Palestine occupée

Gaza: l'Aïd … dans le noir, la faim et l’isolement


C’est dans la misère que les Gazaouis font fêter la fête de l’Aïd d’al-Adha. Cette année encore. Mais cette fois-ci la situation est des plus mauvaises : Soumis par l’entité sioniste à un des blocus les plus sauvages, depuis la victoire du Hamas aux élections législatives en 2006, renforcé depuis Juin dernier , sous prétexte que le Hamas a perpétré un coup d’état, et renforcé encore plus, depuis novembre dernier, sous prétexte que des tirs de roquettes lancés depuis la Bande de Gaza avaient transgressé un cessez-le feu en vigueur. (Pourtant, c’est Israël qui a ouvert les hostilités, en tuant le 4 novembre 5 palestiniens dans un raid aérien).


Lundi 8 Décembre 2008

Gaza: l'Aïd … dans le noir, la faim et l’isolement
Leila Mazboudi

Depuis cette date, 20 autres palestiniens ont péri dans plusieurs raids israéliens, tandis que les autres, ceux encore vivants, sont abandonnés à leur sort, l’étau se resserrant de plus en plus contre eux.( plus de 150 sont morts à cause du blocus)
Ce dimanche, à la veille de la fête d’al-Adha, les Gazaouis se préparent à le célébrer dans le noir, sans électricité, dans la faim, sans nourriture, dans l’isolement, abandonnés par leurs frères arabes, (sauf quelques exceptions), impliqués d’ailleurs dans leur enfermement.
Pour la deuxième fois cette année, la centrale électrique de Gaza a cessé de fonctionner en raison de l'arrêt des livraisons de fioul par Israël, a indiqué un responsable de l'Autorité de l'énergie de Gaza. L'usine avait déjà cessé sa production quelques jours fin novembre faute de fioul et de pièces de rechange après une panne le 25 novembre, en raison du blocus israélien imposé.
La situation alimentaire s’annonce également mal. Selon l’agence de l’Unrwa, l’approvisionnement devrait s’épuiser dans les deux jours qui viennent.
L’allègement du blocus, promis la semaine dernière par le ministre de la guerre israélien Ehud Barak, s’est avéré être un mensonge. Alors qu’il était question de permettre l’entrée de 70 camions d’approvisionnement, 16 seulement y ont été autorisés, selon le porte-parole de l’Unrwa Adnane Abou Hasna. Lequel met en garde contre la détérioration de la situation humanitaire, plus 750 mille gazaouis étant tributaires entièrement des aides de l’organisation onusienne. Et de réclamer une action de la part de la communauté internationale.

Une action qui a toujours fait défaut lorsqu’il est question du peuple palestinien.

Gaza: l'Aïd … dans le noir, la faim et l’isolement

Nouvelles menaces israéliennes de frapper Gaza

Prétextant la poursuite des tirs de roquettes, l’entité sioniste a menacé dimanche de frapper la bande de Gaza.
Cette position de guerre a été annoncée en pompes par le premier ministre israélien de transition Ehud Olmert : "Ces dernières semaines, nous avons été témoins d'une dégradation de la situation dans le sud du pays, et ces attaques sont le reflet de l'effondrement total de la trêve", a-t-il affirmé ce dimanche devant son cabinet, selon un haut responsable qui a demandé l'anonymat.
En effet, cette trêve, conclue le 19 juin par l'intermédiaire de l'Egypte, et qui devrait expirer le 19 décembre a été violée à plusieurs reprises depuis le début du mois de Novembre dernier. Alors qu’Israël s’attelle à en incomber la responsabilité au Hamas, l’accusant d’avoir repris le lancement des tirs de roquettes, les faits montrent que c’est Israël qui a fait le premier pas, en tuant dans la nuit de 4 au 5 novembre 6 palestiniens, lors d’une incursion au sud de la Bande. C’est en riposte que des roquettes ont été tirées de la Bande de Gaza. Dénombrées par le quotidien israélien, Yediot Aharonot à quelques 215 roquettes, elles sont presque inoffensives, et n’ont jamais fait de victime. En revanche, les raids et incursions israéliennes ont tué depuis cette date plus de 20 palestiniens.
"Nous n'accepterons pas de nous limiter (dans notre action, ndlr) alors qu'on tire tous les jours contre notre territoire", a déclaré ce chef de gouvernement.
"L’ennemi sioniste de poursuivre son agression contre Gaza en violant systématiquement les stipulations de la trêve", lui a répondu le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum
Dimanche matin, une roquette et deux obus de mortier tirés depuis Gaza se sont abattus sur le sud des territoires de 1948, « ne faisant ni blessé ni dégâts », selon une source militaire israélienne.
La veille, un palestinien a été grièvement blessé lors d'un raid aérien israélien contre la bande de Gaza.

Le ministre travailliste de la Guerre Ehud Barak s’est lui aussi lancé dans cette valse de discours belliqueux. Menaçant « qu'une opération militaire d'envergure contre ce territoire est "inéluctable". Mais d’assurer toutefois que celle-ci doit être "soigneusement pesée" avant d'être ordonnée "au bon moment, et comme il faut".
Le ton était en revanche beaucoup plus vif parmi les ministres du parti centriste Kadima, par la voix de sa nouvelle dirigeante et ministre des affaires étrangères Tzipi Livni : «L'accord de cessez-le-feu n'est pas respecté par l'autre partie (...) On tire sur nos ressortissants. Ca suffit, Israël doit riposter militairement, économiquement et politiquement", a-t-elle affirmé aux médias .
Même ton pour son collègue aux Transports, Shaoul Mofaz, qui recommande de "revoir la politique envers le Hamas, afin qu'Israël "retrouve ses capacités de dissuasion", tout en se prononçant toutefois contre une réoccupation militaire de la bande de Gaza, préconisant de "frapper à la tête (du Hamas), de s'en prendre aux infrastructures et de stopper toutes livraison de fioul et autres produits".
Tout aussi catégorique, le numéro deux du cabinet, Haïm Ramon, également du parti Kadima, a estimé qu'"Israël devait avoir les mains libres pour agir contre le Hamas et les organisations terroristes".
Il a déploré que la trêve n'ait pas abouti à la libération du soldat israélien Gilad Shalit capturé en juin 2006 par un commando palestinien formé de plusieurs groupes dont l'un relevant du Hamas.
Or cette campagne de menaces n’en est pas à son premier épisode. Depuis l’échec des pourparlers inter palestiniens en Egypte, et la reprise des raids israéliens, escortés par un renforcement du blocus économique, pas une semaine ne passe sans son lot de menaces de guerre .
Menaces qui ne font plus peur: car la guerre n'a pas encore pris fin dans la Bande de Gaza.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Lundi 8 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par Inès le 08/12/2008 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Palestine vivra, Palestine vaincra !
Les crimes et les meurtres à tout va finissent toujours par se payer un jour ou l'autre, ce sera bientôt au tour des sionistes de crever perdez pas espoir !

2.Posté par Bea le 09/12/2008 00:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est ignoble et inacceptable ... il est nécessaire d'agir en envoyant des mails auprès de nos députés européens et a notre ministre des affaires étrangères ... n'hésitez pas à leur écrire plusieurs fois s'il le faut pour dire notre indignation sur ce ignominie qu'Israël fait subir aux palestiniens.

3.Posté par redk le 09/12/2008 00:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Exactement Inès, tout se paye un jour ou l'autre, et le moment venue ils n'y auras aucun endroit sur terre ou ils pourrons se cacher de leurs crimes, le tribunal de l'humanité les jugeras et sur terre se ne seras qu'un avent gout de se que Dieu décideras pour eux, les assassins de sa création, l'humanité !!

4.Posté par tahar le 09/12/2008 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'Allah protège toute la Palestine .Honte a tout ses état Arabes conrompus.Patiences frères de Palestines Il n'y a que Dieu qui puisse vous sortit de la.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires