Opinion

Gaza, l'intégrisme laïc et la géopolitique


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 5 Août 2019 - 02:08 Algérie: Désobéissance civile ?

Mardi 11 Juin 2019 - 01:06 Macron/Trump : 1 chêne et 2 glands


Intervention à l'Assemblée nationale, sur invitation de l'Académie de géopolitique, le 22 novembre 2012, dans le cadre d'une rencontre sur le thème "L'État, la religion et la laïcité". sont intervenus également Mm. Ali Rastbeen, le professeur Gérard François Dumont, le rabbin Michel Sarfaty, le général Henri Paris, Imad El Oudi Hamrouni, Mohammad Al Karaishi, Sayed Salih Al Hakeem, le professeur Régis Dericquebourg, le professeur Abbas Al Faham, Abdellah Ouahhabi.


Maria Poumier
Jeudi 29 Novembre 2012

Ancienne église et mosquée à Gaza-ville - photo Emad Badwan
Ancienne église et mosquée à Gaza-ville - photo Emad Badwan
Comme le dit Richard Falks, rapporteur pour les droits humains en Palestine à l'UNESCO , l'importance géopolitique de Gaza est telle que les élites au pouvoir en 0ccident continueront à fermer les yeux sur les agressions israéliennes. Le Jérusalem Post pour sa part, publie au moment de l'offensive sur Gaza un lecteur qui prône l' extermination massive de Gazéens, avec la réoccupation de tout leur territoire. Une fois de plus, Gaza se trouve donc en position de crucifixion: au centre d'une figure géométrique qui est carrefour des intérêts et dimensions les plus opposées, et cible physique de la férocité israélienne, prétendant incarner la logique et la justice de l'Occident, perçu comme nord devant naturellement imposer sa loi, contre le sud et l'orient, les terres de la foi.

Mais d'autres dimensions aussi convergent sur Gaza. C'est à Gaza que fut bâtie la première église chrétienne. Gaza s'offre à nous comme le miroir où Narcisse, le beau mythe né de la Grèce alexandrine, peut sombrer, par idolâtrie de sa propre image, ou retrouver sa stature d'admirable reflet, de créature voulue par Dieu à son image, comme le croit la réinterprétation chrétienne du mythe grec.

Cette rencontre se donne pour but de réfléchir sur la laïcité, terme inséparable de la licéité. Le laïc, c'est celui à qui est permis plus de choses qu'au clerc, qui se donne des lois contraignantes pour mieux servir Dieu. Nous nous demanderons ce qui nous est permis, à nous pays laïcs, ce que l'incandescence à Gaza nous fait redécouvrir.

Gaza, du point de vue israélien, est comme une tumeur maligne; terre dépourvue de richesses particulières, n'ayant pas vocation à être un organe vital pour l'État israélien, a le défaut d'être impossible à neutraliser, et d'être peuplée par une vitalité proliférante. La répression, la torture et la terreur sont depuis la nuit des temps des outils efficaces pour affaiblir, pour soumettre. L'opération Plomb durci de 2008, était censée produire ce résultat: à défaut de faire fuir toute la population, le châtiment devait en faire un bétail écrasé par le sentiment de sa défaite, amputé de toute espérance. Et voilà que le calcul était faux! Gaza assiégée ne s'est pas rendue, mais rend les coups! Si nous assistons en ce moment à une sorte de printemps arabe, à Gaza, il s'agit d'un soulèvement contre les gardiens du camp de concentration, contre l'ennemi extérieur. Les Gazéens ont refusé les appâts tendus par le Qatar, qui les offrait pour enrichir la couche déjà riche et corrompue des Gazéens, et qui supposaient en échange une résignation définitive au sort de bantoustan israélien, la reddition.
Avec son offensive "Pilier défensif", Israël a provoqué, non pas tant les Gazéens, qui sont provoqués à chaque minute de leur vie, depuis la création de l'Etat d'Israël, mais les chefs d'État occidentaux. Selon une pratique routinière, il s'agit de forcer la main aux pays de l'OTAN, face au monde arabo-musulman, pour une opération d'élargissement et de consolidation d'Israël, selon des modalités dont l'initiative est israélienne.

Le pari israélien repose sur des intérêts géopolitiques certains. Plus précisément, "dans le scénario gazier concocté au Qatar par le Cheikh Al Thani, à partir de Homs, une bretelle allait rallier Israël et une autre la Turquie et faire de ces pays des distributeurs du gaz qatarien en direction de l'Europe pour la Turquie, vers l'Afrique pour Israël et leur assurer un pont d'or grâce aux royalties récoltées au passage.". La découverte de mirifiques gisements de gaz au large des côtes israéliennes et libanaises impose, selon la logique occidentale prédatrice, de prendre un ferme contrôle de toute la zone. En Syrie, le gouvernement est suffisamment affaibli par une long et tenace harcèlement pour qu'un encerclement cohérent permette à certains d'envisager la curée.

Ce qui a précipité l'attaque israélienne, c'est que toutes sortes d'alliances sont en train de se mettre en place en contournant, tout simplement, l'État d'Israël. Tandis que Kissinger prédit la disparition de celui-ci dans un futur proche, par manque complet de projection sur le long terme, une bonne partie des élites US a compris qu'une forte présence nucléaire de l'Iran pouvait constituer une réelle dissuasion, face à la maladie mentale israélienne. Obama, suivant les raisonnements de Brzezinski, entend réduire son investissement dans la région, et développer des alliances alternatives afin de garder la maîtrise de son approvisionnement énergétique: approvisionnement pétrolier en Amérique latine même, exploitation du gaz de schiste, sous-traitance du maintien des places fortes du Moyen Orient à la Turquie et à la France, anciennes puissances avides d'expansion et de pillage à peu de frais.

Les Frères musulmans ont gagné des positions dans tous les pays arabes, et avec le président Morsi à leur tête, nouent de leur côté des pactes avec les USA, sans passer le moins du monde par des intermédiaires israéliens.

Ainsi donc, l'État israélien se perçoit désormais à juste titre comme potentiellement encerclé et minimisé, devenu bientôt insignifiant, exactement dans la position à laquelle il a réduit les Palestiniens de Gaza et d'ailleurs. Il faudrait également souligner que le Mossad n'a plus la maîtrise du renseignement, ni des opérations sous faux-drapeau, ni de la désinformation, tandis que Tsahal a perdu le monopole des drones dans la région. Et dans la diaspora, la voix des juifs qui refusent d'accompagner Israël dans sa folie suicidaire commence à se faire entendre avec force, le puissant Georges Soros en faisant partie.

Les peuples musulmans, offensés par le quatrième assassinat méticuleusement préparé et spectaculairement réussi de dirigeants du Hamas, mouvement se réclamant de la fidélité à l'islam, tiennent par leur mobilisation leurs gouvernements en otage, pour le moment. Le Qatar est unanimement répudié comme pays traître dans le monde arabo-musulman. L'occasion est unique pour reconstruire le front contre l'entité sioniste des premiers temps.

Mais Israël a de la répartie, et du ressort pour rebondir, en ourdissant de nouvelles alliances. Constatons que l'attaque contre le Hamas bénéficie au régime syrien, puisque le Hamas s'est déclaré en guerre contre celui-ci. La récente visite de Shimon Peres en Russie annonce d'ailleurs un réchauffement des relations israélo-russes, qui se manifeste par l'acquiescence officielle russe à la mythologie sioniste.
L'équation se complique donc, mais l'antagonisme principal reste le même: les Gazéens subissent le martyre, l'Occident, dans ses différentes variantes, poursuit ses chimères de domination coloniale; au nom de la laïcité et de tous les préceptes moraux censés en découler, tandis que la propagande occidentale s'évertue à dénigrer l'islam, et toute résistance se réclamant de l'islam.

L'Europe, dans ces conditions, se trouve face à un choix: ou bien sa prétendue laïcité se confirme comme perte de repères, étouffement consenti par le cynisme israélien à très courte vue, ou bien elle retrouve ses racines spirituelles et sa foi dans ses nobles conceptions de la justice et du devoir de protéger les faibles. Car la laïcité, qui a produit d'admirables fruits juridiques et législatifs, imités ensuite dans le reste du monde, peut encore retrouver ses origines; celles-ci, -au-delà de la concurrence circonstancielle- appartiennent au génie du christianisme, cette religion qui fait une large place à la singularité, à la souplesse et à la créativité; si dans d'autres religions aussi, les tendances à la séparation entre religion et politique existent, le christianisme a connu son essor décisif en Europe, par un accord naturel avec le tempérament des habitants passionnés d'action et d'initiative individuelle. Et, comme l'a dit le professeur Dumont, la défense de la laïcité se manifeste dès l'Évangile de saint Mathieu, lorsqu'il transmet la parole de Jésus: "Rendez à César ce qui est à César", commandement impliquant la séparation du spirituel et du politique. Mais, comme il y a un intégrisme belliqueux dans chaque religion, l'intégrisme laïc se développe avec des facettes particulièrement hideuses.

Ce n'est pas seulement à Gaza que se pose avec une netteté renouvelée l'affrontement entre sionisme et mobilisation autour des grandes religions traditionnelles. En Russie, un triste groupuscule de jeunes femmes instrumentalisées a choisi d'occuper une cathédrale et de la profaner dans le seul but de renforcer l'opposition au président Poutine, pourfendeur de la maffia des oligarques intensément sionistes. En France, leurs consœurs ont prétendu s'attirer les faveurs médiatiques en intervenant ces jours-ci dans une manifestation à caractère religieux marqué, et elles avaient peint sur leur poitrine nue des slogans tels que: "in Gay we trust", ou "Fuck religions".

Or l'homofolie ambiante dans nos pays -passionnés non pas tant de laïcité que de licéité, aveuglés par des possibilités technologiques inédites qui rendent envisageable de se permettre plus qu'aucune civilisation ne s'est jamais permis- a suscité la première mobilisation unanime de toutes les sensibilités religieuses dans notre pays: chrétiens et musulmans ont ouvertement montré leur convergence contre la supercherie démagogique défendue par un gouvernement en plein égarement, dans une manifestation massive à Lyon.

Les actions groupusculaires ci-dessus, calculées pour avoir d'immenses rebondissements médiatiques, provocations froidement préparées faisant suite à bien d'autres, tant contre l'islam que contre le catholicisme, mettent parfaitement les choses au clair: d'un côté, Dieu et les religions constituées, avec toute leur puissance pour rassembler et ramener à la raison, malgré leurs rivalités. De l'autre côté, de tristes agents d'un système ne reconnaissant que Tel Aviv comme centre soi-disant spirituel, au service d'assassins prétendant usurper, par la supériorité technologique et avec le moteur insatiable du néo-libéralisme, l'autorité divine, blasphémateurs, profanateurs sans grâce, ayant perdu définitivement toute aura.

Non, l'entité sioniste décidée à briser les religions comme les nations, et incitant au viol des règles ancestrales de l'éthique, n'a plus la maîtrise de la "nuée défensive"; comme par les roquettes du Hamas sur des cibles de plus en plus distantes, leurs manigances cyniques sont absolument pénétrables, dans leur intentions, dans leurs bastions, dans leurs ramifications en apparence les plus lointaines. Et le déchiffrement de leurs complots les rattrape rapidement.

Gaza, miroir du monde, berceau de la résistance chrétienne contre la stérilité étriquée et intégriste qu'avait atteint le judaïsme à l'époque du Christ, irradie de toute sa puissance spirituelle. A nous de converger vers Gaza, parce que son sacrifice est déjà l'instrument de notre salut.



Mercredi 28 Novembre 2012


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires