Proche et Moyen-Orient

Gaza l'inoubliable !


Touchés par la situation humanitaire à Gaza, et pour éviter que l’attaque israélienne ne tombe dans l’oubli, nous décidons, début avril, de nous rendre sur place. Tous les deux étudiants, nous profitons des vacances scolaires de Pâques pour réserver notre billet à destination du Caire.

Par Cédric et Alex
Interview réalisée par Ginette Hess Skandrani.


Samedi 2 Mai 2009

Gaza l'inoubliable !
Arrivés sur place, nous sollicitons les autorités françaises (ambassade et consulat) pour la délivrance d’une autorisation de passage par la frontière de Rafah.

Après une forte insistance, elles cèdent et nous délivrent le précieux document.

Aussitôt récupéré, nous prenons un taxi collectif jusqu’à Rafah pour accéder à la Bande de Gaza tant désirée. Nous savions que la tâche ne serait pas facile et que beaucoup de gens avaient essayé avant nous mais avec peu de succès.

Le premier jour, nous nous présentons à Rafah en exposant la situation à la police des frontières égyptiennes en insistant sur la nécessité d’aller sur place évaluer les besoins humanitaires.

Sourds à notre discours, ils nous conseillent de regagner Le Caire puis la France et d’oublier l’Egypte ainsi que Gaza. Nous leur répondons qu’il nous est simple et possible d’oublier l’Egypte, mais impossible de ne pas penser au peuple meurtri de Gaza.

Nous avons passé plusieurs jours à faire des allers-retours, se confrontant à chaque fois au « mur » égyptien qui est parfois pire que la frontière dite « de sécurité » israélienne.

Après une semaine de va et vient, nous sollicitons à nouveau les autorités françaises en leur demandant d’intervenir auprès des Egyptiens afin de favoriser notre passage.

Le huitième jour, le miracle se produit et Gaza nous est enfin ouverte.

Sans perdre une minute et sans bagages, nous courons jusqu’à perdre haleine, sans nous retourner, de peur d’être rappelés.

Nous atterrissons au milieu d’un terrain vague désert qui sert de stockage à ordures et collé à un misérable stade de jeux qui fait face à la rue du Sultan qui remonte jusqu’à Gaza centre en traversant la Bande.

De l’autre côté de cette rue, nous voyons la population et nous nous dirigeons vers elle.

Nous nous présentons comme des étudiants français venus exprimer notre solidarité et notre sympathie. Ils proposèrent de nous guider et de nous faire visiter ce qui reste des villes et villages, des hôpitaux, des écoles, des camps, des administrations, des routes, des infrastructures après les bombardements.

Tout au long de notre visite et malgré la misère et la pauvreté des lieux, les Palestiniens ont fait preuve d’une hospitalité sans égale.

Nous avons découvert un champ de ruines comme après un tremblement de terre, une population choquée par les bombardements, les massacres, les armes de destruction massive utilisées (bombe à phosphore, à uranium appauvri…).

Nous avons remarqué que la situation était plus catastrophique dans certains endroits (Khan Younes, Djaballiah, Gaza-ville, Beth Hanoun…) dans lesquels les conditions d’hygiène sont déplorables par manque d’eau potable, d’électricité délivrée que quelques heures certains jours et où la plupart des maisons ont été transformées en un amas de ruines.

De plus, nous avons noté l’apparition croissante de certaines maladies telles que le cancer et le diabète, en raison des retombées chimiques et nocives des bombardements et la pollution due à l’entassement des ordures. Ces maladies ne peuvent être traitées par manque de soins, de médicaments et d’infrastructures médicales.

Nous avons visité certains hôpitaux encore existants (l’hôpital Al Shifa, l’hôpital El Chahid Abou Youssef EL Najjar, l’hôpital El Nasser) dans lesquels se trouvaient encore de nombreux blessés livrés à eux mêmes par manque de personnel et de matériel médical.

Nous avons également visité une association d’aide aux victimes à Khan Younes, dont le but principal est de fournir prothèses et fauteuils roulants aux nécessiteux mais celle-ci s’est retrouvée vite démunie et débordée ne pouvant répondre à l’importance des demandes.

Nous avons conclu notre séjour par la visite des familles des victimes des bombardements israéliens. Beaucoup d’entre elles se sont retrouvées sans toit et ont dû compter sur l’hospitalité de leurs proches pour s’abriter.

Il est toutefois nécessaire de signaler qu’une maison à Gaza, se limite à quatre murs et une tôle de zinc. Elles nous ont fait part des conditions de vie devenues encore plus difficiles après l’attaque israélienne. Par manque d’entrées et de flux des marchandises, le coût de la vie a subi une inflation sans égale : le prix des produits de première nécessité (pain, lait, eau…) a doublé alors que plus de 80% de la population n’a pas d’emploi et est par conséquent sans ressources.

Autant notre désir et notre enthousiasme de découvrir Gaza étaient immenses, autant le désespoir et la désolation sur place étaient terrassant. Les chefs de nos Etats ont assisté à ce massacre qui a abouti au désarroi et à la misère d’une population oubliée de tous, face à l’indifférence de la communauté internationale, livrée à elle même, et sous dépendance totale de ses geôliers égyptiens et israéliens.

Gaza ne doit sa survie aujourd’hui qu’à une résistance volontaire et courageuse qui a su s’habituer et s’organiser autour du blocus imposé depuis 2007 par Israël.

Il est primordial que Gaza soit une priorité urgente dans l’esprit de chacun bien que les bombardement israéliens aient cessés puisque la vie là-bas n’a toujours pas repris et que le blocus reste total. Nous appelons chaque personne sensible à la détresse humaine à multiplier les actions pour la libération de Gaza.

http://ism-france.org/news/article.php?id=11830&type=temoignage http://ism-france.org/news/article.php?id=11830&type=temoignage



Samedi 2 Mai 2009


Commentaires

1.Posté par redk le 03/05/2009 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Témoignage de plus d'un crime contre l'humanité qui retourne les tripes, mais sure que nous aurons des "bonnes âmes" pour criés a l'intox !!!

2.Posté par soutien-palestine le 03/05/2009 17:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Gaza, al-Aqsa, Jérusalem, Bi'ilin... la Palestine entière devraient une priorité pour les consciences humaines!!!

Moins de trois cent personnes à Paris hier pour alerter la nation française sur les dangers qui pèsent sur al-Aqsa et sur la judaïsation de Jérusalem!
C'est le nombre d'individus qui se sont crues concernées par ce haut lieu du patrimoine mondial, troisième lieu saint pour les musulmans...

Nous remercions les personnes qui étaient présentes ; nous savons que nous partageons tous un amour sincère pour la Palestine et une farouche volonté de la voir se libérer. « Un amour sincère » pous pensons que le fond du problème réside dans ces seuls deux mots. Quand on aime quelqu’un, on le chérit avec toute la force de ses sentiments, on est capable de faire pour lui des sacrifices gratuitement sans rien en attendre en retour juste parce que cette relation d’amour existe ; on tente de le protéger du mieux que l’on peut des dangers qui pèsent sur lui, on envisage pour lui le meilleur des futurs et là, eu égard au nombre d’absents d’hier, nous avons définitivement compris que la relation des gens avec la Palestine n’était pas une relation d’amour parce que si elle l'était vraiment, elle serait capable de remplir les rues de Paris par son rayonnement...

Il faut qu’il y ait du sang, beaucoup de sang pour que les citoyens français musulmans ou non d’ailleurs, peu importe, prennent d’un peu de leur temps pour dénoncer la tragédie palestinienne. Sinon ils ont mieux à faire, beaucoup mieux à faire. Les frigidaires se doivent d’être remplis le samedi sinon point d’existence digne de ce nom possible… On en est là et pas ailleurs. Après des années d’enseignement de la servitude de la pensée par les despotes occidentaux le résultat est là, totalement conforme à leurs prévisions. Est-ce que plus rien en dehors de la crise ne peut réveiller le peuple de l’anesthésie dans laquelle il a sombré? Est-ce que des causes humaines telles que la Palestine, l’Irak, l’Afghanistan, Guantanamo et tant d’autres encore ne méritent pas d’être dénoncées pour l’infamie qu’elles représentent ? Là, on n’est pas en train de parler de quelques euros en plus ou en moins qui manqueraient à la fin du mois mais de la vie d’enfants, de femmes et d’hommes qui sont prises des plus cruellement et des plus injustement, de territoires qui sont colonisés par l’Occident pour mieux asseoir sa féroce domination.

L’humanité de 2009 n’a jamais eu autant de moyens de s’informer dignement en dehors de tous les réseaux de propagande au service de l’idéologie du Nouvel Ordre Mondial, mais l’humanité de 2009 n’est plus libre ni de ses pensées ni de ses réactions; c’est cela que nous devons retenir avant tout et les hommes libres ne sont surement pas ceux que l’on croit. Il n’est plus besoin d’être derrière des barreaux pour êtres des prisonniers à part entière; suivre sans s’interroger les projets fomentés pour nous depuis des décennies par les fossoyeurs du Nouvel Ordre Mondial, c’est se retrouver dans la pire des geôles parce que dans celle-ci, il n’y a aucune échéance possible pour envisager une libération. Au contraire, les conditions de l’incarcération ne font que se durcir et le futur s’assombrir.

Il ne reste aujourd’hui que la seule volonté des hommes libres dans leur tête - parce qu’ils ont su à temps prendre la bretelle de sortie de cette autoroute infernale tracée par les sociétés contemporaines pour nous conduire vers la servitude totale - pour rendre compte de la réalité de l’agonie des sociétés humaines. Ces derniers le font avec une abnégation qui force notre admiration et nous en profitons pour les remercier et leur disons que le travail qu’ils font relève du postulat « assistance à une humanité en grand danger. » Collectif Cheikh Yassine

http://soutien-palestine.blogspot.com


3.Posté par bledmiki-99 le 03/05/2009 18:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je comprends tout à fait que vous soyez scanalisé par le nombre si faîble de participants à la manifestation pour la Palestine, et je le suis moi même. Mais ne croyez surtout pas que, parceque nous n'étions pas présents à celle-ci, nous n'aimons pas notre chère Palestine. Il faut comprendre aussi qu'il y a beaucoup qui résident loin de Paris, et que peut-être ils n'ont pas les moyens de s'y rendre. Cela n'empêche nullement d'aimer nos frères palestiniens, et d'encourager sa resistance par tous les moyens. Fraternelement.

Puisse Dieu vous aider.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires