MONDE

Gaza, la diplomatie française et la presse alternative: Les Portes de l’Enfer ne s’ouvrent pas pour les justes


Elles s'ouvrent uniquement pour les Français qui reconnaissent la validité des bases juridiques d'Israël.

Elles s'ouvrent pour ceux qui viendront vous dire que la faute des bombardement revient au Hamas et non à Israël qui occupe illégalement ce territoire et bien d'autres, qui y tuent régulièrement des civils, qui y torture, des hommes y sont violés et la Cour Suprême ne sanctionne pas. Tout ce carnage dure depuis plus de quarante ans.
Et notre président se déclare l'ami d'Israël.

La politique étrangère française a besoin d'un réajustement urgent.

Parce que sinon, nous assistons déjà à l'importation en France des pratiques israéliennes de la citoyenneté à degrés et des atteintes aux libertés constitutionnelles des Français.


abdellah.ouahhabi@online.fr
Mardi 27 Janvier 2009

Gaza, la diplomatie française et la presse alternative: Les Portes de l’Enfer ne s’ouvrent pas pour les justes
Ce journal reprend à partir de la journée du jeudi 22 janvier. Comme je l’ai décrit dans les deux correspondances précédentes, les journalistes vivaient un cauchemar illégal aux portes de Gaza. Le syndicat des Journalistes Egyptiens avait profité de ce grand nombre de confrères bloqués à Raffah pour y faire une manif, à la fois contre la fermeture pour les journalistes, mais aussi contre la fermeture pour la population de Gaza martyrisée empêchée de fuir, de s’approvisionner. Cela commençait à donner une mauvaise image de l’Egypte, l’image d’un complice d’Israël.

Alors, ce jeudi matin, un général est arrivé au poste frontière de Raffah et il a donné l’ordre de laisser passer tous les journalistes occidentaux… sous réserve de l’accord de leurs ambassades respectives !

Cette condition – soumettre l’entrée et donc le travail journalistique à une autorisation d’ambassade – éliminait d’office tous les journalistes occidentaux d’opposition dont le pays était prêt, sous un prétexte ou un autre, à piétiner une liberté essentielle de la démocratie.

J’étais encore à El- Arish, en train de préparer un article avec mes notes quand des confrères m’ont appelé : « prépare tes affaires immédiatement. On vient d’avoir la nouvelle d’un confrère qui est à Raffah : on passe tous aujourd’hui ! On passe te prendre en taxi ».

Ainsi fut fait.

Mais, à ce moment, j’ignorais encore qu’il me fallait une attestation de l’ambassade selon laquelle j’étais bien un journaliste. Je me suis présenté à Raffah avec les photocopies attestant de ma profession :
ma carte de « réalisateur professionnel de la télévision française » émise par la « commission paritaire professionnelle » en 1988. Elle comprenait quelques timbres annuels. Puis, comme tous mes collègues, je ne l’avais pas mise à jour : le titre était acquis définitivement.
Ma carte de « presse » émise par l’agence de presse associative Alter Info avec laquelle je collabore assez régulièrement. Cette carte était de 2007. Je ne l’avais renouvelée et partant pour Gaza dans l’urgence des bombardements je n’en avais pas pris le temps : cela me semblait un détail tout à fait secondaire. Et c’est un détail secondaire.

On va voir pourquoi c’est un détail secondaire. On va voir comment ce détail secondaire va être instrumentalisé par les autorités françaises pour empêcher une voix journalistique d’opposition de s’exprimer.

Le poste frontière de Raffah, construit avec des fonds européens comprend un portail de police général.
Puis, on arrive dans un bâtiment qui comprend tous les services d’un aéroport international : douane où l’on montre ses affaires, poste de police où il faut remplir un imprimé de « sortie du territoire », donner son passeport qui doit comprendre un visa d’entrée.

Là, il fallait aussi montrer une carte professionnelle de journaliste, confirmée par l’ambassade.


Première observation :
Pourquoi un simple citoyen Français (indépendamment de sa profession) n’avait-il pas le droit de transiter par l’Egypte pour se rendre à Gaza ?
Le cessez-le-feu avait été proclamé. Ni la France ni l’Egypte n’avait déclaré une situation de guerre, donc les lois ordinaires devaient continuer de s’appliquer. Selon la convention consulaire entre la France et l’Egypte, nous, Français, avions le droit de nous déplacer librement dès lors que nous avions un visa en règle.

Le gouvernement égyptien portait atteinte aux libertés des citoyens français avec la complicité de notre gouvernement : notre ambassade laissait faire… mais pas pour tous les Français.
En effet, ce jour-là, les services de l’ambassade étaient présents à l’intérieur du poste frontière de Raffah. Ils accompagnaient un groupe de Français sélectionnés pour les aider à entrer à Raffah :
- Les autres, les Français ordinaires ou les Français dissidents, subissez les abus égyptiens extra conventionnels et nous ne protègerons pas vos intérêts.

Les « bons Français », ceux qui sont d’accord avec le gouvernement sur l’essentiel, ils avaient eu droit la veille à un repas avec son Excellence l’Ambassadeur… Et ils entraient à Gaza comme par une faveur du Prince.

Moi, j’ai renoncé donc à me présenter comme un « simple citoyen français » pour faire valoir ma qualité de journaliste. Le policier égyptien me dit qu’il exigeait l’attestation de ma qualité de journaliste par mon ambassade :

- allez les voir. Ils sont là.


Je sui allé voir Monsieur Chapon :
- non, je ne peux pas vous le faire ici. Je vous donne le numéro de fax de l’ambassade, vous leur envoyez des photocopies de vos cartes professionnelles et ils vous faxeront en retour l’attestation.

Je dois donc quitter le poste frontière. Retour à El Arish à vingt kilomètres de là. Pas d’attestation en retour de mon fax.

J’appelle :
- vos cartes sont périmées. Vous n’êtes plus en exercice, sans doute.
- Mais Madame, regardez sur Internet, cherchez mon nom sur Google et vous trouverez des articles de moi, écrits hier, avant-hier et tous les jours d’avant.
- Non, je ne vais pas le faire.
- Mais Madame, parmi les six journalistes français présent, je suis celui qui a la plus longue carrière…
Je commence à lui citer mes états de services.
- vous n’allez pas me réciter votre CV !
- mais que dois-je faire alors ?
- demandez à votre agence de presse de vous envoyer une nouvelle attestation.

Je décide de quitter El Arish pour aller directement discuter avec les gens de l’ambassade.

Le lendemain, je reçois par mail un ordre de mission, signé par le directeur de publication de l’agence de presse Alterinfo me fixant pour tâche d’être le correspondant de l’agence à Gaza. Je vais la présenter à l’ambassade.
- je ne peux pas vous donner d’attestation. Votre directeur de publication doit parler par téléphone au centre de crise du ministère des affaires étrangères à Paris.
- Pourquoi cela ? vous n’avez pas fait ça avec les autres …
- Votre carte est périmée…
- Mais cela n’a plus d’importance, vous avez un document tout récent. Si vous m’aviez demandé la copie d’une carte récente, je l’aurais demandée et reçue avec l’ordre de mission que vous avez en main.
- Votre directeur de publication doit appeler le centre de crise à Paris. Je n’ai plus rien à vous dire.


Bon visiblement, nous sommes revenus au point de départ de mon voyage : la politique française concernant la Palestine est contraire aux valeurs françaises : elle laisse bombarder des civils pendant trois semaines, pus elle isole médiatiquement la zone de manière que les Français ne soient pas informés correctement.

Le directeur de publication é décidé de mener la chose à son terme logique ; il a appelé le ministère des affaires étrangères. Il a été baladé entre plusieurs services. On lui a dit : « on vous rappellera » et on ne l’a pas rappelé. Il a rappelé lui-même. Et on a fini par lui dire : l’ambassade va pouvoir délivrer l’attestation à votre correspondant en ayant en main simultanément une carte 2007 et l’ordre de mission signé le 24 janvier 2009.

Je me suis présenté à nouveau à l’ambassade :
- nous ne vous donnerons pas d’attestation. Le ministère ne nous y autorise pas.

À ce moment j’avais la possibilité que j’avais envisagée tout au début des bombardements de la population civile de Gaza : enter illégalement dans le territoire. Mais maintenant que le cessez-le-feu avait été proclamé, cette solution ne se justifiait pas.

Donc, départ pour Paris : les justes ne rentrent pas à Gaza ; ils n’ont pas le droit de rapporter aux Français, les paroles et les images des héroïques Palestiniens qui ont mis en échec la machine de guerre israélienne.
Ne rentrent que ceux qui « reconnaissent la légalité de l’existence d’Israël ». Or Israël est bel et bien une chimère du droit international au même titre que le fut la République démocratique d’Allemagne ou la République du Sud Vietnam.
Il faut le dire, Il faut continuer à le dire parce que c’est la vérité. La seule et unique vérité juridique.

Arrivé à Paris, j’ai contacté le ministère des affaires étrangères :
- par un formalisme exagéré vous exercez une censure éditoriale sur les médias. Vous sélectionnez les visiteurs. Vous sélectionnez les journalistes.
- Non, c’était une simple question de carte à la date non conforme.
- Mais l’ordre de mission du 24 janvier.
- Ben… il nous fallait une carte.

La chose est claire : à force de soutenir à tout prix un régime sioniste basé sur des citoyennetés différentes selon la race et/ou sur la religion, un régime basé sur le non respect des humains – on peut coloniser des terres, etc., la France finit par se trouver dans la nécessité de pratiquer des formes de ségrégations éditoriales et/ou ethniques et/ou religieuses.

À force de soutenir le diable sioniste, on y perd son âme.

Le régime raciste et ségrégationniste déteint sur la France.
Déjà les services spéciaux français, israéliens et égyptiens collaborent. Ils échangent des noms et des procédés. La marine française veut empêcher le peuple Gazaoui de se défendre contre l’occupation. La diplomatie française veut forcer le peuple palestinien à accepter l’autorité de Mahmoud Abbas, une forme de collabo armé par Israël et par les USA, qui ne peut plus enter à Gaza que sur un tank israélien.

Le peuple de Gaza a montré sa force morale. Le bombardement massif des civils – un crime de guerre par excellence – devait créer un choc psychologique insurmontable chez les résistants et créer la débandade générale. Seulement ce sont des combattants de premier ordre. Ils ont des nerfs d’acier. Ils ont tenu. Ils n’ont pas flanché. Ils ont attendu l’arrivée des troupes. Et ils ont fait match nul 48 morts contre 43 alors qu’ils ne disposaient pas d’appui aérien ni de tanks.

Cette bataille, le crime de guerre contre les civils et la dimension en moins rappelle, la bataille de Koursk en URSS. Cette bataille avait vu la fin de la suprématie technologique de la Wermacht : la valeur des hommes passe avant.

J’ai appris par exemple que les chefs Hamas n’ont pas fui Gaza au début des bombardements. Au début du bombardement, certains combattants Palestiniens se trouvaient en Égypte pour faire des courses ; ils ont vite rejoint leur pays comme ils étaient venus, par les tunnels.
On m’a raconté l’histoire d’un père de famille qui savait que sa maison allait être bombardée parce qu’il avait été déjà arrêté par les israéliens puis libéré. Il a refusé de quitter son foyer : « nous sommes nés ici, ici nous mourons s’il le faut ». Il a été tué lui et toute sa famille.

C’est un grand problème de l’impérialisme aujourd’hui : il peut maîtriser le terrain, pas les hommes parce que tant que le moral est fort, la guerre n’est pas finie.
Voyez l’Irak : 25 millions d’habitants contre l’armée des USA.
Voyez l’Afghanistan.

La Palestine c’est pareil : notre siècle ne connait que deux solutions :
- la valise ou le cercueil = solution par la violence comme en Algérie
- le démantèlement de l’apartheid et la commission vérité et conciliation = solution pacifique comme en Afrique du Sud

Il n’y a pas d’autre solution et le peuple palestinien est en train de démonter au monde entier ce qu’un chercheur israélien a écrit :
La souveraineté et l’égalité de tous au sein de la société civile constituent désormais des exigences minimales pour définir un État quel qu’il soit comme une démocratie.

Or Israël se définit comme une entité basée sur la race et/ou la religion. Et ce même chercheur ajoute :
Cependant, même si Israël parvient à se libérer des territoires conquis en 1967, la contradiction intrinsèque à sa définition même ne se résoudra pas pour autant, et un autre mythe (« l’ethnie juive »), plus dur que celui du territoire, continuera de planer au-dessus de lui comme un mauvais esprit.

Ce chercheur est Shlomo Sand, il est professeur d’histoire à Tel Aviv. On ne sautait mieux stigmatiser le mythe de la race et celui de la citoyenneté à degrés.

Il est regrettable que notre gouvernement français se place aux côtés des ultra racistes et d sutra colonialistes, que pur les soutenir, il s’engage à ligoter les mains des palestiniens qui sont propres qui refusent un système de réserves indiennes ou de bantoustans à défaut d’une élimination biologique de tous les Palestiniens.

Il est regrettable que pour faire passer en contrebande dans l’opinion française cette idéologie qui est aux antipodes des valeurs républicaines françaises, nos dirigeants commencent comme par lent glissement du désir à adopter en France, contre des Français des traitements inégaux, ségrégatifs, liberticides directement inspirés de la pratique israélienne :
- Vous vous pouvez entrer à Gaza, parce que vous acceptez l’existence d’Israël. Vous, non ! Parce que vous ne reconnaissez pas le bien-fondé juridique de la création et de l’existence d’Israël.

Pendant ce temps, le gouvernement français laisse de jeunes Français juifs aller s’enrôler dans une armée coupable de crimes de guerre. Des émissions passent à la télévision où on les encourage à y aller. L’armée israélienne organise des Galas en France pour collecter des fonds.

Par ces procédés contraires aux valeurs françaises d’égalité universelle des hommes, c’est le gouvernement français qui introduit la guerre du Moyen-Orient en France en se mettant au service d’un Etat étranger raciste.

Ces bravades contre les Français non sionistes soulèvent de plus en plus de réprobation.

Hier on accusait l’extrême droite d’antisémitisme.
Maintenant, on accuse les Français ayant une ascendance arabe d’antisémite : c’est le comble de l’humour : des Sémites anti Sémites !

C’est qu’en face, on n’a pas le courage d’appeler les choses par leur nom et dire que les Français ayant une ascendance dans les anciennes colonies ou dans les anciennes iles esclavagistes sont par penchant naturel des gens profondément attachés aux valeurs démocratiques françaises et donc anti sionistes.

Mais des Français très nombreux qui ne sont pas de l’extrême droite et qui sont même souvent d’origine et/ou de religion juive condamnent les excès où mène le sionisme et Israël. Les derniers évènements les confortent dans ce jugement et ils sont de plus en plus nombreux.

À force, le gouvernement mène la société vers son éclatement parce qu’il met les aspirations d’une minorité agissante (quelques centaines de milliers de sionistes) au-dessus des valeurs françaises et au-dessus des aspirations généreuses et démocratiques de millions de Français.

Le gouvernement veut-il sciemment faire pourrir la situation, monter des provocations avec des attentats, des coups de feu comme aux USA dans les années 60 ou comme en Irlande du Nord ?
Espère-t-il mieux aider Israël de cette façon ?
Est-ce bien là l’intérêt de la France ?
Est-ce tout ce qui reste des ambitions de « la politique arabe de la France » ?

Mon avis est qu’il faut en toute urgence s'occuper de faire disparaître les inégalités de la société françaises et mener une politique étrangère conforme à nos valeurs républicaines : il faut faire ce qu’on proclame si l’on veut être respectés sur l’arène internationale : à fréquenter des dictateurs et des rois d’opérette défaitistes comme Moubarak, le rois Abdellah, qui sont honnis par leur peuples respectifs, nous ne gagnons pas les cœurs des rues du Moyen-Orient et nous perdons des marchés considérables qui se tournent vers la Chine, la Turquie, la Russie, l’Asie.

La fin de ce voyage nous ramène donc à une critique le politique étrangère de notre gouvernement et je lui adresse une question dans une lettre ouverte :
- Quand pourrai-je aller à Gaza afin de rencontrer ses hommes libres et rapporter ce que j’y verrai aux Français ? La démocratie ne peut pas coexister avec la censure.


Mardi 27 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par kalna le 27/01/2009 16:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Récit révoltant, mais pas surprenant. Encore une fois, ne comptons plus sur la "communauté internationale", et réagissons immédiatement, gratuitement, par le boycott. Les effets en seraient beaucoup plus rapides que toutes les conférences et sommets tartuffes de la paix. Dommage que Alterinfo ne fasse pas de promotion pour cette solution.

2.Posté par Jean Marie le 27/01/2009 17:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les états désunis d'Amérique on imposé des embargos politiques et économiques sur d'autres pays pour bien moins que ça. Alors je pose une question simple : que fait l'Europe ?
quel est l'intérêt même d'avoir une Europe si elle n'est pas capable d'intimider un seul pseudo-état, qui plus est outrancier a souhait et terroriste a profusion depuis plus d'un demi siècle maintenant?

Ou alors les intérêts financier avec judas seraient ils plus importants que l'on ferme volontiers les yeux sur toute la traitrise et la lâcheté dont il nous fait maintenant étalage depuis des lustres?

Non messieurs les politiciens véreux cessez ce flot d'hypocrisie et prenez le courage de mettre en quarantaine ce semblant d'état fondé sur une marée de cadavres palestiniens légitimée par un holocauste en bonne et due ferme.

Imposons leur un embargo a échelle internationale a ces néo-nazi qui n'ont jamais voulu tirer les leçons du passé puisqu'ils sont maintenant animés du désir d'exterminer tout un peuple tout en feignant d'être les éternelles victimes du terrorisme.

Celui qui se tait en présence d'un injustice, se fait le complice de cette injustice. Mais qu'en est il de se celui qui facilite, légitime et couronne cette injustice ? N'est ce pas Mr. Sarkozy , Mr Obama , et tous les autres..

Mais vous savez ce que l'on dit : On ne peut taper directement dans l'eau sans se faire éclabousser, donc patientons encore un peu je sens que les éclaboussures ne vont pas tarder




3.Posté par bledmiki-99 le 27/01/2009 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

moi, j'ai peut-être une solution : AUX PROCHAINES ELECTIONS NE PAS CHOISIR UN OU UNE CONDIDAT(E) ET INSCRIRE SUR LE BULTIN " GAZA VIVRA ".
Vous verrez qu'ils vont se bouger.

4.Posté par tonton le 27/01/2009 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tonton
En appeler à la responsabilité des dirigeant est inutiles, ils ont déjà pris LEURS responsabilités en se portant complice des Colons de la Palestine occupée...mais lorsque cela leur explosera au nez, vont ils les assumer ? Là est la question et la poser est y répondre...

Ensuite, les élections...mascarade qui ne sert qu'à faire croire aux moutons qu'ils ont leur mot à dire, mais nous voyons le résultat.

Non en vérité je vous le dit, il n'y a qu'une seule chose à faire, et en plus c'est ce que même nos dirigeants cherchent...mais ne savent plus comment faire pour légitimer une "loi martiale" qui tarde à être appliquée.

Peut-être devons nous leur donner les raisons et en profiter pour les bouter hors de l'Élysée, du Palais Bourbon, de Matignon, de nos entreprises, des organisations syndicales, des associations, des collectivités etc. ?

5.Posté par ness58 le 27/01/2009 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Magasins Allemand Lidel, Aldie font des collectes tous les Vendredi pour soutenir Israël dans ses massacres, il faut aussi boycotté les Magasins Allemand !

6.Posté par Dynames le 27/01/2009 19:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

www.israel-vs-palestine.com
VOTEZ PALESTINE


A FAIRE TOURNER

7.Posté par Aigle le 27/01/2009 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IL NE FAUT SE FAIRE AUCUNE ILLUSION ..............LES SARKOUCHNER ONT ETE MIS AUX COMMANDES DE LA FRANCE POUR UN DOUBLE OBJECTIF : SERVIR DE PORTE VOIX DES SIONISTONAZIS ET DISTILLER LE FASCISME EN FRANCE SEUL GARANT ,POUR LES SIONISTONAZIS, DE LEURS ARRIERES EN TANT QUE POSTE AVANCE DES TENANT DU CHOC DES CIVILISATIONS ( a l'image des Sarkouchner , de Perle qui maintebnant s'est rapproché encore plus de ses alter ego francaids et europeens , puisqu'il s'est installé dans le Sud de la France ) EN PLEIN COEUR DU MONDE ARABO MUSULMAN

8.Posté par Abdelghani le 27/01/2009 20:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JAMAIS...au grand jamais la "politique étrangère" de la france n'a été aussi nulle que depuis qu'elle à été prise en charge par le duo de clowns SARKO and KOUCHNER !!!!

9.Posté par tonton le 27/01/2009 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tonton
Abdelghani,

La politique étrangère de la France n'est pas nulle, elle est machiavélique. Elle ne cherche pas à œuvrer dans le sens qu'elle devrait, mais à servir les projets et intérêts diaboliques de certains (nos chers ennemis de Sion) et la mégalomanie et l'égo de quelques autres.

La diplomatie "française" est morte au profit de la diplomatie Sarkozienne.

Et pour ceux qui pensent encore qu'en 2012, en changeant de président (si on en change) cela changerait quelque chose, je leurs dit continuer à vous bercez d'illusions. Les réformes institutionnelles se font pour une raison précise...et les successeurs ne feront rien pour changer cela, au contraire, et en profiteront grandement !

paix aux justes !!

10.Posté par Virgile le 27/01/2009 20:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aigle, tu as raison. Et nous savons que l'étau du PSS se resserre de plus en plus. Les leviers du monde sont tenus par des criminels de guerre sans foi ni loi; c'est la plus grande tragédie contre l'humanité car il n'y a plus de réel contre-pouvoir. L'Otan, l'ONU, le FMI, la Banque Mondiale, etc. sont totalement phagocytés par ces Illuminati, de la Confrérie du Serpent. Quant ils auront fini de veroler la Russie et la Chine, ce sera la fin.
Cette fin, le grang F.M. Albert Pike l'avait écrite (comme les deux guerres mondiaqles et leurs finalités); il s'agit d'amener les sionistes (cryto-juifs, chrétiens, francs-maçons, etc.) à s'entretuer avec les musulmans. Carnage programmé, planifié (comme le Liban, la Palestines, l'irak, l'Afghanistan, le Pakistan, bientôt l'Iran, etc...) comme les deux guerres mondiales. Ce sont les banquiers juifs et francs-maçons qui sont derrière, nous connaissons les familles. Tout cela, sous l'égide du Talmud et du Grand Kahal, la pire perversité anti-Dieu et anti-goyim qu''un cerveau perfide humain n'ait jamais écrit, tout comme le PSS et le PNAC américain. Il sert de référence aux Rabbins et nous voyons les fruits en ce début de XXIe siècle (certainement le plus horrible que nous aurons à vivre si nous les anéantissons pas très vite).
Qui veut mourir esclave, écrasé, pour les milliards de profits des banquiers juifs et maçonniques ?
Il ne nous reste plus que l'intervention musclée de Dieu pour nettoyer ces criminels sans limite.

11.Posté par ness58 le 27/01/2009 22:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi le Jihad islamique n'avais pas participe aux élections législatives ?

12.Posté par testa le 28/01/2009 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'ai changé un article sur sdérot sur wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sderot
voila ce que j'ai légerement modifié a votre avis est ce correct?
Très imprécises, les trajectoires variables des roquettes Qassam ,de fabrication artisanal ,ne peuvent pas être interceptées pour l'instant. Ces tirs n'ont fait que 8 morts en 20 ans

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires