Politique Nationale/Internationale

HILLARY CLINTON JOUE LA CARTE DEMAGOGIQUE CONTRE BARACK OBAMA



Mardi 4 Mars 2008

[Gregoire Seither - IES News Service - 28/02/2008]

A quelques jours du scrutin décisif du 4 mars dans la course aux primaires Démocrates, Hillary Clinton tente de jouer la carte de la peur pour détourner les électeurs de Barack Obama.

Dans une publicité télévisée et radiophonique, intitulée “Children” (enfants), une voix dramatique dit :

“Il est trois heures du matin, et vos enfants dorment en sécurité. A la Maison Blanche, un téléphone sonne. Quelque chose se passe dans le monde. C’est votre vote qui va décider quelle sera la personne qui répondra à cet appel.”

Est-ce que ce sera quelqu’un qui connait les leaders de ce monde ? Est-ce que ce sera quelqu’un qui connait l’armée ? Est-ce que ce sera quelqu’un d’expérimenté, qui sait ce qu’il faut faire, qui est prêt à assumer la direction des opérations ? Il est trois heures du matin, vos enfants sont en sécurité. Ils dorment. C’est à vous de décider qui va décrocher ce téléphone.”

Le ton de cette publicité rappelle une célèbre publicité, très critiquée (”Daisy ad“) de la campagne de 1964 de Johnson contre Goldwater (dans laquelle on voyait une petite fille cueillir des marguerites tandis qu’un décompte de lancement de missile nucléaire passait en arrière plan) ou encore une publicité de Walter Mondale contre Gary Hart, en 1984, dans laquelle on voyait un téléphone rouge et on posait la question “qui va répondre à cet appel”.

Il indique aussi que, pris à la gorge par les bons résultats de Obama, le camp Clinton a décidé de ne plus prendre de gants dans ses efforts pour discréditer la candidature du Sénateur de l’Illinois. Si Clinton ne gagne pas les primaires au Texas et dans l’Ohio, elle devra probablement abandonner la course à l’investiture.

En 1984, les publicités jouant sur la peur et appelant un “leader expérimenté” avaient permis à Mondale d’éliminer la candidature de Gary Hart… par contre elles avaient produit un effet de contre-coup, les électeurs apeurés préférant voter pour le “cowboy sans peur et sans reproche” Ronald Reagan plutôt que pour Mondale. “Si vous voulez jouer avec la peur, il faut ensuite assumer son image de guerrier protecteur, et avoir les moyens de la défendre” explique Saddie Nunn, du Centre d’études politiques de l’université de Berkeley.

En réponse à cette publicité, Barack Obama a déclaré : “La question n’est pas de savoir qui va répondre au téléphone. La question est : quel type de décision allez vous prendre quand vous décrocherez le téléphone rouge ? Nous avons déjà été dans cette situation, quand le “téléphone rouge” de la guerre en Irak a sonné, il a fallu répondre. Et le Sénateur Clinton n’a pas donné la bonne réponse. George Bush n’a pas donné la bonne réponse. John McCain n’a pas donné la bonne réponse.”

L’équipe de campagne de Hillary Clinton a rejeté toute comparaison avec la publicité très décriée de Lyndon B. Johnson en 1964, affirmant que le clip de Clinton “véhicule un message positif” avec des “images très douces”, à l’opposé total du clip de Johnson.

http://libertesinternets.wordpress.com/ http://libertesinternets.wordpress.com/



Mardi 4 Mars 2008


Commentaires

1.Posté par Al feanor le 04/03/2008 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jsuis pas vraiment un pro Obama mais quand on sait la politique guerrière que son mari a appliqué on a pas vraiment envie qu'elle arrive au pouvoir.
En plus si elle fait le jeu des republicains c'est vraiment une "pauvre conne" cf Sarko.

2.Posté par blackhole_yf le 04/03/2008 20:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toute cette élection n'a aucune impotance vu que ceux qui tirent les ficelles ne sont pas dans le jeu (pas visibles au premier plan). C'est juste un show TV.

En fait c'est M. Bloomberg qui va être préisident (non élu) mais comme quasi partout dans le monde....

Il y a quelques années déjà je me disais:
Les Russes ne sont pas libres mais ils le savent; pas les Américains...

Maintenant je me dis, la démocratie, c'est une idée du passé...

3.Posté par Zorro m.d.s le 04/03/2008 23:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"La femme est l avenir de l homme" parait il...quelle connerie oui !
La femme politique a une ame aussi puante que celle des hommes politiques, ca c est une verité.
Angela, Segolene, Hillary toutes des profiteuses cyniques du "familly buisness" et du "girl power". Le feminisme? Encore un truc de petite bourgeoise pretentieuse.

4.Posté par Misandre le 05/03/2008 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Hillary est soit trop masculine, soit trop féminine ; elle est soit trop glaciale, soit trop émotive ; c?est une politicienne si accomplie qu?elle ne devrait pas faire de politique.


Elle est « ambitieuse », alors que lui, il a « le feu sacré ».


Quand un idiot sexiste a crié « Va donc repasser ma chemise ! » à HRC, on a trouvé cela amusant, mais si un idiot raciste avait crié « Va donc cirer mes chaussures ! » à BO, les médias électroniques auraient glosé pendant des heures sur ce déshonneur national et la presse écrite y aurait consacré d?innombrables pages.


Les jeunes Kennedy qui s?intéressent à la politique - Kathleen, Kerry et Bobby Jr - ont tous donné leur appui à Hillary. Le sénateur Ted Kennedy, âgé de 76 ans, a appuyé Obama. Si c?était l?inverse, les commentateurs ne manqueraient pas de souligner que si elle a l?appui de Ted Kennedy et de l?establishment, lui, il rallie la génération montante. (Pour ma part, que Caroline rêve du Retour des Pères ne m?émeut guère. Contrairement aux autres peuples, les Américains ont la mémoire courte. Moi, je n?ai pas oublié le suicide de Marilyn Monroe (2), ni une jeune femme du nom de Mary Jo Kopechne (3) qui a trouvé la mort à Chappaquiddick.)

Finies, les attaques ignobles et toxiques.

Le dégoût de Carl Bernstein?s devant les « chevilles épaisses » de Hillary. La création par Roger Stone, expert en magouilles sous Nixon, d?un groupe baptisé « Citizens United Not Timid » (dont l?abréviation est CUNT). John McCain qui répond « Excellente question ! » à un partisan qui lui demande « Comment allons-nous faire pour battre cette salope ? ». Aurait-il osé répondre de la même façon si on lui avait demandé « Comment allons-nous faire pour battre ce fils de pute noir ? » Quelle honte !.

Finis, les casse-noisettes à l?effigie de HRC arborant des pointes de métal entre les cuisses. S?il s?agissait d?une figurine représentant un danseur à claquettes noir, nous serions indignés à juste titre - et on n?en vendrait pas dans les aéroports. Honteux.

Finis, les T-shirts aux sous-entendus les plus violents de toute notre histoire électorale, dont celui qui porte le slogan meurtrier : « Si seulement Hillary avait épousé O. J. (4) au lieu de Bill ». Honteux.

Finies, des émissions comme celle de la série « Southpark » où des terroristes implantent une bombe dans le vagin de HRC. Je refuse de m?abaisser à chercher une analogie raciale aussi ignoble. Honteux.

Qu?on cesse de prétendre, comme le font certains esprits tordus et mal intentionnés, que des attaques aussi abjectes sont drôles. Ce ne sont pas des expressions de haine envers Bill Clinton ou Hillary, mais les manifestations d?une misogynie pathologique. Si ces indignités étaient dirigées contre les Juifs, on y verrait tout de suite de la propagande antisémite. Si elles visaient les Noirs, on reconnaîtrait immédiatement les messages empoisonnés du Ku Klux Klan. Les organismes de défense des animaux comme la PETA (5) feraient un tollé si on attentait de façon aussi odieuse à la dignité des animaux. Pourquoi alors nous, citoyennes et citoyens, électrices et électeurs, Américaines et Américains, ne sommes-nous pas saisis d?indignation ?

Finis, les assauts quotidiens de la part des médias

Le mouvement des femmes et Media Matters ont arraché des excuses à Chris Matthews, de la chaîne MSNBC, pour ses commentaires misogynes incessants (6). Mais, que fait-on face aux apartés sexistes de Tim Russert et à ses panels composés exclusivement d?hommes blancs invités à pontifier sur les questions de race et de genre, à la chaîne NBC ? Ou face à Tony Harris qui évoque en ricanant « l?effet des chromosomes » en interviewant une femme du White House Project (7) sur les ondes de CNN ? Sans parler de Fox New.

Les femmes ont été la cible de haine à cause de leur sexe/race/origine ethnique/religion ; elles ont été violées, battues, envahies dans leur esprit et leur corps et forcées à enfanter ; elles ont toujours été majoritaires parmi les pauvres, les analphabètes, les handicapés, les réfugiés, les soignants, les séropositifs/sidéens, les impuissants. Nous avons survécu à l?invisibilité, au ridicule, aux intégrismes religieux, à la polygamie, aux gaz lacrymogènes, au gavage, à la prison, à l?asile, au sati, au purdah, aux mutilations génitales, aux bûchers dressés pour les sorcières, aux lapidations et aux tentatives de gynocide. Nous avons tout essayé : les appels à la raison, la persuasion et la surqualification, pour apprendre après tous nos efforts que nos difficultés n?avaient rien à voir avec un manque de compétence. Nous savons qu?à l?époque où nous vivons, les femmes perçoivent le monde différemment des hommes - bien qu?elles ne le perçoivent pas nécessairement toutes de la même façon - et qu?elles peuvent gouverner autrement, comme en témoignent Elizabeth Tudor (8), Michèle Bachelet (9) et Ellen Johnson Sirleaf (10


La suite içi :http://sisyphe.org/article.php3?id_article=2912


Zorro vous êtes puant de misogynie j'espère que vous reprendrez votre cheval et déguerpirez au plus tôt .

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires