ALTER INFO

Gaza : nouveaux appels à l’arrêt des raids, dans le monde musulman et en Asie


Dans la même rubrique:
< >


Lundi 29 Décembre 2008

Gaza : nouveaux appels à l’arrêt des raids, dans le monde musulman et en Asie
De nombreux pays musulmans, notamment d’Asie, ont rejoint lundi le concert de condamnations déclenché à travers le monde par l’offensive meurtrière lancée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza, la majorité d’entre eux appelant à un arrêt immédiat des raids.
Le Pakistan comme l’Afghanistan, l’Indonésie et la Malaisie ont ainsi réclamé "l’arrêt immédiat" des raids israéliens, qui ont fait plus de 300 morts depuis samedi.
"Le Pakistan appelle instamment la communauté internationale à promouvoir un règlement pacifique, équitable et durable de la question palestinienne", a déclaré le président pakistanais Asif Ali Zardari, en qualifiant ces raids de "contre-productifs" et illégaux au regard de la charte de l’ONU.
Le ministère afghan des Affaires étrangères a affirmé que ces bombardements qui "tuent des innocents" ne peuvent se justifier "au seul motif des politiques du Hamas", le mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007.
Le président en exercice de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), le président sénégalais Abdoulaye Wade, a lui aussi réfuté la raison avancée par Israël pour ses bombardements, qu’il a jugés "inacceptables". Ces raids, a-t-il dit, "ne peuvent pas s’expliquer par des lancements de roquettes opérés par le Hamas" sur des cibles israéliennes.
Israël a lancé samedi une opération massive contre le Hamas, qui vise selon l’Etat hébreu à mettre fin aux tirs de roquettes sur le sud du pays depuis la bande de Gaza. L’Indonésie, premier pays musulman du monde, a dénoncé "un usage disproportionné de la force" de la part d’Israël et qualifié les tirs de roquettes palestininennes "d’acte d’auto-défense" face à "l’occupation militaire et à la colonisation" menées par l’Etat hébreu.
Autre pays musulman d’Asie, la Malaisie, par la voix de son Premier ministre Abdullah Ahmad Badawi, a elle aussi jugé "disproportionnée" l’action d’Israël et appelé à la fin "immédiate" de la "violence".
Allié traditionnel du peuple palestinien et favorable à la création d’un Etat palestinien, la Malaisie n’entretient pas de relations diplomatiques avec Israël.
En Asie toujours, le Japon a appelé Israël comme le Hamas à la retenue. "Le Japon appelle les deux parties à cesser immédiatement l’usage de la force afin d’éviter d’aggraver encore la violence", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Hirofumi Nakasone.
La Chine a employé un ton beaucoup plus ferme envers Israël. Elle "est choquée et sérieusement préoccupée par les opérations militaires actuelles à Gaza qui ont causé un grand nombre de morts et de blessés", a déclaré le vice-Premier ministre Li Keqiang.
A New York dimanche, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon avait déclaré "se joindre à l’appel du Conseil de sécurité à un arrêt immédiat de toutes les violences et de toutes les activités militaires". Le président américain élu Barack Obama s’était lui déclaré "déterminé" à oeuvrer pour la paix au Proche-Orient.
Le Canada pour sa part a de nouveau rendu le Hamas responsable de l’escalade de violence. "Le fait que le Hamas prenne délibérément et constamment pour cible des civils (israéliens, ndlr) est la raison de ces évènements malheureux", a estimé le ministre des Affaires étrangères Lawrence Cannon.
Dans le même temps, des manifestations contre les frappes israéliennes ont eu lieu un peu partout dans le monde, comme lundi à Téhéran où plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées.
Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, qui a appelé dimanche les pays musulmans à punir Israël pour "ses crimes à Gaza", a décrété lundi une journée de deuil national en solidarité avec les habitants de Gaza.

Israël est engagé dans une "guerre sans merci "contre le Hamas, affirme Barak

Israël est engagé dans une "guerre sans merci" contre le mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza, a affirmé lundi le ministre israélien de la Défense Ehud Barak à la Knesset (parlement).
"Nous n’avons rien contre les habitants de Gaza mais nous sommes engagés dans une guerre sans merci contre le Hamas et ses alliés", a déclaré Ehud Barak.
"La retenue que nous avons observée est une source de force. Nous nous battons avec un avantage moral. Eux tirent sur des civils délibérément. Nous traquons les terroristes et évitons tant que possible de porter atteinte à des civils alors que les gens du Hamas agissent et se cachent intentionnellement au au sein de la population", a ajouté le ministre de la Défense.
"A notre grand regret, il y a des victimes civiles, même si elles ne sont pas nombreuses. Nous ne voulons pas porter atteinte à des femmes, des enfants, des hommes, et nous n’empêchons pas une aide humanitaire", a-t-il dit.

L’offensive israélienne se poursuit, plus de 300 morts dont 51 civils

Israël attaquait lundi des cibles du Hamas pour la troisième journée consécutive dans la bande de Gaza où ses raids ont fait plus de 300 morts dont 51 civils, alors que se profile la perspective d’attaques terrestres.
En Israël, des roquettes tirées par des combattants du mouvement islamiste Hamas depuis la bande de Gaza ont fait un mort et huit blessés, à Ashkelon, dans le sud du pays.
Après une série de raids nocturnes, l’armée de l’air israélienne a mené de nouvelles frappes dans la bande de Gaza lundi matin, détruisant notamment le bureau du Premier ministre du gouvernement du Hamas Ismaïl Haniyeh, selon des témoins.
Dans la nuit, un appareil israélien a bombardé l’Université islamique de Gaza, considérée comme un bastion du Hamas, et une mosquée a été détruite à Jabaliya, dans le nord du petit territoire.
Cinq fillettes d’une même famille âgées de un à douze ans et habitant près de la mosquée ont été tuées lors de ce raid.
Selon le dernier bilan fourni par le chef des services d’urgence dans la bande de Gaza Mouawiya Hassanein, les attaques aériennes israéliennes ont fait depuis samedi au total 312 tués et 1.420 blessés. La majorité des morts appartiennent au Hamas.
L’ONU, citant des chiffres obtenus de sources hospitalières, a fait état de 51 morts civils parmi les victimes.
"Nous avons compilé un bilan des victimes civiles de sources médicales et hospitalières. Il s’établit à 51 morts, dont des femmes et des enfants", a affirmé à l’AFP Christopher Gunness, porte-parole de l’UNRWA, l’agence de l’ONU d’aide aux réfugiés palestiniens.
L’opération dite "plomb durci", d’une violence inédite depuis l’occupation des territoires palestiniens par Israël en 1967, vise selon l’Etat hébreu à mettre fin aux tirs de roquettes sur le sud du pays depuis la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas qui en a délogé en juin 2007 les forces fidèles au président palestinien Mahmoud Abbas.
Laissant planer la menace d’une offensive terrestre, Israël a donné dimanche son feu vert à la mobilisation de 6.500 réservistes, a annoncé un haut responsable à l’issue de la réunion hebdomadaire du gouvernement.
Lundi, des renforts d’infanterie et de blindés ont été déployés à la lisière de la bande de Gaza, selon des photographes de l’AFP.
L’armée israélienne "élargira et intensifiera ses opérations à Gaza autant que nécessaire", a averti dimanche le ministre de la Défense Ehud Barak. "Cela ne sera pas de courte durée et ne sera pas facile".
Dans une mesure qui pourrait préluder d’une attaque terrestre imminente, l’armée israélienne a décrété lundi le secteur frontalier longeant la bande de Gaza "zone militaire fermée", selon un porte-parole militaire.
Le porte-parole a indiqué que les routes de ce secteur étaient interdites à la circulation des civils sauf autorisation spéciale de l’armée, et que seuls les habitants des localités israéliennes avaient le droit d’accès à cette zone.
A Ashkelon, à quelque 13 km de la bande de Gaza, un ouvrier arabe israélien a été tué et huit autres civils blessés par une roquette palestinienne.
Il s’agit du deuxième civil tué par des roquettes palestiniennes en Israël depuis le début des raids aériens.
Dans un communiqué à Gaza, la branche armée du Hamas a affirmé avoir tiré "quatre roquettes de type Grad" sur Ashkelon. Au total, une vingtaine de roquettes tirées depuis Gaza se sont abattues lundi dans le sud d’Israël.
Par ailleurs, un Palestinien a blessé quatre Israéliens dans une attaque à la lame dans une colonie de Cisjordanie avant d’être lui-même grièvement blessé par balle, selon des sources sécuritaires.
Dimanche après-midi, l’aviation israélienne a mené des raids contre des tunnels de contrebande dans le secteur de Rafah, à la frontière de la bande de Gaza avec l’Egypte. Ces souterrains permettent au Hamas d’introduire des armes dans la bande de Gaza, soumise à un blocus israélien.
De l’autre côté de la frontière, la police égyptienne a tiré des coups de feu en l’air pour empêcher des dizaines de Palestiniens d’entrer en Egypte au nord du terminal de Rafah. Le Caire a déployé de nouveaux renforts dans ce secteur.
Dimanche soir, un policier égyptien a été tué par balle et un autre blessé à Rafah par des tirs en provenance de la bande de Gaza.

Le Hamas prêt à un accord de cessez-le-feu, selon Dakar

Le chef du Hamas, Khaled Meshaal, s’est dit prêt à signer un accord de cessez-le-feu pour mettre fin aux attaques israéliennes et au blocus instauré contre la bande de Gaza, annonce le ministère sénégalais des Affaires étrangères.
Cette proposition de trêve a été évoquée lors d’une conversation téléphonique dimanche soir entre Meshaal et le président sénégalais Abdoulaye Wade, président en exercice de l’Organisation de la conférence islamique (OCI).
"Le chef du Hamas s’est dit prêt à signer un tel accord dans un endroit qui doit être déterminé d’une décision commune par les deux parties," a précisé le ministère dans un communiqué.
Wade a suggéré à son interlocuteur "une trêve définitive entre Israël et le Hamas par la signature d’un accord qui engage le Hamas à observer un cessez-le-feu immédiat en échange d’un cessez-le-feu immédiat de la part d’Israël et de la levée du blocus de la bande de Gaza."
Le communiqué ne fournit aucun autre détail.
Dans une autre déclaration, Wade a qualifié d’"inacceptables" les attaques aériennes de l’armée israélienne.
"Le président en exercice de l’OCI demande qu’Israël cesse immédiatement ses bombardements aériens et renonce à toutes attaques contre le territoire palestinien", précise le texte.

Raids nocturnes, Israël mobilise des milliers de réservistes

Israël a poursuivi dans la nuit de dimanche à lundi ses raids aériens à Gaza, qui ont fait plus de 300 morts depuis samedi, et donné son feu vert à la mobilisation de milliers de réservistes en vue d’une éventuelle offensive terrestre.
L’opération dite "plomb durci", d’une violence inédite depuis l’occupation des territoires palestiniens par Israël en 1967, vise selon l’Etat hébreu à mettre fin aux tirs de roquettes sur le sud du pays depuis la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas.
Les raids déclenchés samedi ont fait plus de 300 morts, en majorité des policiers du Hamas, selon les services hospitaliers à Gaza.
Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a fait état pour sa part de plus de 950 blessés.
L’aviation israélienne a lancé plusieurs dizaines de raids sur la bande de Gaza durant la nuit de dimanche à lundi, tuant sept Palestiniens dont six enfants, selon des sources hospitalières.
Un porte-parole militaire a confirmé que l’aviation avait procédé à "plusieurs dizaines de raids" durant la nuit, sans précision.
Quatre fillettes âgées d’1 à 12 ans d’une même famille ont été tuées lors d’un raid aérien à Jabaliya dans le nord de la bande de Gaza. Elles habitaient près d’une mosquée visée par les raids.
Deux autres enfants, des jeunes garçons, ont été tués lors d’un raid aérien sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Le septième tué est un activiste du Hamas.
Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a autorisé dimanche plus de 100 camions à délivrer de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza, a annoncé son ministère.
Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a accusé Israël de "commettre un holocauste au vu et au su du monde entier, qui n’a pas bougé le petit doigt". La "résistance palestinienne se réserve le droit de riposter à cette agression par des opérations de martyre", c’est-à-dire des attentats suicide, a-t-il affirmé.
Dimanche, au total, une vingtaine de roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza sur le sud d’Israël, sans faire de victimes. L’une d’elles, de type Grad, a atteint pour la première fois Gan Yavné, près du port d’Ashdod, à plus de 30 km au nord de Gaza, selon les secours israéliens.
Laissant planer la menace d’une offensive terrestre à Gaza, Israël a mobilisé 6.500 réservistes, a annoncé un haut responsable à l’issue de la réunion hebdomadaire du gouvernement.
L’armée israélienne "élargira et approfondira ses opérations à Gaza autant que nécessaire", a averti le ministre de la Défense Ehud Barak. "Cela ne sera pas de courte durée et ne sera pas facile".
Israël a commencé à masser des chars et des troupes à la lisière de la bande de Gaza, selon des photographes de l’AFP.
L’aviation a dimanche dans le même temps poursuivi ses raids contre ce territoire, visant notamment le "Saraya", un complexe abritant la principale prison de Gaza et un quartier général des services de sécurité du Hamas, et en soirée des ateliers de fabrication de roquettes.
Une mosquée du camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la ville de Gaza, a été touchée par un bombardement et deux personnes, dont un bébé, y ont été tuées, a annoncé dimanche soir le chef des services des urgences du territoire, Mouaouiya Hassanein.
Dans la nuit de dimanche à lundi, un avion israélien a bombardé l’Université islamique de Gaza, considérée comme un bastion du mouvement islamiste Hamas, sans faire de victimes, ont indiqué des témoins.
Dans l’après-midi, l’aviation a dit avoir mené des raids contre "40 tunnels" de contrebande dans le secteur de Rafah à la frontière du territoire avec l’Egypte. Ces souterrains permettent au Hamas d’introduire des armes dans la bande de Gaza, soumise à un blocus israélien.
De l’autre côté de la frontière, la police égyptienne a tiré des coups de feu en l’air pour empêcher des dizaines de Palestiniens d’entrer en Egypte au nord du terminal de Rafah. Le Caire a déployé de nouveaux renforts dans ce secteur.
En soirée, un policier égyptien a été tué par balle et un autre blessé à Rafah par des tirs en provenance de la bande de Gaza, selon les services de sécurité égyptiens et des sources médicales, qui ignoraient l’origine de ces tirs.
Rafah cristallise des tensions de plus en plus palpables entre l’Egypte et le Hamas.
Le mouvement islamiste, qui a accusé l’Egypte de complot avec Israël, a réclamé dimanche l’ouverture permanente du terminal de Rafah.
Le secrétaire général du parti chiite libanais Hezbollah, Hassan Nasrallah, a appelé le peuple égyptien à descendre "par millions" dans la rue pour forcer l’ouverture de Rafah. "La police égyptienne peut-elle tuer des millions d’Egyptiens ? Peuple d’Egypte, vous devez ouvrir le terminal de Rafah avec la force de vos corps", a déclaré le chef d’un mouvement auréolé dans la rue arabe du prestige lié à ses succès contre l’armée israélienne lors de la guerre de 2006 au Liban.
Pour la seconde journée consécutive, de nombreuses manifestations de soutien ont été organisées en Cisjordanie, dans les villes arabes et ailleurs dans le monde. Conséquence des raids israéliens, la Syrie a estimé que ses négociations indirectes de paix avec Israël, lancées en mai par l’intermédiaire de la Turquie, ne pourraient pas se poursuivre.
Au Caire, le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit a affirmé à l’issue d’un entretien avec le président palestinien Mahmoud Abbas que l’Egypte tentait de négocier un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, qui pourrait être suivi d’une trêve similaire à celle qui avait expiré le 19 décembre après avoir été tant bien que mal respectée six mois durant.

Un Israélien tué par une roquette à Ashkelon

Un Israélien a été tué et sept autres blessés à Ashkelon par une roquette tirée depuis la Bande de Gaza, a déclaré lundi Benny Vaknin, le maire de cette localité située à 17km au nord du territoire palestinien contrôlé par le Hamas.
La roquette a touché un chantier de construction, a déclaré à la radio de l’armée israélienne le maire de cette ville de 120.000 habitants.

Un Palestinien aurait poignardé deux Israéliens en Cisjordanie

Un Palestinien a poignardé et grièvement blessé deux Israéliens dans une colonie juive de Cisjordanie, lundi, avant d’être blessé par balle, annonce la radio de l’armée israélienne.
Selon la radio, cette agression qui était apparemment motivée par des raisons à "caractère nationaliste" s’est produite à Modiin Illit.
L’agresseur était un électricien qui travaillait à Modiin Illit, a ajouté la radio.
Un service local d’ambulance a précisé que cinq personnes au total avaient été agressées et que deux se trouvaient dans un état grave.
La police israélienne n’a pas commenté l’incident.

Barack Obama travaillera "étroitement" avec Israéliens et Palestiniens pour promouvoir la paix au Proche-Orient

Le futur président américain Barack Obama travaillera étroitement avec Israéliens et Palestiniens pour "promouvoir la cause de la paix", a déclaré dimanche son proche conseiller David Axelrod.
Le président-élu, actuellement en vacances à Hawaï, reste en contact avec le président George W. Bush et la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice. Il suit la situation dans la Bande de Gaza mais se garde de tout commentaire pour l’instant, a expliqué le stratège en chef de la campagne démocrate, qui devrait devenir un des principaux conseillers de la Maison Blanche.
"Le président Bush parle au nom des Etats-Unis jusqu’au 20 janvier et nous allons respecter cela", a déclaré David Axelrod.
Les Etats-Unis ont une "relation spéciale" avec Israël ; c’est un "lien important", a-t-il souligné. Barack Obama va "travailler étroitement avec les Israéliens", a-t-il ajouté. L’Etat hébreu est "notre allié le plus important dans la région".
D’après David Axelrod, "c’est un principe fondamental à partir duquel (Barack Obama) travaillera. Mais il le fera de façon promouvoir la cause de la paix". Le futur président "travaillera étroitement avec les Israéliens et les Palestiniens là-dessus".

(lundi 29 décembre 2008 - 12h30 - Avec les agence de presse)

http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=5246 http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=5246



Lundi 29 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par seriouibilal le 29/12/2008 18:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le carnage que l’armée des barbares est entrain de perpétrer contre les populations civiles palestiniennes de Gaza a déjà causé ce lundi près de 400 morts et plus de 1500 blessés. Le plus grand bain de sang commis par Israël depuis 1967 n’a jusqu’à présent provoqué aucune réaction de la part de nos responsables politiques; étrange silence que celui de Mr Sarkozy qui disait pourtant lors du dîner du CRIF 2008: "Il n’y a pas de solution militaire au conflit avec les Palestiniens et c’est l’ami d’Israël qui le dit."
Nous savions mais aujourd'hui nous savons encore mieux comment "La France entend accompagner pleinement Israël dans son chemin vers une paix juste et durable dans la région" (sic) en laissant faire le génocide sûrement!!!...
Nous n'assisterons pas en silence à l'agonie du peuple palestinien; notre conscience d'hommes libres nous l'interdit!
C'est pourquoi nous vous demandons de venir très nombreux dénoncer l'horreur.

Le mercredi 31 décembre 2008
à la place de la République
à 15h


Faites passer l’information par téléphone, par SMS, par mail et par tous les moyens
Venez en famille


2.Posté par sefrioui bilal le 30/12/2008 08:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le carnage que l’armée des barbares est entrain de perpétrer contre les populations civiles palestiniennes de Gaza a déjà causé ce lundi près de 400 morts et plus de 1500 blessés. Le plus grand bain de sang commis par Israël depuis 1967 n’a jusqu’à présent provoqué aucune réaction de la part de nos responsables politiques; étrange silence que celui de Mr Sarkozy qui disait pourtant lors du dîner du CRIF 2008: "Il n’y a pas de solution militaire au conflit avec les Palestiniens et c’est l’ami d’Israël qui le dit."
Nous savions mais aujourd'hui nous savons encore mieux comment "La France entend accompagner pleinement Israël dans son chemin vers une paix juste et durable dans la région" (sic) en laissant faire le génocide sûrement!!!...
Nous n'assisterons pas en silence à l'agonie du peuple palestinien; notre conscience d'hommes libres nous l'interdit!
C'est pourquoi nous vous demandons de venir très nombreux dénoncer l'horreur.

Le mercredi 31 décembre 2008
à la place de la République
à 15h


Faites passer l’information par téléphone, par SMS, par mail et par tous les moyens
Venez en famille

3.Posté par seriouibilal le 30/12/2008 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le carnage que l’armée des barbares est entrain de perpétrer contre les populations civiles palestiniennes de Gaza a déjà causé ce lundi près de 400 morts et plus de 1500 blessés. Le plus grand bain de sang commis par Israël depuis 1967 n’a jusqu’à présent provoqué aucune réaction de la part de nos responsables politiques; étrange silence que celui de Mr Sarkozy qui disait pourtant lors du dîner du CRIF 2008: "Il n’y a pas de solution militaire au conflit avec les Palestiniens et c’est l’ami d’Israël qui le dit."
Nous savions mais aujourd'hui nous savons encore mieux comment "La France entend accompagner pleinement Israël dans son chemin vers une paix juste et durable dans la région" (sic) en laissant faire le génocide sûrement!!!...
Nous n'assisterons pas en silence à l'agonie du peuple palestinien; notre conscience d'hommes libres nous l'interdit!
C'est pourquoi nous vous demandons de venir très nombreux dénoncer l'horreur.

Le mercredi 31 décembre 2008
à la place de la République (Paris)
à 15h

Faites passer l’information par téléphone, par SMS, par mail et par tous les moyens
Venez en famille


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires