par belh le 24/05/2008 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les harkis lui ont succédé et depuis l'Algérie vit dans le desordre et le chaos, le malheur de l'Algérie vient de tous ces généraux corrompus qui ont transmis ces vis au peuple.

17.Posté par nomenclatura le 01/06/2008 01:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hélas ,Boumedienne a commis l'erreur fatale ! celle d'introduire le loup dans la bergerie ! Tous les generaux harkis , ont ete installés par Boumedienne ,mais pour lui bien sur ,il n'avait pas vu venir leur traitrise .IL pensait bien faire ...malheureusement.Des genies militaires pour l'armee algerienne , c'est ce qu'il croyait ....Il est vrai que Boumedienne etait un homme sincere qui ne voulait que du bien pour son pays ,mais il n'avait pas le flair d'un vrai leader ,hélas ! IL a commis une tres grave erreur stratégique en incorporant les salauds de la promotion Lacoste : nezzar, lamari , etc...et tout le travail des Novembriste a été anéanti ! Les moudjahidines et leur revolution qui nous a mené à la libération a été effacée : le colonialisme est entré par la fenêtre ! C'est l'erreur de Boumedienne .

18.Posté par lakhdar yahia le 14/06/2008 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'amnésie est une maladie qui arrange bien des gens. Sachez mes chers amis que feu Boumédiène a donné à l'Algérie une place très envié dans le monde. 1973, le discours en arabe et pour la première fois à l'ONU. Le dinar qui avait un poids de taille (1 franc français = 0.73 dinar algérien) Je me rappelle que en 1978, je suis parti en France, j'ai remis 1000 da a la banque extérieur d'Algérie, j'ai reçu 199 dollars américains. L'algérien de cette époque avait sa place au soleil, l'honneur de dire qu'il était algérien. Boumédiène a su par sa politique donner de la valeur à ce pays.
Maintenant, toute trace de se qu'a fait Boumediene a été effacé par les vendus qui lui ont succédés. La preuve demander à n'importe quelle banque ce que vaut 1 dinar algérien actuellement et faites le calcul. Toujours est t'il, qu'à sa mort, sa femme habitait un deux pièces cuisine à Alger, et faites aussi le calcul, en regardant ce que halima chadli possède maintenant. Alors les dénigrements sont faciles maintenant que l'Algérie est à la merci des pays que Boumédiène a mis à ses pieds.
A bon entendeur salut.

19.Posté par marwane le 15/06/2008 22:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

notre regretté president HOUARI BOUMEDIENNE est un vrai homme et un algerien pur.il a envoyé notre armé en 1967 et 1973 pour participé a la guerre au moyen orient qui a opposé les arabes au israelien.
boumedienne a dit a notre avavnt de partir au moyen orient " CHER SOLDAT MIEUX VAUX MOURIR DEBOUTS QUE DE VIVRE A GENOUX ALORS SOLDATS LA VICTOIRE OU VOUS SEREZ DES MARTYRS LA VIE NE VAUX RIEN SANS LIBERTE ALORS SONGEZ CHER SOLDATS ET L4HISTOIRE SE SOUVIENDRA DE VS"

20.Posté par Fred is back le 16/06/2008 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La morale et les idées de ce monsieur ne sont pas les miennes, certain de ses propos sont des incitations à la haine sans aucune raison du type :

« Un jour, des millions d'hommes quitteront l'hémisphère sud pour aller dans l'hémisphère nord. Et ils n'iront pas là-bas en tant qu'amis. Parce qu'ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire ». (1974, Houari Boumedienne ancien président algérien dans un discours à l'ONU)


21.Posté par Jeff le 05/07/2008 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

N'oublions pas, pour ne pas dire jamais. Il n'a jamais combattu à l'intérieur du pays à l'image de Zirout, Benboulaid, Didouche, Amirouche, Benmhidi. Caché comme un bandit aux frontières de l'Est comme de l'Ouest, lieu priviligié pour les manipulateurs et les déserteurs de la 24ème heure, il attendait son heure comme le chacal qui guête sa proie. Il passe à l'offensive une fois les protaginistes affaiblis et la victoire assurée. 2videmment sans grand risque. Parrain du groupe d'Oujda, il chasse le ligitime GPRA, intronise un mégalo président avant de le destitué, autorise la mise en place d'une constitution débattue dans une salle de Cinéma Majestic à Bab El Oued. Il tient l'Algérie par son cou durant 13 ans, sans constitution, juste, un conseil de la révolution. Un ramassis d'inculte, d'assoifé de pouvoir. Renégocie avec la France dés 1965 l'accord cadre de sécurité, une des clause la plus importante dans les annexes des accords d'Evian. Seul un membre de l'EMG connait le contenu de cette clause. Autrement, l'autorisation de l'ancienne puissance coloniale d'utiliser 200 Km carrés comme base d'éssai nucléaire et chimiqe et bactéréologique (opération B2Namous). Par peur d'être déstabilisé par l'anciennne puissance, il multiplia les concessions. Il a élevé au rang de noblesse tous les enfants de bachagua comme gadge de bonne volonté (ainsi les Abdelghani, Zerguini, Bencherif, Belkheir, .... la liste est longue entrent dans l'equipe de l'excécutif. Ne parlant pas du côté des libertés individuelles et collectives. Il a montré son côté le plus pervers et le plus narcissique avec sa réformes agraire, un véritable fiasco. Il a transformé le pays en un gigantesque cimetière industrielle (l'industrie industrielisante). Son héritage est une liste macabre d'échec et de régression.

Un grand amoureux de ce pays

22.Posté par karim chabou le 01/09/2008 17:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

boumediene est a l'origine de la guerre actuelle il a reussi a ecarter tout les nationalistes et marginaliser la kabylie bastion de la lutte afin de s'accaparer du pouvoir et placer les grands harkis qui ont beneficier de grands privileges d'ailleur notamment au sein de l'armee .et si vous ne le croyez pas qui a attribuer donc les grades aux actuels generaux qui etaient des sous officier dans larmee coloniale

23.Posté par kline le 24/09/2008 18:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

de grace arretter de parler de kabylie bastion de la revolution, de dire que boumedienne à tout fait pour isoler la kabylie c'est franchement n'importe quoi, boumedienne à tout fait pour le developpement de la kabylie à tel point que le budjet de tizi etait 5 fois plus important que celui d'Alger, la priorité de l'emploi dans le secteur des hydrocarbures ( aller voir au sud) , et en parlant de feu krim belkacem , je considere que c'est un grand revolutionnaire mais il ne faut pas oublier que c' est le principal instigateur de la mort de feu Abane ramdane, donc il vaut mieux prendre l'histoire de notre pays sans trop de polemique

24.Posté par KACEM. le 22/11/2008 23:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mes chèr(e)s compatriotes, arrêtons de nous disperser, nous sommes tous des algériens à part-entière et intégrale. Kabyles, Algérois, Oranais, Mozabites sahraouis Touargui et je ne sais quoi d'autre. C'est la france qui nous à diviser pendant kes 132 ans d'occupation colonial, ne tombez pas dans le piège car ils aiment pas quand ont est unit, c'est l'union qui fait la force.Revenont à notre CHER BOUM-BOUM, J'éstime qu'il y a erreur de jugement accusé BOUMEDIENE d'assassin vous avez tort, ce n'est que les circonstances de la politique de l'époque, car si BOUMEDIENE à fait exécuté tel ou tel c'est q''il avait ses RAISONS. il n'était pas fou, c'était un homme de principe il faut se poser la question pourquoi il la fait. C'est lui le fondateur de l Algérie d'aujourd'hui.
Algériennes, Algériens.
Soyont fières car ont à eu la chance d'avoir un BOUMEDIENE qui grâce à lui l'Algérie et toujours debout, avec des hauts et des bas. Le 5 juillet 1962, j'avais 10 ans, je peux vous comfirmer que le pays à démmarer avec 00000fr, même le dinars n'éxistait pas et une population de 11millions de bouches é nourrir, mais chez nous c'est toujours HAMDOULILAAH.

25.Posté par MOHAND le 23/11/2008 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le dernier commentaire est dans une logique dés fois difficile à accepter mais profondément d'actualité, l'Algérie est debout grace à ses enfants et le resera grace à ses enfants.
quels pays n'est pas confronté à une réalité , aucun, à nous de nous confronter à ce destin et d'aimer ce beau pays.
Boumedienne est un enfant de l'Algérie il a combattu l'ignorance et le colonialisme sur toute ces formes comme beaucoup d'algériens et d'algériennes
Les erreurs, les bavures, les décisions hatives .....l'histoire jugera

26.Posté par reda le 11/12/2008 20:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'il n'y avait pas eu ,boumedienne,j'aurais vendu ce pays contre une (bassla) comme on dit,reposes comme meme en paix quand tu te rends compte que ceux qui vous critiquent aujourdhuit n'aurons jamais eu l'occasion de le faire en bon intellectuel

27.Posté par billel le 12/01/2009 19:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam alikom, moi je vous dis que si LE PRESIDENT BOUMEDIENNE etait vivant je vous promet que notre armees de l air et de terre serai a ghaza avec nos freres palestiniens. BOUMEDIENNE il lave le linge sal entre famille. chacun fait des fautes mais il ne faut pas voir que les fautes mais il faut sur tout voir le bon cote et ce cote par exemple la guerre des 6 jours il a declarer la guerre contre U.S.A CHIKOUR lah irahmou et il a envoye les chares et l armee de l air. Boutef prend exemple.

28.Posté par samir le 15/01/2009 21:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le présidant Boumediene il et tai avec les palestinien le vrais homme de la planète .
les vrais terroristes celle qui tu les Gent pfaible
les israélien il tu les hêtres humain par des milliers, personne ne parle
Personne n’agis , le mode arabe des lâche personne ne veut stoppée se massacre
La Russie a envoyé la Géorgie il long fais sortir vite fais tous sa pour les interniez
Tue un juif tous le monde pleure veule la vengeance tue un musulman si comme ta tue un rat
Regardait Quesque supasse dan le monde en 2009 l’évaluation de l’humanité avec ’intérêt

29.Posté par Ali el djazairi le 04/03/2009 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ya takhir ezzamen, toute la clics qui ont intervenus négativement à l'encontre de notre cher et regrete HOUARI BOUMEDIENNE c'est clair vous devez êtres soit des ........???????? soit des.....?????
Des gents de votre espèce ont trahi, trahissent et trahiront l’Algérie, des vaux rien comme vous osent critiqué un homme de la trempe de si BOUMEDIENE, ALLAH ya rahmou ou Y’RAHAM el chouhadas el ABRARS, Vous insultez notre représentation, notre image notre président sur le net et aux yeux de tout le monde, qui veut dire que vous n’avez aucune identité digne de notre patrie, dommage.donc je reviens à la question, des minables ,et beau marché osent critiqué une denrée si rare ou presque inexistante comme notre chéri et regretté HOUARI BOUMEDIENE, il n’en demeure pas moins qu’en dépit des conditions déplorables de travail, après l’indépendance, le grand homme Si BOUMEDIENE, se débattais à mettre sur pieds de manière concrète et sérieuse un pays digne de ce nom, au profit exclusif du peuple, de ce fait , un travail a malgré tout été accompli en un laps de temps record, d’où indiscutablement des résultats palpables ont été ressentis sur le terrain et dans le monde entier, en tout point de vue, Seulement , je considère affligeant et déplorable à constater que le félonie et la propension attentatoire aux intérêts de l’état, puissent êtres aussi efficace au point ou une personne de votre trempe à vous ya ....!!!!???? se voient forcés et contraints de critiqué et jugé les morts, auprès d’ALLAH vous assumeraient vos propos et votre responsabilité au terme de la décrépitude qui prend de l’ampleur, de votre par un climat glauque régnant au sein de notre cher pays grâce a des minables moins que rien de ......!!!?.
Tahya EL DJAZAIR tahya Boumediene Boudiaf et tout nos martyrs, que DIEU tout puissant leurs accorde paix à leurs âmes et l’entrée dans son vaste paradis.


30.Posté par l'ALGEROIS, le centre et l'ALGERIEN le 04/03/2009 20:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chers frères chers lecteurs, avez-vous lus ce que un certain n° 21. Posté par Jeff le 05/07/2008 à 8hoo, à écrit sur BOUMEDIENE, ne vous taisez pas réagissaient à ces propos d’inculte, plutôt d’insensé, je n’ose même pas trouvé de qualificatif à donné à cet imbécile, qui prétend à la fin de son message et le « signé par Un grand Amoureux de ce pays » vraiment festi fi festi, mon analyse et la suivante ce monsieur s’il est bien sûr, n’est pas digne d’un algérien, et s’il était, par principe fondamentale, il n’aurait pas dû se « prénommé JEFF », un prénom occidental et de surcroît il ose critiqué une valeur sûre comme MONSIEUR LE PRÉSIDENT HOUARI BOUMEDIENE qui à fait de notre pays une grandeur, Donc vous saisissaient mon message qui ont dit beaucoup pour ceux qui ont compris, que ce monsieur JEFF n’est qu’une girouette qui ne sait dans quel camps se casé ; …….
VIVE ET HONNEUR A BOUMEDIENE ET A TOUT NOS CHOHADAS ET NOS MOUDJAHIDINES TAHIATINA LIL CHAAB EL DJAZAIRI ET ABA LES HARKI ET LES GIROUETTES QUI LISENT LES COMMENTAIRES ET LES LIVRES DES AUTRES ET VIENNENT NOUS CHANTAIENT LEURS CACA CACA CA

31.Posté par ZABATA le 09/03/2009 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il était un astre...il illuminait par son passage les coins et recoins sombres....si seulement son prétendu disciple était comme lui...il a tué?assassiné?violé les doits de l'homme? et puis quoi encore...l'Algerie de son époque était jalousée et enviée...l'algérien se sentait fier et ne baissait uère la tète...que Dieu nous envoie son clone

32.Posté par nostalger le 14/06/2009 02:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Je crois que beaucoup d'algériens ne savent pas dialoguer, que l'on soit pour ou contre Boumediene là n'est pas le problème, le problème c'est de ne pas essayer de m'imposer ton opinion, il faut apprendre à respecter l'opinion des autres même si elle ne te plait pas et surtout sans tomber dans l'indescence ou l'insulte, chaqu'un possède une banque de données essayons de l'enrichir mutuellement sinon quel est l'intérêt de dialoguer.
Pour le sujet, étant Boumedieniste convaincu, je tiens à saluer sa mémoire à travers ce forum, c'est vrai il a commis des erreurs mais il a fait beaucoup pour ce pays j'en suis témoin. Allah yarahmou Allah yaghfarlou

33.Posté par Mouloud l'Oranais le 08/07/2009 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Houari Boumediene reste la seule légende de l Algérie.regarder ce que les salopards de Ben Bella et autres minables ont fait de l Algérie: un pays vidé de sa richesse par les colonialistes occidentaux et rongé par la corruption !!!!! cela n'existait pas au temps de Boumediene il faut toujours garder cela en mémoire mes frères algériens. On doit rester de vrais révolutionnaires capable de changer le monde comme le nouvel ordre mondial et les rapports nord-sud entrepris par notre regretté président .CE QUI OSENT DIRE LE CONTRAIRE SONT DES LACHES ET LE SERONT TOUTE LEUR VIE. IGNOREZ LES !!!!

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves

VIDEO
Ghisham Doyle | 22/08/2014 | 2858 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires
1 sur 173


Commentaires