Politique Nationale/Internationale

George W. Bush : 'J’ai une échéance, j’ai douze mois'



Vendredi 11 Janvier 2008

George W. Bush : 'J’ai une échéance, j’ai douze mois'
Un accord de paix israélo-palestinien exigera de chacune des deux parties des "concessions politiques douloureuses", a averti jeudi George W. Bush, poursuivant sa tournée au Proche-Orient par une visite en territoire palestinien, à Ramallah (Cisjordanie). Il a notamment réclamé la fin de "l’occupation" militaire israélienne.

"Il est à présent temps de faire des choix difficiles", a déclaré Bush à l’issue de sa visite à Ramallah, où il a rencontré Mahmoud Abbas. Il s’était entretenu la veille à Jérusalem avec les dirigeants israéliens, dont Ehoud Olmert.

Bush, qui avait jusqu’à présent évité de s’impliquer personnellement dans ce dossier, a désormais "bon espoir" de contribuer à la conclusion d’un accord de paix israélo-palestinien d’ici la fin de son mandat début 2009. Il s’engage à "tout faire" pour y parvenir et retournera au Proche-Orient "au moins une fois, peut-être plus" d’ici l’an prochain, selon son conseiller à la sécurité nationale Stephen Hadley.

Depuis Ramallah, il s’est dit convaincu que les leaders des deux parties comprennent "l’importance de deux Etats démocratiques vivant côte à côte" en paix, notant qu’il disposait d’une année pour y contribuer.

"J’ai une échéance, j’ai douze mois", a-t-il dit. "Il est vital que chacun comprenne que satisfaire les objectifs fondamentaux de l’autre est la clé d’un accord", a-t-il insisté. "La sécurité pour Israël" et la "viabilité pour l’Etat palestinien", qui ne doit pas être réduit à un "gruyère", sont dans l’"intérêt mutuel des deux parties", selon Bush.

Il s’en est pris au Hamas, qui contrôle depuis juin dernier la bande de Gaza. Elu pour améliorer le sort des Palestiniens, le Mouvement de la résistance islamique ne leur a apporté que des "souffrances", a-t-il affirmé.

Il a par ailleurs employé un terme connoté politiquement, "occupation", pour appeler à la fin du déploiement militaire israélien en territoire palestinien. Bush faisait allusion à la Cisjordanie, selon le porte-parole de la Maison Blanche Gordon Johndroe.

"Le point de départ pour des négociations sur un statut permanent (...) apparaissent claires. L’occupation qui a débuté en 1967" après la Guerre des Six-Jours "doit prendre fin. L’accord doit établir la Palestine comme patrie des Palestiniens, tout comme Israël est la patrie du peuple juif", a fait valoir George W. Bush.

Il a appelé mercredi les Israéliens à démanteler les implantations "illégales" de colons juifs en territoire palestinien. Condoleezza Rice avait auparavant souligné de son côté que Washington s’opposait "depuis le tout début" au projet d’israélien d’implantations à Jérusalem-Est, qui attise les tensions avec les Palestiniens.

Mahmoud Abbas exige l’annulation du projet annoncé début novembre, qui porte sur la construction de 307 nouvelles habitations dans un quartier de Jérusalem-Est.

Bush, qui a brièvement visité l’Eglise de la Nativité à Bethléem (Cisjordanie) après son déplacement à Ramallah, a regagné dans la journée Jérusalem. Il achèvera vendredi son séjour en Israël en se recueillant au Mémorial de la déportation de Yad Vachem, avant de poursuivre sa tournée qui l’emmenera également, jusqu’au 16 janvier, au Koweït, à Bahreïn, aux Emirats arabes unis, en Arabie saoudite, et en Egypte.

http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=4360


Vendredi 11 Janvier 2008

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires