Palestine occupée

Gaza


Les Palestiniens de la bande de Gaza vivent leurs pires moments. Leur situation n’a cessé de se dégrader depuis le 19 septembre, lorsque les autorités israéliennes avaient déclaré « entité hostile » ce minuscule territoire surpeuplé de 360 km2 sous la mainmise du mouvement islamiste Hamas.


Mercredi 19 Mars 2008

« Il y a une détérioration sérieuse des conditions de vie des Gazaouis de jour en jour », explique Adnan Abou-Hasna, un porte-parole de l’UNRWA, l’Agence de l’Onu chargée d’aider les Palestiniens. Celle-ci apporte officiellement son assistance à 859 000 Palestiniens sur les 1,5 million que compte la bande de Gaza. Mais selon les responsables, le nombre réel des personnes qui dépendent de l’aide dépasse bien ce chiffre. Car les entreprises disparaissent, l’électricité, l’eau et la santé sont affectées par le blocus qu’impose Israël à la bande de Gaza depuis la mi-janvier dans le cadre de sa riposte aux tirs de roquettes depuis ce territoire.

Des organisations humanitaires britanniques et françaises ont affirmé dans un rapport publié le 6 mars que la situation humanitaire dans la bande de Gaza était la pire depuis l’occupation du territoire par Israël en 1967. Le document a été élaboré par Amnesty International Grande-Bretagne, Care International G-B, l’Organisation catholique pour le développement d’outre-mer (CAFOD), Christian Aid, Médecins du monde G-B, Oxfam, Save The Children G-B et l’Agence irlandaise de charité et de développement (Trocaire). Les ONG françaises Oxfam France — Agir ici, Amnesty International France et Médecins du monde ont annoncé dans un communiqué qu’elles souscrivaient aux analyses et recommandations formulées dans ce rapport.

Les organisations humanitaires dressent un portrait sombre de la situation dans ce territoire populeux, affirmant que 80 % de sa population est dépendante d’une aide alimentaire et 40 % au chômage. Le blocus imposé par Israël à Gaza pousse vers l’effondrement de l’économie de ce territoire, entraînant des pénuries aiguës de produits de base et des coupures d’électricité, et empêchant de fonctionner les équipements cruciaux pour la vie des patients des hôpitaux, faute de pouvoir importer des pièces détachées. En outre, l’effondrement des infrastructures-clés a conduit à l’évacuation quotidienne de quelque 50 millions de tonnes d’eaux usées dans la Méditerranée, provoquant une énorme pollution.

Par son blocus contraire au droit humanitaire international et à toute valeur morale, l’Etat hébreu frappe d’une punition collective toute la population de Gaza. Il pousse ce territoire vers une catastrophe, compromettant tout espoir de paix dans la région.

publié par al-Ahram hebdo en français

http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2008/3/19/opin0.htm

http://www.france-palestine.org/article8445.html http://www.france-palestine.org/article8445.html



Mercredi 19 Mars 2008


Commentaires

1.Posté par hélène le 20/03/2008 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



ALORS??????????????

PAS DE BOYCOTT???????

ET BHL? LA LICRA? LA COMMUNAUTE INTERNATIONAL,? MEYNARD,? MAREL ALTER??
ETC..............

2.Posté par ROGSIM le 20/03/2008 21:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi tout demander à Israël. Gaza a aussi une frontière avec l'Egypte, pourquoi l'Egypte ne remplacerait pas Israël et ça règlerait tous les problèmes d'approvisionnment ?
C'est tout de même incompréhensible de demander de l'aide à l'état que l'on veut anéantir.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires