Sciences et croyances

Glaxo poursuivi en Californie pour publicité mensongère



Ethan A. Huff
Jeudi 3 Juin 2010

Glaxo poursuivi en Californie pour publicité mensongère

Photo du Telegraph


Natural News, Ethan A. Huff, 3 juin 2010


      Les récents rapports d’études révélant les dangers de la spécialité de GlaxoSmithKline (GSK) pour le diabète, l'Avandia, ne sont pas passés pas inaperçus. En Californie du Nord, le comté de Santa Clara vient d’intenter un procès contre le géant pharmaceutique pour destruction de preuves montrant que ses pilules augmentent le risque de crise cardiaque.


      Le procès demande que tout Californien ayant pris de l’Avandia soit dédommagé par GSK. La loi de l'État de Californie interdit aux entreprises de faire de la publicité mensongère pour leurs produits et, selon le comté de Santa Clara, c’est exactement ce qu’a fait GSK avec son Avandia.


      « La conduite hors-la-loi de GSK a coûté des millions de dollars aux patients, à leurs assureurs et au contribuable, et a causé des souffrances inutiles à des milliers de Californiens, » a expliqué Miguel Marquez, agissant en tant qu’avocat du comté de Santa Clara. « C'est précisément le genre de délit corporatif que la loi californienne interdit. »


      GSK a nié toutes les allégations et continue à prétendre que sa spécialité approuvée par la FDA est sûre, en dépit des derniers rapports qui montrent que le médicament est à l’origine de milliers de crises cardiaques. Le rapport du Comité sénatorial a révélé en février la preuve que GSK connaissait les risques associés à l’Avandia depuis des années, mais n'a rien fait à ce sujet.


      Des documents internes de GSK ont également révélé que ses propres études montrent les dangers présentés par l'Avandia. Il n’empêche que la compagnie continue de plaider son innocence et prétend que le procès intenté en Californie n'a aucun fondement.


      Comme le comté de Santa Clara a dépensé environ 2 millions de dollars dans l’Avandia pour les patients de son hôpital public entre 1999 et 2007, il estime légitime de recevoir un dédommagement pour l'argent perdu en traitements nuisibles. En outre, puisque la publicité de GSK ciblait les diabétiques, qui sont catégorisés comme des handicapés par la loi californienne, le comté cherche à obtenir de DSK des dommages-intérêts triples.


      Le temps nous dira si d'autres comtés de Californie intentent des procès de leur propre chef contre GSK pour sa négligence grave. D’innombrables millions de dollars, à la fois du contribuable et des assurances, ont été gaspillés dans l’Avandia, et le moment est venu de demander leur restitution.


      L’affaire du comté de Santa Clara constitue une bonne référence à imiter pour les autres comtés, au nom des fonds publics dilapidés dans une drogue dangereuse. Bien que ce soit difficile, les personnes lésées par les compagnies pharmaceutiques peuvent aussi demander une réparation, mais les lois fédérales actuelles favorisent les fabricants de médicaments plutôt que les gens.


      Heureusement, la Cour suprême a réaffirmé l'année dernière que les individus ont le droit de poursuivre les compagnies pharmaceutiques pour les dommages causés par l'insuffisance de marquage des risques sur les remèdes. C'est un petit pas dans la bonne direction pour tenir les compagnies pharmaceutiques responsables de leur conduite, mais il reste beaucoup à faire pour arrêter leurs habitudes criminelles depuis longtemps non contrôlées.



Les sources de cet article sont :
- abcnews.go.com/Business/wireStory?id=9981737
- www.cnn.com/2010/HEALTH/02/20/avandia.study/index.html



Original : www.naturalnews.com/028918_false_advertising_Big_Pharma.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard




Jeudi 3 Juin 2010


Commentaires

1.Posté par Nenuphar le 03/06/2010 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo la Californie ! Le jour où, en France, les autorités sanitaires à la tête desquelles le Ministre intenteront un procès de ce type, on pourra applaudir et nous pourront dire que la France n'est pas une nation qui laisse ses citoyens livrés à la merci des laboratoires qui n'en font qu'à leur tête.

Le vaccin contre l'Hépatite B qui a occasionné à bon nombre de citoyens des maladies de système surtout la Sclérose en Plaques (SEP), est toujours sur le marché et les personnes atteintes des ces maladies invalidantes, courent toujours, se démènent ou pour certaines, celles qui en ont les moyens, saisissent la justice, sans aucune intervention ou aides des susdites autorités sanitaires.

Il n'y a donc rien de comparable entre la Californie et la France, entre un état américain qui prend à bras le corps les problèmes de ses citoyens agressés dans leur chair et la France qui fait la sourde oreille et, à l'image de l'autruche, met la tête dans le sable.




Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires